AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -56%
Trottinette électrique pliable – GO RIDE ...
Voir le deal
110 €

Partagez | 
 

 Le chemin des souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur
Narrateur
Récits 234
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Ven 28 Fév - 16:38

[Arrow...suite de ~ICI~]

Une fois Umar et son alliée disparues, Emy accompagnée de Myla s'en retournèrent jusqu'au corps sans vie du petit William. Encore choquée par ce qu'il venait de se passer, l'Impure pressa l'enfant contre son giron afin de le déposer dans un endroit qu'elle jugeait plus digne. La fatigue la terrassait, et en attendant d'en savoir plus sur les survivants, elle préféra ne pas le mettre en terre. Selon Emy, même si elle réprimait cette pensée, ce dernier hommage en revenait à sa famille. Oubliant momentanément Thrilie laissée dans sa maison inondée et éventrée, l'Impure s'endormit lovée contre Myla. La guerrière s'en voulait de n'être parvenue à le sauver, aussi se promit-elle de revenir dans cette contrée une fois qu'elle en aura terminé avec Zanérim. Bien qu'elle ignorait encore ce qu'elle fera, elle demeurait certaine que sa présence ne sera point de trop. La nuit fut ponctuée par le retour de la rôdeuse qui finit par perdre la trace du monstre qui avait clos le combat contre la Démone. Son visage s'attrista à la vue de William, une expression devant laquelle Myla s'excusa. Silencieuse, Erinaë finit par se pencher afin d'écarter une mèche qui masquait les traits d'Emy. En séchant, ses larmes avaient coller ses cheveux à sa peau, et malgré ce geste, l'Impure demeurait dans les bras de Sinah. Puis, sans même avoir ouvert la bouche, elle s'évanouit dans la pénombre.

En milieu de matinée, Emy finit par émerger. Myla se tenait toujours auprès d'elle, et manifestement, elle n'avait pas fermé l'oeil de la nuit. L'eau s'était retirée, et les quelques personnes qui s'étaient terrées dans leur cave, déambulaient à présent au milieu des gravas encore fumants. Plusieurs corps avaient été aligné dans les ruines du bourg, mais d'autres ne cessaient d'agrandir cette macabre collection... Instinctivement Emy se retourna, et put ainsi constater que William n'avait pas été déplacé. Bien qu'elle connaissait tous ces gens, cela lui aurait fendu le coeur de voir son compagnon de jeu associé à ce génocide. Quand bien même c'était le cas, l'Impure refusait de tout regrouper. Par ailleurs, elle ne se doutait point qu'autant de braves villageois avaient pu perdre la vie... D'après ses souvenirs, Thrilie les avait sauvé d'un brasier qui, à coup sûr, les aurait tous tué. D'où provenaient donc ces morts puisque le miracle avait opéré ? Emy apprendra un peu plus tard que l'impact entre le mur aqueux et la déferlante de flammes avait été d'une violence inouïe. La foule en panique fut en grande partie assommée par l'onde de choc, puis noyée par les eaux lorsqu'elles eurent recouvert les terres... Ce fut d'ailleurs à ce moment que l'Impure songea à se rendre au chevet de Thrilie. Toujours affalée sur le lit, Emy se précipita vers elle tout en se prenant les pieds dans les innombrables objets qui jonchaient le sol.

L'état précaire de l'Elfe provoqua chez elle une crise d'angoisse agrémentée de quelques secousses. À tel point que Myla dut intervenir pour la calmer. Interloqué par le remous de la terre, Lynan, un prêtre de Loominëi itinérant, se rendit jusqu'à la porte de la maison de l'Impure. Lorsqu'il aperçut Emy, une curieuse impression de déjà vu le submergea alors. L'appel au secours de cette dernière l'arracha toutefois à cette sensation. Aussi, sans se faire prier, il examina l'infortunée pour laquelle le regard de l'être aux grandes oreilles se faisait suppliant. Il nota dans un premier temps une anomalie au niveau de son cou, mais en s'y attardant avec d'avantage de minutie, il lui découvrit une rupture des cervicales ! Emy affirma que ce n'était pas possible, elle l'avait vu marcher jusqu'à sa couche. Pareille blessure l'en aurait privé ! Lynan était pourtant catégorique, et le fait qu'elle ait pu se déplacer par elle-même ne relevait en rien d'une preuve. Il n'était pas rare de se fêler un os, et de le transformer en fracture par un simple changement de position. C'est ce qui se produisit pour Thrilie après qu'elle eut encaissé la collision entre feu et eau. Lorsqu'elle se laissa tomber sur le lit, sa nuque fragilisée se brisa pour de bon...

Fort heureusement, avant que Emy ne se laisse épouvanter plus avant, le fidèle de Loominëi assura être en mesure de la guérir. Insufflant la lumière de sa Déesse dans la zone meurtrie de l'Elfe, Lynan parvint à restaurer ses cervicales. Et bien qu'elle était désormais hors de danger, il lui faudra du temps pour recouvrer ses forces. Une nouvelle qui fit sauter Emy au cou du prêtre, lequel trébucha emporté par son élan. Affaibli après l'énergie qu'il dut sacrifier pour cette opération, Lynan s'excusa de ne pouvoir rester, mais d'autres blessés l'attendaient... Désormais seule avec Myla auprès de Thrilie, l'Impure veilla sur cette dernière jusqu'à ce qu'elle finisse par ouvrir les yeux. Lorsque sa conscience fut de nouveau sienne, l'Elfe demeura hagarde une poignée de secondes. Emy lui conta alors les événements de la nuit en plus de la blessure qu'elle s'était infligée, et que malgré la guérison dont elle fut la bénéficiaire, elle demeurerait faible pour un temps qu'elle ne pouvait estimer. Machinalement, Thrilie se frotta la nuque, et même si ce ne fut qu'effleurement, une vive douleur lui électrisa l'échine, confirmant ainsi les dires d'Emy.

Le soir venu, la plupart des habitants qui avaient fuis vers la grande plaine, firent leur retour. Ce fut donc sous l'ambiance tamisée du crépuscule que Higor découvrit les corps sans vie de sa femme et de son fils. Emy lui présenta ses condoléances à sa façon, alors que de son côté, Erinaë se retenait de ne pas lui infliger la rouste de sa vie. Ce lâche avait purement et simplement, abandonné les siens à la mort ! Jamais elle ne pourra lui pardonner un acte aussi odieux. Toutefois, ne souhaitant pas rajouter au malheur qui s'était abattu sur la paisible petite bourgade, la rôdeuse étouffa sa fureur dans l'oeuf en présidant les funérailles. En raison des animaux sauvages peuplant la région, la coutume était d'incinérer les dépouilles. Un immense bûcher fut donc ériger avec ce qu'il restait des bâtisses qui ne pouvaient être reconstruites. Bien qu'elle fut présente lors de la glorification des disparus, Emy s'éclipsa au moment où les flammes parurent. Myla lui emboîta le pas, puis s'en retournèrent auprès de Thrilie qui avait été laissée à la solitude de sa maison. L'Elfe pouvait bouger les mains et les pieds, mais la connexion entre son cerveau et ses muscles n'allait pas au-delà. Lynan était formel, elle allait devoir se montrer douce et patiente le temps que le flux se rétablisse. Elle avait quand même passé une bonne partie de la nuit dans un état proche de la mort, ce repos forcé était bien peu de chose comparé à l'infirmité dont elle aurait pu être la victime.

Au lendemain, Emy aidée de Myla, s'attelèrent à la restauration de sa demeure. C'était du bricolage, mais cela devrait lui permettre de rester debout le temps de son absence. De plus, soucieuse de ces petits amis, l'Impure fit don de sa maison à Lynan afin que celui-ci puisse veiller au prompt rétablissement de ces pauvres âmes ayant perdu leur parent durant la catastrophe. Le prêtre salua sa grandeur d'âme et jura de faire tout ce qui était en son pouvoir pour faire honneur à sa requête. Et bien que Thrilie insistait pour partir ce jour là, Emy demeura intraitable ! La jugeant encore trop fragile malgré l'accord de Lynan quant au fait qu'elle pouvait voyager. Elle préféra repousser leur départ jusqu'à demain à l'aube. L'Elfe bougonna mais se montra compréhensive, surtout qu'elle ne pouvait se déplacer sans assistance. La nuit fut tumultueuse pour l'Impure, le visage livide de William n'avait de cesse de la hanter, et chaque fois qu'il se matérialisait dans ses songes, c'était en proie à des sueurs froides qu'elle se réveillait... Emy ne comptait plus les fois où elle fondit en larmes à son souvenir, tantôt sur son oreiller, tantôt dans les bras de Myla qui faisait de son mieux pour la réconforter. La guerrière se montrait d'une sensibilité surprenante face au désarroi d'Emy, peut-être était-ce dû au fait qu'elle n'avait pu le sauver... Quoi qu'il en était, son épaule fut un véritable pilier sur lequel elle put se raccrocher.

La douce voix de la petite Dame, et l'apparente forme de Thrilie permirent à Emy de quitter son village le coeur moins lourd. L'Impure en profita même pour remercier et saluer Erinaë avant de se mettre en route. Etant donné les récents événements, les gens et autres marchands avaient cessé d'arpenter la région. Emy et sa suite durent donc entamer leur voyage à pieds. L'Elfe qui peinait encore à s'asseoir sans parler du fait de tenir sur ses jambes, reposait sur le dos de Myla. Quant à l'Impure, elle ouvrit la marche. Elle connaissait bien la forêt qui menait jusqu'à la grande plaine, elle crut également entendre les paroles d'Oracle lorsqu'elles passèrent non loin de la clairière où elle l'avait rencontré. Ce chemin des souvenirs prit cependant fin lorsque toutes trois sortirent des bois. Et bien que le périmètre faisait écho dans l'esprit d'Emy concernant sa première rencontre avec Myla, elle n'en dit rien et céda sa place à la guerrière en tête de peloton. La carte de Slive entre les mains, la petite rousse prit la direction des rocheuses.

Elles passèrent leur première nuit à la belle étoile nichées dans une gorge rocailleuse. Emy n'était pas du tout confiante, étant si proche et si loin de chez elle à la fois, elle eut beaucoup de mal à donner raison à Sinah. Thrilie quant à elle, s'écroula littéralement. Il fallait savoir que même si elle avait beaucoup de mal à en faire l'usage, la prêtresse essayait tant bien que mal d'avoir recours à ses facultés curatives pour mettre un terme à son statut de poids mort. Et enfin Myla, la brave et infatigable guerrière. Elle était toujours la dernière à s'endormir, et la première à se lever. Cela lui permettait aussi d'être constamment aux petits soins pour Emy qui peu à peu, se conciliait avec son Destin. Un fait qu'elle allait peut-être regretter, car au matin l'Impure s'osa à une question pour le moins... inattendue. Le regard pétillant, elle souhaitait prendre la relève pour ce qui était du transport de Thrilie. L'Elfe et Myla se regardèrent comme pour s'assurer qu'elles avaient bien entendu la même chose. Une réaction commune qui fit rougir l'Impure, mais qui, en dépit de la gène éprouvée, réitéra sa demande. Ne la prenant guère au sérieux, la petite Dame s'opposa à sa requête. Elle avait besoin qu'elle reste sur le qui-vive puisque dans cette situation, elle ne pouvait combattre. Or, en cas d'embuscade, il fallait qu'elle soit prévenue à temps afin qu'elle n'ait pas à jeter Thrilie dans les buissons.

D'ailleurs, en parlant de l'Elfe, elle parvenait désormais à se maintenir assise, allant même jusqu'à garder le dos droit. C'était encourageant, mais encore insuffisant pour refuser le verso de Myla. Le petit déjeuner fut vite avalé, mais l'ambiance s'était quelque peu ternie depuis le refus de la requête d'Emy. Pensant à tort que ça lui passerait, la guerrière se mit en route. L'Impure suivait mais traînait des pieds, chassant avec une rage contenue tous les cailloux qui se trouvait sur son chemin. Une heure passa, puis une seconde sans que l'humeur de cette dernière ne change... À chaque pierre qu'elle envoyait valser, Thrilie se retournait, et chaque fois la même expression lui était renvoyée ; un tirage de langue dans les règles de l'art. Tapotant alors l'épaule de Myla, elle lui chuchota qu'elle ne voyait aucune objection de la laisser souffler un peu, d'autant plus qu'Emy s'était portée volontaire. La guerrière affirma ne point ressentir la fatigue, qu'elle n'avait pas à se soucier de cela. Mais l'Elfe insista et souligna également le fait que son comportement actuel les mettait en danger. Et pour cause, l'Impure était tout, sauf en alerte ! Soupirant au devant de cette obsession qui échappait à sa logique, Myla finit par céder. Thrilie profita même de cette manoeuvre pour mettre ses jambes à l'épreuve.

Lorsque ses pieds touchèrent la roche, elle s'appuya un instant sur la petite rousse avant de finalement la lâcher. On aurait dit deux vieilles cannes sur le point de rompre tant elles tremblaient, mais elle parvint malgré tout à rester debout. Bien sûr, cela ne pouvait pas durer, aussi, lorgnant Emy d'un regard malicieux, Thrilie fit comprendre à cette dernière que son tour était venu. Seulement, l'Impure prenait également en compte l'avis de Myla, laquelle finira par donner son accord en voyant l'Elfe chanceler dangereusement. Manquant alors de faire une overdose d'euphorie, Emy sauta au cou de l'Aralsia, qui pour le coup, ne la vit pas venir ! Transmettant sa joie dans son étreinte, elle ira même jusqu'à endolorir la nuque de la guerrière. Puis, sans plus attendre, elle s'approcha de Thrilie depuis son profil. La pauvre, elle menaçait de s'effondrer à la moindre brise. À partir de là, l'Impure s'adonna à son singulier loisir. Passant un bras dans le dos l'Elfe qui se fourvoyait en s'imaginant sur son dos, Emy la souleva littéralement après qu'elle eut passé l'autre sous ses genoux encore branlants. Elle ajusta sa prise, ria, puis tourna sur elle-même ! Myla, consternée, observait la scène sans être capable d'y associer une phrase pour la décrire. Ce fut sur ces entrefaites que l'Impure s'avança vers elle afin de démontrer qu'elle aussi était capable de faire preuve d'une force étonnante. Et pour appuyer ses propos, Emy démontra son galbe le plus fier en affichant tour à tour ses muscles durcis par l'effort juste sous son nez. Thrilie se mit tout-à-coup à pleurer de rire, la tête de Myla à ce moment était tout simplement légendaire !

Laissant la petite Dame sur place, l'Impure se remit en route plus fringante que jamais ! L'Elfe eut beaucoup de mal à calmer son hilarité, laquelle reprenait aussitôt lorsqu'elle regardait par dessus l'épaule d'Emy et voyait la guerrière immobile, complètement avachie. Thrilie exploita d'ailleurs cet isolement pour confier à sa porteuse qu'elle aussi partageait cet engouement. Elle ignorait pourquoi, mais c'était ainsi... Puis, au plus profond d'elle-même, la prêtresse s'interrogea sur cette curieuse similitude. Se seraient-elles rencontrées dans leur jeune âge ? Ou mieux, partageraient-elles les mêmes racines ? Impossible d'élaborer une théorie sur une anecdote aussi égarée que celle-ci. Mais la question flottait désormais... et elle n'était pas prête de la déserter. Myla finit toutefois par les rattraper, sa réaction un tantinet apathique survint lors de la démonstration d'Emy, à savoir que d'étranges souvenirs qui n'appartenaient pas à cette vie lui revinrent subitement. Des images qui représentaient plus ou moins les mêmes choses, sauf qu'elle se trouvait à la place de Thrilie. Quant à ce côté ostentatoire sur "voyez ce que je sais faire", cette chronique clandestine le lui conta également. C'était... curieux comme sensation, mais la scène qui lui paraissait alors se déroulait comme ceci : Emy se tenait face à elle, assise en tailleur, elle lui confia l'avoir transporter jusqu'à ce lieu. Qu'elle admirait la force dont faisait preuve la guerrière, et qu'elle aimerait posséder les mêmes attributs. Comme pour se convaincre d'un tort qu'elle était seule à croire, l'Impure banda ses muscles sous ses yeux, puis lui demanda si c'était aussi piètre qu'elle l'imaginait. Ne comprenant guère cette manière de voir les choses, Myla donna suite à ses attentes, et assura à Emy qu'elle n'avait rien à envier aux personnes gâtées par la nature. Toute fière, le cours de leur aventure put reprendre. Peut-être souffrait-elle d'un complexe d'infériorité, ou peut-être avait-elle simplement besoin que l'on croie en elle.

Thrilie se sentait bien ainsi, elle ne le ferait point savoir à Myla, mais elle était plus confortable installée de la sorte. Hélas, ce luxe réclamait aussi d'avantage d'efforts, et si dans les quinze premières minutes Emy assurait ne même pas ressentir son poids, son discours se mua peu à peu en un mutisme parsemé de grimaces. Agrippant alors son bras qui s'apparentait à un morceau de bois, l'Elfe lui souffla qu'elle était admirative, mais que désormais elle pouvait se décharger. Il lui fallut bien dix minutes supplémentaires pour finalement la rendre à Myla. Désormais satisfaite, la suite du voyage se passa dans le meilleur des mondes, et même si l'Aralsia s'interrogeait encore sur ce trait de caractère jugé alambiqué, elle préféra se concentrer sur cet autre vécu avec Emy...

Il leur fallut près de trois semaines avant de finalement atteindre le petit bois. Et pour cause, elles durent faire beaucoup de détours afin de s'épargner nombre d'ennuis. Jusqu'alors la chance fut plutôt mitigée, à savoir que même si les combats purent être évité, la météo ne se montra pas toujours clémente. Aussi, quand elles tombèrent sur une caravane qui faisait route jusqu'à Zanérim, Emy fut limite la première à demander un coup de pouce aux marchands. En bons vivants qu'ils étaient en dépit de la région traversée, ils acceptèrent. Malheureusement, en cours de chemin, alors qu'ils s'enfonçaient dans le désert, les commerçants et leur chargement se firent attaquer par une bande organisée. Ces racailles se faisaient appeler "Les charognards". Il s'agissait d'une tribu nomade aux tendances cannibales. Thrilie désormais entièrement refaite, n'hésita point à user de ses compétences pour chasser l'envahisseur de la première heure ! Myla ne se fit pas non plus prier en se jetant dans la mêlée. Les deux femmes impressionnèrent les marchands plus souvent victimes que conquérants. Quant à Emy, sujette au même trouble dont avait souffert l'Aralsia lorsqu'elle eut pris la relève pour Thrilie. Elle voyait présentement une petite Fée agonisante gisant sur le sol de sa maison, pendant qu'une silhouette dans la pénombre meurtrissait les côtes de la pauvre enfant. Une rage sans nom lui enserra alors le coeur, et tout comme cet étau, elle s'accrocha au cou de l'homme devant elle. Revivant la scène à son identique, l'Impure tua malgré elle un membre du gang des charognards en l'étranglant. Lorsque sa conscience lui revint, Emy peina à comprendre le déroulé des événements, mais elle finit par admettre que ses souvenirs perdus et son aventure actuelle étaient en train de former un tout...

L'Elfe s'assura de sa bonne santé pendant que Myla se chargeait de faire détaler les quelques survivants. Par ailleurs, à son retour, la guerrière fut accueilli dans la liesse par les marchands. Grâce à ces étrangères, la caravane parviendra jusqu'à Zanérim avec l'ensemble de son chargement, ce qui était idéal pour les affaires. Aussi, lorsqu'ils parvinrent devant l'enceinte quelques jours plus tard, les hommes firent une offrande pour chacune d'entre elle. Une dague et son étui de grande qualité pour Emy, une bague d'amplification pour Thrilie, et pour leur héroïne, ce fut une hachette enchantée qui avait pour particularité de revenir à la main de son porteur chaque fois que celui-ci la jetait. L'Elfe s'osa toutefois à demander pourquoi une arme blanche pour Emy, l'homme avec un dent en or lui répondit alors l'avoir vu s’entraîner avec Myla, et que ça lui faisait mal au coeur de la savoir avec un canif aussi pathétique. Selon lui, elle aussi avait droit à ce qui se faisait de mieux. Souriant à cette attention, les jeunes femmes se préparaient dès lors à franchir le monde de Slive...


¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 00 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Emy
Emy
Récits 3487
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Dim 22 Mar - 14:49

Quel cauchemar... Une fois la menace sur mon village éloignée, il fallut s'occuper de ce qui en restait. Je ne pensais qu'aux cadavres que je voyais ici et là, et je me précipitais vers le corps de William. Mon petit ami, si jeune, si doux... je le serrais fort contre moi comme si cela pouvait me le ramener. Néanmoins il était bel et bien parti. Alors, je ne pus que le déplacer, ne pouvant me résoudre à laisser son corps ici, je ne pouvais pas non plus lui rendre hommage, car cela revenait à sa famille. Une fois le corps de l'enfant en sécurité, je finis par m'endormir dans les bras de Myla. Trop épuisée pour parler, j'avais pleuré encore et encore avant de tomber dans les bras de Sinah. Mon sommeil fut teinté de mauvais rêves, et alors que je m'éveillais, j'eus l'impression qu'il ne s'était passé que quelques minutes. Pourtant je savais qu'il n'en était rien. Myla était là, à mes cotés. Et à l'observer je pus deviner qu'elle n'avait pas fermé l’œil. Ne me laissant pas aller, j'observais les alentours. Pourquoi tant de morts, alors que Thrilie avait sauvé le village des flammes ?

THRILIE ! Me relevant soudainement, je filais jusque chez moi, manquant de m'étaler sur tout ce qui traînait, dans ma chambre. L'elfe était dans un tel état que je fus prise d'une violente panique. Myla dut même m'aider à me calmer, sans quoi nous aurions fait face à une autre catastrophe. La terre trembla, mais je finis par reprendre assez de contenance pour contrôler mes pouvoirs. Lynan, ce prêtre si gentil, s'en vint examiner Thrilie. Lorsqu'il annonça son verdict, je le démentis. Je l'avais vu marcher jusque là et s’effondrer sur ce lit ! Il affirma heureusement de suite qu'il était en mesure de venir en aide à l'elfe. Je pu enfin respirer et écouter ses explications. Il opéra ses soins et fut en mesure de nous dire qu'il faudrait du temps, mais que l'elfe s'en remettrait. Je lui sautais alors au cou, lui répétant une infinie de "merci" et le pauvre manqua de tomber. Une fois Lynan parti, nous étions une fois de plus réunies toutes les trois. J'insistais pour veiller ma nouvelle amie, et ainsi lorsqu'elle se réveilla, je pus lui narrer tout ce qui s'était déroulé la veille.

Il fallut finalement enterrer William... avec sa maman d'ailleurs. Ce fut un moment affreux dont je préfère ne pas raconter les détails. Mon petit ami, est juste là, dans mon coeur à jamais. Le lendemain, alors que Thrilie avait ordre de se reposer, et se remettre, je fis mon maximum pour remettre ma maison en état. Avec Myla évidemment ! Certes c'était du bricolage, mais il était hors de question que je laisse cette demeure dans un tel état de crasse ! Et puis me défouler, travailler mes muscles, tout cela me fit beaucoup de bien. J'évacuais le stress, la fatigue , la colère et la tristesse. J'avais décidé que, puisque je devais m'en aller pour une durée indéterminée, ma maison reviendrait à Lynan et à mes pauvres petits amis qui se retrouvaient sans famille. Thrilie voulait partir le jour même. Je fis alors preuve d'une autorité qui ne m'étais pas naturelle. L'elfe eut beau bougonner, je fus intraitable sur ce point.

La nuit fut...compliquée. Très longue, peuplée de cauchemar dont seule Myla parvint à me sortir. Moi qui n'avait plus de famille depuis bien longtemps, je m'accrochais à ses bras solides qui cherchaient à me consoler. Il était surprenant de voir à quel point je m'attachais à cette petite dame. Grâce à elle, ainsi qu'à la forme plus ou moins remise de Thrilie, je pus quitter mon village sans trop de peine le lendemain. Une partie de moi restait ici, et je savais que je reviendrai sans nul doute dans ce village qui était le mien. Je guidais ainsi les premiers pas de notre voyage en direction de la contrée de Slive. Les routes étaient désertes. Nous étions à pied, Myla portant l'elfe sur son dos. La clairière me rappela... un souvenir pas si lointain. Je souris à cela et alors que nous quittâmes la forêt j'eus une sorte de flash... Je voyais Myla, en armure à cet endroit même. Je l'accompagnais gaiement. Je compris que cela devait concerner les souvenirs que la petite dame et moi avions en commun et que Thrilie avait essayé de nous re donner. Je n'en dis rien, profitant simplement de l'instant et laissa ma place en tête de convoi à Myla qui possédait la carte de Slive.

Peu assurée, encore perturbée par les récents événements, j'étais silencieuse, chose rare (et précieuse ?). Notre première nuit à la belle étoile fut encore teintée de doutes, et j'eus toutes les peines du monde à trouver Sinah. Néanmoins Myla était toujours là. Que ce soit d'une main sur mon épaule, d'une boisson au réveil, d'un sourire... Inépuisable. Elle me remontait le moral, me redonnait confiance et envie d'avancer. Elle n'aurait peut être pas du. En effet j'avais décidé de retrouver du positif et de profiter de ce voyage. Et je mourrais d'envie d'aider la petite dame, là où je le pouvais. Quoi de mieux que lui proposer de prendre un moment le relais en portant l'elfe ? Je sautillais limite l'impatience en posant la question. Leur réaction commune me fit rougir. Elles ne me prenaient pas au sérieux ! réitérant ma demande, je l'accompagnais de petits gestes de supplications.

- Allez, allez ! s'il vous plait ! juste un moment, je peux y arriver, je ferais ça bien promis !

Une vraie gamine. Sauf que j'eus droit à un nouveau refus. Résultat changement total d'attitude. Je boudais très sérieusement. Ras le bol d'être la petite impure qu'il fallait protéger, je voulais faire mes preuves ! Alors, décidant de bien montrer mon désarroi, je traînais les pieds, shootant tous les cailloux alentour. Je grommelais toute seule et si l'une des deux femmes me parlais, je les ignorais complètement. Thrilie n'arrêtait pas se retourner en voyant des pierres passer. Qu'à cela ne tienne, je lui tirais la langue autant de fois que nécessaire. Je voulais juste la porter un peu quoi ! c'était pas si dramatique si ? J'entendis des chuchotements. L'elfe avait du plaidé en ma faveur car finalement, j'eus gain de cause. Le regard malicieux de Thrilie était sans appel. Néanmoins, j'attendais l'aval de Myla. A celui ci, je me jetais sur elle, juste trop heureuse. Elle ne le vit pas venir ce qui rendit le geste encore meilleur. Et finalement... j'eus la demoiselle elfe dans les bras ! Ben oui dans le dos...c'était nul. je préférais comme ça. Euphorique, je riais et tournais sur moi même, quitte a passer pour folle au vu de tous. Je m'en fichais royalement. D'ailleurs je ne tardais pas à montrer ma force unique à la petite dame, juste sous son nez, avant de partir devant avec une Thrilie morte de rire entre mes bras.

Ce fut lors de ce moment privilégié que Thrilie m'accorda un secret... elle partageait ma joie et mon engouement pour cette activité particulière ! Quelle bonheur ! Bien sur, je me fichais du ridicule mais je ne pensais pas trouver un jour quelqu'un qui me comprenne là dessus. Je la remerciait, marchant gaiement, la tête sur un petit nuage. Bon... je du bien avouer que au bout de 20 bonnes minutes je commençais à grimacer. Il fallut toute la bonne volonté de l'elfe pour que je finisse par la rendre à Myla, après dix minutes de persuasion. Satisfaite de ma performance, et déterminée à dépasser ce "record", j'étais prête à cheminer de nouveau tranquillement, aux cotés de mes compagnes.

Le voyage fut long... et pas toujours facile. Je m'occupais en route, incapable de marcher sans discuter, ramasser une fleur, déplacer un petit animal coincé,... mais je commençais à en avoir un peu marre. Ainsi lorsqu'une caravane de marchands indiqua faire route jusque Zanérim, je fus la première à demander un coup de pouce. Après 3 semaines j'en avais le droit non ? Ils acceptèrent à ma grande joie. Hélas, notre chance légendaire nous rattrapa. Une petite bande décida de s'en prendre au contenu du chariot. Tout le monde se donna alors pour faire fuir les intrus. Sauf que... je n'étais plus là. J'étais chez moi, une petite fée agonisait sur mon plancher, une silhouette sombre s'en prenant à elle. Une rage qui m'était inconnue s'empara de moi. Je mélangeais souvenir et réalité, me jetant sur un homme qui finit étranglé de mes mains. Choquée, j'essayais de comprendre ce que je venais de vivre, alors que Thrilie s'assurait que j'allais bien. Myla avait finit de faire déguerpir le reste du groupe.

Nos actions avaient manifestement plu aux marchands puisque nous eûmes droit à un cadeau, une fois arrivés à Zanérim. Je reçu ainsi une magnifique dague dans son étui. J'en fus flattée, et remerciais prestement. Lorsque Thrilie demanda le pourquoi de cette arme pour moi, j’acquiesçais avec un grand sourire. C'était sur qu'avec un tel outil mes entraînements avec Myla allaient être encore meilleurs ! Accrochant l'étui à ma ceinture, nous quittâmes le groupe. Nous étions arrivées. Zanérim. Le pays de Slive, et du temps. Son médaillon était là, tout contre moi, dans la poche de ma robe. Je le pris, le sortit.

-Regardez Slive, je sais que vous avez retrouvé votre bien aimée. Quant à nous, nous voici arrivées dans votre contrée. Zanérim est juste devant nous. Je vais faire mon maximum pour tenir ma promesse.

Ces quelques mots, murmurés au vent, les yeux fermés, je les adressais à la forme que nous avions vu se détacher du corps de l'homme juste avant qu'il ne disparaisse à jamais. Je ne savais pas ce qui nous attendait, mais j'étais sure que nous allions au devant de l'inconnu. Sur les traces de cet homme qui nous avait adressé ses derniers mots. Je regardais mes deux compagnes de voyage, sincèrement heureuse de pouvoir être là, en leur compagnie.

- On y va ? Je me demande ce que nous allons découvrir....

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 01 ! ~

_________________
Le chemin des souvenirs Signem10
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Récits 868
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Sam 9 Mai - 1:00

L'enceinte se dressait fièrement devant elles, en l'observant, les trois femmes ne pouvaient que se sentir ridiculement petites tant la fortification en imposait. Pourtant, comme le soulignait Emy, il fallait bien avancer, ce fut donc Myla, comme cela avait pu être le cas tout au long de leur voyage, qui prit les devants. De son côté, Thrilie manqua de se rompre le cou de par son insistance à vouloir déceler la crête de la structure, ce fut d'ailleurs au cours de cette étude sur les plus hautes cimes de ce monde que sa nuque lui rappela au travers d'une vive douleur à la poigne électrique, quelle n'était pas encore complètement remise de sa blessure. N'en disant rien, la prêtresse oublia sa stupéfaction tout en se frottant discrètement la zone sensible. Et c'est alors qu'elle distingua Myla bloquée par une gigantesque grille. Un homme trapu escorté de deux gardes l'aborda alors. Une fois arrivée à son niveau, elle comprit rapidement que les hommes en présence n'étaient pas là pour trier les visiteurs sur le volet, mais bien pour établir avec elles une chose de tout à fait inhabituelle, et pourtant, pas si surprenante que ça si l'on se souvenait du pourquoi de leur visite...

Le chemin des souvenirs Fat10

Les caravanes marchandes, en tout point semblables à celle qui avait ramené ces jeunes aventurières, livraient leurs marchandises par le biais d'un réseau adjacent à celui-ci. Voilà pourquoi ces dernières se retrouvaient quelque peu seule face à l'immense Bob en poste ce jour là. Toutefois, bien que toute petite et svelte, la Dame aux cheveux roux n'en demeurait pas moins plus imposante que lui. Il ne saurait l'expliquer, et ne cherchera pas plus loin. Selon l'homme, les êtres de sa carrure étaient souvent plus concentrés en force et en conviction, que les géants déchirant la terre sous les coups de leur pas. Pour s'en convaincre, il n'y avait cas évoquer Shyrel, elle en était la représentation même !

- Bien le bonjour mesdames. S'annonça le gardien les deux mains imposées sur sa formidable bedaine. Tout d'abord, permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue en Zanérim ! Seulement, si vous désirez y pénétrer, il va vous falloir ceci. Ajouta t-il en brandissant un cartouche identique à celui de Slive. Oh ! J'oublie les bonnes manières, voilà si longtemps que je n'ai eu le loisir d’accueillir des parures comme les vôtres entre nos murs. Je me nomme Bob Lawel, pour vous servir, mais... Coupa l'homme dans un léger ricanement. Appelez-moi Bob je vous prie. Combien de temps estimez-vous rester ? à moins bien entendu que vous ne souhaitiez vous établir durablement parmi nous, auquel cas, je vous ferai un prix.

Le chemin des souvenirs Myla10

Non pas quelle était contre un peu de chaleur humaine, mais Myla fut un tantinet agacée par ce goujat répondant à l'appellation de Bob. Après tous ces kilomètres parcourus avec pour finir un combat dans le désert, la petite Dame n'avait plus la même patience qu'à son départ des collines d'Umar. Or, ce genre de comportement était tout à fait le genre de chose dont elle pouvait aisément se passer ! Honnêtement, marcher, ne dormir que d'un oeil, faire des détours, ne plus en voir le bout, combattre, parce qu'il fallait bien que ça arrive... tout ça pour finir sur un vendeur de poisson ! On pouvait faire mieux comme réception, non ?

- Bob, j'ai bien conscience d'être dans le désert sous un soleil écrasant, aussi n'ai-je nul besoin que vous m’abreuviez de vos postillons ! Alors si cela est dans vos cordes, je vous remercie de faire silence.

Le chemin des souvenirs Dd10

Observant le déroulé de la scène depuis la gauche d'Emy, Thrilie réagit au quart de tour lorsqu'elle sentit, puis entendit Myla converser avec le bonhomme. Passant devant la guerrière, l'Elfe se posta juste devant Bob qui affichait déjà une mine outrée par les propos de la rouquine. Le pauvre, comment pouvait-il savoir que sa façon d'être serait inconvenante ? Après tout, elles ne connaissaient rien de leurs us et coutumes. La désinvolture déplaisait sans doute à la petite Dame, au moins autant que l'agressivité irritait profondément Thrilie. Ce fut pour cette raison qu'elle châtia Myla en la dégageant d'un coup de hanche ! Acte qui sera plus ou moins compris par cette dernière. Malheureusement pour elle, ce ne fut point le tout, puisque la prêtresse jugea bon d'enfoncer le clou par des propos fallacieux...

- Pardonnez mon amie Bob, là où d'autres bronzes, Myla pâlit... depuis, elle en tient tout le monde pour responsable ! À cette réplique sortie d'un autre âge, le gardien se dilata la rate tant son rire fut puissant.

- Vous avez le sens de la répartie ma bonne Dame, mais votre amie a raison, je parle trop. Aussi, après s'être tourné face à la petite rousse, il ajouta doucement : Je vous présente mes excuses Myla. Puis, revenant à sa position initiale, il reprit : Alors, que puis-je faire pour vous ?

- Nous souhaiterions entrer pour disons... Quelques secondes de réflexion furent nécessaires avant qu'elle ne puisse livrer sa réponse. Trois jours ? Finit-elle par lâcher sans être certaine que cela suffise pour honorer la promesse faite à Slive.

- Parfait, et avant que je ne me lance dans mes équations mathématiques, souhaitez-vous un cartouche pour toutes les trois, ou préférez-vous avoir chacun le vôtre ? Questionna t-il simplement. Voyant alors le visage décontenancé de chacune des filles, Bob s'expliqua enfin... C'est vrai, vous l'ignorez certainement, mais Zanérim est régit par le temps. Celui-ci est à la source de tout, il est à la fois la vie et la monnaie de notre monde. En tant que visiteuses pour une durée de trois jours, votre cartouche affichera neuf jours au compteur afin de couvrir vos dépenses tout au long de votre séjour, vous me suivez ?

En guise de réponse, Bob n'eut droit qu'à un non silencieux de la tête de la part de Thrilie, idem pour Myla lorsqu'il posa son regard sur elle... allait-il en être de même pour la troisième ?

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 07 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Emy
Emy
Récits 3487
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Dim 21 Juin - 9:55

Déjà que toutes trois n'étions pas bien grandes, mais face à cette immense enceinte, je me sentais minuscule. Heureusement ce fut Myla, comme souvent qui pris les devants. Je vis Thrilie observer la zone ce qui ne manqua pas de lui faire ressentir qu'elle n'était pas tout à fait remise de son aventure... Elle le cacha fort bien, se contentant de toucher discrètement la zone sensible. Décidant de ne point la déranger la dessus, je me tournais vers l'énorme grille qui faisait barrage à notre entrée en Zanérim. Apparemment, les caravanes de marchandises ne faisaient que transiter par un autre chemin, tandis que de notre coté nous fîmes face à un homme escorté par deux gardes.

Je fis mon possible pour ne pas le juger à son apparence, sachant fort bien que la mienne avait été trop souvent la cible d'insultes et autres commentaires. Il nous souhaita la bienvenue à Zanérim, avant de nous informer que, pour entrer, nous aurions besoin d'une de ces choses similaire à celui de Slive. Je ne pus réprimer un frisson de dégoût face à l'objet et ce qu'il représentait pour moi. Bob donc, ne me plaisait pas vraiment. Comment pouvait on imposer à tous de porter ça ? et pourquoi ?   Il avait tout d'un riche bourgeois de Nandis, habitué au faste, au blabla d'un politicien, et à la richesse. Ce qui ne manqua pas d'agacer la petite dame rousse de notre convoi qui le lui fit savoir sans détour. Un petit sourire éclaira mon visage à ses paroles franches. Il était vrai qu'après notre voyage, nous manquions cruellement de sommeil, de quiétude et donc de patience.

Heureusement pour Bob, nous avions l'opposé de Myla concernant les bonnes manières en la personne de Thrilie. Elle devança la guerrière pour essayer de rattraper les paroles de la petite dame devant l'air profondément outré de notre interlocuteur. Elle eut même droit à un coup de hanches pour la faire reculer. Pour ma part j'étais partagée entre l'inquiétude et une bonne envie de rire devant le comique de la scène. L'elfe ne fit qu'enfoncer le clou pour la pauvre petite dame et notre homme partit d'un rire avant de s'excuser auprès de Myla. Il remonta un peu dans mon estime pour le coup. Enfin il se lança dans des explications sur le pourquoi du comment du temps et de combien il nous en serait octroyé. A cela je tournais la tête vers mes compagnes de voyage et y remarquait le même désarroi que chez moi. Au moins je me sentais moins seule dans ma stupidité. Cependant au vu du regard que Bob me lançait à présent, il espérait que j'avais compris ses dires. Ce à quoi dans un sourire et m'avançant  au devant de Thrilie, je répondis.

-Je m'excuse Monsieur Lawel, mais nous sommes vraiment étrangères à vos façons de faire et je crains que nous ayons besoin de plus d'informations. Je suis Emy, et voici Thrilie, ainsi que Myla dont vous avez déjà fait la connaissance. Il me semblait que se présenter était respectueux et logique en pareille circonstance. Puis débattant intérieurement des questions à poser, je continuais. Pourquoi de tels cartouches pour les visiteurs ? Que se passerait il si nous restions davantage que le temps que vous allez nous donner ? De plus je n'ai pas saisi l'avantage ou non d'avoir chacun le sien. Puis après un court moment de réflexion je finis En fait, si vous en avez le temps, je crois que nous aimerions en savoir plus sur cette affaire de temps qui régit votre contrée afin de prendre la meilleure décision concernant notre entrée.

Je comprenais bien que, au grand désespoir de Myla, cela demandait plus que quelques secondes de palabres. A vrai dire moi même n'en avais aucune envie, mais je ne me sentais pas de nous lancer en Zanérim sans comprendre ce qui nous y attendais. Ce serait, de mon avis, comme suicidaire surtout si je repensais à Slive. Or comme nous étions apparemment les seules à vouloir entrer pour le moment, Bob devait bien avoir un peu de temps à nous consacrer. Décidant d'enfoncer un peu plus le clou, je formulais une autre demande.

-Nous avons fait un très long voyage dans le but de découvrir Zanérim, aussi nous sommes vraiment fatiguées. Croyez vous que nous puissions discuter de cela dans un endroit disons... plus confortable que celui ci ? Nous sommes vraiment désireuses de connaitre cet endroit et ses habitants.

Je souriais comme à mon habitude. Je cachais sans aucun soucis l'excitation et l'inquiétude qui m'habitaient depuis notre arrivée. Il ne fallait pas se précipiter, j'avais une promesse à tenir et je ferais tout ce qui était en mon pouvoir pour y parvenir. Le léger poids que je ressentais dans ma poche en attestait. Je tournais la tête vers la petite dame, puis vers l'elfe, consciente que je venais de prendre une décision pour nous trois. Aussi j'espérais que ma requête ne serait pas de trop pour elles. Je détestais être celle qui menait le groupe, préférant de loin suivre le mouvement en général. Néanmoins je considérais aussi comme ma responsabilité le fait que Thrilie et Myla soient ici. Je devais m'assurer qu'il ne leur arrivait rien de fâcheux. Et comme nous n'avions pas abordé le sujet entre nous, je ne savais combien de temps mes compagnes pouvaient consacrer à cette mission. Aussi avant de nous engager dans quoi que ce soit, je préférais connaître un maximum d'informations pour elles comme pour moi. Nous serions ainsi mieux armées, pour ce qui nous attendait.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 09 ! ~

_________________
Le chemin des souvenirs Signem10
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Récits 868
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Jeu 25 Juin - 17:18

Le chemin des souvenirs Fat10

Bien que la troisième au teint mate et aux oreilles extravagantes ne semblait guère avoir plus compris, elle choisit de s'exprimer afin de faire savoir ce qui posait problème. Aussi, après de brèves présentations, Emy fit part de sa curiosité et de ses doutes à Bob, puis sollicita un lieu de discussion plus adapté à leur situation. Non pas que le gardien rechignait à cette requête on ne peut plus légitime, mais il devait rester à son poste. Car même si les passages étaient rares, il devait faire acte de présence. Elles étaient dans l'ombre de l'enceinte fortifiée, ce n'était peut-être pas le grand luxe, mais c'était toujours ça de prit. Faisant finalement signe à ses hommes de leur apporter de quoi se désaltérer, Bob posa son séant sur un tonneau prévu à cet effet. L'homme appréciait son petit confort pour faire ou dire les choses, et ces trois là n'échapperaient point à la règle. Dans le même temps, un des soldats tendit une outre à Thrilie qu'elle prit de bonne grâce. La peau rêche de la baudruche qu'elle malaxait de ses doigts fins la fit frissonner tant elle était fraîche. Et ce fut sans demander son reste que l'Elfe en déclipsa l'ouverture pour avaler le liquide à grande goulée ! Néanmoins saisit par le goût amer du breuvage, elle en recracha la moitié sur les chausses de ce pauvre Bob... Le récipient fut alors aussitôt retiré de ses mains par Myla, lequel fut ensuite proposé à Emy.

- Du calme ma bonne Dame. Déclara Bob en secouant légèrement des pieds pour les égoutter. Ce n'est que de la Vikiria infusée dans de l'eau. Son essence permet à votre corps de garder le précieux liquide, au lieu de le suer à grosses gouttes. Et maintenant que toutes trois attendaient les réponses aux questions d'Emy, le gardien se mit à table. Tout d'abord, sachez que Zanérim n'est pas une ville touristique, mais commerçante. Bien que ce qui vous concerne, ce sont les cartouches. Vous m'avez instamment demandé la différence qu'il y avait entre le fait d'avoir son propre cartouche, ou d'en partager un commun. Je vous répondrais alors que tout le monde ne vit pas de la même façon. Un cartouche pour vous trois serait un handicap si l'une d'entre vous avait des préférences disons plus... luxueuses. Et ainsi vous retrouver à court de temps avant la fin du séjour. Un risque que l'on peut s'éviter en ayant chacun le sien.

Pendant qu'il discourait, Bob les regardait tour à tour, sautant de l'une à l'autre puis de l'autre à l'une, jusqu'à ce moment où il leva les yeux, comme attiré par un mouvement dans l'horizon. Les sens du gardien ne le trompaient pas, car deux silhouettes venaient tout juste de franchir la dune d'Endor, et s'approchaient d'un pas traînant jusqu'à l'enceinte. Distordue par les ondulations que provoquaient la chaleur cuisante du sable, la dégaine des étrangers ne put être décrite qu'une fois qu'ils furent au pied des fortifications. Une femme, voûtée par le poids des années, accompagnée par un homme bien plus jeune remontaient à présent le long corridor qui menait jusqu'à la grille. Bob, depuis qu'il les avait aperçu, s'était muré dans le silence. Non pas qu'il était surpris de voir un tel peuple de si bon matin, mais s'il fallait également expliquer les us et coutumes de Zanérim à ces nouveaux arrivants, autant s'économiser. Puis le gardien fit la grimace, un rictus qu'il n'avait pourtant guère affiché lorsque Thrilie voulut concurrencer le geyser de Cibar. Mais les deux personnes s'approchant étaient littéralement voilées par tout un essaim de mouches ! Lui qui avait horreur de la crasse et des insectes, voilà qu'on lui en livrait deux pour le prix d'un ! Un peu plus, et Bob aurait claironné haut et fort que pour les livraisons, c'était de l'autre côté...

- Soyez les bienvenus en Zanérim... Termina l'homme en luttant contre la nausée. Une odeur d'une inqualifiable puanteur s'en vint toaster les poils de son nez ! Toutefois, en dépit de cet inconfort associé aux centaines de bourdonnements, Bob conserva son aplomb. Cette femme pourrait être sa grand-mère, et jamais il ne manquerait de respect à une grand-mère. Que puis-je faire pour vous ? Une question simple, mais à travers laquelle il apprendrait tout ce qu'il avait besoin de savoir quant aux tenants et aboutissants de leur visite.

Le chemin des souvenirs Fao10

Ce fut complètement débraillé que Faolán se présenta au marchand. Etant lui-même fils de commerçant, il n'avait aucun mal à reconnaître un confrère. Le jeune homme savait que Adsila tiendrait un tout autre discours, aussi préféra t-il prendre les devants, surtout qu'il avait quelque chose de peu commun à demander. Saluant les demoiselles au moment où il passait devant elles, Faolán se posta face à son interlocuteur, puis formula ces mots :

- Merci de nous recevoir, mais puis-je, en préambule, vous réclamer une modeste faveur ?

Thrilie était à la limite de se pincer les narines, hélas... respirer cela par la bouche équivalait à réduire sa longévité de deux tiers ! Quant à Myla, cela lui était égal. Juste qu'elle trouvait en ces gens un manque de respect évident pour se présenter de la sorte. Un jugement qu'elle reconsidéra lorsque le nouveau venu entra dans le vif du sujet.

- Je m'appelle Faolán, et voici mon aïeule, Adsila. Curieux de savoir en quoi consistait cette modeste faveur, Bob croisa les bras. Disposeriez-vous d'un tissu à la coupe généreuse mon brave ? Devant le haussement de sourcils de ce dernier, le jeune homme se sentit contraint d'entrer dans les détails, et quand bien même il le fit en messe basse, il n'était pas difficile de l'écouter. Ma grand-mère a le sphincter usé, et pour sa dignité, je me dois de laver ses arrières... Ce fut dans la honte qu'il confia les soucis de santé d'Adsila, non pas pour lui-même, mais pour elle ! Personne n'avait à le savoir. Seulement voilà, après cette longue traversée du désert, ils arrivèrent très vite à court de tissu de rechange, ce fut pour cela que l'ensemble de ses vêtements avait déserté son corps. Pour dire, Faolán n'avait plus qu'une demie guenille trouée en trois endroits en guise de chemise, et un pagne de cuir comme costume.

- Vous êtes sérieux ? S'esclaffa Bob avant de rire aux éclats !

Le chemin des souvenirs Myla10

Les vieux démons avaient le vie dur, c'était pourquoi ils n'étaient pas prêt de l'abandonner si facilement. Myla voyait bien que Bob faisait tout pour contenir son hilarité lorsque Faolán le mit dans le secret. Jusqu'au tout dernier moment la petite rousse avait espéré qu'il y parvienne. Malheureusement, en constatant le résultat, elle n'eut d'autres choix que celui d'agir ! Dégainant sa lame dans un bruit strident, la guerrière taillada d'un geste rapide et précis le tissu qui drapait sa bedaine.

- Hey !! S'écria le gardien en tombant de son tonneau.

Désormais sur le dos les jambes maintenues en l'air par son trône qui n'avait pas jugé bon de basculer avec lui, Bob se crispa lorsque l'estoc de l'épée s'en vint griffer sa gorge. Les quatre soldats qui veillaient à la sécurité du gardien mirent immédiatement Myla en joue de leur hallebarde, mais avant qu'ils ne synchronisent leurs efforts pour l'attaquer, Thrilie les fit valdinguer jusque dans la grille ! Le fracas fut terrible, mais insuffisant pour tous les neutraliser, aussi l'Elfe joua de son choc thermique pour les faire se reposer. La petite rousse remercia la prêtresse du regard avant de reprendre où elle en était.

- Je vais vous la faire courte, Bob. Annonça Myla en s’accroupissant. Il serait mal de vous laisser agoniser avec un vêtement à l'apparence si chaude sous un climat aussi aride, vous en conviendrez ? Bien qu'il suppliait par des mouvements négatifs de la tête, l'Aralsia poursuivit. Permettez-moi de vous délester de votre toge. Sentant le tranchant du métal faire pression sur sa glotte, Bob consentit finalement à donner suite aux attentes de Faolán.

Bien sûr qu'il ne le voulait pas ! Cette toge comme elle l'appelait vulgairement était en réalité un habit enchanté qui maintenait ce qu'il drapait au frais, tout en préservant de l’aridité du désert. Et le voir se faire ainsi déchirer par ce gamin pour torcher le fessier d'une grand-mère, manqua de le faire hurler de rage !

- Venez... Demanda Faolán à l'attention d'Adsila. Vous vous sentirez mieux après. La guida t-il, une main posé sur son dos.

Il y avait une petite enclave à quelques pas de leur position, cela devrait leur offrir l'intimité nécessaire à cette toilette. De son côté, Bob commençait déjà à transpirer, Thrilie lui proposa alors son aide, si en contrepartie, il acceptait de traiter avec elles, malgré l'incident.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 14 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Adsila
Adsila
Récits 5
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Jeu 25 Juin - 21:13

Du sable, encore du sable ! Il y en avait trop, que ça à perte de vue, et cette chaleur... Mais pourquoi diable le fondateur de Zanérim l'avait-il construit aussi loin ? Bon allez j'arrête de râler un peu, cela me donne encore plus chaud.

Cela faisait grosso modo deux semaines depuis notre mésaventure avec la Bête et depuis, nous avions à peu près trouvé notre rythme concernant notre version humaine et notre version bestiale. En effet, on avait compris à quelles heures environ nous allions nous transformer et cela nous permettait d'anticiper quelques petites choses, comme ne pas perdre nos vêtements et nous isolés des être vivants en général, bien que l'appel de l'instinct et de la faim nous poussait à traquer n'importe quel être à proximité.

Faolán s'était montré extrêmement prévenant envers moi, si bien qu'il fut très rare pour moi de devoir le réprimander. Il était respectueux, mais dans le fond je croyais aussi qu'il avait besoin de compagnie. La perte de ses parents y était sans doute pour beaucoup... Cela m'intriguait car pour ma part je n'avais jamais eu autant d'affections pour les miens... De temps en temps, il me semblait le voir s'éloigner pour s'essuyer les yeux d'un revers de la manche ou se moucher discrètement. Pauvre garçon... Il me faisait de la peine. Je découvrais avec lui aussi le plaisir d'avoir un enfant agréable à mes côtés. Bon d'accord en même c'était un grand mais je me faisais dorloter, que c'était bien ! Je n'avais pas eu ça avec mes foutus gosses et mes arrières petits. J'avais enfin un avant goût d'une famille presque idéale.

Le voyage m'avait fait découvrir de nouveaux paysages, tout aussi intéressant les uns comme les autres. Surtout que je les voyais sous deux visions différentes. J'étais tellement obnubilée par les découvertes et mes nouveaux sens que j'en oubliais,  mes vêtements la nuit, je traçais ma route en fonçant tête baissée, droit devant. Faolán avait eu la présence d'esprit de prendre dans sa gueule nos fripes pour ne pas avoir à faire demi-tour le jour venu... Évidemment, il était hors de question de re parcourir les kilomètres avalés de nuit pour de nouveau les faire à l'envers, en vitesse tortue...

Nous n'avions pas fait beaucoup de pauses. En terme de civilisation, nous nous sommes seulement arrêtés dans le village de la terre du phénix, histoire de faire un point sur notre ravitaillement. Mon compagnon avait un bon sens des négociations, probablement hérité de ses géniteurs lui avais-je dis, ce qui eut pour effet de le faire légèrement rougir de fierté mais aussi de le faire déprimer... Lorsqu'on apprit la présence d'un prêtre se faisant appeler "Le prêcheur", Faolán eu envie de se confier à lui concernant notre étrange affliction. Cette révélation le fit bondir de son siège ! Clairement, il ne savait pas ce que c'était et surtout n'avait aucune envie de s'y mêler ni de la voir. On fut donc chassés du village comme des malpropres, ce qui était plutôt vrai pour mon cas...

De temps en temps on croisait ou apercevait de rares voyageurs que l'on revoyait parfois plus tard. Ce fut le cas par exemple aux étendues volcaniques de trois personnes dont l'une était très petite et les autres avec des oreilles proéminentes. Faolán m'expliqua que non, on ne tournait pas en rond mais que c'était elles qui faisaient des détours pour éviter des ennuis dont ne pouvions guère être affectés le soir, qu'on était finalement plus rapide qu'elles.

Le désert de Sulmi... J'en avais entendu des histoires dessus mais qu'il soit aussi terrible, je n'en avais pas eu conscience... La chaleur... Jamais Nandis n'avait atteint de telles températures... Mais le soir c'était le contraire puisqu'on supportait bien notre fourrure. La soif... Quelle horreur que d'avoir la langue sèche et de boire jusqu'à la dernière goutte pour en redemander encore... Autant vous dire que lorsque l'on vit l'Oasis ce fut notre rédemption... Plus jamais on ne sous estimera la valeur de l'eau ! Le sable... C'était limite si on ne marchait pas dans de la braise...Et il entravait nos mouvements, ma canne était inutile, à chaque pas on s'enfonçait suffisamment pour se fatiguer encore plus à chacun d'entre eux. Au moins cela musclait les jambes... Les bourrasques de vent nous giflait avec les grains de sables et parfois les séismes nous faisaient chuter des dunes. Ce qui me plaisait le plus dans le désert ce serait la nuit. J'ai des souvenirs furtifs du ciel dégagé avec des météorites et des étoiles filantes. J'ai probablement dû faire le vœux de dégager au plus vite de cet endroit...

Cela faisait presque quinze minutes qu'on s'était réveillé et déjà on en avait marre. J'avais à peine ouvert les yeux que déjà et de nouveaux pleins de mouches nous tournaient autour, surtout sur mes vêtements, attirées par mes excréments pourrissants, séchés  et quelques minutes après, frais et collants... Oui je sais je n'avais plus aucune retenue, pourtant il me semblait m'être bien vidée dans la soirée mais non il y en avait encore...

- Il est grand temps temps qu'on arrive, prendre un bain bien frais, marmonnais-je ronchon. Et qu'on fasse du shopping, ajoutai-je en regardant le reste de son accoutrement, désolée. Puis en arrivant en haut de la dune, on vit la bâtisse géante. ENFIN ! On y est ! Et... Tiens regarde, on dirait les trois voyageuses de l'autre jour ! Je me trompe ? On les a drôlement bien rattrapé ! en les pointant du doigt.

On accéléra péniblement le pas puis on arriva à l'entrée. Au travers de la nuée d'insectes, on distingua un gros bonhomme assis qui tenait compagnie aux femmes. Il nous accueillit, l'air toutefois dégoûté. En tendant l'oreille je compris le "Que puis-je faire pour vous" dit-il, était-il stupide ? ça se voyait non ? Fronçant mes sourcils, je m'apprêtais à lui faire une réponse cinglante mais Faolán me devança avec sa politesse habituelle. Encore agacée, je me contentais alors de faire un petit coucou de la main en guise de bonjour avec un sourire crispé pendant qu'il nous présentait, bien qu'elles ne me paraissaient guère aimables au premier abord. Mon compagnon confia avec gêne mon problème d'incontinence ce qui entraîna une certaine hilarité de la part du gros.

- Ben quoi ? C'est un truc de vieux, pas d'quoi en faire un plat. Lui dis-je en haussant les épaules. Bon alors, vous avez de quoi me torcher ?

En guise de réponse, la petite dame rousse, dégaina son épée.

- Mais, mais, pas de violence allons ! Si vous n'avez rien de suite ça peut attendre ! Lui-dis en levant ma canne, prête à parer le coup pour me défendre, la croyant offusquée par ma façon de parler. Mais non, elle se dirigeait vers le bonhomme pour lui faire une entaille sur son vêtement.

- Ah, là ça me plait mieux ma petite ! Alors qu'il tombait de sa monture. Satisfaite de la tournure des choses tout en abaissant ma canne comme si de rien n'était. En revanche, les gardes qui était postés quelques mètres plus loin, non. En même temps il y a avait de quoi, la rouquine avait posé sa lame près de son cou gras. Alors qu'ils approchaient, ils se prirent une belle rafale de vent qui les projetèrent sur la grille. Ils tombèrent puis se relevèrent, ou plutôt tentèrent car à peine il essayèrent, qu'ils retombèrent "uuurgh". Je n'avais aucune idée de ce qui s'était passé. Sans doute une des grandes oreilles ? Ou les deux ? Je ferais attention à ne pas trop les embêter à l'avenir. La demi-portion avait sans nulle doute de bonnes intentions car  après menaces, elle délesta le gardien d'un pan de sa tunique pour le donner à Faolán.

Mon compagnon m'intima de l'accompagner dans l'enclave à proximité pour que j'aille mieux.

- Ma foi, pourquoi pas, j'aurais l'air d'être un peu plus présentable après ? En tout cas ça grattouille là-bas en dessous... Tu vas vraiment m'aider encore ? Soupirai-je de contentement d'avance.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Emy
Emy
Récits 3487
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1Dim 28 Juin - 15:11

De quoi boire et un peu d'ombre. C'était déjà pas mal. Et surtout nous n'étions pas dans le passage, et Bob pourrait nous expliquer exactement ce que le temps était à Zanérim. L'outre que l'on nous apporta fut remise à Thrilie qui manqua de s'étouffer. Je ne compris pas pourquoi avant que l'homme n'explique ce qu'elle contenait. Ainsi l'elfe avait surement réagit au goût étrange qui devait provenir de la boisson. Myla lui retira le récipient et me le remit. Tandis que j'écoutais les explications de Bob, je bus quelques gorgées du breuvage qui, effectivement n'était pas commun mais fort désaltérant. Je compris enfin en quoi avoir un cartouche commun pouvait différer d'en avoir un chacune.  Il me semblait que nous pourrions tout à fait en prendre un pour nous trois, mais je ne pouvais prendre la décision pour mes compagnes, surtout si Thrilie comptait par exemple nous quitter plus tôt. J'avais aussi d'autres questions et, en repassant l'outre à Myla, je notais que l'attention de notre homme était à présent ailleurs. Tournant la tête, j'aperçus deux silhouettes qui s'approchaient.

*Une vieille femme et un jeune homme... ils ont fait la traversée du désert ? Par tous les dieux cette femme doit être épuisée !*

Tandis que les nouveaux venus s'approchaient, je notais comme mes pairs la présence d'innombrables mouches autour des deux compagnons ainsi qu'une odeur affreuse. Cependant ce que je gardais en mémoire pour ma part, c'était le fait que cette femme venait de traverser un désert. Aussi, malgré mes sens attaqués par l'odeur et la vue qu'ils affichaient, j'offris un sourire aux deux nouveaux arrivants. L'homme les présenta et demanda un service. Il se prénommait Faölan et la femme âgée Adsila. Il s'en suivit un échange quelque peu gênant et manifestement hilarant au yeux du gros bonhomme puisqu'il ne put retenir son rire. J'étais choquée. Comment pouvait on a ce point manquer de décence et de respect ? Je grimaçais de colère bien que la réponse d'Adsila fut quelque peu inattendue. Apparemment, elle ne s'embarrassait pas de convenance sur les problèmes liés à son âge !

Ne sachant guère comment réagir, je fus soulagée que Myla prenne les devants sans tarder. Comme moi, l'attitude de notre hôte l'avait profondément choqué, même si la vieille femme ne le comprit pas de suite. Les gardes réagirent mais trop tard, et Thrilie s'en occupa en claquant des doigts. Un peu plus et j'allais finir par bouder... Toujours celle qui met deux temps de retard à réagir, et donc au final ne sers à rien. Je ravalais mon ego blessé en voyant Bob à terre dans une position assez comique. Là encore l'elfe s'empressa de lui prêter main forte. Le bout de tunique fut présenté à Adsila et Faölan qui l'acceptèrent et s'éloignèrent non loin.
Le gros homme suait à présent, ce à quoi je compris que son habit avait certainement des propriétés quelconque. Thrilie lui proposa son aide s'il acceptait de passer sur cet incident.

De mon coté, je n'avais pas proféré un mot de toute la scène. Bien sur je mettais toujours plus de temps à réagir que Thrilie et Myla, il suffisait de voir ma réaction durant l'attaque de mon village. Néanmoins, c'était davantage la vision d'Adsila qui m'avait ramenée loin...bien loin en arrière. Il y avait tellement longtemps que je n'avais pas repensé à elle... celle qui m'avait recueillie à mon arrivée au village. De cette rencontre qui s'était achevée à la mort de la vieille femme, était née un profond amour pour les autres. Et une admiration sans bornes pour nos ainés. Adsila ne lui ressemblait pas du tout, ni en physique, ni en mots. Et pourtant la vision de cette femme courageuse avec sa canne et son petit caractère m'avait frappée de plein fouet. Dés lors perdue entre lointain passé et présent, je refis surface en détournant le regard afin d'offrir un peu d'intimité aux deux compagnons. Ce souvenir... il faudrait que je le note dans mon journal. Mais l'heure n'était pas au passé et je fis un effort conscient pour planter mes yeux dans ceux de Bob.

- J'ose espérer que vous comprendrez la réaction de mes compagnes. Et même que vous repenserez à deux fois vos actions la prochaine fois.  Je le foudroyais du regard. Auriez vous au moins un autre de ces tonneaux pour cette femme ? demandais je en montrant le sien de mon index. Elle méritait bien ce maigre confort après son voyage. C'était la moindre des choses que de proposer cela... Après un soupir, je repris sur un ton plus conciliant. Ceci dit je vous remercie pour l'explication. J'ai encore quelques questions mais je suggère que l'on attende ces deux personnes. Je ne souhaitais pas laisser les deux voyageurs seuls avec Bob et les gardes.  

Il était donc temps de demander à Thrilie et Myla ce qu'elle pensait du temps dont nous aurions besoin pour accomplir notre mission .

- Que pensez vous des cartouches ? Une seule pour nous trois ou un chacune ?  Je ne sais combien de temps vous désirez rester. En cela j'entendais que nous étions toutes là pour remettre le médaillon de Slive à sa famille, mais ensuite ? Thrilie ne s'était pas exprimée clairement sur ses intentions et une nouvelle fois, je ne souhaitais forcer personne dans la quête que j'avais acceptée. Me retournant vers notre hôte disgracieux, je lançais mes questions, cela lui laisserait le temps d'y réfléchir avant qu'Adsila et Faölan ne reviennent. Peut on recharger le cartouche à l'intérieur de la cité ? Pouvez vous nous expliquer en quoi le temps est il lié à Zanérim et pourquoi ? j'avoue ne pas tout saisir de ce concept.

J'espérais que discuter ferait oublier à Bon sa mauvaise humeur et nous avions cruellement besoin d'informations. Je désirais aussi avoir l'occasion de parler avec Adsila et son compagnon mais puisqu'il venait pour entrer dans la cité eux aussi, j'espérais que cela pourrait se faire. Je mourrais d'envie de les aider, de faire quelque chose pour eux. Mais que faire ? Je ne possédais rien qui puisse leur être utile. Le mieux était donc d'attendre et de saisir l'occasion lorsqu'elle se présenterait.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 17 ! ~

_________________
Le chemin des souvenirs Signem10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Le chemin des souvenirs Empty
MessageSujet: Re: Le chemin des souvenirs   Le chemin des souvenirs Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chemin des souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: LES TERRES ÉLOIGNÉES :: Zanérim :: L'enceinte-
Sauter vers: