AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Simba du clan Azur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Simba
Simba
Récits 24
Simba du clan Azur Empty
MessageSujet: Simba du clan Azur   Simba du clan Azur Icon_minitime1Mar 14 Jan - 16:48

~ Mon identité ~

~ Prénom : Simba
~ Nom (du clan) : Azur

~ Âge : 16 ans
~ Jour & Mois de naissance : Nuit du 15 Philia Vita au 1 Chaara Gaïa
~ Sexe : Garçon
~ Race : Azur (Hybride fée-lion)

~ Lieu de naissance : Désert
~ Lieu où vous vous trouvez actuellement : Désert de Sulmi, Petit bois

~ Classe : vaurien
~ Alignement : Loyal neutre




~ Apprenez à me connaître ~


~ Description Physique : Simba a déjà seize ans. Dans sa tribu, il serait considéré comme un adulte désormais. Pour autant, ses origines féériques à travers son statut d'hybride ne contribuent pas à rendre flagrant cet état de fait. Malgré son âge, il n'a pas l'ombre d'une moustache, et il n'en aura sans doute jamais. Pour la même raison, sa taille assez petite pour son âge, 1,60m, ne semble pas être un très bon indicateur pour le juger, d'autant qu'il peut aisément descendre jusqu'à une trentaine de centimètres en utilisant sa capacité de miniaturisation héritée de ses origines. Néanmoins, son corps est dans une forme qu'on ne verrait pas chez le commun des fées et trahit aisément des origines autres. Souple, vif, robuste, tout cela, l'hybride le doit à la fois à son origine léonine, un prédateur connu pour la vigueur de ses muscles, mais surtout à un entraînement rigoureux reçu dès le premier âge afin qu'il puisse se débrouiller par lui-même dans la nature et ne pas être un poids pour son clan. La survie dans le désert est en effet difficile et le soleil a depuis longtemps coloré le teint de Simba comme de chacun des inconscients qui l'affronte chaque jour pour survivre. Pour autant, le survivant peut compter dans son combat quotidien d'armes innées que lui a données la nature. Ses canines plus développées que le reste de sa dentition, couplées avec la puissance carnivore de sa mâchoire, lui permettent d'arracher le morceau de son choix à la carcasse d'une proie, encore que cela lui donne l'air comique d'un vampire doté de toutes petites dents. Ses mains cachent encore des griffes rétractiles au lieu d'ongles sur les doigts. Malheureusement, il n'a pas reçu les fourreaux de chair avec, aussi les dégainer lui occasionne une légère douleur, un peu désagréable, le dissuadant d'en faire usage habituellement. Ce ne sont cependant pas ses seuls attributs physiques extérieures le renvoyant à sa race. Ainsi un œil averti au plus près de lui pourra constater que ses yeux ambrés sont légèrement fendus, mais cela passe inaperçu, le regard davantage attiré vers l'appendice caudale suspendue derrière lui. Sa queue est en effet couronnée d'une touffe hirsute de poils roux qui partagent leur couleur mais visiblement aussi leur désordre avec la chevelure ébouriffée qui lui décore le crâne, tignasse tout à fait incoiffable et que de toute façon il ne coiffe pas. Son nez lui aussi est légèrement retroussé trahissant une vague inspiration inaboutie de la nature pour la truffe du lion. Quant à ses oreilles, dans leur forme à la fois pointue et ronde, il est difficile de dire de quelle race de son hybridation elle tient son aspect, mais elles ont au moins la grâce de se fondre au reste. Tout cela s'arrange de sorte que Simba est de visu un jeune homme athlétique bien que petit, dont la race semble difficile à analyser pour qui ne connaît pas l'existence des hybride.

Au niveau vestimentaire, le jeune Azur ne possède qu'un pagne en peau galazvre (gazelle-lièvre) ainsi que, autour du bras, signe qu'il a vaincu un monstre du désert et qu'ainsi il est digne d'être un homme, une bande de cuir de monstre scorplion du désert, monstre aussi appelé Goälipé. Ces deux vêtements sont bordés de fourrure pour empêcher le contact de leur rugosité avec la peau et en permettre le port.

~ Description Psychologique : Simba croît en un ordre du monde. Il a beau avoir été élevé dans une nature impitoyable qui n'était pas tendre avec ses habitants, il a toujours ressenti que les choses avaient une organisation, comme un ensemble de règles universelles dont on ne peut avoir qu'une impression sensorielle. Il a déjà ressenti au travers de sa paume la vie quitter le corps d'une proie au fur et à mesure que ses respirations s'amenuisaient. Il a vu de ses propres yeux des personnes de sa race, trop faibles pour se défendre, être tués et emportés par des créatures plus puissantes afin d'être dévorés. Il a déjà entendu dans la chaleur du soir les premiers cris d'un nourrisson, qui s'arrache à la non-vie, succéder à ceux de sa mère, tandis que les voix de sa tribu célèbrent son nouveau membre par des sons graves. Tout cela, ses expériences, ajouté aux enseignements claniques parlant d'esprits qui marchent dans le rêve, ont forgé une pensée droite et solide chez le jeune lion, une volonté de faire corps avec ce monde sauvage.

Pour autant, ce caractère impitoyable du désert où il a toujours vécu lui a donné une vision très dure du monde. Ainsi, la loi du talion, que les plus forts se repaissent des plus faibles, lui semble une vérité évidente. Il a vu plus d'une fois certains de ses proches se faire massacrer sous ses yeux par des créatures tellement puissantes que toute tentative pour intervenir aurait sans aucun doute signé sa mort. C'est pour éviter de terminer comme eux que l'Azur a appris qu'il fallait être fort pour subsister, à la fois physiquement afin de se défendre, mais aussi mentalement car il faut avoir une volonté de vivre fortement ancrée en soi pour réussir à résister au malheur. Ceux qui avaient tendance à pleurer sur eux-même dans la tribu terminaient invariablement comme pâture aux monstres, et parfois même s'y livraient d'eux-mêmes sans même se défendre. Simba est ainsi comme la nature qu'il vénère : c'est le fait d'être prêt à tout qui lui permet de survivre.

Néanmoins, contrairement à ce que pourrait laisser penser cette dureté inhérente, le fils du désert est très sociable. Le seul moment où il a vécu seul, c'est lorsqu'il a dû partir pour son rite de passage. Avant, il a toujours été au sein des Azurs et c'est aussi pour cela que l'idée de clan est très présente dans l'esprit de Simba. Son élan vers la vie n'est pas à considérer comme de l'individualisme car, s'il avait dû un jour risquer sa vie pour éloigner un monstre de sa tribu, il l'aurait fait. Il aurait certes tenter de combattre le monstre ou de lui échapper une fois arrivé à une distance raisonnable du campement, mais il se serait quand même sacrifié pour le bien commun. Et si c'est quelqu'un d'autre qu'il avait fallu sacrifier pour le groupe, il aurait agi de même, sans la moindre hésitation. L'intérêt général doit l'emporter sur le particulier, quel que soit l'individu.

Cependant, Simba n'a plus de clan. Le sien a disparu et après l'avoir cherché pendant si longtemps, il doute de jamais pouvoir le retrouver, au moins ici, mais peut-être aussi ailleurs. Or, après avoir vécu tout le début de sa vie avec la Azurs comme un simple membre, le garçon abandonné ne sait pas vraiment quoi faire de sa vie maintenant qu'il est seul. Le jeune lion n'est pas un solitaire ou un décideur. Il s'est toujours contenté d'agir comme on lui a appris. Jusqu'à présent, il n'avait qu'à s'entraîner pour devenir plus fort et être utile aux autres. Mais maintenant ? Pendant ce dernier mois, il a simplement suivi les consignes de survie qu'on lui a enseigné. Mais survivre n'est pas vivre, et il le ressent de plus en plus au fond de son cœur. Sans tribu, il n'a plus de but dans la vie. Il cherche juste quelqu'un à qui il pourrait être utile.

Malheureusement pour lui, il ne connaît pas grande chose au monde. Il n'est jamais sorti en dehors du désert qui l'a vu naître. Auparavant, il croyait même que les Azurs étaient la seule race capable de penser et que leur clan en était sans doute les seuls représentants au monde. Depuis qu'il est seul, il a certes rencontré Aricha, une autre hybride, mais leur entrevue n'a duré qu'une dizaine de minutes, après quoi elle l'a chassé sans autre forme de procès, sans même expliquer ce qu'elle était, lui laissant le loisir d'imaginer le reste. Cette entrevue n'a donc pas radicalement changé sa façon de voir le monde. Il y a ainsi encore beaucoup de chose auxquelles il n'a jamais été confronté : les villes, la sécurité, le mensonge. Simba a ainsi encore tout à découvrir du monde.

~ Biographie & Histoire :  Simba a été élevé toute sa vie par la tribu des Azurs. Sa mère mourut à sa naissance. Quant à son père, qui était sûrement le chef du clan, il se désintéressa de lui, râlant simplement sur la regrettable perte d'une femelle pour le clan. Heureusement, une femme, qui était à présent stérile, et un ancien acceptèrent de l'élever et ainsi il ne mourut abandonné de tous. Cette femme avait déjà eut un enfant et depuis allaitait pour les mères trop épuisées pour le faire. Ce fut elle qui lui donna le lait. Il ne la connut pas très bien car elle mourut quand il avait trois ans, dévorée un monstre du désert. Ce fut alors Abisha, le vieux bigle, qui s'occupa exclusivement de lui.
La vie étant dur dans le désert, comme le voulait la tradition, à ses cinq ans, on lui enleva les ailes. Celles-ci aurait causé une perte d'eau en la laissant s'évaporer par leur finesse, et elles risquerait aussi de se craqueler et de la faire souffrir. Il n'eut aucune cicatrice grâce à la baume magique du chaman. Tels tous les enfants de son âge, il apprit les vieilles légendes, les forces et faiblesses des monstres du désert ainsi que toutes les choses qui pouvaient leur être utiles. Quand il eut quinze ans, il dut partir, ainsi que tous les autres garçons de son âge, dans le désert. Il n'aurait le droit de revenir qu'avec la preuve qu'il ait tué un monstre. Cette épreuve devait s'effectuer seul et ils n'avaient pas le droit de se réunir. C'était un jour qu'il attendait ce jour avec impatiente. Le vieille de son départ, Abisha l'emmena jusqu'à sa tente et lui offrit sa dague, celle-ci brillait et en la regardant, sur laquelle jeune Azur pouvait se voir. De petits dessins étranges et sans le moindre sens en parsemaient la garde. L'ancien raconta alors comment il l'avait obtenu :

Alors qu'il errait dans le désert, il avait trouvé le cadavre d'un être qui leur ressemblait mais n'était pas tout à fait comme eux. C'était une femme avec de longs vêtements qui couvraient toute sa peau. Elle avait d'immenses ailes mais celles-ci s'étaient craquelées et on lisait sur son visage qu'elle avait du vivre l'enfer avant de mourir. De plus elle n'avait pas de queue, son nez était pointu et elles avait une surface étrange sur le bout des doigts. Elle possédait deux dagues comme celle qu'il avait montré. Il en avait pris une et lui avait offert son ancienne pour ne pas contrarier l'esprit de celle-ci. Il aurait bien pris l'autre mais n'avait plus rien à offrir en échange.

Le jeune hybride eut un sourire condescendant. Abisha devait avoir vu un mirage, ça arrivait souvent dans le désert. Le mystère de la dague restait donc intact. Il allais partir mais le vieil Azur le retint. Il lui dit que maintenant qu'il allait devenir adulte, il devait apprendre la vérité sur l'ancien grand clan de l'Azur. Avant, ils n'habitaient pas dans ce désert, ils habitaient tous sur une étrange île au milieu de la mer. Le clan était lui-même séparé en deux grandes tribus : les Azmarians et les Uruhur. Les premiers possédaient d'immenses ailes sur lesquels on pouvait voir des plumes d'oiseau et leur queue aussi était emplumée. Ils pouvaient s'élever en l'air et faire de grands trajets. Les Uruhurs, eux, ressemblaient aux membres de la tribu actuelle à l'exception qu'à l'époque ils avaient encore leurs ailes. Ils protégeaient l'autre tribu. Peu à peu les terres se modifièrent et si les Azmarians n'avaient aucun problèmes avec cela, la seconde tribu commençait à décliner. Ceux aux ailes plumeuses s'en allèrent en promettant que, dès qu'ils auraient trouvés un terre acceptable, il reviendraient et emmèneraient leurs alliés. Ceux-ci attendirent longtemps, longtemps. Ils commençaient tous à dépérir quand les autres revinrent. Ils avaient trouvés. Ils pourraient les y amener mais ils devraient les porter une partie de trajet. Beaucoup ne survécurent pas au chemin et tombèrent dans l'eau sans que personne ne put faire quoi que ce soit. Quand ils arrivèrent enfin, ils avaient diminué de moitié et les Uruhurs avaient préférés sauver leurs enfants. Un fois arrivé, les Azmarians se rendirent compte que cette terre n'était finalement pas adaptée pour eux. Un groupe préféra rester même condamné à une mort certaine. Les autres s'en allèrent et on ne les revit plus. Ils avaient sûrement péri sans la protection des êtres fauves. Abisha finit avec cette phrase : « Vois-tu, de cette tribu je suis le dernier. » Pour prouver ces dires, il baisse un peu son pagne et lui permis de voir une queue différente de tout ce qui était connu. Il ne s'était jamais demandé pourquoi le vieil être était gardé sans pourtant avoir d'activité ; il avait sa réponse. Avant que le jeune Azur se lève, le conteur ajouta que la mère de Simba était une Azmarian elle aussi mais qu'il n'avait pas hérité de ses traits. L'enfant, choqué par ces paroles s'enfuit en courant de la hutte.

Le lendemain, il partit dans les sables, impatient de trouver enfin un monstre et de le vaincre comme l'évoquaient tant de légendes. Malheureusement pour lui, il ne rencontra que du gibier pendant longtemps. Un jour alors qu'il chassait, ses pieds se bloquèrent dans quelque chose. Il essaya bien de se libérer mais le sable cachait le piège et il n'arrivait pas à enlever celui. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il dut attendre toute la journée avant que de l'aide arrive. C'était un garçon plus âgé que lui. Il ne l'avait jamais vu dans la tribu. Simba était horrifié en réfléchissant à ce qui se passait. Si la personne venait vers lui, alors il aurait raté son passage à l'âge adulte. Non, il devait faire demi-tout à tout prix. Malheureusement, la personne continua de s'approcher et il ne réussit pas à s'enfuir. L'homme, loin de lui proposer son aide, lui ordonna de tendre les bras. Alors qu'il le faisait, celui-ci les attacha avec une corde et seulement il le libéra du piège.
Il le força à le suivre jusqu'à un étrange campement. Il n'y avait que des mâles. Celui qui semblait être le chef demanda à la personne qui le tenait ce qu'il apportait et celui-ci éclata de rire et poussa le jeune Azur vers l'autre. Sans pouvoir s'aider de ses mains, Simba s'écroula sur la sol. La chef s'approcha de lui et lui souleva le menton. Il lui expliqua que ce n'étaient pas eux les mauvais mais le chef des Azurs. Il les avait tous envoyés faire un soi-disant rite initiatique dans le désert mais ce n'était en vérité qu'un prétexte dont il s'était servi pour se débarrasser d'eux. Le jeune hybride le mordit, refusant ces mensonges. L'ennemi, énervé, ordonna qu'il soit attaché à un poteau et qu'il reste là jusqu'au lendemain, qu'alors il verrait peut-être enfin la vérité.

Toute la nuit, le petit lion s'attaqua aux cordes avec ses dents et il réussit finalement à s'en débarrasser. Il songea un moment à partir, mais il refusait de laisser la dague d'Abisha ici. Prenant sa petite taille, Simba s'approcha de la hutte où le chef semblait dormir. Dans l'obscurité, il s'aperçut qu'une personne dormait avec le traître. En s'approchant, il remarqua, horrifié que c'était un enfant de son âge avec qui il avait souvent joué dans la tribu. Il était éberlué qu'il ait pu renoncer à la tribu. Il se dépêcha de trouver sa dague et, après les avoir tout deux silencieusement égorgés, s'enfuit à toutes jambes de cet endroit malsain. Il avait perdu tous ses repères. Son esprit refusait ce qu'il avait vu et entendu. Il marcha pendant plusieurs jours, telle une âme errante. Quand il se figea alors, devant l'enfant se dressait une sorte de lion avec une queue immense et pointue ainsi que des pinces. Il avait trouvé un monstre. Tout lui revenait. Il commença tout d'abord par s'approcher de lui par l'arrière et dès qu'il fut assez près, il sauta sur sa queue et en saisi le bout aiguisé avant d'être piqué. De son autre main, il sortit son poignard et coupa le bout de la queue. Aussi rapidement qu'il le put, il sauta ensuite sur le corps de la créature pendant queue sa queue bougeait dans tous les sens sous la douleur. Les pinces voulurent s'emparer du jeune Azur mais celui-ci s'était placé de façon à être dans un zone qu'elles ne pouvaient pas atteindre. Son arme à la main, il fondit en avant et égorgea le monstre avant de retourner à son ancienne place et d'attendre que la chose arrête de bouger. Une fois fait, il arracha une bande cuir et de fourrure et se l'attacha au bras, le corps n'étant pas comestible. Il rentra alors vers sa forêt, victorieux, en se guidant grâce aux étoiles.

~ Derniers événements : À son retour, tout avait disparu. C'était comme si les Azurs n'avaient jamais existé, au point que des arbres centenaires se dressaient à la place du campement. Mais avant que le désespoir ne puisse le submerger, il avait fait une rencontre inhabituelle : Aricha. Faute d'en avoir jamais vu auparavant, il avait échoué à reconnaître en elle une hybride elfe-araignée. Il s'était dit tout au plus qu'il avait rencontré un monstre moins courant que la moyenne. A posteriori, il avait même rationalisé cette étrange entrevue en supposant que la capacité de parler de ce monstre était sans doute dû à une possession par un esprit du rêve. Néanmoins, il avait échoué à comprendre où cette apparition voulait en venir. Après l'avoir enjoint à tuer pour elle un monstre imprécis, elle avait fini par le chasser.

Cette rencontre avait surtout eu pour conséquence de calmer ses inquiétudes en le concentrant sur autre chose. Une fois apaisé et sorti du territoire de cette créature, ses réflexions l'avaient amené à penser qu'il s'était peut-être trompé de chemin en rentrant chez lui, malgré avoir suivi les étoiles. Les quelques jours suivants avaient donc été consacrés à l'exploration du bois, dans l'espoir de retrouver sa tribu. Cette recherche avait cependant été vaine. Épuisé et désemparé, Simba s'était alors décidé à établir un campement pour lui-même, pour au moins faire en sorte de survivre ici. Il avait donc trouvé un lieu facilement défendable, en avait chassé les occupants, et avait consacré le reste de ses jours à aménager les lieux, chasser des proies, cueillir des herbes, boire à un petit point d'eau à proximité.

Cependant cette vie laissait en lui un sentiment de vacuité tenace. Il avait beau faire tout comme on lui avait appris, il se sentait seul et malheureux. Le matin du premier jour du mois de la terre, le jour de son anniversaire, avait été comme révélation pour lui : il n'avait rien à faire ici ; il devait partir. C'est sans doute ce que l'esprit qui possédait Arrricha avait voulu lui dire. En partant, au moins il aurait une chance de rencontrer sa tribu ou n'importe quoi. Ici, il périclitait. Les jours suivants ont donc été consacrés à rassembler des provisions pour le voyage dans cette inquiétante destination qu'est le désert.



~ Suppléments ~


~ Particularités propres à votre espèce :
Avantages de fée : Capacité à voler (ailes enlevées), miniaturisation, bonne endurance mystique, infravision et toucher sur-développé.
Avantages de lion : Sens léonins, griffes rétractables, canines surdéveloppées, mâchoire puissante, grande force, grande agilité et équilibre, résistance au soleil et à la chaleur.
Défauts de fée : Grande sensibilité à la douleur, ostéoporose Ostéogenèse imparfaite.
Défauts de lion : Daltonisme, régime exclusivement carnivore, besoin de davantage de repos.

~ Ce que vous aimez : La liberté, la dague d'Abisha.
~ Ce que vous détestez :  L'eau, le froid, être gêné dans ses mouvements.

~ Vos peurs : Rester seul, sans clan auquel appartenir.

~ Arme(s) : La dague d'Abisha et plus rarement ses griffes car il a mal aux doigts quand il les sort.

~ Signe particulier : tatouage d'une patte de lion sur sa poitrine.

~ Points forts : Simba peut voir de nuit et ainsi chasser aussi bien la nuit que le jour. Il a été élevé dans le désert où tout peut se passer, aussi, il est toujours sur ses gardes avec tous ses sens en éveil et analyse une situation très rapidement. Il sait aussi parfaitement se cacher et tirer partie de son environnement. Il sait chasser et se battre. Le jeune lion n'a pas peur de tuer, pour lui tout est dans la nature, elle n'est pas bonne ou mauvaise, elle est comme ça. Les faibles qui s'effondre devant un obstacle meurt, les autres survivent. De plus, pour lui chaque vie a valeur égal donc il n'essayera pas de sauver quelqu'un s'il pense que c'est perdu d'avance.

~ Points faibles : L'Azur ne connaît rien en dehors du désert, aussi n'est-il pas habitué aux gens différents et il ne sait pas comment se débrouillé avec eux. Il ne sait pas aussi que sa dureté si elle lui permet de survivre dans le désert n'est pas du tout approprié avec les autres. Il est aussi trop franc, ce qui a tendance à blesser les autres. Il a toujours l'impression qu'il doit être fort et ne jamais faillir, quitte à souffrir en silence en ne le montrant à personne.



~ Mes secrets ~


~ Capacité spéciale : Inconnue
~ Talent secret : Inconnu



~ Utilitaires ~


~ Ma couleur utilisée : orangered
~ Code : Approuvé par Elfwyn.



~ Origine, Désir ou Mystère ~


~ P.N.J : Oui, je préfères interagir avec des personnages.
~ Le premier pas : Moi !

~ Désir : À terme, rencontrer quelqu'un avec qui se lier (quel que soit la nature du lien).

~ Approbation d'Elfwyn :



~ Votre niveau dans le rôle play ~


~ Test RP : Déjà effectué avec des comptes précédents.



~ Une pensée personnelle à faire partager ? ~


~ Un petit mot : Simba est, par sa pureté sauvage, l'un des personnages que j'ai toujours aimé. J'ai regretté de l'avoir abandonné. Il va maintenant pouvoir reprendre sa route.
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
Elfwyn
Récits 3444
Simba du clan Azur Empty
MessageSujet: Re: Simba du clan Azur   Simba du clan Azur Icon_minitime1Mer 22 Jan - 0:26

Bonjour,

Une lecture bien mieux appréciée que la première fois. J'aime beaucoup. Après que ton lieu de naissance ne précise pas la terre des hybrides ne me dérange pas. Car à la manière dont tu contes le déroulé de l'existence de Simba, il n'a jamais rien connu d'autre que le désert, alors que ce soit la partie désertique du continent de l'hybride ou le désert de Sulmi, ça ne change pas grand chose à sa vie, pour ne pas dire rien. Je regrette toutefois que tu n'ais pas mentionné le Grand Chaos, le monstrueux tremblement de terre qui a soudé ton continent d'origine à cette terre dont il ne sait rien.

Son jeune âge explique sans doute l'ignorance de sa capacité spéciale ainsi que de son talent, mais à part supposer, je n'en connais point la véritable raison. Quoi qu'il en soit, tu en as parfaitement le droit, aussi je te laisse gérer cela comme tu le souhaites.

Autre mystère, la disparition de ton clan, je sens que c'est voulu, mais je sens aussi que tu as ton idée sur la question. Si tel est le cas, n'attend pas trop pour faire part de ta théorie avant que le Destin ne s'en charge ^^

C'est donc sur ces mots que je te valide jeune Hybride. Tu n'as plus qu'à signer le Pacte, et ta route va pouvoir reprendre.

Bienvenue sur Les Sept Destinées Simba. Puisse Aricha regretter le fait de t'avoir rejeté !

Bien à toi, Elfwyn.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lauthentique-destiny.net En ligne
 

Simba du clan Azur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: PRÉSENTATIONS VALIDÉES :: Personnages Neutres-
Sauter vers: