AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
One Piece TCG: où précommander la ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Une quête impossible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal
Crystal
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Ven 15 Avr - 18:17

Cela faisait désormais six ans que Crystal et Lumiel avaient quitté leur foyer pour se lancer dans une quête impossible : trouver le ou les assissins d'un père inconnu, et laisser Crystal le ou les punir. Au cours de leur voyage, ils avaient erré, tourné en rond, interrogé tous ceux qu'ils croisaient... Bien que, pour être honnête, c'était plutôt Dumiel qui parlait, tandis que Crystal notait mentalement les informations, tout en soupirant face à leur manque de précision... Quand elles existaient. Après quelques années d'un tel fonctionnement, elle remarqua une évolution chez son aîné. Il avait toujours été sympathique et avenant, mais, à présent, il semblait avoir développé une sorte d'intelligence sociale qui lui permettait d'obtenir, plus facilement qu'au début de leur voyage, les informations pertinentes ou, le cas échéant, l'aveu de leur absence. De son côté, Crystal avait eu une sorte d'évolution inverse : à force de ne parler à personne d'autre que lui, elle s'était renfermée et n'était même plus sûre de savoir comment faire si on lui demandait d'interagir. Parfois, elle se disait qu'elle devrait essayer, faire des efforts pour s'entraîner à avoir de nouveau des interactions sociales, quelle que soit leur nature... Ce à quoi une voix moqueuse à l'intérieur d'elle-même répondait inlassablement :

*À quoi bon ? Après tout, aucune loi n'empêche d'exploiter son frère... Et puis, tu crois vraiment que, s'il n'était pas d'accord, il te laisserait faire ?*

Cependant, malgré les prouesses de son aîné, ils n'avaient pas obtenu de réelles informations utilisables. Après tout, Crystal ne savait rien de leur père. Quant à Dumiel, bien que Juali, pendant les semaines ayant précédé leur départ, leur ait soutenu que les souvenirs lui reviendraient certainement en temps voulu, il ne semblait pas en savoir beaucoup plus qu'elle. Dans ces conditions, il n'était pas étonnant que personne ne puisse vraiment les aider. Peut-être avaient-ils même déjà croisé LA personne qui connaissait toutes les informations dont ils avaient besoin, mais, faute de pouvoir exposer la situation correctement, cette personne n'avait pas pu les renseigner... Peut-être également que la personne qui serait la première à les envoyer dans la bonne direction ne le voudrait pas, et qu'ils devraient la forcer... Avec un sourire, Crystal songea à l'impressionner avec l'un de ses sorts le moment venu...

Mais ce moment ne semblait pas proche : suite aux dernières informations reçues, ils s'étaient rendus dans les Rocheuses... Où, selon son humble avis, ils s'étaient plus que perdus, à en juger par la distance parcourue sans trouver le début d'un indice. D'un autre côté, il s'agissait d'une chaîne de montagne, ce qui signifiait que la possibilité de ne finalement pas avoir tourné en rond n'était pas non plus à exclure, malgré le manque de changement de paysage.


D'un coup, elle cessa de marcher, posant la main sur l'épaule de Dumiel pour attirer son attention :

- Stop. Je demande une pause.

Elle attendit qu'il s'arrête aussi, avant de se placer devant lui pour le regarder bien dans les yeux alors qu'elle demandait :

- Est-ce que tu crois qu'on va dans la bonne direction ?

Puis, se détournant légèrement, elle indiqua le paysage d'un large geste de la main :

- J'ai l'impression que ça fait des mois qu'on tourne en rond. Alors, j'ai deux solutions. Soit cet homme s'est moqué de nous, soit on a raté cette grotte. Dans les deux cas, je pense que faire demi-tour serait une bonne idée.

Elle faisait référence à un homme rencontré dans le dernier village qu'ils avaient traversé, et qui leur avait parlé d'une grotte dont on ne savait rien, hormis qu'elle se trouvait dans cette zone des montagnes. Selon lui, si quelqu'un devait commettre un crime, ce genre d'endroit serait idéal pour y cacher les preuves, quelles qu'elles soient, puisque personne ne penserait à aller chercher là-bas. En y repensant, Crystal pensait de plus en plus qu'il pouvait s'agir d'un piège. Après tout, ils ne connaissaient pas cet homme, et si cette grotte était si inconnue qu'il le disait, comment pouvait-il la connaître ?

Elle finit par grommeler :

- Je savais qu'il n'était pas net.

Elle ne savait absolument pas si Dumiel l'avait entendue. Si tel était le cas, elle le saurait certainement très vite, et s'attendait à ce qu'il la taquine au sujet de sa méfiance. Sur ce point, ils n'avaient jamais réussi à se mettre d'accord. Dumiel inspirait confiance et faisait confiance à autrui, sauf en cas de preuve évidente de la malveillance de son vis-à-vis. Crystal valorisait la méfiance, et se méfiait de quiconque ne lui avait pas prouvé sa droiture, et s'attendait donc à ce qu'autrui agisse de même avec elle. De ce fait, elle considérait qu'ils faisaient une bonne équipe, chacun compensant les excès de l'autre.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 9 heures 45 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Jeu 21 Avr - 1:57

Une quête impossible Dumiel10

Plus que son ancienneté, le charisme de Juali finira par le perdre ! Ce matin là, Dumiel fut de fort mauvais poil à l'encontre de son ainé. Son subconscient n'y était point étranger, car au travers de sa marche onirique, ce dernier crut bon de lui faire revivre leur dernier échange. Alors qu'il rêvassait en contemplant la chute des premiers flocons du mois de Nero, une main lourde et franche vint percuter son épaule. Le grand frère affirmait avoir une mission pour lui, une mission que nul autre ne pouvait s'acquitter. Curieux, et surtout interloqué que Juali, d'ordinaire si distant, l'aborde comme le ferait un crieur public. Dumiel se montra très à l'écoute. Il était question de sa soeur, Crystal. Il assurait qu'elle n'arriverait à rien de constructif si elle devait partir seule. Tout naturellement, le jeune homme demanda la raison qui la pousserait à quitter son cocon de glace. Bien que vague dans ses explications, l'ainé évoqua la disparition douteuse de leur père. Selon lui, il serait même question d'un assassinat. Oui, bon, d'accord... ce genre de nouvelle n'avait pas pour vocation de réchauffer les coeurs, mais étrangement, elle savait renforcer les liens familiaux. Sans cela, jamais Juali ne lui aurait parlé comme à un homme ! Problème étant, la neige avait eu le temps de tomber entre le moment des faits, et cette suspicion, qui, fallait bien l'avouer, sortait un peu de nul part. Alors pourquoi Crystal s'était-elle mise en tête de courir la brousse sans même un début de preuve ? Qui allait-elle interroger ? où allait-elle se rendre ? et surtout, pourquoi se lancer à l'aventure sur cette base ? Père n'était plus de ce monde, Dumiel l'avait accepté au prix d'une dépression qui manqua de le mener au tombeau. Y plonger à nouveau, même pour sa soeur, le rebutait franchement. Pour lui, c'était comme rouvrir le livre de la mélancolie, sauf que cette fois, il ne sera plus capable de le refermer autrement qu'en s'ôtant la vie.

Le frangin savait user de persuasion pour plier son cadet à ses quatre volontés. Jouant sur les sentiments qu'il avait pour sa soeur, Juali confirma l'idée tantôt énoncée. Il devait l'accompagner, ou plus exactement, la chaperonner. Dans le grand monde, les pouvoirs de Crystal pourraient causer quelques torts. Comme chez beaucoup de mages, les émotions étaient source d'entropie, et avec ce qu'il savait de sa soeur, Dumiel partagea son avis. Restait toujours la question du pourquoi. Pourquoi diable voulait-elle se lancer dans cette quête ?! Juali répondit simplement ; Et pourquoi pas ? A partir de ce moment, le jeune homme savait qu'il n'en saurait pas d'avantage. Nous en arrivons donc à la fin de l'échange, ainsi qu'à cette phrase qui l'avait fait se lever du mauvais pied. En bref, Juali lui promit que cette campagne serait promptement menée, et depuis combien de temps durait t-elle ? Six années ! six ans à tourner en rond, à endurer les caprices de Crystal dans son inlassable persévérance. Non contente de savoir père trépassé, il fallait en plus en faire l'autopsie en brassant de l'air ? Dumiel n'en pouvait clairement plus. Jusqu'à cette nuit qui fut celle de trop, le poussin de la famille avait su faire le dos rond, et plus que tout, à intérioriser son flux de ressentiments qui désormais le submergeait. Sans l'amour inconditionnel qu'il portait à sa soeur, jamais il n'aurait pu faire preuve d'une telle patience.

Souffrant également du mal du pays, Dumiel fixait l'horizon sans vraiment la regarder. Il posait un pied devant l'autre sans prêter attention à la surface qu'il foulait. Il y aurait eu un ravin, qu'il y serait tombé sans réagir... Il fallut qu'une main, semblable à celle de Juali ce fameux jour, pour le tirer de ses tourments. Le jeune homme tressaillit, comme traversé par une vague givrante, puis se figea. La voix de Crystal résonna dans son esprit. ...dans la bonne direction ? avait-elle demandé. Quelle direction ? Conscient du capharnaüm qui s'amoncelait en son sein, Dumiel se reprit avant que sa soeur ne se rende compte à quel point il s'était égaré. Car il était certain que non, ils ne pouvaient marcher dans la bonne direction. Surtout s'il était guidé par ses songes.

Lentement il se retourna, de là, il se prit à observer Crystal qui exhibait le panorama par de grands gestes, signifiant par ce biais, l'immensité qui les entourait. Puis elle finit par exprimer tout haut ce que Dumiel pensait tout bas. Cette impression de vagabonder durant des mois sans rien à se mettre sous la dent. Non pas que le jeune homme escomptait découvrir quelque chose, mais déambuler comme un mort-vivant n'était point de meilleur attrait. Peut-être le moment était-il venu de jouer carte sur table avec sa petite soeur ? Cela le rongeait tout particulièrement de lui épargner la souffrance qui le grignotait. Courir après le sang de son père, ce n'était pas exactement la Destinée qu'il s'était choisie. Pour l'amour de Crystal, Dumiel était cependant prêt à faire l'effort, encore fallait-il qu'elle comprenne ce que cette enquête signifiait pour lui. Alors quand elle bougonna une présomption aux limites de l'injure à l'égard d'un parfait inconnu, le jeune homme fut contraint de réagir.

- Tu ne sais rien petite soeur, évite donc d'avancer de tels propos. Apaisa t-il en enfonçant ses index dans chacune de ses joues, afin de les lui dégonfler. Tu vas rider avant l'âge si tu continues de bouder ! L'atmosphère étant détendue, Dumiel pouvait entrer dans le vif du sujet. On ne trouvera personne susceptible de nous renseigner à propos de père, trop d'eau à couler sous les ponts. Si nous ne savons pas où chercher, nul ne pourra nous le dire. Sentant le doute arriver, il sortit de sa poche un parchemin jauni roulé en boule. Il le déplia sous le nez de Crystal, révélant ainsi un avis de recherche qui titrait "L'incendiaire", suivit d'un croquis ainsi que de la prime que l'on destinait à quiconque la retrouverait. Regarde la date. Ajouta le jeune homme en posant son doigt sous les chiffres en question. Trois Vita de l'an un, cela fait tout juste un mois, et depuis tout ce temps que nous arpentons la région, nous n'avons relevé aucune trace de cette personne, pas même au travers d'une fausse piste. Un mois, Crystal ! Appuya Dumiel en la fixant dans les yeux. Père, ça fait plus de vingt ans ! Puis il conclut. Nous n'arriverons à rien comme ça, je crains d'ailleurs que nous soyons trop nuls pour mener ce genre d'investigation. Alors soit on abandonne, ce dont je doute venant de toi, soit on sollicite de l'aide.

Un véritable détective ne serait pas un luxe étant donné leur situation. Mais avec sa bourse désespérément vide, c'était loin, très loin même, d'être une affaire entendue. Par ailleurs, Dumiel n'était guère parvenu à faire savoir son désir d'en rester là, qu'il ne voulait pas aller plus loin. Peut-être savait-il que Crystal demeurerait obtuse, ou encore froide à ses suppliques. Peut-être craignait-il simplement de la décevoir...

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 9 heures 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Crystal
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Ven 22 Avr - 17:02

Il semblait... Etrange. Enervé ? Autre chose ? Crystal n'aurait su le dire. Enervé et excédé, finit-elle par conclure après son petit monologue. Peut-être en avait-il assez de tourner en rond sans but ? C'était compréhensible, mais elle réalisait à présent qu'elle n'avait peut-être pas fait assez attention à ses sentiments. Alors, elle ne réagit pas au phrases qui étaient censées alléger l'atmosphère. Au lieu de cela, elle le laissa terminer sans l'interrompre, avant de commencer posément :

- D'abord, je te demande pardon. Je n'ai certainement pas fait assez attention à toi dernièrement, j'étais certainement dans mon monde. Mais j'ai oublié que toi, tu n'étais pas forcément aussi motivé que moi par cette quête.

Elle se mordit la lèvre, confuse. D'accord, reconnaître ses erreurs était une chose, maintenant, elle devait trouver un moyen de réparer son erreur. Une erreur qui avait duré de longues années... Elle ne savait donc pas comment pouvoir se faire pardonner. Lorsqu'il lui montra l'affiche, elle la reprit, et fit mine de l'étudier. En réalité, son esprit était à des milliers de kilomètres de là. Elle ne voyait pas ce qu'elle avait sous les yeux, elle revisualisait les étapes marquantes du voyage, pour essayer de définir où tout cela avait dérapé. Elle en conclut que ce point de perturbation avait certainement émergé dès le début, et que, pendant tout ce temps d'aveuglement, elle avait certainement laissé la situation s'envenimer. Les larmes aux yeux, elle les releva vers lui :

- Je suis vraiment désolée, ce n'est que maintenant que je me rends compte de ce que tu as peut-être vécu... Si tu veux rentrer, tu le peux, je me débrouillerai.

Ses yeux devinrent déterminés lorsqu'elle poursuivit :

- Quant à moi, il est hors de question que j'abandonne. Je ne connais pas ma mère, mon père est réapparu, mort, mais peu importe. Je ferai ce que je peux en sa mémoire. Peut-être que je finirai seule, peut-être même que je n'arriverai jamais au bout de la quête, d'ailleurs, je commence à croire que c'est ce que Juali voulait en définissant tout ça, car c'est lui qui m'a fait te demander de venir, je suis sûre qu'il a prévu tout ça, mais ça me va. Soyons honnête, vous n'êtes pas ma "vraie" famille, je suis la pièce rapportée d'une famille fantôme. Je vous serai éternellement reconnaissante, à toi et à ta mère, pour votre accueil, mais peut-être que je suis simplement destinée à devenir un fantôme, moi aussi. Toi, par contre, tu dois vivre. Fais ce que tu veux dans ce but. Si ça veut dire m'abandonner et retourner à Freezis, ainsi soit-il.

Elle espérait simplement avoir été assez forte pour ne pas laisser voir que le futur qu'elle entrevoyait l'atteignait bien plus que ce que laissaient deviner ses paroles. Il était vrai qu'elle était prête à tout pour venger son père, peut-être retrouver sa mère, si cela était possible, et qu'elle accepterait même de mourir s'il le fallait, mais elle ne voulait pas dire au revoir à Dumiel... Et, même si elle savait qu'elle avait très peu de chances de retourner à Freezis, elle porterait toujours sa belle-mère dans son coeur. Elle avait une grande admiration pour cette femme, qui avait été capable d'assez d'abnégation pour recueillir Crystal, la preuve vivante d'une infidélité que lui avait faite son compagnon, volontairement ou non. Si Dumiel décidait de rentrer, elle le chargerait de remercier sa mère comme il se devait pour elle. Car elle réalisait à présent qu'elle n'avait pas pris le temps non plus de lui dire au revoir correctement. Elle avait fait tant d'erreurs et s'en voulait tellement maintenant, sans savoir si elle était capable de réparer tout ça.

Tentant de refouler une fois de plus toute cette culpabilité, elle fit un mouvement pour repartir dans l'autre sens, vers le village.

- Tu voulais de l'aide, je vais voir ce que je peux faire. À toi de voir si tu m'accompagnes.

Parler froidement était le moyen qu'elle avait trouvé pour ne pas se laisser atteindre, surtout si son aîné décidait de partir. Elle se disait que, dans ce cas, si elle ne le voyait pas partir, elle le supporterait plus facilement.

Si elle avait besoin d'argent ou de nourriture, elle pourrait essayer de chasser. Elle ne l'avait pas fait auparavant, car, malgré le fait qu'elle ait essayé plusieurs fois, cela n'avait jamais fonctionné : soit ça ne marchait tout simplement pas, soit elle tuait les plantes aux environs... Lorsqu'elle avait failli atteindre Dumiel lui-même, elle avait abandonné toute tentative. Mais s'il partait, elle serait libre. D'accord, elle s'autodétruirait certainement en cours de route, mais peu lui importait. Seule, elle n'aurait plus de limite.

Bien sûr, elle espérait de tout coeur que son aîné ne l'abandonnerait pas, mais elle ne savait absolument pas ce qu'il déciderait. Alors, elle se préparait aux deux possibilités. S'il restait, elle se promettait de faire plus attention à lui, en guise de remerciement. S'il partait, elle deviendrait probablement un monstre destructeur, sauf si quelqu'un parvenait à s'imposer à elle comme son supérieur avant cela.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 9 heures 50 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 4 Juil - 2:11

Une quête impossible Dumiel10

Sans qu'il n'y soit préparé, Crystal se répandit en excuses dès qu'il eut formulé sa suggestion. Dumiel haussa un sourcil, puis se gratta inconsciemment la joue. Baissant finalement les yeux jusqu'à pouvoir observer l'herbe danser mollement du ventre au rythme de la brise, le jeune homme s'interrogea. A quel moment avait-il laissé transparaitre ce qu'il avait sur le coeur ? Son facies l'aurait-il trahi ? Non... cela ne pouvait être. Habituellement, sa petite soeur ne manifestait aucune empathie. Qu'ils s'agissaient des cloques qu'il avait aux pieds à cause des trous dans ses semelles, de la tendinite qui lui raidissait le bras droit, ou encore de son pantalon qui ne tenait plus en place, aucun de ces détails ne fut relevé par cette dernière. C'est pourquoi ce soudain acquit de conscience l'interpela plus encore qu'une éruption glaciale. Longuement, Crystal le brossa dans le sens du poil, ce qui ne lui ressemblait guère. Après six ans à l'avoir pratiqué quotidiennement, Dumiel était en mesure d'affirmer que le flocon de neige était très centré sur lui-même. Un trait de caractère qui n'était pas pour lui déplaire cependant. Tandis que lui se trouvait trop à l'écoute des autres, sa soeur, elle, avait plus de propension à les mépriser, sans pour autant faire d'elle une personne antipathique. Crystal avait cette subtilité que d'autres n'avaient point, en outre, elle savait où se terminait la bonté, et où commençait la méchanceté. Une frontière invisible qui lui plaisait d'arpenter. Secrètement, Dumiel l'admirait pour ça.

Mais ce matin, le doute semblait l'avoir envahi. D'un côté elle plaidait en la faveur de son frère pour qu'il retourne à Freezis, et puisse ainsi s'épanouir dans une vie qui serait enfin la sienne, mais d'un autre, elle s'amarrait à son poignet pour qu'il ne l'abandonne pas. Fidèle à elle-même, Crystal était incapable de s'éclipser totalement. Convaincue d'un Destin qui ne pouvait sourire qu'aux gens de son envergure, la jeune élémentaliste refusait de ployer le genou devant la fatalité. Aucune nouvelle de son père ? et alors ? Vingt la séparait de son vivant ? oui, et ? Aucune chance d'apprendre quoi que ce soit de plus ! si j'oublie à mon tour, oui c'est certain ! Vis ta vie, passe à autre chose ! seulement quand j'aurais obtenu ce que je cherchais, mais pas avant ! Si Dumiel devait brosser le portrait de sa soeur, c'est ainsi qu'il la décrirait. Sa détermination n'avait rien à envier aux grands de ce monde, absolument rien ! La recherche des traces de son paternel n'était que le prélude d'un dessein beaucoup plus vaste. Aussi, il n'était pas question pour elle de tourner les talons, et ce, même si elle devait pour cela, endurer l'errance de six années supplémentaires.

- Où penses-tu aller comme ça ? Interpela le frangin en posant une main sur son épaule. Les Phénissois ne sont pas réputés pour être ouverts au monde, tu as dû t'en rendre compte. Mais depuis que le Duc Albretch Bryn n'est plus au pouvoir, sache que nous avons été mis en garde petite soeur. Les gens ne veulent plus nous voir rôder dans le coin, il y en a même certains qui disent que l'on serait à l'origine du trépa de leur dirigeant. Dumiel marqua un temps d'arrêt, inspira, puis poursuivit. Nous sommes peut-être innocents, mais nous ne pouvons le leur prouver. Car quoi que nous en disions, nous étions effectivement aux abords du village lorsque le drame survint, plusieurs paysans furent par ailleurs témoins de notre présence. Crois-moi petite soeur, il ne faut pas forcer la chance !

Sur la fin de sa phrase, l'étreinte de sa main se raffermit, froissant le vêtement de Crystal. L'idée de retourner à Freezis était certes tentante, mais Dumiel n'était plus certain de pouvoir se refaire à la sédentarité. Les conditions actuelles étaient éprouvantes, les repas pas toujours mangeables, et les nuits pleines de terreur. Pourtant, le jeune homme s'était fait à cette existence aventureuse. Les mauvais côtés étaient nombreux, douloureux pour la plupart, mais ils ne faisaient pas le poids devant les bons. Ce que Dumiel reprochait à Crystal n'émanait point de cette vie, mais du pourquoi il la menait. Remonter les traces de père importait uniquement à sa soeur, et jusqu'alors, le garçon devenu adulte tendait à se voir plus comme un outil pour cette dernière, que comme un frère guidé par un amour inconditionnel. Seulement, lorsque Crystal s'excusa, et qu'elle s'intéressa sincèrement à ses ressentis, un soulagement qu'il ne pouvait quantifier, apaisa son coeur à un point tel que sa force le quitta. Les jambes flageolantes, Dumiel retira sa paume de l'épaule de sa soeur pour la presser contre sa propre cuisse. Sans ses nouveaux appuis, son buste, à présent si lourd, l'aurait emporté vers l'avant. Son regard embué par l'émotion tentait d'accrocher celui de Crystal. Et c'est ainsi, dans la posture d'un coureur au bord de l'épuisement, que le frangin répondit au flocon de neige.

- Je n'ai jamais eu pour intention de te laisser tomber, petite soeur. Maintenant convaincu d'être perçu pour ce qu'il était, la quête de Crystal devint moins pesante à porter. Cela ne le ravissait point, mais il était plus à même de s'en accommoder. Juste si tu pouvais attendre un instant que je reprenne mon souffle... ce n'est pas que. Ajouta t-il avec un sourire chargé de malice. Mais tes mots m'ont bien sonné !

C'était tellement inattendu ! S'asseyant finalement dans l'herbe fraîche, Dumiel se repassa en boucle les excuses de Crystal dans le coin le plus reculé de son esprit, comme si elle ne devait jamais rien en savoir. Il rejoua la scène jusqu'à ce que cette dernière finisse par lui paraître naturelle. Impossible de dire à partir de laquelle il fut en mesure de la percevoir comme telle, mais cela se rapprochait sans mal d'un nombre à trois chiffres... Pour sûr, Dumiel n'était pas prêt d'oublier cette matinée.

Quand il fut enfin remis de son choc émotionnel, tous deux purent reprendre la route en direction des plaines. La marche était lente, tandis que les souvenirs coulaient à flots, rappelant ainsi à ce frère et à cette soeur, la proximité qui ne les avait jamais quitté. Une heure passa avant qu'une curieuse tâche sombre pointant à l'horizon n'attire l'attention de Dumiel. Malgré la distance qui rendait le détail imprécis, le jeune homme était certain qu'il ne s'agissait point d'une souche, ou quoi que ce soit d'autre s'en rapprochant. D'abord il avait suggérer l'idée de se rendre au village qui nichait dans les collines d'Umar, afin de trouver une personne susceptible de suivre une piste refroidie depuis vingt ans. Mais peut-être que ces personnes qui formaient ce grain de beauté dans le paysage, pourraient les conseiller sur ce qui leur faisait cruellement défaut. Le désespoir du duo était tel que tout avis était bon à prendre.

Quand Crystal se rendit compte à son tour de cette présence étrangère, son instinct premier fut de s'isoler derrière ses pouvoirs. Dumiel était bien inconscient à limite courir jusqu'aux inconnus. Car ces derniers pouvaient aussi bien être des voyageurs égarés, que des coupe-jarrets sans foi ni loi ! Résolue à couvrir ses arrières en cas de guet-apens, Crystal demeura en retrait, prête à intervenir au moindre signe d'hostilité. Mais lorsque le jeune homme put être en mesure de détailler le groupe, sa course cessa brutalement, puis son sang se figea dans ses veines. Ce n'était même pas un couple, mais plutôt une ombre de femme avec un tronc ensanglanté dans les bras... Père affectionnait les tableaux morbides, mais aucune toile n'aurait pu représenter cet être tel qu'il s'affichait à Dumiel ! Une terreur abjecte campait dans ses yeux, tandis que la douleur ravageait les traits de son visage déjà meurtri... Tétanisé, il demeura sans bouger jusqu'à ce que l'inconnue le remarque. Les joues marbrées par des ruisseaux incessants de larmes, elle supplia Dumiel de lui venir en aide, de ressusciter son amie disparue. Le souffle coupé, le jeune homme tendit ses mains devant lui avant des les agiter frénétiquement. Personne n'avait de tels pouvoirs, lui encore moins ! C'est à peine s'il réussissait à allumer un feu lorsque le temps se faisait trop humide... alors ramener à la vie une fille réduite à l'état de barbaque, c'était de l'hystérie !


Néanmoins conscient que cette femme était en état de choc, Dumiel prit sur lui de l'approcher tout en se gardant d'esquisser un geste brusque. Le genre de mouvement qui serait susceptible d'être pris pour une agression. Lorsqu'il fut suffisamment proche, il voulut se saisir de sa main avec le fol espoir de la ramener à la réalité. Mais celle-ci se raidit, exerçant d'autant plus son étreinte autour du buste qui semblait être tout pour elle. Une mère, une fille... une soeur peut-être ? Difficile de le savoir, car seule une partie de sa chevelure auburn permettait de supposer que cet amas de chair fut un jour un être humain. Dumiel aurait voulu appeler Crystal à sa rescousse, mais était-ce seulement une bonne idée ? Sa soeur ne se sentirait point concernée par le malheur de ces gens... C'est donc seul qu'il allait essayer d'établir le dialogue.

Une quête impossible Belle10

[Arrow...suite de ~ICI~]

Orage pleurait elle aussi toutes les larmes de son corps, lovée quelque part sous son haillon. Le petit être se sentait si brisé qu'il se refusait à être vu. Il ne restait plus rien de Lanae, sinon cette masse sanguinolente qui fut arrachée aux mandibules de l'araignée. Une minute de plus, et elles ne l'auraient jamais retrouvée, mais dix minutes plus tôt, elles lui sauvaient la vie ! Leur exuvie s'était certes extraite de Baereghel, mais leur âme y demeurait toujours. Qu'il s'agissait de Belle ou d'Orage, aucune des deux ne prit conscience de son nouvel environnement. Et malgré la présence de ce jeune homme qui s'était accroupi à son chevet, le capitaine échoué ne pouvait se résoudre à lâcher les restes de sa soeur.

- Je m'appelle Dumiel, je suis en compagnie de ma soeur, Crys...

- Tu as une soeur !!! alors fais revenir la mienne !!! Gronda la jeune femme en plein délire. FAIS LE !!! Finit-elle par ordonner en empoignant l'oreille de son vis-à-vis.

Un hoquet la fit brutalement sursauter, changeant ses vociférations en échos. Et alors que ceux-ci se perdaient dans le lointain, c'est avec effarement que Belle découvrit la chair qu'elle avait arraché au garçon gisant au beau milieu de sa paume. Le malheureux hurlait sans que son cri ne parvienne à percer le sifflement que saturait son ouïe. De ses deux mains, Dumiel tentait maladroitement d'arrêter son hémorragie. Alertée par ce dernier, Orage sortit de sous l'étoffe de Belle. Quand soudain ! une pellicule de givre s'en vint recouvrir les alentours, révélant de ce fait, l'arrivée de la soeur de Dumiel enveloppée par d'immenses flammes bleues ! La jeune capitaine voulait s'excuser, mais l'offensée ne voulait rien entendre, elle s'approchait à vive allure avec la ferme intention de lui faire payer son méfait. Orage voulut s'interposer, mais se heurta à la magie qui immolait la sorcière, la gelant sur place... En tombant, la petite Fée se brisa en mille morceaux. Et alors que Belle se mit à hurler d'effroi, un nouvel hoquet advint, la ramenant dans le passé, ou dans le présent, elle ne savait plus trop... Sa main toujours renfermée sur l'oreille du garçon, Belle la retira lentement. Elle ne savait pas ce qu'elle avait vu, ni même si c'était vrai, juste qu'elle ne souhaitait point que cela se produise.

Cette main farouche alla finalement se poser sur les vestiges de Lanae, et c'est à ce moment là que tout s'assembla dans sa tête. De l'extérieur, son visage s'apaisa, comme si une certaine sérénité l'avait envahi. Et pour cause, Belle crut entendre les gémissements de sa défunte soeur. Des petites phrases à peine audibles qui suppliaient tour à tour Belle, puis Orage de la sortir de là. Se pensait-elle endormie ? dans le coma ? ou encore prisonnière à Baereghel ? La jeune femme ignorait si ce don de voyance était réel ou simplement le fruit de son imagination délirante. Mais dans le doute, elle ne perdait rien à essayer. Qu'est-ce qui pouvait être pire que la mort de Lanae ?

-**Lanae ? est-ce toi ? est-ce réellement toi ? oh s'il te plait... donne moi la possibilité d'y croire !** Avait-elle songé avec force et conviction.

Si jamais Belle avait raison d'y croire, et que Lanae subsistait toujours, quelque part à l'intérieur de ce qui restait de son corps, alors tout espoir ne serait pas perdu. Et auquel cas elle serait devenue folle, mais que cela lui paraissait tout aussi réel, alors la folie sera son seul et unique avenir.

[Annonce : C'est au tour de Crystal, de Lanae puis d'Orage Exclamation]

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 09 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Crystal
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Mer 6 Juil - 18:59

C'était la voix de la raison qui parlait. Elle le savait. Néanmoins, pouvait-elle se permettre de l'écouter sans perdre la face ? Donnerait-elle l'impression de ne pas s'accrocher à ses principes si elle se laissait influencer si facilement ? D'un autre côté... Ils étaient seuls dans ces montagnes. Personne ne pouvait donc la juger. Et Dumiel la connaissait. Pourquoi donc évoquait-il l'opinion publique ? Elle voulait bien comprendre que c'était important pour lui, mais pour la convaincre, il faudrait d'autres arguments.

D'un autre côté... Elle devinait ce qu'il ne disait pas. S'ils retournaient là-bas, et si la polupation locale leur en voulait à ce point, qui sait ce qu'ils seraient capables de faire pour les chasser ? Seraient-ils capable de mettre carrément leur vie en danger ? Et si tel était le cas... Il y avait fort à parier que Crystal elle-même, en voulant protéger Dumiel, se rende coupable d'actions qu'elle pourrait regretter par la suite... En plus de donner raison aux paysans.

Et puis, il n'y avait pas à se torturer l'esprit. Après tout, c'était lui l'aîné, c'était donc lui la figure d'autorité, ici. Même s'il était vrai qu'elle avait passé les dernière années à défier cette autorité... Il était donc peut-être temps de se rattraper. Elle était bien placée pour connaître le bon caractère de Dumiel, c'était probablement ça qui lui avait permis de rester aveugle pendant tout ce temps, ça et sa propre détermination... Mais à présent, il était temps de se raccrocher à ses principes. Cette quête était tout sauf futile pour elle, elle ne le niait pas... Mais elle réalisait à présent qu'elle avait principalement agi comme si elle était seule, dernièrement. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle avait prévu de partir seule. Mais, d'un autre côté, depuis tant d'années, comment avait-elle pu se voiler la face à ce point ? Après l'empathie, elle découvrait la déception envers elle-même. Elle en venait presque à se détester...

Alors qu'elle réfléchissait, elle perçut un mouvement près d'elle. Cherchant sa source du regard, ses yeux croisèrent ceux de son aîné. Elle y perçut une émotion intense, qui, bien qu'elle ne sût pas l'identifier, la troubla. Que voulait-il lui dire ? Car il était évident qu'il voulait lui faire passer un message. Pourquoi n'était-elle pas capable de l'identifier ? Peu désireuse de résoudre cette énigme, elle préféra se concentrer sur les paroles qui suivirent... Et qui n'avaient rien à voir avec ses propres questionnements. Mais soit.

Elle ne put retenir un soupir de soulagement lorsqu'il l'assura qu'il resterait à ses côtés. Puis, doucement, elle suggéra :

- N'hésite pas à me remettre à ma place si j'en fais encore trop, hein.

La remarque sur ses paroles, qui se voulait certainement une boutade, n'eut pas l'effet escompté. Au lieu de la dérider, cela accentua sa culpabilité. Après tout, si elle s'était comportée correctement, il n'aurait pas été si surpris. Néanmoins, elle avait sa fierté, et prit sur elle pour ne pas s'excuser une nouvelle fois. Alors, ce fut sur le même ton joueur qu'elle répliqua :

- D'accord ! Je te promets de ne pas m'enfuir pendant ta pause !

Et elle resta donc là, en posture de vigile, observant les alentours trop déserts pour être dangereux, jusqu'à ce qu'il donne le signal du départ.


*******

Alors que Dumiel s'approchait d'une parfaite inconnue, Crystal resta en arrière, à une distance suffisante pour qu'il ne se sente ni surveillé ni oppressé, mais assez proche pour pouvoir congeler la femme sur place si jamais elle faisait preuve de la moindre hostilité à l'égard de son frère. D'accord, elle le savait capable de se défendre, mais son bon caractère pouvait être sa plus grande faiblesse. Visiblement, il voulait aider. Et elle ne pouvait pas l'en empêcher... Enfin, plutôt, elle se retenait de l'en empêcher. Pour le moment. Si le moindre geste suspect venait à être esquissé envers lui, elle n'hésiterait pas.

C'était ce qu'elle pensait, jusqu'à ce que le jeune homme se penche sur... Qu'était-ce ? Un... cadavre ? Crystal frissonna. Elle n'en avait jamais vu, et celui-là lui semblait particulièrement horrible à regarder. Si elle n'était pas si incertaine des réactions de la femme, elle aurait supplié son frère de partir, de s'éloigner de cette atmosphère morbide. Oh, bien sûr, les émotions de la femme dans une telle éventualité ne lui importaient pas le moins du monde. C'étaient ses réactions qu'elle craignait. Pour son frère. Elle était hors de portée d'un quelconque accès de folie, se trouvant géographiquement trop loin du groupe. Mais Dumiel était en plein coeur de ce dernier. Inconsciemment, elle se rapprocha donc.

Lorsque l'inconnue se saisit de l'oreille de Dumiel, Crystal n'eut pas le temps de réaliser ce qu'elle faisait alors qu'elle accourait pour les séparer, cette fois sans utiliser de magie, craignant de toucher celui qu'elle voulait protéger. Alors qu'elle s'apprétait à déverser son fiel vocal, la femme lâcha son frère, comme si elle avait compris que c'était la meilleure solution. La sorcière se calma donc... En apparence. Mentalement, elle se méfiait encore plus qu'avant de cette personne. Personne dont l'expression faciale se mit soudainement à changer... Crystal ne savait qu'en penser.

Néanmoins, elle ne pouvait maintenir cette indifférence qu'elle voulait éprouver pour cette femme, à l'égard de tout autre être rencontré jusqu'alors. Venant se placer près de son propre frère, elle étudia pendant un moment la femme face à eux. Elle avait perdu sa soeur... Crystal jeta un regard en coin à Dumiel. Comment réagirait-elle, elle, si elle venait à le perdre ? Elle sombrerait probablement également dans la folie, mais une folie bien plus violente, bien plus destructrice. Inconsciemment, elle prit le bras de son aîné et le serra pendant quelques secondes, comme cherchant à se raccrocher à lui. Ce fut la seule faiblesse qu'elle accepta de montrer, avant de s'adresser à la femme, d'une voix ne trahissant aucune émotion :

- Les morts sont perdus. Votre soeur ne reviendra pas. Faites votre deuil, puis passez à autre chose. Vivez, bon sang !

En quoi cela devrait-il lui importer que cette femme vive sa vie ou qu'elle choisisse de mourir de chagrin en pleurant la masse informe ? Cette histoire ne la concernait pas ! C'est pourquoi, reportant son attention sur son frère, elle lui murmura, d'une voix audible seulement par lui :

- Pitié... On peut s'éloigner ? On ne peut rien pour cette femme, et... Honnêtement, je crains ce qu'elle pourrait te faire si elle s'en rend compte.

ça, ajouté au fait qu'une telle proximité avec une mort aussi atroce la mettait mal à l'aise. Plus tôt elle s'en serait éloignée, mieux elle se porterait. D'un autre côté... Elle serait légitime à s'en aller. Dumiel ne lui avait jamais caché que cette quête ne l'enthousiasmait pas, elle se demandait même pourquoi il continuait à la suivre. Alors, d'accord, il lui avait assuré ne pas vouloir l'abandonner, mais... Elle ne savait pas. Quelque chose la dérangeait. Et puis, de toutes façons, il était hors de question qu'elle l'abandonne. Elle avait été honnête avec lui, elle n'avait pas confiance en l'inconnue. Et oui, elle se doutait que, dans l'hypothèse d'une réaction violente, Dumiel serait capable de se défendre, probablement sans faire de mal à personne si c'était possible, mais, tant qu'elle le pouvait, elle voulait être là pour lui. Par conséquent, s'il insistait pour rester et porter une assistance illusoire à cette inconnue, elle se soumettrait bon gré mal gré à cette volonté. Non sans râler autant que possible, évidemment.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 10 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Lanae
Lanae
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Mer 13 Juil - 19:11

*Je suis morte… Fin de l’histoire… Et pourtant, je suis bien « là ». Où ça « là » ? Fais un effort, rappelle-toi Lanae… rappelle-toi… J’étais attachée dans une pièce sombre, depuis un long moment si j’en crois l’état de mon corps. Enfin quand j’en disposais encore d’un… Mais ça c’était après, enfin maintenant… Arghhh !*

Mes pensées n’étaient que brume. Pourquoi insister ? Impossible de me souvenir correctement des événements passés, ni de prendre conscience du présent. Je ne voyais rien et je n’entendais personne, à part ma propre voix. Pour vous les humains, cela se rapprocherait d’un état comateux, ou bien, de ce que l’on peut communément appeler la paralysie du sommeil. Vous êtes conscient sans être complètement éveillé, sans pour autant pouvoir bouger, ni agir dans votre propre environnement.

Pour ma part, je n’avais aucune notion du temps qui s’écoulait. C’était calme, tellement calme… Toutefois, une voix venue d’outre-tombe ne me laissait point en paix. Oui… Ailleurs… quelqu’un… insistait pour me ramener.

*Tiens ? J’entends mon nom. Qui m’appelle ? Laissez-moi tranquille, fichez-moi la paix !*

Malgré cette pensée résolue, je ne pouvais me résoudre à ignorer cette sonorité qui m’était si étrangement familière.

*Belle… *

Belle… Belle… ce prénom résonnait dans mon cœur malgré moi, ou tout du moins dans ce qu’il en restait. D’abord lointaine, puis de plus en plus proche, cette même Belle réveillait mon subconscient, ce qui eut pour effet de me replonger dans la dure réalité. Soudain, tous les derniers moments passés défilèrent sous mes yeux, jusqu’à cet instant fatidique, ma mort.

Belle était venue me libérée, enfin… Mais ce n’était pas elle, c’était Victalass ! Que faisait-il là ? Aucune idée, peu importait. J’étais si heureuse de voir un visage aimant et familier. Nous étions donc à Baereghel et Belle était toujours vivante me disait-il, quelque part là-dessous. Ah, ces maudits Drows. Ils me le paieront cher ! avais-je maugréé tout en m’agrippant à l’Impur pour nous enfuir. D’abord ma famille elfique, maintenant ma sœur de cœur. J’aurais dû être ravie d’être si proche de trouver les clés de mon passé, le pourquoi ils avaient réduit en cendre ma communauté natale. Mais à cet instant précis, je voulais juste retrouver ma sœur, et Orage… Pauvre petite fée embarquée dans cette aventure. Où pouvait-elle bien se trouver elle aussi ?

Après, c’était un peu le trou noir. Je me souvenais de l’Avatar… Lolth, la Déesse araignée. Brr… Et de Victalass qui m’avait persuadée d’abandonner un à un mes sens, dans l’espoir futile d’une évasion. Pourquoi avais-je bu son sang ? Était-ce seulement lui ? Avec le recul, j’en doutais fortement. Et puis… Cette douleur… Mon corps déchiqueté, lentement, dans d’atroces souffrances.

*AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGH !!!!!!!!* Hurlai-je de douleur.

La souffrance s’intensifiait au fur et à mesure que mes souvenirs refaisaient surface. Je n'avais plus tout mon corps. Comment survivre ? Aucune larme ne coulait et pourtant, j'aurais déversé des torrents entiers si j'avais pu. Mon être tout entier était tordu par la douleur. J’étais déchirée entre l’espoir de rejoindre Belle et les vivants, ou bien, de rester dans ma bulle avec l’objectif égoïste de fuir cette affliction maudite. Il me fallait choisir. J’avais tellement peur…

*Belle… Je suis vivante. Enfin, je crois. Mais je ne peux pas utiliser mon corps.* Formulai-je dans un souffle.

Cette simple phrase résumait toute la situation. La voix de Belle que je fuyais au départ était finalement celle qui m’avait sauvée. Tout du moins temporairement… En réalité, il ne me restait que le haut du tronc de mon corps, ainsi que mon esprit. Une sorte de compromis semblait s’être opéré entre les deux. En effet, je ne sentais plus de douleur corporelle mais je ne pouvais plus me mouvoir. Par conséquent, je dépendais entièrement de Belle, ainsi que de ses émotions. À vrai dire, la souffrance qui déchirait son cœur était toute aussi intense que des membres arrachés. Il me fallut un temps qui me parut une éternité, ainsi qu’une concentration sans précédent afin de « retrouver mes esprits »…

*Belle. Je suis désolée de t’avoir abandonnée. J’ai perdu mes pouvoirs aussi… Orage… Est-elle en vie et avec toi ? Je t'en prie, dis-moi que oui...* Formulai-je dans un souffle.

Si la petite fée était bel et bien là, peut-être qu’avec un peu de concentration et de sa magie, ses émotions pourraient m’atteindre, qui savait… J’avais bien essayé de lui parler directement, en vain. C’était si frustrant de ne pouvoir prouver mon existence et de ne pas connaître celle des autres. Aussi, allez savoir tout ce que ma sœur et Orage avaient subi… Je préférais ne pas questionner davantage notre capitaine à ce sujet pour le moment, elle était trop en état de choc, et moi aussi.

Que faire maintenant ? Le temps d’accuser le coup était bien trop long, je n’arrivais pas à réfléchir correctement pour trouver une solution viable. Encore perturbée émotionnellement, je préférais me taire pour l’heure quant aux sujets sensibles, laissant ainsi le temps à ma sœur de cœur de réaliser à son tour le fait que j’étais plus ou moins vivante…

*Le temps presse… Il nous faut de l'aide.* Pensai-je avec désespoir.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Orage
Orage
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Dim 24 Juil - 14:54

Recroquevillée sous les hayons de Belle, je me refusais à ouvrir les paupières. Ce qui m'attendait au delà des frontières de mon esprit était plus que mon coeur pouvait le supporter. Je m'étais réfugiée là, incapable de soutenir plus longtemps la réalité. Depuis j'étais silencieuse, me fermant totalement au monde extérieur. J'avais chanté longtemps. Je me souviens avoir chanté jusqu'à ce que ma voix ne s'éteigne d'épuisement. Pour Belle bien sur et puis pour Lanae. Car nous l'avions trouvée, arrachée à cette araignée et nous avions fuit. Où ? Comment ? Je n'en étais plus sure. Je ne me souvenais que d'avoir chanté encore et encore craignant le silence qui viendrait ensuite. Le reste était flou, ou plutôt je faisais en sorte de ne pas m'en souvenir afin de préserver mon esprit écrasé. Je me laissais bercer par les pas de Belle, la continuité de ce mouvement répétitif m'apportant un certain réconfort que je n'étais pas prête à quitter. Je ne voulais pas voir, je ne voulais pas toucher, encore moins ressentir Lanae. C'est avec honte que je songe à ces mots car oui j'ai peur, je suis effrayée par la personne à laquelle je tiens par dessus tout. Alors j'ai muté mon esprit, J'ai oublié, je me suis réfugiée loin, très loin dans l'obscurité.

Les pas de Belle s'arrêtèrent brisant ainsi le rythme familier et rassurant dans lequel je m'étais enfermée. Refusant obstinément d'en sortir, de faire face, je gardais les yeux fermés mais ne put empêcher le monde extérieur de s'infiltrer jusqu'à moi par l'intermédiaire d'une voix. masculine. Un temps je me crispait songeant que nous nous étions fait surprendre, que ces jaluks allaient nous ramener là bas... mais non. Ce langage n'était pas celui des drows et la voix était beaucoup trop douce pour venir de ces êtres vils. Je pus ainsi calmer le rythme de mon coeur qui s'était emballé. La réponse abrupte qui s'échappe de Belle m'arracha de nouvelles larmes et une grimace. La souffrance qui transparaissait dans son ton, dans ses mots était tellement puissante. Cette femme que je n'avais jamais vu flancher. Durant tout notre temps là bas elle avait tant donné. Elle s'était battue à chaque heure, chaque jour, donnant plus que son corps pouvait parfois le supporter. Son esprit était demeuré intact, combattif et vengeur, incitant à être positif et à croire en l'avenir. Elle s'était maintenue en forme, avait forgé des plans apprenant la langue de ses ennemis tout en prenant soin de me garder en vie alors même que nous étions séparées de sa soeur. Je la respectais et l'admirais tout en me sachant totalement impuissante pour ne serait ce que raviver l'espoir qui semblait avoir presque disparu de son coeur. Non c'était faux. Impuissante je l'avais été mais avais je fait mon maximum ?

J'avais été incapable de prendre le relais, de devenir quelqu'un sur lequel elle pouvait s'appuyer lorsque nous avions retrouvé Lanae. Le choc avait été si brutal, la brûlure dans mon coeur si intense ! On aurait dit qu'on essayait de l'arracher à sa cage en transperçant ma poitrine, le tout en prenant le soin de tordre chaque os, chaque muscle, chaque veine qui l'entourait avant de l'écraser. Et à cause de cela, je n'avais pas été là pour Belle. Je m'étais enfermée, cachée. J'avais comme disparu, préférant l'obscurité à la réalité. C'était quelque chose dont je prenais seulement conscience en entendant le son de sa voix. Durant tout ce temps je n'y avait même pas songé...

Une autre voix, féminine cette fois. Tranchante. Mon sang bouillit alors que j'entendais son petit discours. Comment pouvait on être aussi hautain et irrespectueux devant une personne en souffrance ?! J'ouvris brutalement les yeux, toujours  dans la pénombre du vêtement de Belle, sentant la colère monter. Celle ci en grandissant à la fois contre cette femme et moi même brisa le mutisme dans lequel je m'étais plongée. Je ne pouvais plus rester sans rien faire ou dire. Oui je n'étais pas grand chose, juste une petite fée sans grand destin. Oui j'avais manqué à mes devoirs les plus élémentaires à la fois envers Belle de laquelle je m'étais totalement détachée et de Lanae en refusant de ne serait ce que la regarder. Mais je ne pouvais pas laisser passer ça. Mes ongles plantés dans les paumes de mes mains,  j'entrepris de sortir du refuge que je m'étais trouvé, et  pour la première fois depuis longtemps je sentis l'air frais ainsi que la lumière du jour sur ma peau. Cette dernière piqua mes yeux déjà rougis alors que je cherchais du regard la détentrice de la voix. Il ne me fallut guère de temps pour la trouver et, déployant mes ailes sales et ternes je m'envolais maladroitement et lentement jusqu'à me trouver à hauteur du visage de la demoiselle.

- Tais toi ! Je t'interdis de lui parler ainsi ! aboyais je d'une voix rauque aigue. Lanae n'est pas morte !

C'est alors que je pris conscience d'un nouveau fait. Lanae semblait sans vie et même Belle d'après ses mots précédents avait l'air de le penser. Pourtant de mon coté j'avais toujours été persuadée, et ce depuis l'instant où nous étions réunies, qu'elle était toujours là. Pour faire court, si Lanae était morte, j'étais certaine que j'aurais été la première à le savoir. Que je l'aurais ressenti à l'intérieur de moi. Que la brûlure qui m'avait enserrée le coeur n'aurait pas reflué. Voir que je ne serais plus là pour en parler. Lanae était donc en vie. Dans un triste état et peut être plus jamais elle même, mais vivante. Je n'avais nul besoin de m'en persuader à vrai dire, je le savais.

Tremblant  face à cette femme qui n'avait démontré aucun semblant d'empathie, je préférais lui tourner le dos pour venir voleter près des deux amies. Je devais me calmer. L'étrangère ferait certes un défouloir parfait et il me démangeait de lui balancer quelques éclairs, mais ce n'était pas la priorité. Non ma priorité se trouvait devant moi. Belle regardait ce qu'il restait de Lanae, semblant presque en connexion avec elle, à moins qu'elle ne se perde simplement dans sa contemplation. Je n'osais briser ce moment. Pourtant alors que pour la première fois j'osais détailler la femme aux cheveux roux, je savais que le temps pressait. Il nous fallait de l'aide à n'importe quel prix, Belle était épuisée, au bord de la folie et Lanae...

Je pris une inspiration résolue, avant de m'envoler de nouveau pour rejoindre le frère et la soeur, les inconnus, les seuls sur l'instant qui seraient à même de nous venir en aide. Seule, je ne pouvais rien faire pour aider les deux amies et pourtant de nous trois j'étais l'unique à même d'agir et de parler pour le moment. Lanae ne devait pas mourir, et Belle ne pouvait devenir folle. Je devais convaincre ces deux personnes de nous venir en aide. C'était la seule issue. Aussi puisque qu'il m'était difficile de me maîtriser si je regardais la jeune femme, mon regard se plongea dans celui de l'homme. En lui je voyais de la compassion, de la douceur comme en témoignait le ton sur lequel il s'était exprimé plus tôt. L'aura de cet homme était apaisante. Face à  lui ma colère retourna se loger plus profondément en moi, laissant place à l'urgence du moment.

- Je...Je vous en prie, aidez nous. Laissais je tomber finalement, elle est vivante mais je ne sais pas... La fin de ma phrase se perdit tant ma gorge était nouée. J'inspirais avant de reprendre, nous ne sommes d'aucun danger pour vous, nous sommes blessées et épuisées. S'il vous plait ne nous laissez pas comme ça, aidez nous.


¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 1 Aoû - 16:05

Une quête impossible Belle10

Qu'importe ce que les gens pouvaient se dire, Belle était si concentrée sur ce qui restait de Lanae, que nulle parole ne saurait l'atteindre, pas même venant d'Orage. La jeune femme demeura silencieuse après sa supplication, guettant le moindre retour, si insignifiant soit-il. L'esprit de Lanae subsistait, Belle en avait l'intime conviction, alors elle patienta des secondes qui lui parurent des minutes, puis des heures... L'écho d'un hurlement finit toutefois par résonner en elle, mais appartenait-il à sa soeur, ou à ses souvenirs ? Le voile fut définitivement levé lorsque des mots succédèrent au cri. Avec la voix de Lanae, ils disaient qu'elle était vivante, probablement, mais que son corps restait hors d'usage. Vous m'en direz tant ! Belle souhaitait plus que tout revoir un jour sa frangine, un désir somme toute naturel. Cependant, en dépit de son désespoir, Belle ne comptait point se laisser manipuler par une énième fourberie des Drows. Cette réponse de Lanae était trop belle pour être vraie ! Il se pouvait aussi que la malheureuse divague, et ne soit plus guère capable de dissocier la réalité du rêve... Et comme pour rajouter à son malheur, la voix si familière de Lanae retentit à nouveau. Cette fois-ci elle se confondit en excuses, stipulant qu'elle était désolée de l'avoir abandonné. Le temps que Belle comprenne ce qu'elle voulait dire par là, la voix s'inquiéta pour Orage. En y resongeant, cela ne pouvait être l'oeuvre des Elfes noirs, jamais ils ne l'auraient fait s'excuser sur une chose dont elle fut également la victime. En somme, il n'y avait que Lanae pour dire ce genre de chose. Quant à l'angoisse consacrée à Orage, elle aussi semblait authentique.

Le coeur de Belle se mit à s'emballer, pouvait-elle seulement s'accorder le droit d'y croire ? De là, l'esprit de sa soeur s'exprima derechef, désespérée, il réclamait de l'aide. L'aider, oui... mais comment ? Impuissante, la jeune femme releva la tête, et vit alors Orage faire face à l'homme qui se tenait à son chevet. La Fée semblait attendre quelque chose de lui, une réponse peut-être ? Toutefois, avant d'envisager quoi que ce soit, Belle éprouvait le besoin viscéral de s'assurer de quelque chose. Était-elle sérieusement investie d'une puissance occulte qui lui permettait d'entendre ou de voir des choses, ou était-elle simplement devenue cinglée ? Il fallait qu'elle sache, et pour se faire, elle devait se confronter de nouveau au phénomène. Ainsi, aussi discrètement que possible, Belle imposa sa main sur celle du bon samaritain. Sans vraiment y croire, la jeune femme se laissa surprendre par un effet d'ondulation qui troubla sa vision, comme si une masse liquide s'était abattue entre elle et le visage de cet inconnu, et la seconde d'après, Belle se retrouvait à Freezis, une ville qu'elle n'eut jamais le loisir de visiter. Une épaisse pellicule blanche et poudreuse recouvrait un grand nombre de surfaces, de la neige, oui, c'était ainsi que cette matière se nommait, de la neige. Sans savoir comment, la jeune femme se tenait au bord d'une falaise, et à ses côtés, un enfant âgé d'une huitaine d'années se tenait au plus près du précipice. Habillé d'un simple linge, il grelottait. L'espace d'un instant, Belle fut convaincue de se qu'elle vivait, mais le fait qu'elle n'éprouvait point la moindre sensation de froid, tendait à lui rappeler que cette expérience dépassait sa propre nature. Naturellement, le capitaine voulait revenir auprès du corps de Lanae, mais la fille de Hariil, elle, souhaitait connaitre le fin mot de l'histoire.

Une sorte de connexion finit par s'établir entre Belle et ce garçon. Il ne parlait point, mais elle fut en mesure de savoir qu'il se prénommait Dumiel, et que le malheureux pleurait la mort de son père, plus que tout, il voulait franchir le pas afin de se laisser happer par le vide. Alerte, la jeune femme essaya d'intervenir, mais elle demeura impuissante. Cette page de l'histoire était déjà écrite. Une petite voix salutaire suffira à persuader Dumiel de renoncer à ses idées noires. Et pour cause, une petite fille emmitouflée dans une couverture avait fini par le rejoindre. Inquiète de ne pas trouver son frère dans son lit, et consciente de ne pas avoir une tenue appropriée pour déambuler à l'extérieur de la maison, elle attrapa la couette de son frangin, la plaça sur ses épaules, et partit à sa recherche. Ce matin là, Crystal et Dumiel furent plus proches que jamais.

De retour dans les rocheuses, Belle retira sa main pour la reposer sur le corps meurtri de Lanae, et observa Dumiel d'un regard attristé. La mort de son propre père datait d'à peine un mois, mais à la différence de cet homme, elle avait su tourner la page. Quant à Crystal, Belle la revoyait encore dans cette couverture aux motifs étoilés, perdue dans cette vaste étendue blanche à la recherche de son frère disparu. Un amour au moins aussi fort que Lanae et elle entretenaient, les animait. Pour sûr, ils avaient plus en commun que ce que les apparences laissaient penser.

Une quête impossible Dumiel10

Quand les paroles tranchantes de Crystal fendirent l'air, Dumiel laissa retomber ses paupières sous le poids de la lassitude. Comment pouvait-on être aussi insensible, alors qu'elle même cherchait à faire la lumière sur la dernière heure de son père ? Ainsi confrontée à la mort, Crystal cherchait sans doute à se protéger, mais se mettre à dos la moindre rencontre n'était pas ce qui se faisait de mieux en matière de protection... Et comme pour lui donner raison, une Fée ? oui une Fée ! intervint avec fureur ! Dumiel ne sut comment réagir, aussi laissa t-il sa soeur assumer les conséquences de ses mots. Il apprit également par le petit être que le tronc ensanglantée que tenait l'étrangère, se nommait ; Lanae. La Fée finit par revenir auprès de lui, devinant probablement son désir de leur venir en aide. Le papillon implorait son concours, mais il ignorait que eux-mêmes avaient besoin de secours, et que l'épuisement ne leur était pas non plus étranger. S'ils voulaient tirer quelque chose des uns des autres, ils allaient devoir se soutenir mutuellement. Une perspective bien incertaine en somme... Dumiel ne déciderait rien sans Crystal, pas plus qu'elle ne le ferait sans lui. Une discussion semblait inéluctable.

- Je vais faire ce que je peux... Avait-il murmuré à l'attention de la Fée après que la jeune femme lui ait caressé le dos de sa main.

A ces mots, Dumiel se releva, puis alla à la rencontre de sa soeur. Faisant pression sur son dos, ils s'éloignèrent suffisamment pour ne pas être entendus. - Dis, tu ne pensais pas ce que tu as dit tout à l'heure ? S'assura t-il avant de poursuivre. Ses gens ont besoin d'aide, nous avons besoin d'aide. Tu ne penses pas que l'on pourrait collaborer ? Voyant là une opportunité de ramener Crystal à sa cause, il ajouta sur un ton taquin : Regarde ! il y a une Fée, elle pourrait couvrir bien plus de terrain en dix fois moins de temps pour trouver les indices que nous cherchons depuis des années. Puis d'une voix plus solennelle, il reprit. Nous n'avons rien à perdre à leur venir en aide Crystal, combien de temps crois-tu que l'on pourra encore tenir comme ça ? Puis bon, si elles venaient à nous attaquer, je te sais parfaitement capable de nous défendre. La décision finale, c'était à elle de la prendre. Dumiel avait fait son plaidoyer, au juge de rendre son verdict.

Côté Belle en revanche, il était question d'un tout autre conciliabule. Concentrée sur l'esprit de Lanae, celle-ci s'empressa de la rassurer, et surtout, lui faire comprendre qu'elle n'était point seule. -**Orage va bien, elle est ici avec moi. Je lui fais immédiatement savoir que tu subsistes, et que tu penses à elle.** Portant alors son regard mouillé sur la petite Fée, la jeune femme transmit le message d'une voix chevrotante. - Lanae est toujours des nôtres, je viens de lui parler. Belle se sentait idiote à tenir de tels propos, mais elle préféra aller droit au but plutôt que de chercher à préserver son image. - Elle s'inquiète pour toi. Tu n'es pas forcée de me croire, mais si tout comme moi tu souhaites aussi la retrouver, alors dis moi ce que tu voudrais que je lui dise, et je te rapporterais sa réponse. Parallèlement, Belle soumettait Lanae à la même interrogation, à savoir ce qu'elle voudrait dire à Orage, se faisant, dans la mesure où elles s'y prêteraient, un échange pourrait s'instaurer entre les deux. C'était la moindre des choses, songea t-elle.

Ce n'était pas juste qu'elle soit seule à pouvoir communiquer avec Lanae, ou plutôt son esprit. Mais Belle n'allait pas non plus s'en plaindre, sa soeur pouvait encore être sauvée, restait à déterminer comment, et ça, c'était la question à un million de Nitsed's ! Quant au pourquoi, la jeune femme avait sa théorie. Dix minutes auparavant, alors qu'elle partait la chercher, elle ne trouva qu'une cellule vide avec la porte grande ouverte. En proie à la panique, elle releva des traces de sang frais au sol. Instinctivement, Belle se mit sur la piste des gouttelettes, et remonta le complexe jusqu'à tomber sur cette immense salle avec en son centre, une monstrueuse araignée qui se repaissait du corps de Lanae ! L'horreur pouvait se lire sur son visage, et alors que la bête sectionnait le bassin de sa soeur, Belle ne réfléchit guère et fonça se saisir des restes de la défunte. Le tronc avec la tête bringuebalante dans les bras, la fugitive fuit en direction du seul endroit qu'elle connaissait, la chambre où elle était régulièrement torturée. Elle s'adossa contre la table sur laquelle elle gisait quelques heures plus tôt, puis sanglota... Orage finit par la rejoindre avec l'artefact qu'elle venait de voler. Le choc émotionnel fut si intense qu'elle laissa tomber l'objet à la droite de Belle, avant de s'effondrer à son tour.

Les cris et les pas des tortionnaires suffirent à reporter les souffrances du deuil, et comme à son habitude, Belle sut réagir vite. Demandant dans un premier temps à Orage ce qu'elle avait fait, celle-ci fut contrainte de lui résumer sa petite aventure. La Fée alla même jusqu'à proposer l'idée de se servir de ce bout de roche pour s'extraire de cette fosse ! C'était farfelu, mais au point où elles en étaient, ça ou mourir, c'était du même acabit. Récupérant alors l'objet, Belle orienta la pointe dans sa propre direction, et Orage qui se trouvait à ce moment sur le corps ensanglanté de Lanae, prononça la formule de l'autre illuminée : A'quarthus del Lolth ! A l'instant où Orage prononçait ces mots, un éclat violacé les aveugla momentanément, et la seconde d'après, elles se retrouvaient à l'air libre, ici, au milieu de l'herbe. On est bien sûr en droit de se demander pourquoi les rocheuses, pourquoi à cet endroit précis ? Seule la petite Fée détient la réponse, et pour cause, le sortilège la téléporta au lieu de son dernier souvenir, soit celui où elle rencontra Lanae pour la première fois, ou plutôt ses cheveux dans lesquelles elle s'était emmêlée. Ainsi pleurante sur le corps de la malheureuse, Orage se remémora chaque moment passé avec elle, comme si le fait de faire ça l'empêcherait de s'en aller pour toujours. Après quoi, elle alla se faufiler sous le vêtement déchiqueté de Belle lorsqu'elle aperçut un inconnu s'approcher de leur position. Quant à la théorie de Belle au sujet de la subsistance de Lanae, reposait uniquement sur son intervention auprès de l'araignée. Car manifestement, il était convenu que cette chose la dévore entièrement !

Parmi tous les mots que les Drows pouvaient s'échanger, il y en avait qui ressortait plus souvent que d'autres. Comme Avatar, Lolth, élue, éveil. Et après tout ce dont elle fut témoin, Belle fit un recoupement avec son séjour passée sur la table des tortures. Ce pouvoir dont elle était investi n'était pas une erreur, à terme, elle aussi aurait servi de repas à cet avatar de Lolth. Ce qui lui faisait penser ça ? c'est simple, les jaluken en charge de la transporter veillaient toujours à ne pas avoir de contact physique avec elle. Elle était constamment tractée par ses chaînes. Chaînes dont elle pu se délester après avoir tué son geôlier avec l'aide de Xiamie. Peu à peu, tout faisait sens dans son esprit, bien que beaucoup de questions demeuraient sans réponse. Et enfin, pour ce qui était du Destin de l'artefact qui les avait conduit jusque là, il chut sur le sol de Baereghel juste après que la main le tenant se soit volatilisée.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Crystal
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Mar 2 Aoû - 12:25

Ce qui se passa par la suite eut l'effet de la prendre complètement par surprise. Quelle était cette petite créature ? Crystal avait évidemment entendu parler des fées, mais n'en avait jamais réellement vu. Et il fallait que la première qu'elle voyait l'agresse verbalement... Oh, bien sûr, ce n'étaient que des mots, elle pouvait parfaitement les ignorer. Il lui serait également si facile d'écarter la créature d'un revers de la main... Mais il était inutile de créer plus de problèmes que nécessaire. Si les souffrances morales, si elles ne concernaient pas directement Dumiel, n'avaient que peu d'effet sur elle, elle savait ce que cela pouvait faire de souffrir physiquement. Et les blessures dues à une chute se trouveraient certainement empirées chez un être de si petite taille... Alors, elle se contenta de répondre dans un soupir :

- Qu'elle soit morte ou pas, ce ne sont que des mots. Ils ne lui feront rien, ça, c'est évident.

Puis la fée s'en fut. L'espace d'un instant, Crystal se retouva la tête emplie de questions. Avait-elle fait une erreur ? D'un autre côté, en quoi cela lui importait-il ? Elle ne lui avait fait aucun mal, n'ayant utilisé que des mots. Et, comme elle venait de le dire, elle était persuadée qu'aucun mot ne pouvait réellement faire de mal. Alors, oui, elle manquait clairement d'empathie, mais comment l'inverse aurait-il pu être possible si elle considérait que les blessures morales n'en étaient pas ? Peut-être, finalement, était-ce simplement un moyen de se protéger. Peut-être avait-elle été victime d'une blessure morale, et en cela, il était impossible de ne pas penser à son père, et son apparente insensibilité n'était peut-être qu'un moyen de se prémunir d'une souffrance similaire à l'avenir. En effet, en se convainquant que les mots ne pouvaient pas avoir d'effet, elle se barricadait et se protégeait de toute souffrance morale. Cependant, elle n'avait pas conscience que cela l'empêchait également de ressentir les conséquences positives de certaines paroles.

Puis son regard se posa de nouveau sur la petite créature. Elle venait quémander l'aide de Dumiel ? Crystal devait au moins lui reconnaître qu'elle savait choisir ses interlocuteurs. Si elle s'était adressée à Crystal, elle aurait probablement essuyé d'autres paroles qui ne lui auraient pas plu. Mais elle n'aurait peut-être pas refusé de lui répondre... Pas sans avoir d'abord recueilli l'avis de son frère, du moins. Mais c'était ainsi, Crystal ne savait pas interagir correctement. Et elle en venait même à se demander si elle le voulait...

C'est alors que Dumiel l'attira à l'écart. Elle sentait confusément que la discussion qui s'annonçait allait plutôt s'apparenter à une confrontation, mais d'un autre côté, ce ne serait pas la première fois, et certainement pas la dernière non plus, qu'ils seraient en désaccord... Elle en venait presque à se demander comment ils pouvaient aussi bien s'entendre, en étant si différents. Avec un soupir résigné, elle finti par lui répondre :

- Dumiel, arrête. Tu ne peux pas me tromper. Tu sais que j'étais sincère... et je sais que je ne pourrai pas te convaincre.

Alors, elle allait se plier à sa volonté. Après tout, elle savait qu'aucun accord qui les arrangerait tous les deux ne pourraient être trouvé, donc elle s'inclinerait face au droit d'aînesse de son frère. Cependant, alors qu'elle était sur le point de lui en faire part, il reprit la parole... Visiblement, il n'en avait pas terminé, et semblait bien déterminé à la convaincre. Pourquoi devait-il être si buté ? D'un autre côté... Peut-être pensait-il la même chose d'elle...

Néanmoins, en mentionnant la fée, Crystal dut bien reconnaître qu'il marquait un point. Elle-même pensait avoir détruit en un seul instant toutes ses chances d'obtenir sa confiance, mais si Dumiel le lui demandait... Elle pourrait ne serait-ce que commencer par leur dire si cela valait le coup de continuer à tourner en rond dans ces montagnes... Même si, elle devait bien l'admettre, bien qu'elle ne l'accepterait jamais à voix haute, qu'il était évident qu'ils tournaient en rond depuis tout ce temps, et que, à moins qu'il ne se rendent dans une autre région, leur quête... Non, plutôt sa quête, était vouée à l'échec... Mais, pour cela, il fallait porter assistance à autrui... Comment ? Elle ne savait pas faire cela ! Peut-être l'avait-elle su un jour, mais à présent, elle se doutait que, même si elle essayait d'aider, elle finirait par faire plus de mal que de bien... Comment réagir dans ces conditions ?

L'argument final lui arracha un autre soupir. un échange de bons procédés ? Oui, cela ressemblait bien à son frère de penser ainsi... Mais il ignorait certainement qu'elle avait déjà été convaincue depuis qu'il avait parlé de la fée... Qui semblait la détester, mais c'était un détail. Elle pourrait toujours tenter de s'assurer qu'elle apprécie son aîné, afin de garder une chance d'obtenir son aide... Et d'un autre côté, l'aider également pourrait être un moyen de monnayer son concours futur, après tout... Mais elle ne savait comment s'y prendre. Elle se sentait prisonnière à l'intérieur de son propre esprit. Certes, Dumiel saurait faire, mais elle ne pouvait pas non plus se reposer indéfiniment sur lui...

Lorsqu'il mentionna ses pouvoirs, elle secoua doucement la tête :

- Non... Si tu restes dans les parages, j'aurais peur de te faire du mal... Et si je te protège, je t'empêche de te déplacer... MAIS !

Elle n'avait élevé la voix que pour éviter une potentielle tentative de protester ou de l'interrompre pour un quelconque autre motif.

- Tu marques un point avec la fée. Cependant... Je ne pense pas pouvoir lui demander quoi que ce soit actuellement... Mais elle semble te faire confiance. Fais ce que tu veux, je t'aiderai... Si je peux.

Précision importante. Cela ne l'étonnerait pas de s'être attiré l'inimitié des deux êtres féminins. Elle n'était même pas sûre qu'elles la laisseraient approcher, à présent... Elle porta alors son regard vers elles. Visiblement, la femme et la fée étaient en plein conciliabule... Elle n'avait pas envie d'aller les déranger. Elle attendrait donc que leur conversation prenne fin... Ou que Dumiel la force à aller les voir, ou qu'il soit demandé par l'une ou l'autre. Comme elle l'avait dit, elle l'épaulerai si elle en avait la possibilité. Mais il était hors de question qu'elle s'approche d'elle-même, ayant en effet bien trop peur de les braquer... Si, à cause d'elle, même son frère ne pouvait pas leur parler, elle ne se le pardonnerait jamais.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Lanae
Lanae
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 8 Aoû - 13:52

Orage allait bien ! Ouf, Belle me l’avait confirmé… Quel soulagement, même si j'ignorais tout de ce que la petite fée ou même Belle avaient pu subir. Avaient-elles été abandonnées comme moi au fond d'une geôle ? Bizarrement, mon instinct m'indiquait un sort plus tragique les concernant. Si je ne doutais pas du fait que Belle était entière puisque j'étais dans ses bras, de même pour la petite fée si je me référer aux dires de Belle par "Orage va bien, elle est ici avec moi.", qu'en était-il de leur psychique ? Entre ce qu'elles avaient vécu en bas et ce dont elles avaient été témoins me concernant, je ne pouvais qu'imaginer l'état de choc. Je n'étais cependant pas encore prête à en parler. Aussi, je remis cette discussion à plus tard, préférant m'accrocher à cette annonce réconfortante pour le moment.

- Merci Belle pour cette bonne nouvelle !

J’avais un milliard d'autres questions. Où se trouvait-on ? Y avait-il d’autres personnes avec nous ? Qu’allions-nous faire à présent ? Y avait-il seulement une chance pour que je récupère mon corps, ou même de rester envie, tout simplement ? Toutefois, il me fallait aussi penser à Belle, dont je dépendais entièrement désormais. Cela avait un côté rassurant et terrifiant à la fois. En effet, savoir que je n’étais pas seule, que ma sœur de cœur et la petite fée veillaient sur moi, me faisait chaud au cœur. À l’inverse, ma situation me conférait une impuissance qui était extrêmement frustrante.

Imaginez-vous, être privée de tous vos sens si ce n’était la faculté de penser. Devoir communiquer à travers une seule personne pour appréhender le monde extérieur, sans pour autant pouvoir interagir avec lui. Cela étant dit, rien n’était plus facile du coté de Belle non plus, qui devait se trimbaler mon tronc sans vie et convaincre quiconque elle rencontrerait qu’une âme résidait bien à l’intérieur. En admettant bien entendu que notre capitaine ne soit pas prise pour une folle. Pour couronner le tout, comment procéder en cas d’une nouvelle attaque ? Il fallait bien l’admettre, la situation était plus que désespérée.

Par conséquent, je me gardai bien partager mon flot d’inquiétudes et d’interrogations. Belle avait toute ma confiance de toute façon. Connaissant la nature curieuse de la petite fée et l’empathie de ma sœur, si échange il devait y avoir entre Orage et moi, Belle ne manquerait sans doute pas de le faire. Malgré cette réalité morbide, je me refusais donc à perdre espoir. Après tout, j’aurais dû finir déchiquetée et mangée entièrement. Cette satanée bestiole n’avait pas pris la peine de m’offrir une mort lente en m’encoconnant dans sa toile. Non, cette vorace voulait délibérément me voir mourir dans une souffrance des plus atroces. Le souvenir de la douleur ressentie lorsque cette araignée m’avait saisie et arraché les membres m’était insoutenable. Je sentais mon cœur se comprimer, prêt à mourir une seconde fois. Oui. À mes yeux, une partie de moi était morte là-bas.

Pourtant, une lueur d’espoir résidait au milieu de ce chaos… Je n’existais peut-être presque plus physiquement mais mon esprit lui, était bien vivant et prêt à en découdre avec le Destin. Ma sœur m’avait sauvée et elle était en vie, ainsi qu'Orage. Le reste était encore flou pour moi, d’autant plus que j’ignorais ce qu’il se tramait actuellement autour de nous. Une chose était certaine, il me fallait survivre et pour cela, je priais pour que Belle et Orage trouvent un moyen. Sans corps, je n’étais pas certaine que mon âme résiste longtemps. Ma priorité était que tout cette souffrance et les sacrifices ne restent pas vains.

- Ne perdons pas espoir ! Peux-tu me faire un point rapide sur la situation actuelle, s’il te plaît ? Je ne veux pas t’épuiser inutilement, tu as sans doute déjà beaucoup à gérer entre l’extérieur et moi-même. Dis-je à Belle d’un ton aussi doux et posé qu’il me l’était permis malgré la peur qui me dévorait de l’intérieur, avant de terminer par une question aussi désespérée que pleine d’espoir. N’existe-il donc aucun moyen de me rendre utile à travers tes dons de medium ou les pouvoirs d’Orage ?

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 13 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Orage
Orage
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 15 Aoû - 21:41

Le jeune homme au regard si doux était tiraillé. Je le comprenais fort bien car sa soeur semblait on ne peut plus réticente à l'idée de nous porter secours. Pourtant, de son coté, je sentais qu'il n'était pas indifférent au sort de trois inconnues qui débarquaient de nulle part. La phrase qu'il m'adressa dans un souffle ne fit que renforcer en moi l'espoir. Et alors qu'il s'éloignait afin d'échanger avec la fille glaciale je pus me concentrer sur un évènement court mais étrange qui avait eu lieu juste avant. En effet, Belle avait délaissé un instant le corps de Lanae avec l'une de ses mains pour s'en venir caresser celle de l'homme. Oh vraiment juste un instant mais je n'avais pu m'empêcher de le remarquer car jusque là elle n'avait pu lâcher sa soeur de coeur. Ce n'était donc pas un geste irréfléchi j'en étais certaine. Etait ce néanmoins le bon moment pour interroger Belle ? Elle semblait à ce moment précis fort concentrée, bien loin de moi. Et alors que j'en étais encore à me demander si je devais l'interrompre son regard se tourna vers moi.

- C'est... c'est vrai ?! Lanae était là, elle s'accrochait ! Je ne savais pas comment mais Belle venait de lui parler ! des larmes m'échappèrent. Mais je te crois ! Je...je... Oh dis lui que je le savais ! J'étais sure qu'elle était encore là.... et aussi dis lui de tenir le coup encore un peu, de ne pas s'inquiéter pour moi je vais très bien aussi longtemps que vous êtes auprès de moi.

J'étais si soulagée !  En fait c'était comme si ce sentiment que j'aurais du ressentir suite à notre fuite réussie attendait cette confirmation pour se manifester. Je me sentais plus légère, plus sereine. Nous étions sorties de cet enfer toutes ensemble. Dans un état qui demeurait à déterminer en ce qui concernait la rouquine certes, mais nous étions vivantes. Or c'était quelque chose qui me paraissait plus qu'incertain si peu de temps auparavant.... Je me revois encore chercher Belle après avoir volé l'objet sacré de ces elfes noires. J'étais inquiète. Et alors que je la retrouvais... quel choc ! Entre ses bras se trouvait un...un morceau de corps qui ressemblait de loin à celle que j'avais connue. Je crus que mon petit coeur ne tiendrait pas. Il allait s'arrêter c'était certain. Il ne pouvait battre si cette personne n'était plus de ce monde. Belle ne put que communiquer quelques mots pour m'expliquer l'horreur. Je compris que quelque chose avait cherché à dévorer notre compagne et qu'elle avait presque réussi.

Il fallut ensuite que l'ex capitaine fasse preuve d'une douce fermeté à mon égard pour m'arracher le récit de mon larcin qui gisait échoué sur le sol. Elle dut se résoudre à me gifler à l'aide de l'un de ses doigts pour me faire réagir. Cela eut pour mérite de me replacer dans l'instant présent et la précarité de notre situation. Aussi après le conte rapide du vol, j'évoquais la folle idée d'imiter les drows afin de nous échapper d'ici. Après tout au point où nous en étions, n'avions nous plus rien à perdre ? Suite à quoi nous nous lançâmes et alors que je prononçais les mots répétés quelques instants auparavant, dans ma tête défilaient les instants de ma première rencontre avec cette femme rousse pour laquelle je m'étais éprise d'affection sans en comprendre la raison. Elle n'allait pas mourir, c'était impossible je la sentais encore avec moi même si l'angoisse m'empêchais de la regarder. La douceur de sa chevelure et l'odeur qui la caractérisait furent les dernières images qui me traversèrent avant que le décor ne change totalement. Enfin, lorsque de mes yeux je pus constater que nous n'étions plus dans le monde souterrain, je m'effondrais... l'adrénaline me quitta et je me réfugiais dans les tréfonds du vêtement de Belle, choquée, honteuse et malheureuse. Je ne voulais plus quitter cet endroit qui me semblait si réconfortant. Je voulais oublier la réalité et rester dans mes souvenirs. Qui sait combien de temps j'aurais pu y rester ? Je devrais presque remercier la femme glaciale de m'avoir secouée et permis de me rendre compte de l'absurdité de mon comportement. A cette pensée je grimaçais. Non je n'allais pas lui dire elle pouvait toujours rêver !

Et alors que frère et soeur discutaient, j'en vins me placer à hauteur de l'épaule de Lanae, la caressant pour la première fois d'une de mes fines mains encore un peu tremblante. Curieusement, je ne remettais absolument pas en question le fait que Belle puisse communiquer avec Lanae. En un temps plus serein il était sur que j'aurais été jalouse d'un tel lien mais en l'état je profitais seulement du fait qu'il existait entre les deux soeurs et qu'il soit porteur d'une si bonne nouvelle.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 13 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 29 Aoû - 15:39

Une quête impossible Belle10

Les mots de la petite Fée terminèrent de briser son coeur... Tant d'amour partit en lambeaux, sauvegardé par un infime espoir de retour, c'était juste déchirant. Comment avaient-elles pu en arriver là ? Comment pouvait-on écoper d'une Destinée aussi sordide ? La plus à plaindre restait bien sûr Lanae, mais contrairement à Orage et Belle, elle ne pouvait souffrir de leur impuissance commune. Les restes de sa soeur toujours lovés contre son buste, la jeune femme se retint d'ajouter de nouvelles larmes aux paroles d'Orage. Mot pour mot, les dires de la petite Fée furent retransmis à qui de droit. De son côté en revanche, l'esprit de Lanae avait quelque peu tendance à négliger le côté émotionnel de ces "retrouvailles", ce qui contrastait assez mal avec la voix chevrotante d'Orage qui s'extirpait tant bien que mal de sa gorge nouée. Extrêmement terre à terre, pour ne pas dire froide, la défunte s'exprimait calmement, comme détachée de la situation. Se pensait-elle en proie à un mauvais rêve ? Que cette situation ne lui arrivait pas vraiment ? Oh comme Belle aimerait pouvoir nier cet état de fait ! Contrairement à elle, Lanae ne voyait point sa chair meurtrie, l'expression d'horreur sur son visage figé, et tout ce sang... Alors oui, son comportement respectait une certaine logique lorsqu'on prenait le temps d'y songer. Sa soeur de coeur agissait en prisonnière, ni plus ni moins. Ce qu'elle demanda par la suite conforta Belle dans son hypothèse, outre la question qui s'imposait au sujet des affaires présentes, ou d'évènements qu'elle aurait pu manqué, Lanae s'hasarda à interroger l'éplorée sur sa possibilité d'interagir par son biais, avec ce monde qui n'était plus le sien. Qui, autre qu'une prisonnière, s'acharnerait à regarder par la fenêtre, voir même, y passer les mains ? De son naturel introverti, tinté de sombres pensées, Belle lui répondit :

-**Nous nous sommes échappées, oserais-je même dire ; téléportées, hors de cet enfer. Nous nous situons actuellement sur la terre ferme, je ne saurais pas te préciser où exactement, juste que je fais face au gigantisme du Mont-Freezis... Marquant un instant de silence pour mettre de l'ordre dans sa tête, et Kirenna savait combien elle en avait besoin, le chapitre suivant put être abordé. Deux pèlerins ont fini par nous aborder, sans conséquences pour le moment, ces gens semblent au moins aussi perdus que nous. Avant de s'embarquer dans la suite de sa réponse, Belle s'attarda une seconde sur sa main, cette même main qui venait d'effleurer celle de Dumiel. Pour tout avouer, je ne sais rien de ce pouvoir, son origine, son but, ce qui l'anime... tout cela m'échappe complètement. Je sais juste qu'il est là, en moi. Alors savoir si tu peux transiter par moi... je crains que cela ne soit trop me demander. L'inconnu ne m'effraie point habituellement, mais là je reconnais volontiers que je navigue en plein doute.**

Belle ne disait pas tout, donner sa vie pour Lanae, ça oui ! elle aurait voulu ! Elle aurait même préféré que la situation soit inversée. Mais laisser un esprit, quel qu'il soit, investir son âme, donnait lieu à un tout autre sens au mot ; sacrifice. S'interposer face au tir d'un canon était une chose, mais livrer son propre corps à l'esprit d'un défunt, tenait de l'hérésie ! En somme, Belle n'était pas certaine de vouloir essayer cela. Car en admettant que les frontières de l'impossible se brisent, permettant ainsi à Lanae de s'exprimer par sa bouche, qu'adviendrait-il alors de sa conscience ? où résiderait-elle ? Il s'agissait là du terrain des Dieux, qui s'oserait à le souiller ? Surement pas Belle. Celle-ci laissa donc le silence se poursuivre entre son esprit, et celui de Lanae.

Parallèlement, Dumiel en avait terminé avec sa soeur, et revenait désormais au chevet de la jeune endeuillée. Son désir de lui venir en aide se lisait dans son regard, mais tout comme elle, le malheureux était incapable de décider quoi faire. Que fallait-il faire ? Où fallait-il aller pour accomplir cette chose qu'elle ignorait devoir faire ? Préserver le corps de feu Lanae pouvait être une bonne chose, mais après ? Belle était jeune, et avait toujours vécu en mer, de tout le folklore qu'elle connaissait, rien n'était à même d'accomplir une telle résurrection sans la malédiction qui allait avec. Quels que pouvaient être le mythe ou la légende qui encadrait telle ou telle histoire, il y avait toujours un prix à payer. Or, si Belle ne les envisageait point, malgré son désir absolu de retrouver Lanae, c'est bien que l'entourloupe surclassait de très loin, le miracle qu'elle escomptait. Et alors qu'elle se pensait sujette à un nouveau vertige, le sol rocailleux des rocheuses se mit à vrombir. Une nouvelle vision peut-être ? Belle attendait ce moment fatidique qui la transporterait en un autre lieu, une autre époque, mais les secondes s'écoulant, celle-ci fut alors contrainte de se rendre compte que la terre grondait, plus encore que le rugissement du tonnerre dans le lointain ! La poussière se souleva du parterre herbeux, arrachant quelques mottes au passage, s'élevant à une dizaine de centimètres du sol, débris et particules lévitèrent une, deux, trois secondes tout au plus, avant de retomber subitement. De là, non loin de Belle, une silhouette finit par se dessiner dans le paysage. Avec une certaine nonchalance dans sa démarche, celle-ci s'approchait.

Une quête impossible Drow11

Elles se tenaient là, comme deux fleurs agonisantes dans l'attente d'être compostées ! Comme c'était mignon... Bien que la Vestale Omrael ne pouvait s'arroger du droit de mort sur Belle et Lanae, elle bénéficiait toutefois d'un bonus substantiel en la présence de cette paire de surfaciens, comme si par avance, Lolth la récompensait pour ses efforts. Et pour sucrer le tout, cette sale garce de voleuse de Fée ! Le sourire en coin, Chesrae, car tel était son prénom, usa de sa perfidie légendaire à l'égard du petit groupe qui lui faisait face. En premier lieu, celle-ci commença par envouter l'esprit du jaluk à la pâle chair, puis celui de la sale garce de voleuse de Fée. En conséquence de quoi, ces derniers n'auront qu'une envie ; éviscérer, démembrer, écorcher et pour finir, tuer cette donzelle adepte de magie qui la toisait de son regard violet. Puis, au moment où la Vestale l'estimera nécessaire, elle échangera les rôles jusqu'à extermination complète de ce ramassis de morpions ! Pour sûr, elle allait bien se divertir, car après le larcin perpétré par cette sale garce de voleuse de Fée, c'était devenu pour elle, un besoin essentiel. Son retour à Baereghel avec ses élues sous chaque bras, signera la fin des hostilités, et un nouveau départ pour le peuple Drow.

Une quête impossible Dumiel10

Cette soudaine apparition hérissa l'échine de Dumiel qui se releva aussitôt. Un coup d'oeil en direction de Crystal, puis il se posta entre l'étrangère au tronc sanguinolent, et cette manifestation à la semblance inamicale. Jamais encore il n'avait vu d'Elfe-noire, et pour être tout à fait honnête, celle-ci produisit en son sein une sensation dont il se serait bien passé... L'expression de son visage ténébreux engourdissait sa main qui n'avait à présent qu'un désir, claquer contre sa joue afin de lui remettre les rides en place. Bien que Dumiel privilégiait toujours le dialogue, cette fois, il ne put s'y résoudre. Outre la peur de la réputation que l'on prêtait à ces êtres empreints d'une perfidie sans nom, cette femme, issue de l'éther, affichait clairement ses intentions. Les doigts enserrant discrètement le manche de son couteau de chasse, il se dit : -*Tout d'un coup, je n'ai plus trop envie d'être le grand frère, Juali ?*. L'air hésitant, Dumiel continua de faire front, et alors qu'il se préparait à dégainer, sans vraiment être certain de pouvoir le faire, son palpitant se mit à pulser comme jamais encore il n'eut à le faire ! Il se figea un instant, imperméable à tout ce qui pouvait être dit ou fait, puis finit par regarder par-dessus son épaule.

Le visage grave, il observait sa soeur. L'observation finit par se muer en insistance, et l'insistance troqua son regard bienveillant en celui d'un être pourri jusqu'au trognon ! Le sourire en coin, à l'instar de la Vestale qui supervisait ce théâtre en plein air, il chargea, lame au poing, cette fille qui présentement, ne représentait plus rien pour lui, si ce n'était la satisfaction de la faire hurler à la mort. Au fond de lui, Dumiel se savait épauler par la Fée, il n'avait donc aucune crainte de s'en prendre à une mage. Belle fit bien sûr immédiatement le lien entre cette Drow, et leur fuite. Aussi s'empressa t-elle de renseigner l'esprit de Lanae sur cette soudaine menace :

-**Les Drows nous ont retrouvé ! S'écria t-elle paniquée. L'une d'entre eux nous attaque ! Instinctivement, Belle voulut accrocher l'attention d'Orage, mais ce qu'elle vit la pétrifia. Par Kirenna ! Orage !** Laisse t-elle s'échapper.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Crystal
Crystal
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Mar 30 Aoû - 15:16

Comme elle l'avait promis, Crystal suivait son frère. Qui n'alla pas très loin. Sentant son désarroi, elle s'approcha de lui pour venir poser une main qu'elle espérait apaisante sur son épaule. Mais elle n'eut pas le temps d'en faire beaucoup plus. Le sol semblait vouloir changer de forme. Que se passait-il ? Une avalanche ? C'était une possibilité, mais, bien vite, elle dut se rendre à l'évidence. Ce n'était pas le cas. Lors d'une avalanche, le sol et la paroi montagneuse tombaient... Vers le BAS. Mais ici... Tout se comportait comme si une masse énorme s'était déposée, ou plutôt écrasée, à en juger par les réactions du sol, non loin. Non, rien de tout cela n'était normal. Méfiante, elle observa les environs.

Et ce fut à ce moment qu'elle la vit. Une femme... Ou pas. Jamais elle n'avait vu de telle créature. Cependant, il était certain qu'elle ne lui inspirait pas confiance. Néanmoins, elle resta derrière Dumiel, se préparant à réagir rapidement s'il lui arrivait quoi que ce soit. Et ce fut ce qui arriva... Bien qu'elle ait d'abord du mal à le comprendre. Que se passait-il ? Rien ne semblait avoir changé, et pourtant... Le regard que lui adressa Dumiel n'avait plus rien à voir avec sa bienveillance habituelle.

- ... Dumiel ?

Ces mots semblaient l'avoir décidé, alors qu'il se précipitait vers elle, brandissant sa lame. Euh, pardon ? S'il était resté lui-même, elle n'aurait pas résisté. Bien qu'elle n'aurait pas compris ce soudain revirement, s'il voulait se débarrasser d'elle, elle l'aurait laissé faire. S'il était encore lui-même. Ce qui n'était clairement pas le cas à ce moment. Alors, elle esquiva.

- Dumiel, réveille-toi ! Ce n'est pas toi, regarde !

Rien à faire, ses cris semblaient tomber dans l'oreille d'un sourd. Que devait-elle faire ? Si elle ripostait, elle risquait de lui faire du mal. Mais, si elle ne faisait rien, c'était elle qui risquait d'y laisser la peau... Esquivant un nouveau coup, elle avisa la nouvelle venue. D'accord. Il était peut-être un peu tard pour cela, mais à présent, elle réalisait que la femme venue plus tôt, avec son fardeau inutile et sa fée, était inoffensive. Mieux valait tard que jamais pour réaliser ce genre de chose, non ? Toujours était-il qu'à présent, la véritable menace était cette femme à la peau sombre. Etant elle-même mangicienne, elle était bien placée pour savoir que, si elle parvenait à faire perdre connaissance à cette femme, ou peut-être simplement détourner son attention, son pouvoir cesserait de faire effet. Car tout cela était dû à son pouvoir, quel qu'il soit, c'était évident. Dumiel était fidèle à lui-même jusqu'à son arrivée.

Néanmoins, elle devait faire quelque chose. Il y avait bien sa tempête de neige, qui aurait le mérite de n'affecter que sa seule véritable ennemie, mais que se passerait-il si le vent décidait de revenir vers elle au lieu d'envoyer l'étrangère au loin ? Et cela suffirait-il à l'étourdir ? Dans le doute, elle préférait se focaliser sur Dumiel en attendant de voir ce que déciderait l'étrange femme, plus tard. Elle se savait incapable de l'assommer, tout en se doutant que cela pourrait être la seule manière de mettre un terme temporaire à cette situation... Alors, lors de l'attaque suivante de son frère, elle lui saisit le bras, et, s'excusant à voix basse, tenta de le désarmer, même si la majeure partie de ses forces était monopolisée par l'effort nécessaire pour l'empêcher de récupérer son bras. Pour l'instant, elle tenait, mais ça ne durerait pas, elle le savait. Il fallait réfléchir, et vite. Alors, tandis qu'elle... Jamais elle n'aurait pensé faire face à ça un jour... Tandis qu'elle luttait contre Dumiel, elle s'adressa à la femme qu'il avait voulu aider :

- Madame ! Je vais me fier à.. Au vrai Dumiel, pas au monstre qui est là en ce moment. Il voulait vous aider, vous êtes sûrement une bonne personne. Si vous avez une idée pour vaincre cette femme, je suis preneuse. Il n'est plus là pour le faire, donc je vous protégerai à sa place.

*Enfin... Tant que je le peux.* En effet, elle commençait à faiblir, son bras commençant à trembler légèrement. C'était pour ça qu'elle n'avait jamais joué à la lutte avec son frère, elle savait très bien qu'il aurai toujours fini par gagner, étant plus fort qu'elle ! Mais elle serra les dents. Elle devait se faire violence et réussir à le retenir, au moins jusqu'à ce qu'elles trouvent une meilleure solution. Alors, elle plaça sa deuxième main sur le bras de Dumiel, en soutien. Mais elle savait que cela ne lui donnerait que peu de répit. Et elle n'avait pas pris la peine de surveiller la fée, partant du principe que ces créatures étaient bénéfiques, donc inoffensives pour elle, du moins dans l'immédiat.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Lanae
Lanae
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Lun 5 Sep - 15:50

Dans un premier temps, Belle me retransmit la réponse d’Orage. Celle-ci me déchira le cœur. Un lien existait entre la petite fée et moi. J’ignorais encore exactement de quoi il en retournait, mais j’espérais fermement le découvrir une fois rétablie, si j’y parvenais. En attendant, je savais qu’elle était vivante, qu’elle « tenait le coup », tant qu’on était là… Oui, tant qu’on était là… Combien de temps me restait-il ? La situation était mal engagée me concernant. À ce rythme, j’allais mourir sans même les avoir revues une dernière fois. J’aurais voulu, moi aussi, leur apporter mon soutien, faire ressurgir la Lanae téméraire et leur dire que tout irait bien. Bien trop submergée par l’émotion, je restai mutique cependant, incapable de faire de la place au doux réconfort que pouvaient m’apporter Belle et Orage. J’étais désormais murée dans une prison mentale que plus personne ne pouvait atteindre. Peut-être un moyen de me préserver ? Très certainement. Aussi, je me contentais d’écouter ce que Belle avait à me dire suite à mes interrogations.

Dans un second temps, Belle me résuma donc ce qu’il nous était arrivé. Si je comprenais bien, nous avions été téléportées hors de ce calvaire. Malgré nous sans doute, mais ce miracle nous avait sauvées. À présent, nous étions en présence de deux étrangers, ni vraiment utiles mais pas hostiles non plus. Puis Belle fit une pause. Je ne disais toujours rien. Ces bonnes nouvelles ne suffisaient pas à susciter la moindre lueur d’espoir en moi. Ma sœur de cœur hésitait, je le sentais. Elle finit par me répondre quant à ma requête concernant son pouvoir. Elle refusait. Délicatement, mais sûrement. Un choix que je comprenais autant qu’il me faisait mal. Je lui devais déjà ma survie, et pourtant, mon impuissance m’avait poussée à explorer toutes les solutions possibles. Je ne lui en voulais pas. Je me mettais à sa place. J’aurais moi-même donné ma vie pour elle. La laisser entrer dans mon esprit ? Si cela avait pu lui sauver la vie, sans hésitation. Mais simplement pour voir l’extérieur et me sentir moins seule, c’était tout bonnement égoïste de ma part. De plus, cela risquait de perturber son équilibre mental déjà bien mis à rude épreuve. Non, il me fallait trouver une autre solution, et vite…

Je n’eus pas le temps de lui partager mes pensées quant à sa décision. Soudain, je sentis tout mon être qui était secoué de toute part. Notre environnement bougeait, j’en étais certaine. Belle s’adressa de nouveau à moi, d’une voix paniquée cette fois-ci. Les Drows nous avaient retrouvées et l’une d’entre eux nous attaquait ! Puis elle prononça le nom d’Orage. Misère, que se passait-il ?

Incapable de réfléchir correctement et toujours aussi impuissante, je priais pour qu’un nouveau miracle se produise. Dès lors, mon tatouage se mit à brûler le long de mes côtes jusqu’à mon cou. Belle le verrait très certainement briller si elle regardait mon tronc. Cet ornement marquant mon appartenance à ma cité elfique m’avait été fait il y a fort longtemps par… Pourquoi n’y avais-je pas songé plus tôt ?!

– Belle, j’ai grandi entre Nandis et la terre du Phénix. Par là-bas, il y a un grand cimetière dont tu as sans doute déjà entendu parler. Nous pourrons très certainement trouver une solution en nous y rendant. Je n’ai pas le temps de t’expliquer plus en détails mais si nous parvenons à nous enfuir, c’est dans cette direction qu’il nous faudra aller !

Cymetia détenait des pouvoirs immenses. Cela venait de me revenir : je l’avais déjà lu dans un livre par le passé, à la même époque où l'on m'avait fait mon tatouage justement. De ce que je savais d'elle, la "petite reine" comme certains la surnommaient, avait plus l'habitude de traiter avec les morts qu'avec les vivants. Peut-être que mon cas l'intéresserait d'une manière ou d'une autre. Comment pouvais-je espérer un quelconque geste de sa part en notre faveur ? C’était une autre histoire. Pour le moment, nous étions en grand danger et il nous fallait déjà survivre à une énième attaque Drow. Décidément, je commençais à les détester de plus en plus ceux-là… Espérons que les deux pèlerins pourraient se montrer utiles… Il allait sans dire que plus le temps passait, plus mon corps se détériorait, et plus mon humanité semblait s'évaporer...

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Orage
Orage
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1Mer 14 Sep - 15:36

Ça traîne, ça traîne... le frère et la soeur discutaient un peu plus loin tandis qu'à coté de moi Belle semblait en plein échange avec Lanae. Du moins c'est ce que je pensais puisqu'elle ne réagissait pas et ne bougeait pas non plus. Ce n'était pas tant que je m'ennuyais là tout de suite, je profitais vraiment de la lumière du jour, de l'odeur de la nature environnante, des couleurs et tout le reste. Alors pourquoi est ce que je ressentais cette impression de lenteur, comme si prendre le temps et apprécier le fait d'être en vie était un luxe qu'on ne pouvait se permettre ? Je désirais, non j'avais besoin que l'on bouge, que l'on se cache, que l'on soit en sécurité. Ce mot me paraissait magique, lumineux, lointain, irréel. Est ce que ça existait réellement ? J'en vins à me demander à quand remontait la dernière fois que je m'étais sentie en sécurité. Mon cerveau focalisant sur le passé proche, j'aurais tendance à répondre "jamais" assez instinctivement.

Je haussais les épaules, aucune envie de chercher plus amplement dans mes souvenirs la tout suite, et j'aperçus du mouvement du coté fraternel. Enfin ! et alors que je voletais autour de Lanae et Belle, incapable de tenir en place, je vis la femme capitaine se raidir brusquement avant que les plus petites roches au sol ne se mettent à remuer de tout coté.  Terre et poussière se retrouvèrent projetées dans les airs, pas bien haut mais assez pour que je comprenne ce qu'il se passait. Selon toute vraisemblance, la terre tremblait, grondait, mais pas de façon naturelle, loin de là, non, quelque chose d'autre était à l'oeuvre.

Tournoyant sur moi même je finis par l'apercevoir. Ce qui me frappa en premier et réveilla en moi la terreur qui s'était assoupie au fond de mon esprit fut la couleur de sa peau. J'ouvris de grands yeux et résistais à l'envie de plonger directement dans les méandres des vêtements de Belle. Non ce n'était pas possible, pas les drows, pas déjà ! Elle avait l'air de sourire en plus. Je crus reconnaître l'une de ceux qui officiait lorsque j'eus volé l'artefact qui avait rendu possible notre fuite. A coup sur elle était là pour ramener Lanae et Belle dans les tréfonds des tortures. Non non non me répétais je en secouant la tête. C'était injuste que ces créatures nous aient retrouvées si tôt. Elle ne pouvait reprendre mes deux compagnes, sinon elles finiraient pas mourir. Je vis alors Dumiel se poster entre nous trois et la saleté noire. Il était vraiment courageux cet homme là, il aurait pu courir pour sa vie après tout cela ne le concernait pas vraiment.

L'autre glaçon par contre, avec ses longs cheveux et son air que je ne supportais pas ne comptait apparemment pas se mouiller. Je me sentis soudainement bouillir de l'intérieur... Oh oui je rêvais de la déchiqueter, lui faire ravaler sa fierté égoïste et mal placée, lui arracher membre après membre bien lentement avec l'aide de l'humain et lui faire regretter de ne pas n'avoir eu ne serait ce que du respect pour de simples créatures en quête de soutien. Oubliée la drow sortie de nul part, ainsi que la peur qu'elle m'inspirait. Je n'étais plus que colère, voire haine à l'encontre de cette fille. Dumiel m'avait devancé, il l'attaquait à l'aide d'un couteau mais ne semblait pas des plus performant. Et l'autre qui essayait de lui parler mais qu'on la fasse taire !

Je n'y tins plus et fonçait en direction du combat opposant frère contre soeur. Celle ci semblait avoir coincé le bras du jeune homme. Je regardais autour de nous, rasant le sol puis repérait une pierre bien coupante que j'attrapais entre mes deux mains. Je volais ensuite entre Dumiel et Crystal et plantait de toutes mes forces le coin le plus acérée de mon butin dans la main qui maintenait l'homme prisonnier.

-Tu vas le lâcher oui ! Balançais je.

Suite à quoi je lâchais la pierre et vint m'en prendre à la frange bleutée de Crystal tirant un coup à droite, un coup à gauche, par ci et par là tout en essayant d'éviter ses mains qui à coup sur ne manqueraient pas de venir chercher à me déloger. Or j'avais de mon coté l'agilité et la rapidité ! Je comptais détourner l'attention de la jeune femme pour que Dumiel puisse se ressaisir et l'attaquer de façon plus réussie. Je faisais du stationnaire devant le visage de Crystal espérant bloquer efficacement sa vision. Je bougeais sans cesse, et histoire de bien la mettre sur les nerfs je serinais en boucle la même phrase encore et encore à savoir "Egoiste, froide et sans coeureuuuh, tu crèveras seule dans l'heureuuuh !" . Le tout sur un air de "nanananananèreuuuh" bien connu... ou pas.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 11 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Une quête impossible Empty
MessageSujet: Re: Une quête impossible   Une quête impossible Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

Une quête impossible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ASTRUNE :: Les rocheuses-
Sauter vers: