AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Le filin pernicieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Énide
Énide
Le filin pernicieux - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Le filin pernicieux   Le filin pernicieux - Page 3 Icon_minitime1Jeu 4 Aoû - 2:53

Quand j'eus terminé mon office, je me décrochai du balèze à l'instar d'une sangsue repue. Et alors que je m'écrasai sur le plancher, désorientée, la brute épaisse chut à son tour, allant presque jusqu'à me faire rebondir! Incapable de reconnecter tous les fils, mon corps refusait de répondre, tel se voulait le prix à payer pour avoir fleurter avec la mort. Les sons fluctuaient, cheminant en moi comme des bruits sourds dénués d'identité, tandis que mes yeux voyaient des formes sans toutefois parvenir à les reconnaître. Avec mon air débile tout au long de ma passivité, n'importe qui pouvait me tomber dessus. Je crus percevoir un des laquais se saisir de mon bras, mais sa tentative avorta. Même amorphe je pouvais encore me tirer d'affaire? Non, sérieusement? quand ce n'était pas moi qui me sortait d'une galère, c'était la galère qui se chargeait de me brancarder dehors.. Ignares au point de ne pas pouvoir s'entendre sur la direction du vent, les dépravés se lancèrent dans une déculottée générale, pendant que moi, je me retrouvais comme une nouille au milieu de toute cette agitation. Heureusement, le malaise que j'éprouvais finit par s'estomper. En proie à des vertiges, je me relevai avec précaution, m'accrochant à tout ce qui me tombait sous le main. Et quand mon environnement cessa enfin de se dédoubler, je me mis à observer les hommes qui se castagnaient. Cela avait l'air drôle, au moins aussi drôle que douloureux.. J'avais déjà assisté à des bagarres, mais aucune qui impliquait autant de gens à la fois! Pour dire, une douzaine de ces êtres supposément virils se rectifiaient le portrait pour une raison qui m'échappait encore. Puis la raison finit par me sauter aux yeux lorsque je vis l'elfe toute noire d'un côté, et le mastodonte de l'autre. La fine fleur de se rafiot se dorait la pilule pendant que l'équipage était livré à ses turpitudes. Résultat, l'anarchie s'empara du pouvoir! J'étais donc libre de prendre mon envol et de m'en aller comme si de rien n'était?

-*Ah! oui.. il voudra sans doute récupérer son cure-dent l'autre nigaud.* Songeai-je soupirante.

Voilà une corvée qui ne me convenait guère d'exécuter. Ce truc pointu m'avait presque expédié dans l'autre monde, et je devrais prendre sur moi de le lui rapporter en bon petit toutou? qu'il aille au diable! Il en avait un autre de toute façon, et ainsi délesté de son jumeau, il coulera moins vite. Par ailleurs, maintenant qu'ils étaient tirés d'affaire, je n'étais plus tenue de les rejoindre. Cela prendra le temps que ça prendra, mais ainsi protégés du youyou, ils finiraient tôt ou tard par rejoindre la côte, ou se faire repêcher par le prochain navire qui passerait par là. Mon rôle les concernant touchait à son terme, on s'était bien marrés, mais le feu n'attendait pas!

Rhaa, ils étaient obligés de crier comme ça pour se taper dessus?!! à croire que leur poing ou leur pied leur faisait mal chaque fois qu'ils s'en servaient.. c'était d'un ridicule! Heureusement alors que mon petit coin d'oeil sut me montrer quelque chose de plus captivant, et pour cause; je vis le gamin à la coiffe au moins aussi cradingue que son rival, attraper quelque chose, avant de le planquer sous son vêtement. L'espace d'un instant, je fus tentée de l'aborder à la seule fin de subtiliser ce qu'il dissimulait, mais ce caprice me passa. Quand d'un coup! un vacarme à réveiller les morts éclata depuis Timur! un immense stroboscope satura ma vision, me forçant à froncer les paupières, tandis que mon buste essorait ma taille tellement il se contorsionnait pour me détourner de la source. Un souffle ébranla le bâtiment, mes cheveux valdinguèrent jusqu'à fouetter mon visage, et le climat se mit à déconner plein tube! ou était-ce une bouffée de chaleur? Non, ce ne pouvait être un hasard! Aussi, une fois que je fus assurée de pouvoir à nouveau faire usage de mes énormes pupilles, je sondai les alentours! Mais une voix de momie desséchée fut plus rapide que mon cou qui ne cessait de se tordre. Me laissant guider par ce son pas très enchanteur, je finis par l'apercevoir. En surplomb de ma position, une fée plus noire encore que la donzelle de ce rafiot, s'annonça.

De la sueur se mit à perler de mon front jusque sur mon nez, la goutte enfla, puis s'écrasa sur le sol boisé du pont. Je n'étais pas certaine de comprendre ce qu'elle voulait dire par: tu l'as gnin gnin, tu l'as gnin gnin gnin, et tu l'as gnin gnin gnin! C'était sensé me mettre en émoi? Pour cela, le crépitement du feu suffit amplement à me faire frétiller, nul besoin de mots décousus dans le seul but de faire sensation. Je finis donc par m'envoler afin de me mettre à sa hauteur. Sa tronche me semblait étrangement familière maintenant que je pouvais d'avantage la détailler, mais impossible de mettre le doigt dessus. Il fallut qu'elle me nomme pour que le déclic se fasse dans ma caboche. Par la crevette à tête carrée de Gambil! elle n'aurait pas pu se ramener plus tôt?! si j'avais su qu'elle n'avait pas claqué, je ne me serais jamais mise dans tous mes états!! Limite je lui en voulais d'être encore en vie maintenant que j'avais bien déprimé sur sa mort! Les poings enfoncés dans mes hanches, je ne décrochai plus mon regard de sa face fondue, si bien que j'en oubliai la chaleur qui l'auréolait.

- J'ignore d'où tu sors, mais chez nous, lorsqu'un gens se fait enlever, son prénom n'est pas la première chose qui lui passe par la tête! Elle était cruche ou quoi? avec sa coiffure qui me faisait penser à ses religieuses que les humains dévoraient avec appétit lors des banquets festifs. Alors à moins que tu ne t'appelles; libère-moi! ou encore; je vais t'arracher la tête! Je n'ai aucune idée du nom débile qui te qualifie, et je m'en contrefiche! Cela ne se voyait pas trop que j'étais en pétard? Les joues gonflés, j'attendais la suite.

Et là, comme si elle savait que j'adorais les surprises, elle s'enflamma, là, juste devant moi! Un spectacle de feu rien que pour moi! Ma moue disparut aussitôt, je tapotai dans les mains comme une gamine à qui l'on apporterait son cadeau, lesquelles finirent par se refermer juste sous mon menton, l'air contemplatif. Les yeux dilatés par l'euphorie, je relevai vite fait sa question. Un dernier mot? pourquoi faire? Nul besoin de causer devant ce genre de scène, il n'y avait qu'à savourer. Finalement, c'était le feu qui était venu à moi, et je comptais bien en profiter. Par chance, je finis toutefois par comprendre qu'elle attendait peut-être de moi que je lui donne le top départ, c'est que dans cet état là, mon ciboulot avait la fâcheuse tendance à tourner au ralenti.. Pour sûr, elle n'allait point être déçue!

- Donne tout ce que t'as! surprend moi! Avais-je aboyé.

Seulement, il fallait bien que je la châtie pour m'avoir ainsi laisser croire à sa mort! C'est pourquoi, tout à fait sournoisement, j'insinuai en elle mon petit sortilège du fêtard dans l'âme. La tourner en ridicule, c'était la moindre des choses après les larmes qu'elle m'avait fait verser.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 9 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
 

Le filin pernicieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: AU-DELÀ DES OCÉANS :: Domaine du récif-
Sauter vers: