AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ordre dans le chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur
Narrateur
Récits 225
L'ordre dans le chaos Empty
MessageSujet: L'ordre dans le chaos   L'ordre dans le chaos Icon_minitime1Ven 7 Fév - 16:22

[Arrow...suite de ~ICI~]

Malgré les insistances de Lucosa appuyées par d'incessants grognements, Dona n'approuvait guère le fait de placer Eldakka dans sa cellule. Étant donné que tous deux se refusaient ostensiblement de lui expliquer ce qu'ils venaient faire à Ched-Nasad, la Matrone fraîchement couronnée de ce titre ne voyait aucune raison de rendre leur séjour en cage plus agréable. Quant à Lourine, elle tentait au mieux de tempérer les humeurs de chacun, hélas... Entre l'Hybride qui nourrissait une rancune profonde à son égard, et la Drow qui ne dévoilait point ses plans quant à leur avenir en ces murs. L'ex-Déesse ne pouvait que prendre son mal en patience, et espérer que ses frères et soeurs Célestes s'en sortaient mieux qu'elle. Les huit heures étant passées, et ne parvenant guère à retrouver la Dalael, comme elle se l'était convenue, Dona se porta démissionnaire de leur entente. Par conséquent, leurs prisonniers devenaient les siens ! Une absence nécessaire pour que la Matrone se considère finalement comme telle. Désormais libérée de toute autorité, et ignorée des autres, Dona cessa de jouer au jeu du chat et de la souris avec l'Hybride, et accepta finalement ce secret qui les avait conduit jusqu'ici. Quand bien même elle trouvait leur mutisme conjoint impétueux, elle finit par en éprouver un certain respect. Une telle loyauté ne courrait pas les rues, surtout pas celles-ci...

Au bout d'une semaine relativement calme, et enfin réunis, Lucosa et Eldakka finirent par mettre Dona dans la confidence au sujet de la malédiction dont souffrait le Drow, ainsi que le but qu'ils s'étaient fixés. Se moquant dans un premier acte du temps qu'il lui aura fallu pour agir en ce sens, Dona suggéra par la suite qu'elle allait se renseigner à condition qu'ils se tiennent tranquille. Car régner sur la Maison Veladorn, équivalait à trôner sur les restes dont les araignées ne voulaient point. Le duo accepta sans émettre de réserve, même chose pour Lourine. Tenant parole, ils seront sortis de leur cage et placés sous bonne garde dans une aile de l'édifice. Désormais traités en hôtes, les prisonniers considéraient à présent Dona comme une alliée, et ce, même si cette dernière se montrait encore dure à leur égard. Question sauvagerie, Lucosa en connaissait un rayon, aussi était-elle la plus à même de comprendre le caractère retors de la Matrone. Sans chercher à la brusquer, l'Hybride se reposa sur sa part Féerique afin d'en apprendre plus sur les motivations de la jeune femme. Et bien que Dona se montra très avare en informations, elle lui apprit en pensant qu'il s'agissait des véritable attentes de sa vis-à-vis, que son intention était de se rendre en surface. Mais que pour l'heure, les événements ne s'y prêtaient guère. Et pour cause, la cité de Ched-Nasad était en alerte, à savoir que depuis quelques jours maintenant, la disparition suspecte de la Vestale Dushka commençait à en agiter plus d'un.

Se moquant éperdument du sort de cette garce, Dona se rendit jusqu'au temple de Lolth afin de s'entretenir avec Ervona. La Matrone rusa en déformant la vérité, puis demanda à la Da'ravi s'il était seulement possible d'endiguer une malédiction de naissance. Prétextant avoir découvert une affliction génétique qui pourrait permettre à quiconque de pétrifier autrui par sa simple volonté, Dona sut piquer la curiosité de la maîtresse des lieux. À tel point que cela fit écho dans son esprit, Kilda... son amie d'autrefois. Comment avait-elle pu l'oublier... Sa volonté de rendre au peuple Drow sa fierté forçait le respect. Elle pensait être la Matrone qui donnerait naissance à la prophétie d'Unshra. Hélas, victime de ses ambitions, elle fut la première à périr. Une mort que la Da'ravi ne pourra jamais occulter ! Kilda avait été pétrifiée par l'enfant qu'elle venait de mettre au monde. Bien sûr, à l'époque nul ne se doutait qu'une chose pareille puisse se produire, et aujourd'hui encore, les récits demeuraient très flous à ce sujet. Seule Ervona restait convaincue de la culpabilité du nourrisson. Or, si sa mémoire ne lui faisait point défaut, le jaluk se prénommait Eldakka. Kilda tenait à ce que son fils soit associé au sortilège le plus puissant qu'elle connaissait. L'eldakka était la magie responsable du ravage avoisinant la forêt de Lalwende, réduisant de deux tiers le territoire Elfique lorsque celle-ci frappa.

Des suites du trépas de son amie, Ervona enquêta sur les pratiques de cette dernière pour ainsi faire don d'un tel attribut à sa progéniture. Hélas, elle ne parvint jamais à percer son secret, mais découvrit au gré de ses recherches sur ce fait, un rituel qui permettait d'aseptiser n'importe quel être. Bien entendu, hormis Dona présentement, les Drows ne trouvèrent aucune utilité à ce procédé, d'où son oubli collectif. La Da'ravi promit toutefois à la Matrone de le lui retrouver si elle acceptait de se mettre à son service. Consciente qu'elle perdrait son semblant de liberté, et que son accession à la surface serait plus que jamais compromise, Dona lui demanda un instant de réflexion. Ervona accepta, mais ne laissa à la Matrone qu'une douzaine d'heures pour lui faire part de sa décision. En sortant du temple, Dona croisa la Dalael ainsi que la fillette toujours enfermée dans sa cage. L'échange fut plus que concis puisque aucune réponse ne lui sera retournée. Au lieu de cela, la méprisante Phyrra la balaya de son passage d'un revers de bras. Soit... se dit-elle. À son retour, elle isola Lucosa afin de s'entretenir avec elle. Car pour une raison qu'elle ignorait encore, le concerné se sentait bien moins concerné que l'Hybride. Dona fit part à cette dernière des sacrifices que ça impliquait si elle tenait absolument à soulager son ami de cette malédiction. La Fée-louve semblait prête à tout pour libérer Eldakka, mais la Matrone ne pouvait nourrir la même conviction. Et pour cause, ce dernier était loin d'afficher cette volonté de s'en sortir, la preuve en était que sans Lucosa, jamais il ne serait revenu dans cette cité qui l'avait vu naître. Tout indiquait que le mâle agissait pour faire plaisir à l'Hybride. Néanmoins, portant désormais la sauvageonne en estime, Dona songea à une alternative.

Son plan consistait à accepter la proposition de la Da'ravi afin d'obtenir le rituel, à la suite de quoi, soit elle la tuait avant de s'enfuir de la cité avec tous ses bagages, soit elle remettait à plus tard sa découverte de la surface, mais permettrait à Lucosa, Lourine et Eldakka d'y retourner. De toute évidence, il n'y avait point de bonne solution, mais en optant pour la seconde, Dona avait toutes ses chances de gravir les échelons, ce qui finalement, lui offrirait l'occasion d'organiser sa propre expédition. Après avoir fait son choix, la Matrone retourna au temple de Lolth. Mais quelle ne fut pas sa surprise d'y découvrir l'armée de la Matriarche. Sans demander son reste, Dona investit les lieux avant de tomber nez à nez sur les restes de Ervona. Elle apprit peu après que la responsable de ce crime se trouvait justement être Phyrra, ou plus exactement la gamine qui l'accompagnait. Elle avait agit dans la légitimité, puisque la Mère Matrone en personne le lui avait ordonné, mais entre-temps, le corps putréfié de Dushka fut découvert. À partir de là, tout s'enchaîna pour la Dalael, accordant désormais du crédit aux paroles télépathiques de la Da'ravi précédant sa mort, la Matriarche fit savoir à l'ensemble de ses sujets que cette Drow n'en n'était point une. Apprenant qu'il s'agissait en réalité d'une Revenante bien maquillée, Dona ne put cacher sa surprise. Pour sûr, cette Phyrra était vraiment très forte...

Malheureusement, il se trouvait que le rituel susceptible de libérer Eldakka de son maléfice, disparut en même temps que Ervona. Forcée de revenir à sa stratégie initiale, Dona retourna en sa demeure. Elle informa son assemblée surfacienne de ses projets. Une expression de dégoût naquit sur le visage de Lucosa, mais remerciait toutefois la Drow d'avoir essayé. Trois jours après, alors que la Matrone se tenait informée sur le sort des prisonnières. Elle remarqua que la plus petite se faisait brancarder hors de la cité. Pour sûr, elle n'était plus de première fraîcheur ! Mais quand bien même il ne semblait plus guère possible de tirer quoi que ce soit de sa dépouille, Dona voulait malgré tout la disséquer afin de comprendre cette magie qui avait pu l'habiter. Livrant un prétexte bidon aux jaluken responsables de cette mission, la Drow parvint à en faire l'acquisition sans même forcer. Alors quelle s'apprêtait à oeuvrer sur le cadavre, ce dernier se dressa subitement, engendrant un mouvement de recul chez la Matrone. Elle disait s'appeler Éris, et qu'il fallait absolument sauver Phyrra. Dona n'y voyait aucune raison, et n'en n'éprouvait pas la moindre envie. Et pour cause, cette dernière était quand même responsable de la perte du rituel pour lequel la Drow s'était engagée ! La zombie lui soutint alors que sa Reine, Cymetia, en connaissait plus long que n'importe quel singe dans son genre sur les rites et autres envoûtements. Or, si elle acceptait de les aider, Cymetia saurait se montrer reconnaissante. Et bien que cela ne l'emballait guère, Dona entrevit également l'occasion de précipiter le départ.

Une fois l'accord passé, Dona brisa le cou du sonneur de cor afin de le faire à sa place. Se faisant, l'armée se rendit jusqu'au point concerné, mais puisque aucun ordre ne leur parvenait, le protocole voulait qu'ils quadrillent la zone afin de découvrir le pourquoi de cette alerte. À mesure que le temps passait, l’effervescence gagnait en ampleur, ce qui provoqua une désertion partielle du palais de la Matriarche. Dona profita du chaos pour investir les lieux à la recherche de Phyrra. Elle la trouva dans un triste état, mais toujours prête à en découdre ! La Matrone la fit sortir de sa cage, rasa les murs jusqu'à la grande porte, mais en sortant, elles tombèrent sur la Matriarche et son escorte. La Revenante ne se fit pas prier et engagea le combat. Empoisonnant l'air alentour, elle convoqua Xilith qui provoqua un désordre pas possible au coeur même de Ched-Nasad. Découverte, Dona n'eut guère le choix d’emboîter le pas de Phyrra. Elle conjura l'appel des Enfers pour enflammer tout le périmètre ce qui eut pour effet de griller une bonne trentaine de gardes. Puis fit usage de sa corruption sur les alignements afin de changer celui de la Matriarche en "loyale bonne". Grâce à cela, elle put gagner un temps précieux du fait que la Mère Matrone se mit à hurler à s'en rompre la voix que tout cela devait cesser, que ce n'était pas une manière de vivre !

Les fugitives empruntèrent les axes les plus étroits, privant ainsi l'armée de son avantage du nombre. Les morts se comptaient par dizaines à chaque intersection. Et alors que Phyrra tuait à tour de bras, Dona surenchérissait par le biais de son aliénation sur les restes de Xilith. Deux Matrones se firent d'ailleurs démembrer par une jambe imprégnée de cette sombre magie. Les cris et le sang suivait les deux femmes à la trace. Tandis que la Matriarche se remettait de sa "bonne attitude", les soldats, complètement désordonnés escortèrent cette dernière jusque dans la chambre de son palais. Plus tard, on lui apprendra que la Revenante et la traîtresse parvinrent à s'enfuir de la cité noire. Furieuse, elle ordonna à ses quatre meilleurs assassins de les traquer, et de ramener leur tête !

De leur côté, guidés par Dona, Lucosa, Lourine et Eldakka remontèrent au pas de course les immenses boyaux qui composaient l'Ombre-terre. Phyrra était sur leur talon avec dans ses bras, la petite Éris. Les Drows en colère tentaient de les rattraper, mais à force de se scinder dans les différents passages, il ne resta plus personne pour inquiéter les fuyards. Bien des heures plus tard, une rencontre inattendue stoppa nette la progression du groupe, à savoir ; Mina. Ne souhaitant guère s’appesantir en parole stérile, la prédatrice annonça à Lucosa et Eldakka qu'elle prenait la relève, en somme ; qu'elle n'attendait plus rien d'eux. Néanmoins déçu qu'ils n'aient pas honoré leur part du marché, le Vampire refusa de libérer Eldakka de son affliction. L'Hybride et Mina échangèrent leur grognement respectif avant que cette dernière ne libère la voie en s'évanouissant dans les ténèbres.

Puis se fut au tour de Phyrra qui jusqu'alors demeurait silencieuse, d'interrompre la marche. Elle saluait Dona pour l'avoir aidé à s'échapper, une reconnaissance aussitôt rendue par la Drow. Éprises d'un respect mutuel, les deux femmes s'empoignèrent le bras avant que la Revenante ne les sème à dos d'araignée. Sur l'instant, l'ex Matrone regretta de ne pouvoir en faire autant... Ils n'étaient désormais plus que quatre, et la fatigue les assaillait. S'isolant dans une enclave naturelle, tous purent assister effarer à la manière de se reposer de Dona. Incapable de s'allonger à l'instar des trois autres, la Drow s'était accoudée à la paroi pour dormir ainsi, debout. Ce n'était pas facile pour elle qui d'habitude avait recours à son sarcophage pour ça, mais bon... à la guerre comme à la guerre.

Le lendemain, l'odeur du souffre leur fit savoir que les terres volcaniques étaient toute proche, et qui disait terres volcaniques disait surface ! Sur les affirmations de Lucosa et de son odorat infaillible, Dona pressa le pas, elle avait hâte de contempler l'immensité du ciel, ainsi que découvrir tout ce qui lui était encore étranger. Une fois extraite de la grotte ténébreuse, ce fut néanmoins avec une certaine déception qu'elle accueillit ce nouveau monde. Une épaisse fumée à la couleur plus que douteuse l'empêchait de distinguer quoi que ce soit à plus de dix mètres. Eldakka tenta vainement de la rassurer, à savoir que la Drow ne lui prêtait aucune oreille. Après tout ce temps passé en leur compagnie, il ne s'agissait plus du fait qu'il était un mâle, mais de sa personnalité déprimante, redondante, ennuyeuse, défaitiste. Pour faire simple, ce jaluk lui sortait par tous les orifices, et si elle le tolérait, ce n'était que par rapport à Lucosa. D'ailleurs, lorsque l'Hybride se contenta bêtement de répéter ce que Eldakka venait de lui dire à propos du côté éphémère à ces vapeurs, Dona détendit ses traits et reprit espoir.

Fatiguée des lieux déchus et attristés par la perte du rituel au travers de la mort de Ervona, Lucosa indiqua la direction de la terre du Phénix, elle avait grand besoin d'un bon bol d'air pur après tout ce souffre inhalé. Dona n'avait rien contre, de même que Lourine et Eldakka. Mais au cours de la nuit du sept Khole du mois de Gaïa, la jeune femme à la chevelure cuivrée fut réveillée par la grande prêtresse des Fées en personne ! Lyn, qui après avoir pris forme Humaine s'entretint en secret avec Lourine qu'elle savait être Xiris. Lourina l'envoyait en toute hâte afin de lui remettre un objet qu'elle aurait sois disant égaré. L'ex Déesse fronça les sourcils et demanda plus amples explications. Lyn lui expliqua dans les grandes lignes ce qu'elle tenait de sa Déesse, qui elle-même le tenait de Loominëi. Les yeux ronds comme des soucoupes, Xiris but chacune de ses paroles. À l'évidence, ses frères et soeurs Célestes étaient loin d'être dans une meilleure situation que la sienne, bien au contraire. D'après la prêtresse Féerique, il fallait craindre une attaque imminente de Rivaëna au sein du monde des Dieux. Et en l'absence de Loominëi, nul n'en n'aurait la force. Xiris n'avait pas le choix, son devoir de Divinité primait sur sa quête personnelle, elle devait rentrer !

Une fois Lyn partie et l'artefact entre ses mains, Lourine attendit que les premiers rayons du soleil paraissent pour réveiller son enfant et les Drows. Lucosa avait remarqué ce changement dans son regard, inquiète, elle fut la première à poser la question ; Que se passait-il ? D'un aplomb déconcertant, la jeune femme lui confia qu'il était temps pour elle de retourner à son devoir de Déesse. Dona, complètement choquée de ce qu'elle venait d'entendre, fut incapable d'émettre le moindre son. Comprenant le ressentit de la Drow, Lourine se livra entièrement à elle, devenant ainsi ; Xiris. Bien que ouverte d'esprit quant à sa profession, Lucosa ne pouvait s'empêcher d'être triste à l'annonce de cette séparation. Quant à Eldakka, n'en parlons pas ! La Divinité fit comprendre à son enfant que ce temps passé à ses côtés, que ce fut dans la froideur d'une cellule ou dans l'obscurité d'une chambre humide, lui aura enseigné tout ce qui lui était nécessaire de savoir au sujet des Hybrides, mais plus que cela, elle lui apprit l'amour d'une mère pour son enfant. L'essentiel de sa quête atteint, plus rien ne la retenait si ce n'était ce nouveau sentiment en son coeur. Désormais, elle aimait Lucosa comme sa propre fille, un amour qu'elle devait cependant mettre au service de son peuple tout entier. Ce qu'elle sut expliquer à la Fée-louve.

Il ne lui restait plus qu'une chose à faire ici bas. Brisant la fiole qu'elle n'avait cessé d'enserrer durant son discours, Xiris recouvra toute la puissance qui faisait d'elle une Déesse. Et curieusement, en dépit de sa prestance Divine qui la maintenait en lévitation cheveux dans le vent. La Déesse de la Nature conservait toute cette innocence qu'elle avait su témoigner au travers de ses traits tout au long de son périple. Auprès d'Emy, chez les Fées et enfin Lucosa. L'Hybride savait qu'elle pouvait à nouveau lui faire confiance, et que plus jamais, son peuple n'aura à souffrir de ses méfaits des suites d'une éventuelle carence émotionnelle. Et pour preuve, une fois qu'elle aura rectifier sa dernière erreur, Xiris aura achevé son expiation. Et aura ainsi mérité sa rédemption. Affichant un ultime sourire au groupe, la Déesse fila telle une étoile filante en direction de Timur. De par son essence retrouvée, elle savait Umar par là-bas...


¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 00 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Lucosa Warou
Lucosa Warou
Récits 98
L'ordre dans le chaos Empty
MessageSujet: Re: L'ordre dans le chaos   L'ordre dans le chaos Icon_minitime1Aujourd'hui à 14:16

Dire que l'attente avait été longue était un euphémisme... Savoir Eldakka en cage non loin sans pouvoir lui procurer le juste secours dont il avait besoin me mettait au supplice. Et ce quand bien même Lourine essayait de faire des courbettes.... Je ne daignais laisser échapper que des grognements, beaucoup de grognements, aussi bien à celle ci qu'à Dona qui semblait attendre quelque chose. Finalement alors que des heures s'étaient écoulées, elle sembla accepter notre mutisme collectif. Elle agit encore plus sagement lorsqu'elle nous réunit finalement à mon ami. Lors de cet événement je ne pus me retenir, la sauvagerie de la louve contenue depuis longtemps. Je sautais littéralement sur le drow le renversant presque au passage et frottait ma tête ou plus exactement mes oreilles contre son torse. Je grognais littéralement de bonheur. Il m'avait trop manqué, j'avais eu peur pour lui et du coup...je me laissais un peu aller. Il avait de la chance que je ne lèche pas... ce qui pour moi n'aurait eu aucune autre connotation que de l'amitié. J'arrêtais cependant à la petite voix féérique mentionnant que nous étions observés. Eldakka allait se sentir encore plus mal que moi. Résignée, je le libérais mais ne le quittais pas d'une semelle pendant un bon moment.

Nous décidâmes finalement ensemble de lever le voile sur notre venue a Ched Nasad. Je fus alors étonnée par la drow qui promis de se renseigner si nous restions tranquilles. Une once de respect commençait à naître en moi pour cette femme qui m'avait l'air bien différente de ses congénères. Elle nous déménagea même dans une aile sous surveillance et même si elle restait dure, j'étais curieuse. Je savais si bien comment se cacher derrière la sauvagerie que je décidais d'y aller en douceur avec Dona. Après tout, n'avais je pas ma part fée, excellente pour cela ? Ainsi je pus apprendre, malgré la réserve de l'elfe noire qu'elle avait pour intention de se rendre en surface, une fois les choses calmées ici bas.

N'ayant absolument rien à faire de leur affaires internes entre drow, je décidais de profiter de ce temps pour apprendre. Sur ce qui pourrait nous être utile vis à vis de mon ami, mais aussi sur Lourine. Elle avait mérité malgré tout que je l'écoute et prenne le temps de la connaître avant de la juger pour ses actes passés. Certes encore une fois c'était la fée qui pensait ainsi et je dus parfois me retenir mais finalement, j'entrevis quelqu'un qui avait agit avec l'innocence d'un enfant, qui possédait un pouvoir qu'elle ne comprenait pas toujours, et pour qui les êtres vivants avaient été bien malgré eux... des outils d'apprentissage. Certes c'était horrible, et très dur à avaler, mais c'était tout de même plus acceptable qu'une déesse agissant volontairement sans amour.

Pendant ce temps, Dona gérait des choses de drow et un jour elle vint me parler en privé. Elle souhaitait me parler des sacrifices nécessaires qu'il faudrait faire pour sauver Eldakka. Elle doutait donc de ma motivation ? Je pus lui prouver que j'étais prête à tout, et plus encore. Mes paroles semblèrent faire mouche bien que je voyais mon ami qui lui... fidèle à lui même ne montrait guère d'enthousiasme. J'en étais presque dépitée, prise entre l'envie de l’assommer et celle de le gifler pour qu'il se prenne en main. J'en viendrais tout de même à lui dire durant notre séjour quelques paroles fortes. Il avait entamé ce voyage de lui même. Il avait voulu, après bien des années d'errance et même une tentative de fin, élucider le mystère qui l'entourait et trouver une solution à sa malédiction. Il avait enfin fait un pas en avant après ce temps passé à fuir. Allait il à présent renoncer ? Irait il jusqu'au bout ? Parce que moi je n'hésiterai pas une seconde. Il le savait. Et moi je savais qu'il méritait de vivre. Enfin.

le temps paraissait infini à tourner en rond dans cette aile de maison drow, je commençais à perdre patience. Les quelques gardes avaient eu droit à leur part de grognements respectifs et sans Lourine ou Eldakka, j'aurais à coup sur sorti les griffes sur plusieurs. Néanmoins notre attente finit par prendre fin. Dona revint un jour, nous informant de son échec et de son désir de gagner la surface. Je ne pus retenir une expression de dégoût à ces deux mentions. Surtout la première en fait. Pourtant, reconnaissante des recherches effectuées par la drow, je lui formulais un remerciement, bien décidée à obtenir plus de détails plus tard.

Car nous nous retrouvâmes bientôt à fuir la cité de Ched nasad dans des conditions complètement folles. Je ne savais pas comment on en était arrivés là, si on me l'avait expliqué j'avais surement tout oublié, car cela ne concernait pas ce qui me préoccupait actuellement. Donc, une fois de plus, nous courûmes pour sauver notre peau, sauf que cette fois, au lieu d'avoir des drows contre nous, non seulement Dona menait le groupe, mais en plus l'étrange folle qui nous avait capturé et une fillette dans ses bras nous suivaient. Un gros bordel je vous dis. Impossible de comprendre ce qui s'était passé chez les drow... Une crise avait dit Dona.  Alors que nous remontions le couloir, ou plutôt les couloirs tant ce monde souterrain était un labyrinthe, nous eûmes une autre mauvaise surprise. La vampire de l'autre fois ! Elle les relevait de leur mission, mais comme elle était déçue d'eux, ne souhaita pas lever la malédiction qu'elle avait placé sur Eldakka. Lourine, Dona et celui ci durent me retenir de foncer sur cette folle car franchement, c'est pas qu'on avait pas voulu la faire, sa mission, on avait pas pu ! Mais aucune différence apparemment. Je grognais donc sérieusement, mais n'ajoutais rien, et finalement nous passâmes.
Sur ce les deux autres, nous quittèrent, j'entends par là la drow et la fillette. Et pour finir en beauté, il fallut passer la nuit dans cet enfer. Dona sembla incapable de s'allonger, ce qui était fort étrange mais son problème. De mon coté j'étais énervée pour au moins le prochain mois, alors le sommeil eut bien du mal à venir.

Le lendemain, la surface s'en vint à nous. Enfin ! Oh je n'avais jamais été si heureuse de sentir le souffre. En revanche Dona sembla complètement démoralisée à notre sortie des tunnels. Eldakka tenta de la rassurer, sans grand succès. A vrai dire ils ne s'entendaient pas trop les deux là. La drow avait beaucoup de caractère et ne supportait pas trop la fatalité, ou dépression de mon ami. Je posais une main sur l'épaule de celui ci, l'enjoignant à ne pas mal prendre l'indifférence de Dona, avant de répéter ce qu'il venait de dire un peu plus tôt. Et effectivement la jeune femme sembla retrouver un peu d'espoir. Cela dit ras le bol de tout ces lieux pourris et leurs résidents, j'en avait eu ma dose et le loup comme la fée réclamait de l'air pur, de la nature. J'indiquais donc la directions de la terre du Phénix, chose qui fut acceptée par l'ensemble de notre groupe. Je ne savais plus quoi faire pour Eldakka, il avait non seulement perdu son seul espoir, mais souffrait à présent d'une seconde malédiction. Il fallait que je parle avec Dona de ce qui aurait pu le sauver. Il y avait surement une solution.

Un matin, je fus réveillée par Lourine, chose déjà étrange puisque en général l'humaine avait besoin de davantage de sommeil que nous. Et puis de suite je fus happée par son regard. Quelque chose avait changé. La Lourine que j'avais pris l'habitude de côtoyer n'était pas dans son état normal. Elle était inquiète et pas qu'un peu. Fidèle à moi même je ne tardais guère à lui demander ce qui se passait. Quoi ? retourner à son rôle de déesse ? Mais elle venait à peine d'arriver ! Bien sur je comprenais son devoir primait sur ses envies, cependant... je devais reconnaître, bien malgré moi, d'être triste à cette annonce. Je m'étais attachée à la jeune femme au cours du dernier mois, j'en étais venue à l'apprécier. Son explication me laissa triste mais compréhensive, j'espérais qu'en effet elle avait pu apprendre ce dont elle avait besoin,  et je l'invitait à revenir partager mon quotidien si un jour, l'occasion se représentait car, selon moi, il nous manquait les meilleurs moments, les bons, les vrais, sans plus de jugement de la part de l'hybride. Et Evidemment, Eldakka fut dévasté. Dona complètement perdue quant à elle, ce qui était on ne peut plus normal.

Nous observâmes donc la déesse revenir à sa pleine puissance sous nos yeux, je soutenais Eldakka en lui rappelant qu'il avait eu une chance inouïe de la voir, lui parler, et passer du temps avec celle qu'il adorait du plus profond de son coeur. Quant à moi, je me sentais maintenant en confiance avec la déesse de la nature, ma créatrice. Je savais qu'elle aurait à coeur nos intérêt et ne commettrait plus les mêmes erreurs. Je lui demandais de ne pas nous oublier, car de notre coté ce serait impossible, et je finis avec un seul mot qui résumait bien ce que j'avais appris.

-Merci.

Et elle partit.... Il y eut un grand blanc, que je décidais de briser pour ne pas tomber dans la mélancolie, la folie, ou que sais je encore. Il ne fallait pas s'appesantir sur le départ de Lourine. C'était difficile mais c'était ainsi. Nous n'étions plus pressés, personne n'était à nos trousses et nous venions de perdre un membre. Je pensais le moment bien choisis pour faire une pause. Je me laissais aller sur un rocher et me tournais vers Dona qui elle, devait avoir pas mal de choses à digérer pour lui poser une question

-Que s'est il passé à Ched Nasad ? ça avait l'air d'une grosse crise lors de notre départ... puis je fronçais les sourcils, et serrait les poings, N'y a t'il vraiment plus aucun moyen...?

Pas la peine de terminer ma phrase, la drow saurait de quoi je parlais. Mon regard se posa sur mon ami. Je n'avais pas voulu l'approcher depuis le départ de Xiris. Sans doute avait il besoin de temps, et de ce fait d'un peu d'espace pour accepter le départ de la déesse, en plus du reste de ce mois passé dans son monde sans nous apporter quoi que ce soit de bon, au contraire, une malédiction supplémentaire et quelques mauvais souvenirs. Je ne le laisserai pas partir trop loin, j'avais peur pour lui à vrai dire. Mais aussi confiance, et je voulais le lui démontrer. Aussi pas question de le suivre à la trace. S'il avait besoin de temps qu'il le prenne, ensuite il pourrait se joindre à la discussion, à son rythme.

¤ 7 Khole Gaïa ¤
~ Il est 8 heures 01 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
 

L'ordre dans le chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ASTRUNE :: La terre du Phénix :: Vieux champs :: Prairies des ruminants-
Sauter vers: