AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
40% de remise sur les Nike Air Max 90 FlyEase
83.97 € 139.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Contrat rompu [Azura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur
Narrateur
Récits 239
Contrat rompu [Azura] Empty
MessageSujet: Contrat rompu [Azura]   Contrat rompu [Azura] Icon_minitime1Ven 10 Déc - 5:54

Avec l'autorisation d'Elfwyn, je réserve jusque demain soir, pour l'évaluation du niveau RP.

~Prénom : Azura
~Raison : Je pensais faire un personnage, j'ai attendu la liste des adoptions. J'ai vu Lolth j'ai fait beurk (ma passion pour les araignées est si... intense) Kryos me fait peur à cause du feu. xD Kirenna est sympa je l'adore aussi. Mais mon choix est Azura j'ai littéralement fondue quand j'ai vu ce personnage. Son domaine d'action est la nuit, cela me plaît, ses pouvoirs sont originaux etc... Surtout sa personnalité douce dans l'ensemble me plaît énormément, je ne la connais pas par coeur, mais je suis consciente qu'il le faut pour pouvoir avoir la chance d'incarner cette divinité. Je ferai de mon mieux pour respecter son caractère et le fond du personnage au maximum !


~Évaluation du niveau RP : Dans le monde Céleste, il y avait des périodes de calme, comme des périodes plus agitées. Même certains dieux avaient leurs propres ambitions et leurs propres caprices. J’étais loin de tout cela. Généralement, je préférais éviter de participer à la moindre dispute. Mais si jamais je devais donner mon avis, je le faisais le plus délicatement possible. J’avais toujours préféré observer de ma place ce qui se passait. J’intervenais rarement, je laissais volontiers agir Erinae, la déesse des elfes, qui comme moi parlait peu, mais était aussi douce que de bon conseil. J’appréciais beaucoup sa personnalité, je me retrouvais un peu en elle. La douceur, l’amour des autres et le respect des mortels… C’était pour moi quelque chose de primordial.

Cependant, je ne pouvais plus me contenter de regarder sans rien faire… A peine Astrune créée, à peine les peuples nés, à peine ces derniers commençaient déjà à s’entretuer, à créer des conflits. La nuit était très vite devenue incertaine, un moment sombre propice aux embuscades, aux meurtres, aux vices, cachés de ceux qui dormaient paisiblement. Mais c’était affreux pour les victimes et ceux qui veillaient, comme moi, témoins de toute cette violence. Cela me poussait à rester en retrait, trop affectée par cette façon de vivre chez ces personnes malintentionnées, triste pour les gens qui en souffraient. La nuit était devenue en peu de temps, dans les mœurs de la société, le contraire de ce pourquoi je l’avais crée à l’origine. Seules les étoiles et la lumière apaisante de ma création qu’était la Lune, qui scintillaient en harmonie lorsque le ciel était dégagé, rappelaient la vraie nature de la nuit, celle que tout le monde semblait avoir oubliée…

Je n’avais jamais considéré la nuit comme une menace. Depuis sa création, elle était pour moi le signe du repos, là où Astrune et ses habitants s’endormiraient lentement, paisiblement, dans une atmosphère sombre propice à la plénitude du sommeil. Où la moindre parcelle de végétation se ferait murmure, où le sommeil viendrait apaiser les esprits troublés des journées mouvementées et agitées, où la douce lumière de la Lune viendrait guider les âmes égarées dans cette pénombre, vers un repos réparateur. En somme, un univers sombre et calme où je pourrais exercer mon influence et aider les autres, en douceur et discrètement. Mon but était, comme nombre de mes semblables dans le monde Céleste, de rétablir la paix sur Astrune. Alors que certaines divinités s’amusaient à projeter des plans machiavéliques, en espérant voir le chaos régner ces terres, nous autres là-haut tentions de préserver un certain équilibre, chacun dans nos compétences respectives.

Heureusement, il existait encore beaucoup de gens valeureux et courageux sur Astrune, ce monde merveilleux. Des amoureux de la nature, des gens qui priaient, qui parcouraient le monde afin de rendre service, ou se battre pour de nobles causes. J’étais admirative, moi divinité, devant ces simples mortels qui donnaient de tout leur être, afin de se rendre utile à autrui. Et souvent c’était des âmes errantes, des personnes ayant souffert par le passé, mais qui néanmoins se dévouaient volontiers à leur prochain. Contrairement à certains dont les âmes pourries par la haine et la rancune, sombraient dans les ténèbres ou la folie, certains étaient parvenus à tirer de leur expérience leur propre force, pour se relever, avancer et aider les autres. Oui, je les bénissais de tout mon cœur. C’était souvent la nuit que les maux se révélaient, où les peines ressortaient dans les cauchemars parfois éveillés. Et pour ceux entre deux eaux, qui ne savaient pas encore où la vie allaient les mener, je tentais de les guider progressivement vers une lumière plus chaleureuse. En effet, c’était dans ce ciel que de ma place, je consolais et apaisais les esprits tourmentés, utilisant l’influence douce et positive de la Lune. Mais depuis peu, certains avaient fait de la nuit un vrai synonyme de trouble. Un exemple concret avait confirmé cela. J’avais été témoin de loin, une nuit, du réveil du seigneur des ténèbres, le seigneur des vampires. Ses intentions n’étaient évidemment pas louables. Il avait bien défié le ciel les bras levés et avait pratiquement juré que le sang allait couler. Kryos seul devait se délecter de ce sombre et démoniaque réveil.

*Beaucoup de gens vont souffrir si jamais de nouvelles vagues de sang surviennent. Je ne souhaite pas voir de souffrance, encore moins de violence, alors que certains se battent pour faire régner un semblant de paix. J’aimerais tellement aider encore plus… *

Je ne savais pas vraiment encore comment faire, je devais peut-être demander conseil à d’autres divinités. Mais ambitions étaient simples et justes à mes yeux. Je voulais aider les autres divinités à rétablir la paix sur Astrune, et refaire de la Nuit une source qui guériraient les maux, une source de repos, de tranquillité où les gens n’auraient plus peur de s’endormir dans la pénombre, guidés par la Lune qui serait pour eux une douce veilleuse bienfaisante. J’étais prête à donner le meilleur de moi-même pour y arriver, tant que je puisse être utile.

~Connaissance de la divinité : ~Connaissance de la divinité : Azura est la divinité de la nuit et de la Lune. C’est elle qui a crée cet astre, c’est donc grâce à elle que les habitants d’Astrune connaissent la possibilité de se reposer la nuit. Mais Azura ne s’est pas contentée de la créer, elle la protège également, ainsi que tous les êtres qui vivent sous cette Lune. Grace à cela, les habitants d’Astrune sont protégés la nuit et ne sont pas perdus dans sa noirceur. Ils sont guidés par la lumière de cette boule blanche immaculée, qui reflète très bien la pureté et la douceur de sa créatrice. En effet, Azura est une divinité qui vit dans le monde Céleste, elle est du côté des gentils. Elle a une personnalité très douce et calme dans l’ensemble, semblable à la déesse des elfes Erinae. Elle a de grands pouvoirs qu’elle tire de sa propre puissance et de sa création, qui peuvent influer sur l’équilibre même d’Astrune et de ses habitants. Elle peut par exemple créer une pluie de météorites, exiler un habitant sur la Lune ou même influer sur les émotions de chacun se trouvant à la surface d’Astrune, en éloignant ou en rapprochant la Lune de cette dernière. Mais elle n’en abusera pas de par sa position, puisqu’elle est du côté du bien.

En cas de faiblesse, elle peut compter sur l’aide d’autres divinités avec qui elle possède des points communs, notamment la volonté de faire du bien aux autres ; par exemple la puissante Loomineï, Xiris et même Lourina pour ce qui concerne leur amour de la nature principalement, et Erinae bien sur. Si elle se sent impuissante dans une situation, elle préférera surement laisser parler Erinae justement, aussi douce que de bon conseil. Azura n’est pas la déesse de la nuit pour rien, elle est aussi discrète qu’elle. Ce n’est pas le genre de personne qui va s’imposer par la violence ou des paroles brusques, elle n’est pas du genre à provoquer des disputes par exemple. Elle tentera plutôt d’agir avec délicatesse, autant que se soit possible. On ne l’entend pas beaucoup, elle est discrète et reste souvent en arrière.

Cependant, cela n’enlève rien à la gentillesse et à l’action d’Azura. Derrière sa discrétion, se trouve une nature protectrice et bienveillante. Certes ce n’est pas une grande bavarde, mais sa douceur et sa grande bonté ne l’empêchent aucunement d’aider ou d’apaiser les esprits. Grâce à ses qualités elle en est largement capable. C’est une personne altruiste en somme. Azura est très généreuse, elle donnerait beaucoup pour aider autrui, elle est très dévouée aux autres. Et cette généreuse volonté d’aider, mélangée à sa douceur et sa discrétion est ce qui rend la personnalité d’Azura intéressante.

~Note du niveau RP : Le niveau de ton RP est de 8, donc tout juste... Tu écris bien, de belles tournures, mais tu répètes beaucoup. Chose qui rend la lecture relativement ennuyeuse au bout d'un moment... Ceci est à surveiller et à corriger, car il serait mal avisé que Azura devienne du genre "Nunuche" de par les écrits la représentant.

~Autorisation de poursuivre : Tu as l'autorisation de poursuivre, mais sache que tu es sur la corde raide, et que tout dépendra de ton teste RP. Autre chose, Azura n'est pas une divinité de la nuit, mais de la lune seulement... Certes, l'un de ses pouvoirs lui permet de changer le jour en nuit, mais c'est uniquement parce qu'elle échange le soleil avec la Lune, c'est pour cela que Loominëi peut inverser le processus, vu qu'elle contrôle le soleil. Bonne chance pour la suite.

~Teste RP : Daërius, c’était son nom. Cet homme autrefois haut fonctionnaire dans la ville de Nandis, avait fini par déplorer l’hypocrisie des politiciens qu’il avait côtoyés. Des gens bien existaient, mais dans sa triste existence il en avait rencontré peu, au point d'en devenir agoraphobe au fil du temps. Loin de la civilisation, c’était dans la forêt de la colline d’Umar qu’il avait trouvé refuge il y avait maintenant plusieurs années, et sa vie d’ermite lui convenait parfaitement. Il avait appris à aimer la nature, à s’y adapter et non l’inverse. Désormais il préférait le calme des bois à l’agitation des grandes villes, les animaux aux humains. Ce soir il allait s’endormir à la belle étoile, pour peut-être ne jamais se réveiller… Il avait pris cette habitude plusieurs fois par mois, de s’éloigner de son chez-lui, une petite grotte bien isolée, et ce, durant plusieurs jours. Il passait ce temps à faire des provisions par diverses cueillettes. Il en profitait également pour aider d’éventuels animaux piégés ou blessés. Mais ce jour là tout ne s’était pas déroulé paisiblement.

D’habitude quelqu’un de prévoyant, il n’en restait pas moins un simple mortel, loin d’être à l’abri du danger. L’orage l’avait surpris tard dans l’après-midi et alors qu’il recherchait un endroit afin de se mettre au sec, il vit une pauvre bête prisonnière d’un piège de chasseur. Malgré les risques de glissement de terrain et autres dangers multiples, résultant de caprices météorologiques, il n’hésita pas une seconde et courut vers l’animal en détresse sous une pluie battante. Il parvint après de pénibles minutes à le dégager. C’est alors qu’un grondement manifestera la violence du tonnerre, et qu’un craquement se fera entendre. La foudre venait de frapper une grosse branche d’arbre qui s’arracha du tronc pour venir fracasser le sol. Mais alors que l’animal avait pu s’enfuir sans gravité juste après sa libération, le pauvre humain n’eut pas cette chance. Il se prit l’énorme masse de plein fouet qui vint s'écraser sur ses jambes. Dans sa chute, sa tête heurta une roche présente sur le parterre de feuilles mortes et caillouteux. Heureusement celle-ci n'était pas bien grosse et il n'en fut qu'abasourdi. Oui, il ne perdit pas connaissance... Le bas de son corps était trop douloureux.
Par je ne savais quel miracle, il parvint à dégager ses jambes, après quelques heures d'effort et de souffrance. Mais il n'y parvint pas sans douleur supplémentaire, un morceau de branche avait dû transpercer une artère, et en la dégageant, un flot de sang jaillira.

-AAAAAAAAAAhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

Je l’observais de là où j’étais. Son cri perçant me souleva le cœur, mais il se trouvait dans un lieu bien trop isolé pour pouvoir être entendu, et l’heure tardive n’arrangeait pas les choses. Une marre de sang se dessinait progressivement sous son corps qui s’affaiblissait lentement, à cause du mal ressenti ajouté à la perte de sang et le manque de repos depuis plusieurs jours. La fatigue commençait à assaillir Daërius, il n'avait même plus la force de se trainer. Il allait mourir ici et maintenant.

C’est allongé sur le sol humide, que Daërius adressera une prière comme tous les soirs, mais celle-ci était peut-être la dernière de sa vie. C’était un rituel pour lui, et même dans cette situation il semblait y tenir. En serrant de ses deux mains son médaillon en forme de croissant, il regardait le ciel et admirait les contours de la lune. Il vouait un culte humble et profond à cet astre. Il avait en effet trouvé la paix intérieure à travers la douce lumière de cette veilleuse, dont la blancheur immaculée représentait pour lui la pureté, celle qu’il recherchait tant. Il allait pouvoir ainsi passer dans l’autre monde avec une certaine tranquillité d’esprit. La lune était devenue pour lui une sorte de guide lorsque la nuit venait endormir Astrune. Et tout cela ne m’avait pas échappé durant toutes ces années... Et je considérais son cœur trop pur pour laisser cette vie si précieuse s’en aller ainsi. Je décidai d’intervenir, quitte à prendre des risques.
Alors que le sommeil avait à peine emporté Daërius, je plongeais doucement dans les méandres de son esprit, afin de m’introduire dans ses rêves.

-Bonsoir cher Daërius, réveille toi, j’ai à te parler, dis-je d’une voix des plus paisibles.

En entendant ma voix, l’humain ouvrit lentement les yeux. Et la première chose qu’il vit, fut ma longue chevelure aussi blanche que soyeuse qui semblait flotter dans une brise mystérieuse. Je restais immobile et l’observais intensément de mon regard azur, mes yeux plongés dans les siens. J’affichais une expression aussi bienveillante que possible. Il ne savait ce qu’il faisait là, mais je tenais là lui inspirer confiance.

-Bonsoir… J’ai l’impression de vous connaître… Nous sommes-nous déjà rencontrés ? Où sommes-nous… Suis-je mort ? Répondit-il faiblement.

Il avait eu toutes les peines du monde à formuler ses dires.

-Je m’appelle Azura, je fais partie du monde céleste et je suis la divinité de la Lune. Pour te répondre, nous ne nous sommes jamais rencontrés, mais je t’ai souvent observé de là où je suis. Tu es un mortel des plus sincères, tu as refusé de te soumettre à l’hypocrisie de certains de tes confrères, allant même jusqu’à t’exiler dans le fin fond de cette forêt. Ton amour pour la nature qui s’en est développé est aussi admirable que ta loyauté envers la Lune que tu chéris tant. Je souhaite aujourd'hui te récompenser de tout cela. N’aies crainte, le rassurais-je calmement. Ici tu es dans une sorte de rêve où je t’offre la possibilité de vivre, mais à condition que tu le souhaites au fond de toi.

Je marquai une pause, attendant la réaction de mon interlocuteur avant de poursuivre.

-Je vois… Alors… voilà d’où venait cette impression de… déjà-vu... Votre création reflète votre pureté… Je suis si honoré… Je ne veux pas… mourir… Je veux… me rendre utile…, peinait-il à balbutier, Je ne veux pas mourir.

Il avait fourni un effort spectaculaire pour articuler cette dernière phrase avec conviction. Il agonisait et n'était pas loin de rendre son dernier souffle, il fallait faire vite. Ses paroles et son attitude émotives confirmaient l’idée que je m’étais faite de ce mortel qui croyait en moi. Ce qui me rendait définitivement résolue à poursuivre ce que j’étais venue faire. Je m’approchais encore plus près de lui, quelques centimètres seulement séparés nos deux visages à présent. En me concentrant, un souffle léger et magique émanant de ma respiration vint caresser le sien. Je posai dans un même temps mes mains sur les siennes, toujours positionnées sur son médaillon en croissant de lune, objet qui m’étant relié, me permettait d’intervenir exceptionnellement dans ce genre de situation grâce à l'un de mes pouvoirs. L'éclat de lune me permettait de manifester ma colère comme de guérir un mortel.

Le pendentif émit alors une lumière blanche qui vint illuminer la noirceur de la nuit. Daërius sentit la douleur s’apaiser et son corps se raviver progressivement. Le sang disparut et ses plaies se refermèrent. Une fois ces gestes accomplis, la lueur devint plus faible avant de s’éteindre.

-*Ca devrait aller désormais, il est hors de danger.*

Je décidai de le ramener dans la réalité et de le quitter en m’éloignant lentement.

-Vis, puisque tu le désires, humble Daërius. Garde cet amour de la nature que tu possèdes, et continue de croire en moi. Je veillerai toujours sur toi, dis-je dans un dernier sourire aussi doux que mes paroles, avant de disparaître de sa vue.

La brume se dissipa et Daërius revint à lui, dans la forêt. L’orage avait cessé et les nuages noirs laissaient place à un ciel dégagé, où la lune resplendissait plus que jamais dans sa robe blanche. Je l’observais discrètement avant de m’en retourner à d’autres choses. Je le vis admirer ce spectacle lunaire, il n’affichait aucune expression de douleur, il semblait à peine réaliser ce qu'il venait de vivre. Il arborait même un air heureux, comme s’il venait de s’éveiller d’un rêve magique… J'étais soulagée... Il était sauvé.

~Avis : Un RP exemplaire, digne d'une divinité. J'ai beaucoup aimer te lire, et aucun ennui n'est venu prendre possession de mes songes. Cependant, dans tes dialogues tu t'éloignes de ton statut divin... Ressemblant plus à un mortel qu'à une Déesse. Une divinité possède une très grande connaissance, et bien souvent s'exprime par un langage soutenu qui leur est propre. Idem pour sa pensée "Ca devrait aller désormais, il est hors de danger.", celle ci n'a pas vraiment lieu d'être, tout du moins sous cette forme... Car une Déesse est sûre de ses pouvoirs et de ce qu'elle fait. Mais là j'ai plus l'impression de lire les pensées d'une prêtresse qui n'est pas certaine de ce qui va suivre.

~Validation : Oui, je te valide. Bienvenue sur les Sept Destinée Ô grande Azura.

Note : Mes conseils sont donc de te trouver un langage plus adapté à la divinité que tu es. Associer tes pensées à tes actes ainsi qu'à ta nature. Et bien sûr, connaitre Astrune dans son intégralité. Tu peux désormais aller faire ta présentation.
Revenir en haut Aller en bas
 

Contrat rompu [Azura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: LE PUITS SANS FOND :: Les grands jeux :: Vieilleries-
Sauter vers: