AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -42%
MINERVA Vélo de ville – 3 vitesses Nexus
Voir le deal
79.99 €

Partagez | 
 

 Les devoirs du Barde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Althéa
Althéa
Récits 5
Les devoirs du Barde Empty
MessageSujet: Les devoirs du Barde   Les devoirs du Barde Icon_minitime1Lun 10 Fév - 23:13

[... Suite de ~ICI~]

Sauf que, sans que je m'y attende, l'homme s'approcha de moi dans l'intention de m'adresser ses salutations. Chose qui me surpris légèrement. Je n'étais guère habituée que l'on m'adresse la parole de la sorte, me contentant juste d'effectuer les odres qui m'étaient donnés. Ne sachant alors pas comment prendre ses compliments soudains, ni dans quels sens ou intérêts dans lesquels ils étaient donnés, je me contentais alors de le saluer simplement, comme avec n'importe quel noble. J'aurai bien pris le temps de discuter mais sentant qu'Elizabeth n'avait pas une patience illimitée, surtout mise sous pression par le roi, je n'allais pas créer une perte de temps supplémentaire. On aurait forcément le temps à un autre moment. Moi non plus je n'avais pas tellement envie de recevoir une remarque de la part du roi, souhaitant me faire bien voir.

C'est alors que je laissa l'homme terminer sa phrase pour me lancer dans la mienne. Faisant bien comprendre que j'étais touchée par ses mots mais que le temps pressait vraiment. Au-delà de la peur d'avoir le roi sur le dos, celle de ma cousine pouvait me tétaniser d'avantage. Enfin, c'était une façon de parler, elle était une véritable force de la nature et difficile à calmer quand les choses n'allaient pas comme elle le souhaitait. Albrecht n'avait aussi aucunes raisons de trainer et devait faire relativement vite. Je me contenta alors simplement de l'en remercier et de les guider ensuite.

- L'honneur est pour moi, Dame Saelie et Messire Rothke. Commençai-je à déclarer, timidement, tout en me redressant, indiquant de ma main droite les appartements en haut des marches où ma cousine les attendait. Une expression neutre et tendre à la fois sur mon visage. Vos compliments me vont droit au coeur, puis-je  aussi vous assurer que je prendrai bien le temps de discuter avec vous... Mais nous n'avons cependant que peu de temps et Dame Elizabeth vous attends. Veuillez donc me suivre, je vous en prie.

Montant alors les marches aux côtés du barde et de sa dame, je les invitais à entrer dans la pièce où se trouvait ma cousine, leur tenant la porte pour ainsi la refermer derrière eux. La pièce était relativement bien éclairée, plusieures fenêtres apportaient son lot de lumière. La fraîcheur de la matinée était la bienvenue pour moi et alors que les autres étaient en train de s'installer autour de la table centrale, je faisais le tour de la pièce pour observer à chaque fenêtre si il n'y avait rien d'inhabituel. Me postant dans un coin de la pièce où j'avais vue sur l'intégralité de ce qui pouvait avoir un vis-à-vis avec nous, tous mes sens éveillés, je guettais. Mais je ne pouvais m'empêcher d'avoir une attention tournée à la discussion qui allait se tenir entre ces trois là, les observant de temps à autres, maintenant mon écart pour garder une vue d'ensemble de la situation. Ma main droite posée sur le manche de mon épée, il ne me restait plus qu'à laisser le temps s'écouler.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
P.N.J
Récits 815
Les devoirs du Barde Empty
MessageSujet: Re: Les devoirs du Barde   Les devoirs du Barde Icon_minitime1Jeu 20 Fév - 16:35

Les devoirs du Barde Fill10

La veille encore, Saelie se consumait d'impatience à l'annonce de sa rencontre avec le Roi. Et maintenant que c'était chose faite, elle n'était plus aussi certaine de la légitimité de cette émotion. Ses yeux brillaient d'une lueur sadique, et sa voix laissait comprendre à quel point le sort du peuple l'indifférait. Pour menacer d'exécution un invité le jour de ses noces, l'enfant Roi n'était peut-être pas aussi bienfaiteur qu'il voulait le faire croire. Depuis qu'elle partageait sa couche avec les nobles de la ville, Saelie apprit bien malgré elle à sonder la personnalité des gens. D'ailleurs, saviez-vous que la gente fortunée avait une manière de penser drastiquement différente du roturier lambda ? Il ne s'agissait pas d'égocentrisme et autres manifestations orgueilleuses, mais d'un tempérament bien plus enclin vers la corruption. Sur l'oreiller, nombre d'entre eux lui confièrent leur traîtrise, voir même leur barbarie, ce qu'elle n'imaginait guère possible de la part d'un noble... Pourtant, à mesure qu'elle les enchaînait, Saelie se rendit à l'évidence, l'homme de pouvoir corrompu sera bien plus perverti qu'aucun assassin de la guilde de la dague ensanglantée ne saurait l'être. Suite à l’accueil du Roi Uldrian, la fille de joie estimait avoir toutes les raisons de s'inquiéter...

Le déroulé des événements ne fit hélas que confirmer les craintes de Saelie. Le domestique en chef, un certain Brewen, personnage au verbe haut, chassa littéralement la jeune femme du bras d'Albrecht avant de finalement se faire reprendre par ce dernier. Une attitude plus inquiétante que déroutante selon Saelie. À savoir que Brewen n'était rien de moins qu'une prolongation du Roi, sinon sa présence n'aurait pas lieu d'être... L'apparence était d'une importance capitale pour la haute société, alors pourquoi s'encombrer d'un être aussi bourru ? Pour sûr, ce majordome n'avait rien à faire au devant de la scène. Mais il l'était, quant à ce qu'il fallait en penser, nous n'en saurons pas plus. De son côté, Albrecht ne se laissa point dominé par cette incartade, et alla même jusqu'à s'excuser pour l'éducation négligée de Brewen. En véritable gentleman, il prit soin de sa compagne du jour. Saelie le remercia d'un hochement de tête. Mais le mal était fait... son attirance pour les nobles venait d'en prendre un sacré coup... Car si au sein de l'élite, la corruption trônait, ses propres convictions devenaient discutables.

Lorsque Dame Elizabeth fit irruption au moment où Brewen donnait de la voix, la fille de joie crut reconnaître l'Elfe qui assurait sa sécurité. Elle se souvenait d'un article de Cape sur le monde relatant un de ses exploits passés. Althéa, oui voilà, ça lui revenait ! Si une personne était à même de représenter l'idée que Saelie se faisait du noble, c'était bien elle. Seule ombre au tableau, le poste qu'elle occupait. Celui-ci était certes tout à son honneur, mais si un seigneur à l'appétit sanguinaire venait à l'avoir à son service, elle devra alors bafouer ce qu'elle avait jusqu'alors défendu. En tant que garde, elle n'avait aucun pouvoir, ce qui était fort dommage, car pour changer les choses en ce monde, il fallait en avoir.

- Enchantée. Répondit humblement Saelie aux salutations de la gardienne.

Une fois dans la chambre, ils y retrouvèrent Dame Elizabeth le nez plongé dans un monticule de paperasses. La jeune femme se posta près de la fenêtre qui donnait une vue imprenable sur la cité de Nandis. Cette entrevue, bien qu'elle y fut généreusement invitée, ne la concernait en aucune manière. Aussi préféra t-elle s'isoler du groupe.

Les devoirs du Barde Eli10

- Je vous en prie, prenez place. Convia la noble à l'attention d'Albrecht. Puis, faisant glisser jusqu'à sa main un parchemin vierge, elle ajouta : Bien qu'il soit d'une incorrection qui mériterait le fouet à tentacules des Drows, Brewen vous a clairement exposé votre première tâche mon brave. Notre Roi exige que vous lui présentiez vos salutations par écrit. Il souhaite sans doute évaluer votre plume en la matière. Vous n'avez que peu de temps pour vous en acquitter, je vous encourage donc vivement de vous y mettre.

Lorsqu'elle entendit les directives de Dame Elizabeth, Saelie ne put réprimer un roulement des yeux. Mais qu'est-ce que c'était que cette mise en scène digne des plus piètres écrivains de notre époque ? Albrecht était un Barde ! Quel était l'intérêt pour le Roi de faire de son art une fresque ennuyante et débilitante ? La poésie, la chanson, voilà ce dont la cour avait besoin ! La fille de joie se résolut finalement à se calmer. Mais c'était tout de même pathétique, Albrecht méritait bien mieux que ça ! Concentrant derechef son attention sur l'extérieur, Saelie s'émancipa du palais en s'abreuvant du large. La beauté de l'océan était la seule chose qui parvenait à éveiller en elle ce gout pour la liberté. Une vue que son cloaque ne lui permettait point, et c'était aussi bien comme ça. Ainsi, cela lui évitait de sombrer dans la dépression.

-*Quelle existence mènerais-je si je voguais sur les flots...* Rêvassait Saelie alors qu'une tâche sombre paraissait à l'horizon.

La masse s'approchait rapidement de la ville, tellement qu'elle finit par faire retentir les cors ! La jeune femme déglutit en prenant conscience qu'il s'agissait de toute une île.

- Bon sang, regardez ça ! Laissa t-elle s'échapper les deux mains imposées sur la vitre. Mais c'est... immense !

Alors que les gens s'affolaient dans les rues, Saelie elle, restait admirative devant le spectacle. Elle afficha même une certaine déception lorsque le gigantesque rocher reprit sa place dans le lointain. Non pas qu'elle espérait une catastrophe, mais cette chose là se détachait tellement de sa routine que la jeune femme ne sut comment réagir. Un entracte qui ne fut guère du gout de tous au sein du palais. Et pour cause, peu après l'événement, deux gardes armés d'hallebarde manquèrent d'enfoncer la porte pour leur intimer de rester ici jusqu'à nouvel ordre. À la suite de quoi, ils verrouillèrent cette dernière avant de se poster devant.

- Ne vous alarmez point. Rassura Dame Elizabeth. C'est la procédure en cas de danger, on conditionne les convives afin d'assurer leur sécurité.

- Je n'ai pas vraiment eu l'impression qu'ils cherchaient à nous protéger moi... Enchaîna Saelie en réponse à cet esclandre.

- Vous verrez, une fois l'alerte passée, ils se feront plus amicaux. J'espère simplement que cette île ne va pas revenir. Car même si elle venait à stationner au-dessus de nos têtes, le Roi ne modifiera pas son planning. Aussi, le mieux que l'on puisse souhaiter, c'est que cette journée se déroule effectivement selon ses plans.

Saelie pinça des lèvres à ces paroles. Pauvre province... tout cela allait mal finir.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 18 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
 

Les devoirs du Barde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ASTRUNE :: Nandis :: La place de l'Hybride :: Quartier administratif :: Domaines résidentiels :: Palais du Roi :: Le hall :: Appartements-
Sauter vers: