AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shaileen Re'Shyith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shaileen
Shaileen
Récits 3
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1Dim 14 Juin - 18:25

~ Mon identité ~

~ Prénom : Shaileen
~ Nom : Re'Shiyth
~ Surnom : Luna, l'Artiste Onirique

~ Âge : 77 ans
~ Jour & Mois de naissance : Le 8 Oryi de Gaïa

~ Sexe : Femme
~ Race : Oubliée

~ Lieu de naissance : La Seldarine
~ Lieu où vous vous trouvez actuellement : Rozmiar

~ Classe : Marcheuse de Rêve, Niveau 2.
~ Alignement : Chaotique Bon



~ Apprenez à me connaître ~

~ Description Physique :

Hmm... comment me décrire ? Je vais en premier lieu me concentrer sur mes cheveux qui ne sont pas naturels du tout. Pourquoi ? Parce que je les ai modifié par ma magie onirique en créant quelque chose capable d'en changer sa couleur même. Au début, ils étaient bruns foncés, se liant bien avec mes yeux d'un bruns chauds. Alors, usant de cette nouvelle magie, je me suis servie de moi-même comme cobaye et j'en suis satisfaite depuis. J'ai un petit air surnaturel depuis. En plus, ça s'associe bien avec les robes que ma mère m'a faites pendant mon long sommeil ! D'un blanc presque immaculé, aux bordures noires et violettes, j'étais fière de les porter. J'aimais ma mère plus que tout.

Aussi, je me balade très rarement sans mon masque devant les yeux. Je suis obligée de le porter afin de distinguer quelque chose. Oui, c'est ironique de se cacher les yeux pour voir mais je suis aveugle depuis un événement tragique et ce masque, emplis de ma magie, est capable de me rendre la vie un peu plus simple. Ainsi, je ne suis pas redevable ni je dois m'appuyer sur le dos de qui que ce soit pour pouvoir vivre. Bon, en soit je me débrouille dans la vie... je suis plutôt de taille moyenne, atteignant juste les un mètre soixante-dix et une silhouette fine et élégante, si je m'en tiens aux commentaires de ma mère. Mes pauvres yeux, quant à eux, ont perdus de leurs éclats rougeoyant dès lors que la Reine m'ôta la vue. J'espère ainsi, avec ma quête, la retrouver... J'espère juste que, à l'extérieur, je ne serai pas arrêtée tous les dix mètres par des passants inquiétés par ma pâleur... ma peau n'ayant jamais été exposée au soleil réellement.


~ Description Psychologique :

De ce que l'en dit mon père, je suis têtue et tête en l'air. J'imagine que à force de passer tant de temps à dormir afin d'affiner ma magie onirique, je suis devenue complètement léthargique, la mémoire un peu défaillante par instant ou encore, un peu maladroite. Cela dit, tout cela ne fait pas de moi une personne complètement stupide, loin de là ! Mon père adoptif me confia lors d'un entraînement à l'épée que j'avais hérité du caractère solide et déterminé de mon géniteur. De ce dernier, j'avais la même envie profonde de sortir de sous-terre et fouler le monde du dessus. Je me promis alors, en sa mémoire, que j'y parviendrai et que de là, je retrouverai nos forêt d'origine ! Lui, tout comme ma génitrice, ne supportèrent pas de perdre le contact avec Lalwendë et, malgré qu'ils livraient bataille aux côtés des Nains, ils voulaient tout le temps essayer de s'en aller. Je ferai tout pour leur rendre honneur.

Aussi, malgré que mes parents adoptifs ne furent jamais mis au courant des vraies capacités oniriques que j'avais développées, ils remarquèrent en moi l'ingéniosité et le côté créatrice de ma mère biologique. Sans parler de la générosité et le cœur d'or que j'avais reçu d'elle, aussi. J'avais les idées qui filaient dans tous les sens. J'avais envie de m'intéresser à tous et tenter de tout comprendre. Avoir des rêves comme les miens me permettaient bien des choses. Je ne sais pas si on est nombreux à pouvoir vivre dans nos rêves et continuer à travailler pendant que le corps, lui, se reposait. J'espérai qu'un jour, j'en croiserai un sur ma route et que l'on puisse converser ensemble sur nos étranges pouvoirs...


~ Biographie & Histoire :

Vous vous êtes perdu mais voyez au loin une maison abandonnée. Sans crainte, vous vous en approchez et enter à l'intérieur. Au milieu de la pièce qui s'offrait à vous, ce qui semblait être le séjour, faiblement éclairé par une bougie et la légère lueur d'un lever de soleil traversant les rideaux d'une fenêtre, vous trouverez alors un cristal posé sur la table central. Vous appelant par des légers flash lumineux... Vous le saisissez et, soudainement, une voix douce et féminine vous interpelle, happant toute votre attention :

Bonjour, qui que vous soyez... Si vous avez trouvé ce cristal, c'est que vous teniez à connaître mon histoire. Je pense que vous êtes donc une personne proche. Je vais vous faire confiance et vous la raconter. Au moment où je vous parle, je suis un brouillon émotionnel. Je suis triste, heureuse, effrayée, déterminée ou encore pleine de volonté. Néanmoins, je souhaite accomplir de grandes choses. Aider ceux que je pourrai aider mais, surtout, retrouver mon enfant qui m'a été enlevé. Ici, dans ces textes, j'aimerai vous confier ma vie, ce que j'ai ressentis et ce pourquoi j'en suis là désormais. Il y va de sois que je vais devoir vous en raconter un maximum en peu de temps. Ce message ne tiendra pas longtemps mais, je pense, sera suffisamment tenace pour que vous ayez le temps d'en arriver au bout. Donc, si vous êtes prêt, je peux vous emmener au travers des songes qui, maintenant, ont fait ma vie. Je suis pleine de regret, d'amour et d'appréhension quant à ce que je vais entreprendre. Sauf que, au fond de moi, je sens qu'il faut que je le fasse sinon je le regretterai tout au long de ma vie. La mort elle-même me fait moins peur.

Au tout début, je suis née d'un couple d'Elfe. Ma mère se nommait Ariarhen. Mon père, lui, portait fièrement le prénom de Galdor. Mais je n'ai pas eu suffisamment de temps pour les connaître qu'ils sont mort lors d'une excursions au Prugarass, tués par des monstres, ils avaient cinq cents quatre vingt ans pour ma mère et six cents dix ans pour mon père. Eux et les Nains les accompagnant avaient mal estimés la menace et le temps que les renforts arrivent, ils ne restaient plus rien d'eux. Alors, haute de mes quatre ans, on me confia à un nouveau couple qui avait un fils. Ma nouvelle mère se nommait Daenara, mon nouveau père, lui, se nommait Calywen. Je ne comprenais pas ce qu'il se passait et, trop jeune, je ne saisissais pas le sens du mot "mort". J'avais toujours, en moi, l'infime conviction qu'ils étaient en vie, mes parents, même encore à ce jour. Comme on n'avait rien trouvé d'eux, je me suis toujours demandée s'ils avaient simplement réussi à sortir de sous-terre ou, tout simplement, ils avaient été emportés dans les ténébreuses profondeurs du Prugarass. Cependant, mes nouveaux parents furent capables de me faire changer les idées et me présentèrent à leur fils du même âge que moi, Eldarion. Si je puis le dire ainsi, il était mon ami le plus cher, un ami d'enfance avec qui, même sans lien du sang, on était comme frère et sœur. Cependant, sans jamais me l'avouer, une immense dépression planait en moi. Mon seul refuge fut ce monde que je créa de toutes pièces dans mes rêves. Un monde  planant au-dessus d'une étendue d'eau sans fin, un château volant fait de cristal et dont la végétation envahissait le moindre recoin. Je m'y sentais bien. Des animaux s'y baladaient à leurs guises.

Je fis les quatre cents coups avec mon frère, bêtise sur bêtise, mais jamais on s'aventurait trop loin dans les boyaux obscurs ou d'autres Oubliés nous empêchaient de passer. Des monstres pouvaient y rôder... Ce fut même, ce jour-ci, où on osa comme des idiots à s'enfoncer au-delà des limites, de nos seize ans, on tomba nez à nez avec l'un d'eux. J'eu la peur la plus profonde de ma vie à ce moment là. On fut heureusement sauvé par un garde Nain, Duumkhar. Sans donner notre restes, alors qu'il désirait savoir comment on allait, on s'était enfuit à pleine jambes pour rentrer chez nous et nous enfermer. Jamais on ne s'osa à en parler à nos parents et jamais on n'osa à ressortir de ce périmètre, on était pas prêt. Il fallut que quinze ans s'écoulent à nouveau pour que, de loin, je reconnaisse une silhouette s'approcher de moi, me saluant comme si on avait toujours été ami. Moi, étant devenue complètement léthargique par le temps passé à dormir, réfugiée dans mes rêves dû à ma dépression, je peinai à le reconnaître, assisse sur un rebord rocheux. Quelques coups sur le front de sa part me suffirent à m'en souvenir : Dummkhar, le Nain qui m'avait sauvé la vie y a quelques années, refit une entrée percutante dans ma vie. Il m’assomma de questions tout en me reprochant d'avoir fuit, même s'il comprenait la peur que nous avions eue. Cependant, il était là pour tout autre chose aussi. Il avait entendu parler de mon don à créer des objets surnaturels, que mes mains pouvaient tout créer. Enfin, des petites choses. Mais lui, peu importait la valeur qu'elles pouvaient avoir, il voulait me proposer de travailler avec lui. Ayant cesser d'être un garde, il voulait s'étendre dans le minage et la recherche de minéraux rares dans les galeries. Je ne sais pas si c'était lui qui était si convaincant ou moi qui avait pas hésité une seconde, j'ai accepté. Je l'ai accompagné des jours durant, sans jamais lui révéler la magie de mes rêves.

On passait de longues années à travailler ensemble. Accompagnés de mon frère de temps à autre pour nous escorter, passant son temps à s'entraîner pour être un fier guerrier, on sillonnait les veines rocheuses à la recherche de nouveaux minéraux rares. Mais le plus souvent, on était seul, tous les deux. Disons que cela ne me gênait pas, on était capable de se défendre, on faisait un beau duo aussi, Dummy et moi. Mais les choses n'en restèrent par là parce que, à force de passer tant de temps côte à côte, nous finîmes par avoir des sentiments l'un pour l'autre. Il m'avoua aussi que s'il était venu me rechercher, c'était parce qu'il veillait aussi sur moi quand je tentais encore de m'aventurer trop près de là où je ne devais pas être pendant mes balades. Pleine de curiosité, je passais mon temps à tout observer, à vouloir tout toucher, quitte à faire des bêtises. Voyant que j'étais plus précautionneuse et ayant entendu les rumeurs sur mes capacités, il m'avait approché. Se doutant pas que, comme moi, on finirait par tomber amoureux l'un de l'autre. Avec une telle relation, ce qui devait arriver, arriva. On s'était unis par le lien sacré de l'amour, à plusieurs reprises, jusqu'au point où on découvrit que j'étais enceinte. Il était heureux, moi aussi. Mais nous avions peur. Peu à peu... dans l'angoisse la plus totale, je cessa de le voir, lui laissant un mot afin de le protéger, lui intimant de retourner auprès des siens et de ne jamais oublier que je l'aimais. Que ce sera toujours le cas et que je serai toujours à ses côtés. Je souhaitais juste qu'il ne prenne aucuns risques pour moi, qu'il reste en sécurité. Quoi qu'il puisse se passer à partir de maintenant.

Cependant, à peine nous nous étions séparés, des regrets immenses m'envahissaient... pourquoi n'avais-je pas décidé de trouver un moyen de partir et vivre heureuse avec lui, dehors ? Personne n'était parvenu à le faire mais j'étais certaine que j'aurai pu y arriver. C'est alors que mon frère déboula en trombe dans ma chambre, le 6 Chaara de Vita, lorsque j'écrivais une lettre pour Dummy, pour m'avertir que la Reine Aërlina était à notre porte. Je compris ce qui allait se passer. Je tentai vainement de fuir en tentant de passer en force ou de me débattre mais rien ne fit. Je fus endormie afin de me calmer. Je n'ouvris alors les yeux qu'au moment où je me rendis compte que j'étais allongée sur un lit. La Reine à mes côtés, qui se voulait rassurante, les mains posées sur une boîtes. Des médecin à mes pieds, je compris. Mais le Destin, je ne pouvais lutter contre et il me força à accoucher d'un petit garçon. Enfant que je ne pu ni toucher ni voir mais je l'entendais. Je savais que la Reine ne me voulait pas de mal, qu'elle voulait que je ne souffre pas mais mon cœur désirait tout autre chose. Je parvins à me débattre et à me redresser pour poser les yeux sur mon enfant, un petit garçon. Un choc me traversa, je perçu comme un petit flash entre lui et moi... un lien, très faible, s'était établi. Alors que aucunes mères ne devaient voir ses propres enfants naissant de l'union avec un Nain, la Reine, désolée et attristée, m'ôta la vue avant que son visage ne s’imprègne trop dans mon esprit. Les ténèbres m'envahir, les pleurs de mon enfant s'estompant aussitôt... comprenant ce qu'il venait de se passer, je fondis alors en larme, inconsolable. Depuis ce jour, je suis noyée dans le néant. Autant le néant qui m'entourait de par mon handicap physique. Autant que celui qui creusait ce vide dans mon cœur. Un manque, de plus en plus intense naissait en moi : Celui de mon enfant et j'étais loin de me douter qu'il allait s'étendre à ce point en moi.

La Reine m'avait confié que l'enfant n'était pas mort, qu'il allait vivre une belle vie à la surface. Qu'il allait s'épanouir au-delà des dangers qui rôdaient ici pour lui. Même si ma logique approuvait et comprenait son geste... mon côté maternel voulait la haïr de tout mon être. Cet enfant était le miens, j'ai vécu un bout de ma vie avec, dans mon ventre et comme je pus le voir, un tout petit peu, je sus que c'était un garçon. Depuis ces moments là, je passais mes journées à dormir, forçant mon corps à rentrer dans une sorte de coma, voulant rester dans mes rêves à jamais. Me créant une nouvelle vie avec lui. Lui faire découvrir un monde merveilleux. Le voir courir et jouer avec les animaux dans notre château. Voler au-dessus des nuages ou nager à la plage. J'étais bien mais, très vite, ma dépression prit le dessus et tout devint fade. Mes rêves étaient d'une puissance sans nom pour me rassurer et me mettre bien... mais mon fils, lui, était pas vraiment mon fils. Je me voilais la face, je ne voulais pas me l'avouer mais je dus m'y résoudre. Il n'était qu'une copie mais je l'aimais de tout mon être quand même. Je m'étais créé un deuxième fils. Au fond, mon cœur et mon corps voulaient retrouver celui qu'ils avaient créé de mon amour avec Dummkhar. Le manque grandissant de plus en plus en moi. Commençant alors à travailler mes rêves, à créer des magies, des armes ou autres objets, je parvins à améliorer mon emprise dessus. Ce fut aussi ce jour-là où j'acceptai à nouveau d'ouvrir les yeux, sentant quelque chose changer en moi. Reprenant le risque de sortir de la demeure familiale. Rassurant de la même occasion père, mère et frère qui veillait à mon chevet durant tout ce temps que je dormais. Mon frère me racontant ses excursions, me contant des histoires du monde extérieur. De mon rêve, je l'entendais même si je voulais pas sortir. Il me parlait des Drows, des Vampires et des Elfes de Lalwendë. Ma mère, quant à elle, me créa de nouveaux vêtements. Mon père venait simplement méditer à mes côtés, dessinant mon visage tous les jours lorsqu'il perçu de nouvelle expression passer au travers de celui-ci. À tel point qu'il avait tout un panel de portrait de moi, endormie. Une vraie belle au bois dormant.

Quelques jours me furent nécessaire pour commencer à m'habituer à ma cécité. Je créais nombre d'objet pour tenter de distinguer quelque chose et au fin du compte, je parvins à créer un masque qui me convenait. Il me donnait une allure étrange quand on y était pas habitué mais, dans un sens, je souhaitais cacher ma cécité à tous et mettre hors de vue les marques que le sort de la Reine me laissa sur le visage. Des veinures blanchâtres tout atour des yeux... Dès lors, je pouvais naviguer dans la ville de Seldarine et en reprendre ma vie plus ou moins où je l'avais laissée. Etudier, m’entraîner à l'épée, m'adapter à mon handicap. Je retrouvais même le goût à manger et à boire mais je ne cessais de réfléchir à mon fils. Il m'obsédait, c'était normal après tout. Même si je ne faisais l'air de rien. Quelque chose m'appelait, comme si ça voulait m'aspirer à l'extérieur. Après tout, je baignais dans l'envie profonde de sortir. De retrouver nos terres d'origine à nous tous, leur dire où on était, leur faire savoir qu'on était pas mort. Qu'on nous avait juste... Oubliés. Mais l'un de ces jours là, où je me baladais en bordure de la cité, j'entendis un cri terrifiant. Un enfant ! Sans une ni deux, j'accourus rapidement. Un monstre l'avait attrapé à la gorge et le secouait dans tous les sens. Me munissant de mon épée de diamant, je relâchai la magie qu'il contenait. Un énorme faisceau lumineux frappa la bête et la fit voler en morceaux. Je rattrapai rapidement l'enfant avant qu'il ne heurte le sol. Espérant être arrivée à temps, j'appliquai les premiers soins mais rien ne fonctionnait. La main de l'enfant toucha alors ma joue... j'entendis murmurer : "Maman... ? Maman... ? C'est toi ?" Ressentant sa peur dans son souffle, je ne pu que saisir sa main et, dans un murmure doux et apaisant, lui embrassant le front, je lui répondis simplement : "Oui, je suis là, je ne te quitterai pas". Un sourire s'afficha sur son visage, je pouvais le sentir malgré ma cécité et mon masque de part sa respiration et, une douleur me figeant sur place, ce fut sa dernière... il rendit l'âme. Je fondis alors en larme, hurlant de toutes mes forces alors que tout le monde s'attroupait autour de moi. Cela m'avait terrassée mais il était au moins partit rassuré de sentir sa mère présente, mais si j'avais dû lui mentir pour cela.

Mère et père faisaient tout ce qu'il pouvait pour me remonter le moral mais rien n'y faisait. Alors que j'étais parvenue à sortir la tête de l'eau, voilà que j'avais replongé aussi sec. Mon frère, quant à lui, ne disait rien, il restait à mes côtés, me prenant tout le temps dans ses bras pour me bercer et m'apaiser à la moindre crise de panique. Il était bon chanteur... j'aimais ses berceuses auxquelles je me réfugiais ensuite dans mes songes, pendant un bon mois. Je revis mon fils, se tenant devant moi, m’appelant "Maman ? Je suis content de te voir !". A cette entente, je le serrai dans mes bras si fort. Il allait bien, comme toujours. Même si la mort de l'autre enfant me hantait toujours, même si je devais me faire une raison, une question nouvelle vint me hanter : "Mon premier fils, était-il à l'abri, à l'extérieur ? Est-il bien entouré pour se protéger ?" L'inquiétude grandissante à son sujet et malgré les choses qui m’interdisaient de le revoir, je décidais dès lors de détruire ces lois et de reprendre mon libre arbitre ! Retrouver mon fils et m'occuper de lui ! Vérifier qu'il vivait bien et était heureux ! Pas qu'il subisse le même sort que cet enfant là, ce jour tragique ! Aussi, j'étais convaincue que ma vue reviendrait dès lors que je poserai les yeux sur ce dernier. J'étais alors résolue à tout faire pour que ces retrouvailles se produisent ! À mon réveil, je me confiai à mon frère resté à mon chevet. Je pouvais lui faire confiance. On avait pas le même sang mais on ne se cachait rien. Je lui avouai tout sur mes pouvoirs des rêves. Sur mes désirs et mes nouveaux objectifs. Il voulu en premier lieu m'en empêcher mais, voyant que j'allais certainement pas en démordre, il accepta. Je ne voulais pas être accompagnée, je ne voulais pas risquer sa vie ni ceux de nos parents. L'enlaçant de toutes mes forces, il me confia que quelque chose s'était passé à Rozmiar pendant mon sommeil et que cela pourrait me mettre sur une piste. Toute mon attention fut attirée sur ce détail, désormais...

En effet, des étrangères avait déboulé au palais du Roi Sildar. Un violent combat avait eu lieu, l'une d'elle était ressortie charcutée, qui était une humaine. Il me confia aussi que, selon les livres qu'il avait lu, la seconde femme, à la peau d'ébène, était une drow. De lointain cousin de nos ancêtres de Lalwendë. Réfléchissant à toutes allures, il était évident qu'elles étaient ma seule solution pour sortir de là et accomplir mes souhaits. Tout en préparant quelques affaires, mon frère continua à m'expliquer la situation. Les deux femmes avaient été emmenées en prison afin d'être engagées dans la Lice. Voilà où je décidais ainsi de me rendre en espérant trouver un quelconque moyens de rentrer en contact avec l'une d'elle et comprendre comment elles étaient tombées ici et faire le chemin inverse. M'habillant d'une des robes que ma mère m'avait confectionnées, j'annonçai alors à mon frère que j'allais à Rozmiar pour régler quelque chose avant de me rendre à la Lice. Cependant, il m'avoua avoir retenu deux lettres anonymes pendant mes grandes phases de dépression où je ne voulais pas me réveiller. Il ne voulait pas me les lire car il savait de qui cela provenait et ne voulait pas tomber sur des choses qui ne le concernait point : L'expéditeur était Dummkhar. Sans hésiter, je les lui pris des mains et les lus directement. Les larmes s'écoulant sous mon masque, je découvris cela avec une intense joie et tristesse à la fois. Il n'avait pas cessé de m'aimer. Il ne m'avait pas oubliée et était prêt à attendre le temps qu'il fallait pour que je me remettes sur pieds. Il fallait alors que je le retrouve à Rozmiar, lui aussi. Lui annoncer mes intentions et l'emmener avec moi ! Sa famille n'avait nullement été mise au courant pour son enfant. Tout ce qu'ils savaient étaient qu'on travaillait ensemble, rien de plus. Il ne leur avait rien dit, ou presque, à notre sujet.

Soudainement revigorée, ayant des objectifs fixes, je pus enfin voir le brouillard de ma destinée se lever. Je savais où je devais aller désormais. Je me dirigeai vers Rozmiar, après avoir annoncé à mes parents que je reviendrai vite, que j'allais juste essayer de me ressourcer à la Lice avec ce qu'il proposait pour me créer de nouvelles idées de choses à inventer et, aussi, par simple curiosité de voir ces étrangères en combat. Seul mon frère savait ce que je comptais réellement faire. Il ne dira rien. Il voulait m'accompagner mais c'était trop dangereux. Je ne voulais pas que père et mère se retrouvent seuls. Sauf que, le connaissant, brave comme il est et soucieux de mon bien être, il allait finir par craquer et me retrouver. Il fallait donc que je me dépêche de voir Dummkhar et ces deux étrangères, quitte à les sortir de leur bourbier par mes propres moyens et remonter jusqu'à la surface avec elles. Elles seraient mes guides. Grâce à elles, je pourrai retrouver mon fils et j'irai ensuite jusqu'à Lalwendë...

À cet instant précis, un fort éclat lumineux vous éblouit les yeux, le cristal vous contant son histoire avec sa voix se brisa entre vos mains avec une intense vibration, ne laissant que des miettes. Il s'agissait là que d'une relique d'un de ses rêves, conçu qu'à cet effet précis, attendant que quelqu'un le ramasse. Une sorte de portail s'ouvrit devant vous et vous aspire à l'intérieur. Vous plongeant ainsi à ce moment précis où elle débuta sa quête. Ce cristal étant aussi un recueil de souvenirs pour que vous puissiez comprendre son histoire et la vivre. Maintenant que vous savez tout d'elle, de son passé, de ses peines, de ses peurs, de ses joies et de l'amour qu'elle porte aux siens... veuillez désormais la suivre dans ses nouveaux pas, vers cet avenir incertain dont elle ne craignais plus rien. Le Rien et le néant l'effrayait alors plus que tout. Mais aujourd'hui, sans elle, ils ne sont rien. Sans ses pensées obscurs, ils ne sont plus rien. Ce sont eux le néant. Elle luttait, jour et nuit, surmontait ses craintes avec force. La mort à créé le temps pour nous tuer. Mais elle, elle a des rêves. La mort n'a pas place dans son esprit. Elle fut alors surnommée : Luna, L'Artiste Onirique.




~ Suppléments ~

~ Particularités propres à votre espèce :

Avantages : Infravision, bonne ouïe et vision. Lien très prononcé avec la magie, ce qui octroie un sort supplémentaire aux sorciers, ainsi qu'une capacité mystique gratuite laissant au choix entre l'arcanique, l'élémentaliste et le Sorcier-guerrier pour toutes les autres classes. Chaque Oublié est affilié à une constellation qui lui offre une compétence passive qui lui est propre.

Inconvénients : Fragile, faible force physique et intolérance au métal, et ce, quelle que soit sa nature ; ce qui les prive de la classe guerrière. Son agilité ne vaut pas mieux que celle des Humains. Et pour finir, il ne peut être empathique.


~ Ce que vous aimez : Rêver. La magie. Les astres. Découvrir des mystères et tenter de les résoudre. Rencontrer des gens et pouvoir communiquer avec eux. Et, par-dessus tout, même si je ne le connais pas : Mon fils.

~ Ce que vous détestez : L'échec. Être confrontée à quelque chose que je ne comprends pas, que je ne parviens pas à en saisir le sens. Que tout m'échappe.

~ Vos peurs : Mourir avant d'avoir retrouver mon fils est ma principale peur. Je ferai tout ce qu'il faut pour parvenir à mes fins, vous ne vous en rendez pas encore compte jusqu'où je suis prête à aller pour lui.

~ Arme(s) : Mes rêves. Je façonne ce dont j'ai besoin à la limite de mes pouvoirs.


~ Signe(s) particulier(s) : Mon masque, me cachant les yeux. Peu de personne porte une telle chose. Ainsi que la couleur de mes cheveux particulières. Des cheveux... magiques, en somme.

~ Points forts : J'ai eu de la chance d'avoir été un peu une touche à tout dans ma vie. Je sais beaucoup de chose même si je ne connais rien directement. Les livres apprennent, en théorie, mais pas en pratique. Ma motivation à aller de l'avant ainsi que ma combativité, quoi qu'il se passe, tant qu'il y a une cause, aussi infime soit-elle, à laquelle je pourrai me raccrocher pour me relever, encore et encore.

~ Points faibles : Malgré toutes mes forces, je suis tout de même quelqu'un de fragile. Certes, je ne suis pas empathique comme mes cousins éloignés, je ne saurai vous dire ce que ce mot veut bien représenter. Mais je suis émotionnelle, je m'emporte un peu dès fois. Et, évidemment, mon pire point faible : De jouer avec l'existence de mon fils, que sa supposée existence soit avérée ou non. J'y croirai jusqu'au bout, peu importe où cela me mènera.



~ Mes secrets ~


~ 1 Capacité passive affiliée à une constellation : Le suicide.

~ 1 Capacité Mystique lié aux Oubliés :

~ Protection de Pétales de Fleurs :

Celle-ci, est une capacité mystique née de mon don de Rêveuse. Je l'ai depuis la naissance, depuis toujours. Quand il est actif, à chaque fois que je m'endors, c'est automatique, seules les personnes à qui j'ai accordé ma confiance, mon amitié ou amour, peuvent m'approcher à moins de trois mètres sans déclencher ce sort qui m'extirpera instantanément de mon sommeil. Cependant, en cas d'approche avec intentions hostiles, dès lors que vous mettrez le pieds dans un rayon de trois mètres là aussi, vous vous retrouverez alors submerger par un jet de pétale de fleur, aux multiples couleurs, en pleine tête. Il ne fera pas très mal mais à l'instar d'un jet d'eau, vous compliquera la respiration, vous forçant à reculer ou vous faire tomber. Le sort s'activera, que vous soyez seul ou plusieurs, il y aura juste une multiplication des jets de pétales dans ce cas. Je serai ainsi extirpé de mon sommeil en moins de deux et pourrait me défendre comme il se doit.


~ 5 Capacités ou Sorts extirpés de mes rêves :

~ 1 Objets Enchantés Exportés :  

~ Masque de cristal de perception :

Masque avec lequel je ressors presque systématiquement de tous mes rêves. Il est là pour m'aider à me diriger, à percevoir le monde autrement sans pour autant avoir une vision claire, comme un être vivant. De ne pas être un fardeau pour les autres, êtres capable d'avancer seule. Je perçois le monde comme une immense toile magique, avec ses reliefs, de nuances de bleu, marquant les légères fluctuation magique. Je perçois la silhouette des gens, grossièrement l'amplitude de leurs vêtements, légèrement les traits du visage. Je perçois grossièrement les maisons et autres bâtisses, les fenêtres, les portes, idem pour l'intérieur, mais rien de très détaillés. C'est très grossiers. Mon pouvoir n'étant pas assez puissant pour le pousser plus loin. Aussi, sur une longue distance, le masque n'est pas très efficace. Je peinerai à percevoir ne serait-ce seulement les reliefs des massifs montagneux. Et de par mon liens étroit avec la magie, ce masque, je pouvais distinguer des sources magiques sur une courte distance ou, bien encore, déterminer le type de magie utilisée par une personne ou, seulement, si la magie est à l'oeuvre à un point donné, là, encore, sur une très courte distance. Déceler un être vivant d'un mort. Ce genre de chose. Je suis persuadée de pouvoir m'en défaire le jour où je retrouverai mon fils, la malédiction s'en ira d'elle-même.

~ 1 Objets non-enchanté Exportés :  

~ Epée en Lonsdaléite :  

Je ne connaissais point ce matériaux avant de connaître Duumkhar. A force de miner, encore et encore, on finit souvent par tomber sur des minéraux très rares. La Lonsdaléite en faisait partie. Elle serait, d'après lui, issue des météorites. Mais ce qui m'importe le plus pour l'instant, c'est son extrême résistance au choc. Il est aussi résistant que le diamant et, de ce fait, fait de ce minerai l'un des matériaux le plus solide qui soit. Une épée façonnée par un tel matériaux, dans une bonne main, peut faire des ravages. Cependant, si une autre main que la mienne venait à s'en emparer dans l'intention de l'utiliser, celle-ci deviendrait extrêmement lourde et ne se laissera alors pas utilisée par quiconque souhaiterait la ramasser. Après, me direz-vous, comment une aveugle peut-elle penser à s'équiper d'une telle arme ? Déjà, j'ai tout le temps mon masque avec moi, je peux lutter au corps à corps si je le souhaite même si je pourrai mal percevoir certaines choses mais mon ouïe, aussi, très poussée par ce handicap, peut bien m'aider à entendre le mouvement.



~ 3 Sorts Exportés :  

~ Sort de soin :  

Sait-on jamais, comme pour le sort du dessus, ne sachant pas à quoi m'attendre, je préfère être prudente et me préparer à une éventuellement blessure ou empoisonnement. Etant déjà de constitution fragile, il serait préférable que je mette au point un sort étant capable de me soigner de bien des maux. Je pourrai ainsi rétablir un membre brisé, refermer une plaie, faire disparaître une douleur moyenne ou en atténuer une énorme. Voir purger mon corps d'un empoisonnement. En espérant que je ne tombe pas sur la pire des créatures toxiques qui soit, je devrais parvenir à m'en sortir. Ceci n'était pas une magie sainte ou autres, j'espérai pouvoir l'appliquer sur tout le monde de le besoin. Mais j'en aurai que pour un essai durant mon éveil, à moi de bien choisir.

~ Poussière de diamant :  

Un sort d'attaque et de défense que je créa dans un de mes rêves. Il est simple mais me semble redoutable un peu quand même. Une fois lancé, je serai comme enveloppée d'une sorte de brume mais que si l'on observait bien, ce ne serait que de minuscules fragments de diamant acérés virevoltant tout autour de moi. Ainsi, si je sens une personne hostile m'approcher, je pourrai soit lancer un coup de fouet avec cette "brume" de diamant afin de lacéré la peau de mon assaillant. Soit renforcer une zone en augmentant l'épaisseur de la brume pour que, si un coup de poing allait m'atteindre, celui-ci se retrouve avec la main et bras lacérés de multiples coupures, l'empêchant de continuer son coup.

~ Cristal de force :  

N'était pas quelqu'un de très forte physiquement, j'me suis décidé à embarquer un cristal de force. Du moins, il me rendrait très forte l'espace d'un instant, un coup simple et unique mais brutal. Il me suffira de le saisir dans ma main droite, de serrer fort pour qu'il craque et dans ma paume et libère la puissance magique que j'y ai stocké. Ainsi, au moindre coup de poing que je donnerai, que ce soit sur le sol (que je fissurerai sans aucuns doutes autour de moi) ou bien sur un ennemi, celui-ci le sentira passer et, suivant sa masse, sera plus au moins blessé ou expulsé en arrière. Je suis capable aussi de briser un mur de pierre s'il n'est pas trop épais ou bien de le fragiliser, par exemple. Néanmoins, ma main ne sera pas épargnée de blessure suivant comment je m'y prendrai.




~ Utilitaires ~

~ Ma couleur utilisée : Firebrick - #B22222
~ Code : Transmis par la pensée à Elfwyn 



~ Origine, Désir ou Mystère ~

~ P.N.J : Non.
~ Narrateur :  Oui !


~ Mystère : Mystère complet, tant que je suis introduite à Rozmiar, ça me convient ^^ ! 




~ Votre niveau dans le rôle play ~

~ Test RP : ---



~ Une pensée personnelle à faire partager ? ~

~ Votre petit mot : À l'aide ? Aidez-moi ? 



~ Statut ~

~ En cours/Terminé/En attente ~
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
Elfwyn
Récits 3444
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Re: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1Jeu 25 Juin - 20:43

Tu peux dès lors lancer le Dédé intitulé : "Constellations"

Une seule et unique fois, merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lauthentique-destiny.net
Shaileen
Shaileen
Récits 3
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Re: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1Jeu 25 Juin - 20:44

Okay, je lance ! Attention...
Revenir en haut Aller en bas
Le Destin
Le Destin
Récits 6090
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Re: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1Jeu 25 Juin - 20:44

Le membre 'Shaileen' a effectué l'action suivante : Dédé


'Constellations' :
Shaileen Re'Shyith Dzodzo10
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
Elfwyn
Récits 3444
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Re: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1Ven 26 Juin - 0:01

Bonsoir,

Shaileen est donc née sous l'étoile du suicide. Les Oubliés prétendent que c'est la constellation qui te choisi lorsque tu viens au monde, et au vu de la personnalité de ton personnage, j'aurais tendance à leur donner raison. Ce trait de ta Destinée te conduira bien souvent à des situations dangereuses, voir mortelles. Il te faudra donc redoubler de prudence, car le fondateur que je suis ne pourra être tenu responsable en cas de mort prématuré de Shaileen. En signant le pacte, tu seras d'accord avec cette close.

Grâce à toi, Ydris se sentira moins seule là-bas, même si vous ne postez pas ensemble ^^

Je puis donc dès à présent te valider, tu peux t'en aller signer le pacte si tu le souhaites toujours.

Bienvenue sur Les Sept Destinées, Shaileen. Puisses-tu rêver pour braver la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lauthentique-destiny.net
Contenu sponsorisé
Shaileen Re'Shyith Empty
MessageSujet: Re: Shaileen Re'Shyith   Shaileen Re'Shyith Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

Shaileen Re'Shyith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: PRÉSENTATIONS VALIDÉES :: Personnages Bons-
Sauter vers: