AccueilPortailDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

Partagez | 
 

 La sagacité d'un déchet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P.N.J
P.N.J
La sagacité d'un déchet Empty
MessageSujet: La sagacité d'un déchet   La sagacité d'un déchet Icon_minitime1Jeu 23 Sep - 16:32

La sagacité d'un déchet Belle10

Chaque séance lui coutait une parcelle de son âme, mais à la différence de toutes les autres, celle-ci fut plus violente encore ! Le plus douloureux n'était pas tant la souffrance endurée, ni d'être l'objet de railleries. C'était de supporter le regard de son double vicié ! La savoir à sa place auprès de Lanae lui déchirait littéralement le coeur. Au moins autant que la fois où Orage partagea son agonie sur la table des tortures... Si seulement elle pouvait balayer ce souvenir, la jeune femme s'y emploierait de tout son être. Cette chose déguisée de son visage s'emplissait de ses tourments avec une telle efficacité, que le doute venait à s'instaurer autour de sa propre identité... Ce n'était qu'une fois jetée au trou que Belle recouvrait ses esprits, mais à chacun de ses retours, l'exercice de conscience se faisait toujours plus complexe. Sa volonté pour armure, la jeune femme récitait sans relâche le prénom, le nom ainsi qu'une part de la personnalité de chacun des membres du Corivace. Pour eux, elle devait tenir ! Outre Lanae qui partageait son calvaire, Belle ignorait tout de ce que vivaient les autres... étaient-ils seulement encore en vie ?

Balancée dans les ossements par ses tortionnaires, Belle dut attendre plusieurs minutes avant que son rythme cardiaque ne daigne enfin se stabiliser. Saturé par la douleur, son esprit n'était plus capable de l'identifier comme telle. Au trois-quarts insensible et désorientée, la jeune femme finit par se relever jusqu'à supposer être assise. Elle ne sentait plus guère ses mains, ni même ses jambes, quant à ses yeux, du sable semblait s'être infiltré jusque derrière ses globes oculaires tant la sensation d'irritation la lancinait. Le voile d'obscurité dans lequel elle baignait ne laissait percer aucune lumière, aussi pouvait-elle savoir lorsque ses veines incandescentes cessaient d'irradier. Généralement deux minutes suffisaient, mais après un tel traitement, il en fallut plus du triple, et encore... cela pouvait toujours se percevoir si l'on y prenait garde. Malgré ce risque, Belle prit sur elle d'appeler Orage. Depuis une semaine qu'elles étaient piégées dans cette fosse, les filles apprirent à cohabiter. Dans un premier temps la Fée eut beaucoup de mal à s'y faire. Se savoir à la fois si proche et si loin de Lanae, perturba violemment le petit être. Surtout que tout lui tomba dessus sans qu'elle puisse être en mesure de comprendre ce qu'il se passait... Sur ce point, Belle n'avait pas fini de s'en vouloir.

Peu avant qu'ils ne viennent la chercher, la jeune femme se plaignait de fortes démangeaisons à l'arrière du crâne. Ce fut alors que malgré la dépression de voir Lanae réduite à l'état de légume sans que sa présence n'y change quoi que ce soit, Orage se faufila jusque sous la chevelure de Belle afin de comprendre ce qu'il pouvait bien s'y passer. Frappée par l'horreur, la petite Fée rendit son dernier repas. Une tique monstrueuse s'était logée dans la chair de l'Humaine. Néanmoins motivé par cette dernière, l'être Féerique électrifia la bestiole jusqu'à ce qu'elle finisse par tomber. Mais alors que l'acarien s'écrasait sur le sol, la porte s'ouvrit à grand fracas ! Ne pouvant aller se cacher à l'endroit habituel, Orage dut rester en place. Impuissante, elle ne put qu'observer le panneau de fer se refermer sur Lanae...

Au coeur de cet enfer, Orage demeurait leur seul espoir. Si jamais elle s'était envolée au moment où Belle se faisait escorter, celle-ci aurait été repéré, annihilant ainsi toute leur chance de s'en sortir vivantes. Néanmoins forcée de demeurer couverte par les cheveux de l'Humaine, Orage fut également transpercée par les sorts qui s'abattirent sur elle ! Et bien qu'elle perdit connaissance assez rapidement, la malheureuse eut droit à l'ensemble du traitement. Belle n'oubliera jamais la sensation effroyable de ce corps tout mou lorsqu'elle l'extirpa de sa coiffe... Orage ne luisait pratiquement plus, et durant un nombre incalculable d'heures, le capitaine veilla sur elle. L'abreuvant régulièrement de sa salive, elle la gardait au chaud contre son giron. Puis doucement, la petite Fée revint à elle. Les échangent qui s'en suivirent furent long, et parfois fastidieux pour une Belle au bord de l'aphasie. Mais le combat finit par reprendre. Brièvement nourrie lors de ses phases de tortures, la jeune femme rapportait ce qu'elle pouvait à Orage. Bien sûr, ce que cette dernière ignorait, et se devrait de continuer d'ignorer, était que cette bouillie visqueuse et tiède provenait en réalité d'une régurgitation récente. Avec tous les efforts du monde, Belle ne parvenait guère à conserver quoi que ce soit dans sa bouche durant la séance ; soit elle avalait, soit elle recrachait...

Outre ces détails sordides sur la survie, Orage était désormais suffisamment vigoureuse pour faire à nouveau usage de sa magie. Elle pouvait donc se changer en courant d'air pour tenter de rejoindre Lanae sans être vue. Quant au pourquoi ne pas l'avoir fait lorsque les bourreaux sont venus l'enlever, cela demeurait un mystère. Néanmoins, Belle proposa une alternative à sa compagne d'infortune. Sachant sa soeur de coeur en présence d'une méchante Belle, cela signifiait qu'ils ne comptaient pas la tuer tout de suite, sinon pourquoi se donner tant de mal ? Cela leur laissait donc du temps, un temps qu'elles allaient devoir utiliser à bon escient !

Belle fit alors travailler sa mémoire à plein régime, car si la Capitaine demeurait certaine d'une chose, était qu'elles ne pourraient guère s'extraire de ces limbes sans combattre ! Aussi passa t-elle en revue chacun de ses entrainements avec Victalass, chacun des duels que son père avait pu disputer, ainsi que sa dernière rixe avec Lonoud. Chaque geste, chaque mouvement, tout avait son importance ! Puis elle s'arma d'un fémur qui gisait parmi tant d'autres, le tailla en pointe contre la roche, et fit d'Orage son entraineur. Grâce à la lueur qui l'auréolait, la Fée pouvait guider chacun de ses coups avec vitesse et précision. Tout ceci était pourtant loin de suffire. Ce fut pourquoi la jeune femme entreprit de briser la barrière de la langue. Lorsqu'elle était au supplice, les Drows échangeaient nombre de mots dans leur jargon. Belle s'évertua alors à en comprendre un maximum, ce qui n'était point chose aisée lorsqu'on ne disposait d'aucune base. Leurs expressions faciales furent donc une bonne source d'inspiration pour s'adonner à l'approximation.

Même si elle n'était sûre de rien, Belle n'avait plus guère de choix, elle allait devoir se faire confiance. Aussi, après que Orage l'eut rejoint suite à son appel, la jeune femme lui confia se qu'elle pensait avoir compris. - Il est probable que Lanae soit revenue à elle. Nous allons devoir agir avant que le pire ne survienne ! Souffla t-elle entre deux tremblements.

La présence de ce double d'elle-même qu'elle avait sciemment caché à Orage, l'angoissait au plus haut point. Il n'était guère dans la politique Drow de faire preuve d'autant de patience et de subtilités. Que voulaient-ils donc obtenir de Lanae ?

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 10 heures 07 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Familier
Familier
La sagacité d'un déchet Empty
MessageSujet: Re: La sagacité d'un déchet   La sagacité d'un déchet Icon_minitime1Mer 22 Juin - 12:38

La sagacité d'un déchet Orage12

Ne pas bouger. Ne pas régir. Reste calme, réfléchir et attendre. Écouter. Observer sans agir. En d’autres termes, être invisible. Voilà ce à quoi se résumait mon existence depuis… un certain temps. Aussi, depuis le trou que je m’étais aménagé avais je eu tout le loisir de ressasser encore et encore les évènements ayant conduit à l’ ici et maintenant. Je n’ai guère compris ce que faisaient Belle, Lanae et les autres sur l’île de ce roi pirate. La rousse avait bien tenté de m’expliquer le cheminement d’évènements les ayant conduites en cet instant mais à vrai dire cela m’importait peu. Où elle allait, je suivais. Et ce même si mon pauvre petit cœur miniature souffrait de voir tant de misère, de torture et de méchanceté réunies au même endroit. Tout ne se passa guère comme l’avaient prévu les deux femmes dés lors qu’une puissance ô combien maléfique fit son apparition. Une drow. Son rire raisonna et je frissonnais, me cramponnant aux cheveux de la demi elfe avec une ardeur renouvelée. Cachée de par la masse de l’imposante chevelure de mon hôte, je ne vis quasiment rien des actions qui suivirent, me contentant de m’accrocher, fermant les yeux puisque de toute manière ils m’étaient inutiles. Mon ouïe, elle, ne ratait aucune occasion d’apprendre. Aussi j’entendis parfaitement les derniers mots de la jeune femme à mon égard avant qu’elle ne s’effondre m’assommant dans le processus.

Ces quelques souvenirs suffisaient à me donner la chair de poule. J’étais si lasse. Lanae était loin, bien que pourtant si proche ! Une partie de moi pleurait le manque de cette créature tant aimée. J’ignorais que l’on pouvait s’attacher autant à une personne. En fait sans elle, je me sentais comme vide… il me manquait l’essentiel. Heureusement Belle n’avait pas perdu espoir. La jeune humaine s’était occupée de moi telle une mère avec son petit, devenant plus douce que je ne l’avais vu être sur son navire. Un fin sourire élargit mes lèvres à cette réminiscence. Nous avions toutes deux appris durant ce temps loin de la rousse. Lorsque nous étions encore toutes trois, je quittais rarement Lanae. Je ne comprenais pas pourquoi elle était toujours inconsciente. Ce jour là pourtant j’avais parcouru la distance séparant les deux amies. Ce n’était pas la première fois, à vrai dire je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour faciliter le quotidien Belle et entretenir celui de Lanae qui ne manquerait pas de se réveiller. Imaginez moi frictionnant doucement leur peau à l’aide d’un morceau de vêtement humide afin de les rafraîchir ou de laver une plaie. Je brossais leurs cheveux aussi, enfin disons plutôt que j’en démêlais les nœuds de crasse avant de gratter le cuir chevelu des deux jeunes femmes, sachant que cela procurerait au moins à l'une d'elles un minuscule élan de bien être. Ou encore je m’en venais chanter à leurs oreilles mon souffle apaisant, espérant ainsi soulager le coeur de la femme pirate et éveiller la rousse. Bref, bien malgré moi, je dépérissais en les voyant petit à petit devenir légumes sous mes yeux, impuissante. Belle m’intimait de ne pas me montrer aux monstres qui les maintenaient prisonnières. Bien sur je savais que je n’avais aucune chance ne serait que contre le plus faible d’entre eux mais être là et se sentir si… inutile finirait par avoir raison de moi.

Cette fois ci donc, j’avais parcourus la distance séparant Lanae de Belle de manière méthodique, sans entrain. L’humaine souffrait de terribles démangeaisons sur le crâne et je m’en venais voir ce que je pouvais faire pour l’apaiser. J’avais déjà affronté des hordes de poux, acariens et autres bestioles horribles pullulant dans les environs, cependant je n’étais pas préparée à ça. Une tique monstrueuse, énorme, était logée juste là. Ce fut plus fort que moi. Je voletais à l’écart rapidement, sentant mon estomac se rebeller et bientôt je rendis mon dernier repas. Et dire que je pensais commencer à m’habituer à côtoyer des horreurs… Respirant un bon coup, je pris mon courage à deux mains et revint faire face à la créature. Par Lourina j’adorais la nature mais j’en venais à haïr tous les êtres vivants dans cet endroit ! Ils n’étaient que nuisances, et n’apportaient rien de bon à ce monde. Belle du sentir mon désarroi car elle m’encouragea. J’entrepris alors d’électrifier la chose afin qu’elle tombe. Et je finis par y arriver. Un sentiment de satisfaction s’emparait de moi alors que la tique s’écrasait au sol lorsque la porte s’ouvrit. Frappée de stupeur, je ne pus que me réfugier plus loin dans la chevelure de Belle, me rendant derrière sa tête. Déjà celle ci était levée et escortée en dehors de la cellule. Non ! Je devais rester là avec Lanae, je…. Mais c’était déjà trop tard. Je ne pouvais risquer de m’envoler après toutes les recommandations des deux jeunes femmes. Alors un nœud terrible se formant au creux de mon estomac, je pris sur moi, tétanisée de peur à l’idée de ce qui allait se dérouler.

Belle ne m’avait raconté ce qu’il se passait au-delà de la porte. S’en souvenaient elle ? Je ne posais pas de questions, je me contentais d’être là et d’accueillir. Et j’aurais préféré rester dans l’ignorance. La noirceur qui entourait Belle, les bruits terrifiants alentours et surtout… la douleur. Je ne pensais pas possible de ressentir tant de souffrance. Faible de par ma nature ainsi que nos conditions de vie, je ne tins pas longtemps avant de sombrer dans une bienfaitrice inconscience. Je m’en voulais de laisser tomber l’humaine mais je n’étais pas Lanae… seulement une moitié de fée, un courant d’air électrique complètement dépassé par le cours des événements. Je ne me souvenais pas vraiment de ma convalescence… juste des flashs ici et là d’humidité, de chaleur, de goût immonde aussi bien que nourrissant. Une voix aussi, cette voix si douce qui m’encourageais, me choyais, me priais de me remettre. Ce qui arriva finalement. Je n’ai guère gardé de trace du temps passé, me référant à Belle pour toute information importante. Je réfléchissais avec elle, lui tenant compagnie, songeant à la rousse seule, loin. L’humaine me distrayais, répétant inlassablement les noms et caractéristiques des membres de son équipages, ou reprenant les entraînements qu’elle avait pu avoir par le passé. Elle me nourrissait et je faisais mon possible pour garder chacun des repas immondes qu’elle me prodiguait. De mon coté je corrigeais ses postures, lui fournissais un peu de lumière, la réchauffais et engrangeais autant d’informations que possible. Je me remettais toujours du traitement reçu mais je gardais courage grâce à elle. Nous survivions dans l’attente de retrouver Lanae et… fuir.

De mon trou au milieu des ossements, au plus loin de la porte, je reconnus sans mal le grincement de son ouverture. Aux aguets je me figeais. Ce devait être le retour de Belle. Dans quel état allais je la retrouver une fois de plus ? Bientôt le silence se fit de nouveau et pourtant je ne bougeais point. J’avais pour consigne de ne pas me montrer tant qu’on ne m’appelait pas. Sa voix se fit bientôt connaître et c’est avec soulagement que je répondis à l’entente de mon nom. Je le rejoignis surprise de trouver un air des plus déterminé sur son visage. Elle avait pu comprendre certains des mots des drows ! Surprenante d’intelligence, cette femme m’épatait de par sa ténacité. Je ne pouvais faire moins que répondre présente et adhérer à ses idées. Je comprenais sans mal combien il devait être plaisant de suivre Belle, se laisser guider par ses idéaux,… Cette humaine avait tout du leader et ce même au fin fond d’un trou de l’ombre terre. Je la laissais respirer, la pauvre tremblait de toute part. Je me plaçais simplement devant son visage et posai une main sur sa joue.

- Je suis prête. Commentais je . Assieds toi un instant, tu vas finir par tomber. Ajoutais je finalement d’un ton un peu plus ferme comme pour la convaincre de m’écouter. Assieds toi et je t’écoute. Je suis sure que tu as déjà une idée.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 10 heures 08 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
La sagacité d'un déchet Empty
MessageSujet: Re: La sagacité d'un déchet   La sagacité d'un déchet Icon_minitime1Mar 28 Juin - 9:24

La sagacité d'un déchet Belle10

Devant l'insistance de la Fée pour qu'elle s'asseye, Belle abdiqua. Le corps meurtri, elle se laissa presque tomber dans les ossements. Son souffle empestait comme si un rat s'était engouffré dans sa bouche pour y mourir. Le bourdonnement dans ses oreilles avait tout de l'essaim de frelons, et en dépit de ses afflictions, la jeune femme restait à flot, elle le devait ! Au plus profond de son coeur, elle était certaine que si elle renonçait, Lanae le paierait de sa vie... La foi que Orage lui témoignait n'était pas non plus étrangère à sa combativité, par ailleurs, jamais la petite Fée n'aurait accepté que Belle baisse les bras. L'extrémité de ses doigts picotait, comme si son sang avait cessé de les irriguer, une sensation nouvelle qui n'était pas pour la rassurer. Puis la voix d'Orage reprit, ses mots traversèrent son acouphène à l'instar d'une anguille échappant au filet. Une idée ? avoir une idée ? si seulement il suffisait d'avoir des idées, il y a déjà longtemps qu'elles se seraient enfuies... Non, ce stade là était terminé, désormais, seule l'action importait. Donc si sauter à la gorge du prochain démon qui franchirait cette trappe pouvait se voir comme une idée, alors soit, Belle avait effectivement une idée... Quand bien même celle-ci était de l'ordre ça passe ou ça casse, elle ne pouvait plus retarder l'échéance.

Se saisissant de l'arme qu'elle avait confectionné à partir d'un os, un fémur de petit gabarit, Belle fit comprendre à Orage son intention d'agir. Mais lorsque ses doigts effleurèrent sa surface rugueuse, la matière se mit à vrombir, de là, une chaleur étrangère s'insinua dans ses extrémités. Prise de vertiges, sa conscience sembla se dédoubler. L'épisode ne dura qu'un instant, mais à son retour, Belle était capable d'affirmer, sans savoir comment, que le fragment squelettique qu'elle tenait jusqu'alors, appartenait à une fille. Une toute jeune fille qui idolâtrait sa mère, un sentiment dont se moquait bien la vieille Drow qui ne voyait en elle qu'une menace. Malgré son incompréhension, le capitaine échoué demeura à l'écoute de ses ressentis. Pour une histoire de succession qui n'intéressait point la gamine, sa mère se faufila discrètement jusqu'à son chevet pendant qu'elle dormait, puis lui ôta le visage à coup de doloire ! Xiamie agonisa trois heures durant, avant de rendre son dernier souffle. Une larme roula sur la joue de Belle face au triste sort de l'enfant, et bien qu'aucune image n'avait assailli son esprit, la jeune femme ne faisait désormais plus qu'une avec cette fille... Peut-être ne s'agissait-il que d'une hallucination, ou bien était-ce quelque chose d'autre ? quelque chose de plus angoissant ? Par mesure de précaution, Belle s'assura de ne frôler aucun autres restes. Il en allait de sa santé mentale.

Epuisée, Belle finit par s'allonger. Toujours en compagnie de Xiamie, elle s'isola derrière ses paupières sans pour autant se laisser gagner par la torpeur. D'un instant à l'autre, l'ennemi viendrait se quérir de sa personne. Cela dénotait avec les autres "jours" ou il était de coutume de la laisser pourrir dans le trou jusqu'au lendemain supposé. Oui, Belle ne pouvait que le supposer, étant donné que dans un telle obscurité, la notion du temps s'en retrouvait fortement altérée. Mais d'après l'information qu'elle parvint à filtrer de leurs échanges, il ne faisait point de doute, les Drows allait mettre les bouchées doubles ! Meurtrie par la souffrance de la jeune femme, Orage se mit à fredonner son air préféré. De sa mélodie, la petite Fée espérait l'apaiser quelque peu, mais visait également à oublier sa propre situation. L'une comme l'autre sentait que la fin était proche, mais afin de se convaincre du contraire, chacune d'elles se comporta comme s'il s'agissait d'une séance "ordinaire", et qu'elles se retrouveraient ensuite.

La meule de pierre qui préservait l'étanchéité du charnier finit par bouger. Dans un bruit sourd et prolongé, le frottement de la roche annonçait la venue que redoutait tant les prisonnières. L'adrénaline fit que l'état léthargique de Belle se dissipa en un instant, et quand une silhouette massive accourut pour lui empoigner la chaine qui pendait encore à son cou, le poing de la jeune femme se referma sur le fémur de Xiamie. Sous ses pas lourds et précipités, les os se brisèrent dans un craquement caractéristique, permettant ainsi à Belle d'évaluer la distance qui la séparait de l'ennemi. Et quand il fut à portée, d'un geste sûr, elle enfonça sa lame d'os dans le cou du jaluk ! Dans un râle sanglant, il confia à son assassin que l'heure de l'évasion avait sonné. Orage passa la première et partie en éclaireur, elle traversa la pièce où Belle se faisait quotidiennement torturée, puis s'engouffra dans un étroit corridor. Au terme de celui-ci, la petite Fée releva diverses voix qui semblaient réciter une incantation. En rase motte, elle s'approcha de la source. Tombant alors sur un autel entouré par une bande de fanatiques en tenue de cérémonie, Orage comprit que ces monstres leur préparait un sale coup. Résistant à l'envie de repartir d'où elle venait afin d'aider Belle à secourir Lanae, celle-ci se résolut à épier le petit groupe.

Trois grandes femmes radotaient dans leur langue incompréhensible, tandis qu'une quatrième, plus petite, se saisissait d'un objet sur le socle qui se dressait devant elle. L'objet en question ressemblait à un stalactite de roche semblant avoir été taillé à la serpe. Mais quand la détraquée se mit à le brandir, un halo violacé naquit à sa pointe. Certaine de son pouvoir, la maîtresse de cérémonie tendit son bras en direction d'une des trois grandes femmes, puis formula ces mots : A'quarthus del Lolth ! Un instant elle était là, et l'instant d'après elle se volatilisait. Bien que surprenant, cette soudaine disparition ne ressemblait point à une mise à mort, c'est alors qu'une folle idée traversa l'esprit d'Orage. Dans un battement de cil, la petite Fée chaparda l'objet avant que la cinglée n'ait pu expédier une autre de ses amies ! Elle qui pensait galérer à transporter cette chose, fut bien surprise de constater à quel point cette matière était légère. Par ailleurs, entendre les Drows pleurnicher suite à ce vol, ne fut pas pour lui déplaire. Si elle en avait le temps, Orage recommencerait bien volontiers ! D'une seconde à l'autre, la petite Fée allait retrouver Lanae, et cette simple idée suffit à lui faire redoubler d'allure...


[OUT : Suite ~ICI~Arrow]

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 10 heures 59 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
La sagacité d'un déchet Empty
MessageSujet: Re: La sagacité d'un déchet   La sagacité d'un déchet Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

La sagacité d'un déchet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: MONDE D'EN-DESSOUS :: Baereghel :: Les alvéoles :: Le trou-
Sauter vers: