AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Une angoisse oppressante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Une angoisse oppressante...   Dim 30 Jan - 14:38

M'étant relevé pour lui faire face, j'attendis ses réponses qui, cette fois-ci, viendront sans se faire prier et sans me faire passer par une case similaire à l'immolation de tout à l'heure. Je soupirais alors intérieurement avant de me détendre un peu face à la démone qui avait fait quelques pas dans ma direction. M'expliquant enfin ce en quoi allait consister ma part du marché. Je n'en ratais pas un mot mais plus elle avançait, plus je ne savais pas trop si je devais craindre pour ma vie ou non. Devais-je fuir ? Devais-je abandonner la fiole et profiter du temps mort pour m'éloigner ? Non, c'était trop risqué ! Malgré mon comportement lâche et que je fuyais souvent certaines situations, ou faisait le nécessaire pour faire la morte afin que les choses se passent, je ne pouvais pas trahir un marché qui avait sauvé ma vie. Certainement pas, je n'étais pas ainsi ! Alors me reprennant avec le courage qu'il me restait, je plantais mon regard dans celui d'Illasera sans faillir. J'allais traversé ces plaines, je n'allais pas abandonner maintenant et si je ne parvenais pas à faire ça, je ne saurai jamais capable d'accomplir ce qu'il pouvait se passer par le futur. Mais les détails que me fournissait Illasera étaient tout de même à prendre en compte... Je risquais la mort à chaque pas ? Hm... Je n'étais pas du tout rassurée et je m'attendais à que ce ne soit pas le seul danger sur place, qu'il y avait forcément pire. Mais bon... Ceci, je le verrai sur place, je ne pouvais pas me faire des films maintenant.

- Je... D'accord. Disais-je tout simplement suite à ses mots dis sur un ton très glacial, rien de mieux pour accentuer mon stress.

Mais ce n'était pas tout... La démone me tendit la fiole que je prit avec délicatesse, mes mains tremblaient et j'avais peur de faire une bêtise avec alors je la tenais fermement. M'assurant que je n'avais rien perdu de ce qu'il se trouvait dans mon sac et du sabre dans mon dos, Illasera reprit à nouveau la parole mais pour une autre chose cette fois-ci. Elle me tendit un drôle d'objet ressemblant à une boussole mais dont l'utilité était complètement autre chose. Levant un sourcil et tout en déglutissant lentement à l'entente de sa façon d'être utilisée, je la pris avec précaution et la contemplais attivement. La boussole indiquait une position et si je devais croire ce que me disait Illasera, c'était la position de ce qui me faisait le plus peur... L'inconnu, la mort, autre chose ? Oui, je pouvais avoir peur de la plus petite chose innoffensive si mon esprit s'y prêtait... Alors hochant simplement la tête en guise de remerciement et pour lui faire comprendre que j'avais compris toutes les consignes, je la rangerai dans mon sac pour le moment. Je la sortirai une fois que l'on allait arrivées à destination.

Désormais... Tout semblait avoir été dis et ma quête allait devoir commencé sans plus tarder. Oui, j'avais peur mais je n'aurai certainement pas le temps de trop cogiter puisque la démone me téléporta à nouveau et moi, je me sentis partir et plonger dans un profond sommeil, plutôt un état comateux. Tout semblait troublé, je ne me sentais pas à l'aise et j'avais mal au dos. Quelque chose de froid me recouvrait et me força à me réveiller lentement. Mais il faisait complètement noir... Combien d'heures avais-je passé en étant inconsciente ? Je ne le savais pas mais mon état ne semblait pas me dire que ça avait duré si longtemps. Me redressant lentement, je me sentais comme oppressée... L'ambiance environnante était obscur, l'obscurité était si profonde. Jamais je n'avais vu un noir pareil et je ne voyais presque rien... M'appuyant sur une racine à mes côté, je m'aidais d'elle pour me remettre sur pieds et regarder tout autour de moi. Silence... Vide... Oppressant... Malsain... Tout était rassemblé pour faire monter ma peur et mon stress en duo. Passant une main dans mon sac, je pus en sortir doucement la fiole où était enfermée la démone et je la remis délicatement à l'intérieur câlée et protégée par mes autres affaires s'y trouvant.

*Bon... Où dois-je aller...*

Sortant alors la boussole, je n'avais pas eu trop de mal à savoir où se trouvait cette fameuse plaine puisque, actuellement, c'était l'inconnu qui m'effrayait le plus puisque je pouvais y trouver la mort sans que je ne m'en rendes compte ! Alors commençant à m'avancer dans cette direction qu'elle m'indiquait, je balayais du regard tout ce qui se trouvais autour de moi alors que mon était de panique ne m'aidait en rien. Ma vision me jouait des tours et s'amusait à former des formes bizarres et inquiétantes dans la pénombre pour me faire faire des sursauts par moment.

Ca faisait maintenant une bonne demie-heure que j'avançais, il me semblait, vu le chemin tordueux que je pratiquais et je me rendais pas compte que j'avançais lentement, trop méfiante de l'environnement. Mais le poids de l'amabiance ressentis était lourd... Mon coeur tapait fort contre ma poitrine et ma respiration était assez irrégulière. Que pouvais-je encore trouver en ces lieux... maudits ? J'aurai aimé avoir la présence d'Illasera mais la sachant dans mon sac, je me sentis légèrement rassurée mais pas assez pour être suffisamment sûre de moi et mes capacités. Alors, avançant lentement, fixant les ténèbres droit devant moi, me fiant qu'à ma boussole, je me dirigeais vers ce fameux point qui me faisais tant de frayeurs... Mais est-ce que j'allais pouvoir me défendre pour sauver ma peau ? Allais-je seulement réussir à accomplir ma tâche ? Tant de question qui me faisait monter les émotions et faire venir une naussée que j'aurai volontier voulu évité, quoi qu'il arrive.

- J'espère que je ne fais pas fausse route... Me murmurai-je tout doucement, mon regard contemplant les alentours...

~ Il est 12 heures 31 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 10 Fév - 17:56

Des craquements, une respiration haletante, mais personne en vue... Il ne pouvait s'agir que de Anaïs, la jeune Humaine qui avait passer un pacte sur sa vie avec la démone de la peur, Illasera. Désormais perdue en pleine forêt, cette dernière n'avait d'autres choix que d'avancer vers l'incertitude ! Le compas de l'épouvante en main, Anaïs avait décider de suivre la direction de sa peur, et ce, sans même savoir où cela pourrait la mener... En tout état de cause, le sinistre bois n'avait pas l'air ravi de cette présence étrangère en son sein. Il n'y avait qu'à écouter le grincement que provoquait les immense troncs qui l'entouraient, comme si les arbres eux même allaient s'en prendre à la jeune fille. Heureusement, seules quelques hallucinations s'accapareront son esprit... Réaction on ne peut plus normale lorsque l'on était en proie à une profonde terreur.

Plusieurs minutes passèrent... Quand tout à coup ! Un hurlement inhumain résonna au loin, suivit de près par le cri perçant d'une jeune femme ! Cela se répéta deux fois d'affilées, avant que le silence ne fasse son retour... Non, il ne s'agissait pas d'une divagation cette fois. Car même si cette pesante tranquillité se prolongea durant quelques minutes, un autre de ces bruits terrifiants se mit à retentir depuis la pénombre !

De son côté, Anaïs ne fut guère épargner par les racines de cette faune à l'apparence luxuriante... Celles-ci s'agrippèrent à ses pieds, ainsi que dans ses cheveux, cherchant sans nul doute à ne pas la laisser s'en aller ! D'ailleurs, si la jeune Humaine aventurait son regard sur les alentours, elle pourrait percevoir de petits yeux rouges ici et là, tapis dans la végétation. Ils clignotaient, et suivaient sa progression, comme si ces "créatures" se riaient de son malheur, à supposer que ces choses étaient vivantes... De toute évidence, la forêt semblait être mue par une volonté qui lui était propre, mais au vu des derniers évènements, Anaïs ferait mieux de prendre ses jambes à son cou...


~ Il est 12 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Lun 14 Fév - 8:07

J'étais toujours aussi étonnée de la noirceur des lieux alors qu'il me semblait que le soleil était haut dans le ciel il y avait de cela quelques secondes. Mais pourquoi et le temps que j'avais mis pour reprendre conscience, je l'ignorais. Cependant, je ne pouvais pas non plus m'apitoyer sur mon sort ou je finirai tout aussi bien comme l'autre fille, d'après la Démone désormais enfermée dans une fiole, dans mon sac, bien cachée par mes autres affaires personnelles. Fixant le compas que cette dernière m'avait confiée avant de s'enfermer d'elle-même, j'avançais lentement et le plus sûrement possible afin d'atteindre ma destination le plus rapidement et d'en finir. Je souhaitais découvrir ce monde alors... Autant ne pas traîner. Et ce, tout en ignorant que je courais un grave danger vu que la forêt semblait ne pas vouloir ma présence. Je me sentais observée, une énorme pression sur mes épaules. Mais je mis cela sur le compte de ma terreur démesurée et qui me jouait des tours. Je me refusais de jeter un coup d'oeil autour et derrière moi, me contentant alors d'avancer sans m'arrêter une seconde et sans laisser le temps à mon imagination de me créer des farces qu'elle s'amuserait à me balancer ensuite.

Mais ce que je cru finalement être une balade angoissée et oppressante finira par se tourner en une peur profondément ancrée en moi. Car oui, ça m'avait semblé lointain et très proche à la fois. Mais un cri d'une force surhumaine perça la pénombre, me figeant sur place. Le second cri, que je reconnu en étant celui d'une femme, me fit dresser les poils sur l'échine et laissant un frison glacial me parcourir. Mon regard se planta là où je pensais que les cris provenaient et je recula de deux pas avant de me ressaisir. Ca ne pouvait pas être mon esprit qui me faisait ça... C'était pas possible ! Sentant alors mon coeur se mettre à battre à tout rompre, je fis un pas timide ne avant, un deuxième, un troisième... Mais les cris referont un tour. Toujours en fendant le silence telle une lame fendrait un crâne. Mes mains plaquées devant ma bouche, je m'en empêchait d'émettre le moindre son et j'espérai aussi étouffer ma respiration pour être la plus silencieuse possible. Ce n'était pas seule ici apparemment...

Avançant lentement, seule ma main droite était restée plaquée sur ma bouche, l'autre tenant ce maudit compas que je me forçais alors à suivre puisque je pensais que c'était là que je devais aller pour relâcher la Démone. D'ailleurs, je me surpris à penser à elle et me dire que sa présence aurait pu m'être réconfortante malgré la haine et le mal qu'elle m'avait fait subir et ressentais envers moi. Sauf que... Elle n'était pas là. Ahah... Je me sentais bien débile de penser à de telles choses irréalisable alors que je savais bien qu'elle ne e bougerait pas le petit doigt pour me sortir de là une fois ma part du contrat accomplie. Peut être me tuera-t-elle, je ne sais pas... Mais étant trop naïve, je pensais déjà m'être faite avoir par elle. Soit... me résignant à avancer, le silence redevenu pesant, je me rendis compte d'une autre chose...

Quelque chose s'agrippa alors à ma cheville droite et je me retournais pour m'en défaire rapidement, sans brusquer et reculer de quelques pas dans la direction de ma destination. Une de ces choses viendra ensuite tenter de s'emmêler dans mes cheveux que je m'entrepris d'éloigner de sa portée. Qu'est-ce que c'était !? Me rendant vite compte de l'origine des "bras" invisibles, je remarquais des petits yeux rouges tout autour de moi. Je fis un tour complet sur mes pieds et je me rendis compte que j'étais quasiment encerclée. Continuant à me débattre avec ce qui me semblait alors être des racines pour éviter de me faire prendre prisonnière parmi elles, la peur gagnait de plus en plus de terrain dans mon coeur et je me sentais devenir lourde. Je n'osais plus bouger, je tremblais comme une feuille, tendant alors de me mordre la lèvre pour que la douleur me fasse retrouver la raison, je hurlais dans mon esprit, je me hurlais de bouger de là !

*Bouge, bouge, bouge, bouge !! BOUGE BOUGE !!*

Rien à faire, j'étais tétanisée, je sentais les racines s'agripper doucement à moi. Ces yeux me fixaient avec cet air malsain qui me mettait dans cet état. Une respiration lourde et lente, je commençais à manquer d'air. Je n'entendais alors que les battements de mon coeur qui avait pris le dessus sur les petits sons que je percevais juste avant, ayant deviné que c'était ces choses qui m'entouraient qui se moquaient de moi. Mais par je ne sais quel miracle, je pu trouver la force pour me mordre la lèvre et me faire retrouver la raison. Ce fut dans une petite douleur aigue que je pu me défaire des racines d'un geste vif, sans montrer la moindre volonté de faire mal et de reculer de quelques pas avant de me retourner et courir à toutes vitesses dans la direction que m'indiquait le compas. Toujours cette même direction que je commençais à maudir... Mais que devais-je faire ? Tout en faisant attention à ne pas trébucher sur une racine, je réfléchissais à l'origine de tout ça. Etait-ce mon esprit qui était si appeuré qu'il en venait à me faire subir ça ? Devais-je tenter de contrôler ma peur pour montrer que j'étais digne de continuer et que la forêt ne pouvait pas m'avoir ainsi ? Que faire ? Que faire ? QUE FAIRE ?! Trop concentrée sur mes pensées, je finis tout de même par tomber en me prenant un pied dans une racine, m'étalant de toute ma longueur sur le sol dur et froid. Une larme perlant, l'oeil droit clos sous la douleur de la chute, je ne me fis pas prier pour me relever aussi vite que j'avais chuté pour continuer mon avancée tout en jetant un regard derrière moi.

Ce fut alors que je me demandais si le compas m'indiquait la bonne direction, finalement... Devrai-je aller dans le sens inverse ? Parce qu'après tout, je ne perdais rien... Je ne sais pas. Mais je n'étais pas du genre à abandonner... M'étant arrêtée quelques secondes pour fixer le ciel sombre, je reprenais ma respiration du moins que je pouvais et gardant un oeil sur les alentours. J'avais pour le moment pu m'échapper de ses regards rouge. Mas combien de temps ? Je l'ignorais... Alors c'est pour cela que je me remis en marche, une marche rapide et toujours prête à fuir en courant à la moindre menace afin de pouvoir sortir Illasera de sa fiole et peut être enfin pouvoir souffler un peu tout en espérant ne pas voir la fin de ma vie...

~ Il est 12 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Dim 20 Fév - 21:42

Seule dans le noir, Anaïs avait de quoi ne pas se sentir à son aise... Malheureusement, elle ne pouvait rien faire d'autre qu'avancer. Si seulement Illasera l'avait davantage conseillée, ou bien équipée en conséquence... ça aurait été une bonne chose. Puis qui pouvait bien hurler comme ça ?! C'était infernal à la fin ! Et dire que ce n'était pas encore la fameuse vallée... Toute fois, ce n'était guère le moment pour elle de s’apitoyer sur son sort, et ce, même si il y avait de quoi. Car plus elle se laissera envahir par la terreur, plus dure sera sa progression ! Anaïs pouvait y arriver, ce fut tout du moins la seule idée qui lui permit de tenir jusque là, quand soudain, des craquements se firent entendre ! Faisant un volt-face, la jeune Humaine cessa de marcher afin de porter toute son attention à ce semblant de présence... De plus, grâce à son invisibilité, quoi que cela pouvait être, il ne la verrait pas ! Enfin... sauf si il était doté de l'infravision. Oui, elle redoutait de découvrir l'auteur de tous ces cris...


Elle courait, elle courait, mais malgré tous ses efforts, son poursuivant se rapprochait toujours plus... Xiris ne savait pas ce que c'était, et en aucun cas elle ne voulait le découvrir ! À savoir que ça faisait à présent deux heures qu'elle sillonnait cet endroit impie de long en large, hélas, les seules informations qu'elle put obtenir, ne furent que grognements et autres manifestations peu rassurantes ! Mais ce n'était pas le pire, car ses quelques pouvoirs sur la nature avaient littéralement disparus ! Or ça... aucune faille temporelle n'aurait pu les lui retirer... De ce fait, l'ancienne Déesse se retrouvait sans force en milieu hostile. Quelqu'un de puissant voulait probablement sa mort, chose qui de toute évidence, provoquerait le chaos au sein du monde Céleste !

C'était pourquoi Xiris courait, pour ne pas mourir ! Malheureusement, comme tout être Humain, le corps avait ses limites... De ce fait, l'ancienne Déesse ne pouvait que se rendre à l'évidence... c'était la fin ! Mais contre toute attente, alors qu'elle traversait un mur de feuilles morte, la jeune femme heurta quelque chose avec violence, ou plus exactement, quelqu'un... Et pour cause, seule une fille pouvait émettre un tel son.

- ...excusez-moi... Dit-elle haletante.

Elle avait dû rêver ! Car à l'instant où elle se retourna, elle ne vit rien... Satané forêt ! De toute façon, l'inconnu avait gagné... Xiris n'avait plus la force ni l'envie de courir, donc si la chose qui la poursuivait jusque là voulait la manger, qu'elle le fasse ! D'ailleurs, malgré son épuisement, l'ancienne Déesse se releva fièrement, prête à embrasser la mort qui venait la chercher... Il était temps d'en finir !

~ Il est 12 heures 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Mer 23 Fév - 18:25

J'avançais, encore, lentement mais sûrement, dans cette obscurité qui n'avait rien pour me plaire. Je distinguais mal ce qui se trouvait devant moi et malgré la lueur de la lune, je n'étais pas plus avancée. Prenant bien le temps de faire attention à où je pouvais mettre les pieds, je gardais constamment une main légèrement devant moi au cas où un obstacle invisible se pointerait. Enfin... Bon, je ne traînais pas non plus. Je devais faire attention à ces yeux rouges qui pesait encore leur regard sur mon dos. Je n'osais pas me retourner de peur de voir quelque chose surgir de nulle part. Me contentant de suivre la direction que m'indiquait la boussole de l'épouvante, je ne fis soudainement pas attention à ce que je pouvais retrouver sur ma route. Mon pied se heurta alors à une racine et je trébucha en lâchant un petit couinement aigu pour ensuite me retrouver à plat ventre sur une autre racine. Complètement dépitée de m'être faite avoir de la sorte et un peu sonnée par le choc de la chute... Je pestais intérieurement contre ce qui m'arrivait. Non seulement... Cette forêt était infernale et la nuit n'y était pas une aide. Mais je n'avais vraiment aucunes idées de ce qui me courait autour ! Et ces cris, bon sang... Qu'ils cessent !

Crispant mes mains sur le sol froid et dur, je me mis à genoux pour alors contempler les alentours. Tentant de faire abstractions du boucan lointain, je détaillais la moindre forme que je pouvais identifier pour me retrouver... Je ne pouvais vraiment rien faire de plus. Juste me fier à ce petit objet. Toute mon existence dépendait d'une fichue aiguille ! Que s'est-il passé pour que je subisse tout ça... ? Prenant mon visage entre mes mains, je me secouais la tête tout en me relevant. Je ne devais pas me laisser absorber par mes pensées particulièrement démoralisantes et avancer la tête haute afin de trouver une solution. Tapotant légèrement sur mes vêtements, je passerai une main sur mon front et repris ma route en tenant fermement la boussole et la fixant avec une rage intérieure qui bouillonnait avec force.

*Par là....*

L'aiguille ayant légèrement changé de direction, je trouvais que je me rapprochais étrangement des cris. Je ne savais pas si c'était mon imagination, mais ils étaient plus puissants et distinct lorsque je gagnais du terrain. Dégageant des branches sur ma route, je m'efforçais à passer au-dessus d'une racine un peu haute et retomber de l'autre côté, mais sur les fesses, toujours accompagné de ce couinement... Oui oui, j'aurai peut être pu faire le tour mais je ne voulais surtout pas m'y risquer. Cet endroit ne me plaisait pas et je voulais en sortir le plus vite que possible. Sauf qu'évidemment, ce qui allait suivre, n'allait pas me venir en aide pour le moment. M'arrêtant un petit instant, mes mains sur mes hanches, je reprenais un peu mon souffle en fixant le sol devant mes pieds. Combien d'heures étaient passées jusqu'à maintenant ? Parce que moi... j'avais l'impression d'avoir vécu une éternité ici... Je me mis même à penser. Rêvant de soleil et de verdure. Je me voyais déjà en train de me reposer tranquillement, loin de tous les ennuis, pouvant profiter d'une vie nouvelle et d'un air pur. Mais... je ne pu pas m'empêcher de faire un sursaut monstrueux lorsque j'entendis un bruit suspect survenir dans mon dos. Me tirant d'un coup sec de mes rêveries, je fis un tour sur mes talons afin d'en découvrir la source. Mais rien... rien, rien. Je tournais le regard autour de moi, je ne voyais rien du tout mais j'avais peur, malgré mon invisibilité qui m'aidait à ne pas être distinguée des menaces, sauf la nature, je n'étais pas rassurée.

Vraiment pas tranquille, je recula de quelques pas en fixant une nouvelle fois ma boussole pour me préparer à reprendre ma marche. Je craignais le bruit que j'avais entendu à l'instant, il fallait que je bouge tout de suite. Me retournant alors, je ne pu même pas faire un pas que quelque chose vint se heurter violemment à moi. M'éjectant en arrière sur mes fesses, me laissant échapper un cris de surprise et de douleur. Je n'avais pas vu ce dont il s'agissait et je me mis assise pour me reprendre, j'étais sonnée, encore une fois. Et là... ! Quelle fut ma surprise lorsque j'entendis une voix me parvenir à mes oreilles ! Je n'étais pas seule ici ! Plantant mon regard sur la personne qui possédait cette voix, je pu alors la découvrir. Il s'agissait d'une femme plus âgée que moi et très belle, malgré la peur qui hantait son regard. Elle semblait me chercher avant de se relever et faire face à quelque chose, déterminée. Était-ce l'auteur des cris ? Pourchassée par un monstre ou je ne sais pas quoi... ? Mais... Elle était sans défense, alors que moi non ! Déglutissant alors avec force et peur, je me relevais...

- Ne restez pas là... Disais-je en m'approchant de la femme en lui attrapant le bras. N'ayez pas peur, je suis... juste... invisible. Ravie de ne pas être la seule ici... Je commençais à désespérer.

Sans me voir, j'étais passée devant elle, le dos tourné et je venais de sortir de mon sac mon revolver pour être prête à venir en aide à cette inconnue. Possédant des armes, je me devais de l'aider. Alors je me tenais là, face au noir, face à une menace invisible. Oui, j'avais peur, très peur, mais j'étais déjà très à cran ainsi. Mon arme pointée là où regardait la femme à la chevelure de bronze, mon doigt posé sur la détente, j'étais prête à faire feu au moindre mouvement suspect. M'imaginant qu'il s'agirait d'un monstre ou d'un humain complètement débloqué, je ne ferai surtout pas preuve de faiblesse. Mes jambes tremblantes, comme mes mains qui avaient de la peine à supporter la pression de l'arme, je ne me voyais pas tirer. Mais il le fallait bien. Je tenais bien solidement mon revolver pour ne pas le faire tomber et j'inspire longuement.

- Les cris... c'était vous ? Me permis-je de lui demander sans me retourner. Qu'est-ce.... qu'est-ce qui vous... poursuis comme ça ?

Ma voix était cassée par la peur mais je devais pas lâcher. Prenant mon courage à deux mains, je n'entendais que mon cœur battre à tout rompre et qui me disait de fuir vite avant que la mort ne vienne me frapper. Mais déjà que cette femme soit là, je ne savais pas quoi faire. Était-ce réellement une humaine ou plutôt un sale tour de la forêt maudite ? Ma phobie de l'inconnu me rongeant intérieurement, je fis tout pour garder le contrôle sur moi et faire preuve de détermination face à ce qui pouvait surgir n'importe quand. Parée à tirer, parée à survire, parée à sauver cette femme, je mettrai tout en œuvre pour lutter et combattre ma peur ! Mon étreinte s'intensifiant sur mon arme, plus que jamais le moindre truc me ferait tirer. Comment allait arriver la chose ? Y en avait-il vraiment une ? Je le saurai bien assez vite....

~ Il est 12 heures 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 3 Mar - 20:43


La peur venait de céder sa place au courage dans le coeur de Xiris... Face à la mort, il était inutile de trembler, ainsi, l'ancienne Déesse de la nature se figea telle une statue dans l'attente de son trépas. Quand tout à coup, quelque chose s'empara de son bras ! Surprise, Xiris poussa un petit cri aigu tout en se reculant vivement... Une jeune fille était en train de lui parler, mais... mais où était-elle ?! Comme réponse à son regard paniqué, l'étrangère lui avoua être invisible... Mais pourquoi ne réapparaissait-elle pas dans ce cas ?! Cela lui plaisait-il d'effrayer autrui ? Toutefois, la jeune femme à la chevelure cuivrée se retint de la réprimander, non pas parce qu'elle lui avait fait peur, mais parce qu'elle se mettait elle même en danger désormais... chose qui bien sûr, n'était pas du tout au goût de Xiris !

- Qui que vous soyez demoiselle... vous feriez mieux de partir ! Répondit-elle après avoir repris son souffle. Moi j'ai assez couru comme ça, il est à présent temps d'en finir...

Déterminée, l'ancienne Déesse ne bougerait pas de sa position ! D'ailleurs, quoi que pouvait être son traqueur, il n'allait plus tarder à se montrer... À savoir que le bruissement des feuilles et branchages permettaient d'évaluer la distance à laquelle il se trouvait. Se rapprochant toujours plus, le monstre allait enfin pouvoir se délecter de sa proie qu'était Xiris...

- ...si vous parlez des cris terrifiés, alors oui... il j'agissait bien des miens... Dit-elle, alors qu'elle était emprunte à des sueurs froides.

La jeune femme ne trouva guère la force pour s'exprimer davantage... De toute façon, cette fille devait partir, sinon quoi, elle risquait elle aussi de se faire dévorer ! Hélas, la pauvre Xiris venait de perdre le peu de courage qui lui restait... Et pour cause, ce qu'elle avait pris pour du courage, n'était en fait qu'une montée d'adrénaline ! Ce qui faisait que désormais, elle n'était plus du tout prête à affronter sa mort...


Aaaah la traque... que c'était bon, surtout si l'on se nommait Lupa ! Ainsi, par son futur crime sur l'Humaine, elle allait pouvoir rattraper son échec qui avait eu lieu au sein de la grande plaine ! Certes, elle ne savait pas comment elle avait pu atterrir ici, mais tant qu'il y avait de la viande à disposition, la louve-garou n'allait guère s'y déplaire ! Se servant de son flaire infaillible pour ne pas perdre sa victime, Lupa pouvait se permettre de lui laisser prendre de l'avance avant de la rattraper aussitôt... Un manège qui n'avait que trop durée aux yeux de Xiris, c'était pourquoi elle avait décidé d'y mettre un terme ! Hélas, ce dont elle ignorait, c'était que les décisions étaient prises pas la louve, et non par elle ! À savoir que c'était elle qui allait décider quand et comment elle mourrait.

- GRRRR !! Fit-elle depuis la pénombre.

Deux silhouettes se tenaient là, sans bouger. Il y avait l'Humaine bien sûr, ainsi qu'une autre personne qu'elle n'avait encore humée ! Leur corps chaud et suintant ne pouvait qu'attiser son envie de chair fraîche... Oui, il était temps de passer à table !

-*Loominëi... pardonnez moi d'avoir échoué...*

Quand tout à coup, une énorme masse d'ombre aux yeux lumineux fondit sur Xiris qui immergeait tout juste de ses songes !

- AAAAAHH !! S'écria t-elle à cette vue effroyable.

Totalement impuissante, la jeune femme se fit violemment happer à l'épaule par la gueule béante du monstre, alors que dans le même temps, une de ses grosses pattes supérieures s'abattit sur l'autre fille au niveau de son abdomen ! Déchaînée, Lupa croqua avec force la pauvre Xiris qui entendit en plus de ressentir, son ossature se segmenter en plusieurs morceaux... La boucherie était ouverte !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 49 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Lun 7 Mar - 15:20

Que pouvait-il bien se passer dans cette forêt ? Qu'était-elle ? Qu'était la chose qui la pourchassait ? Quel genre de monstre s'agissait-il pour qu'elle ait à le fuir ainsi ? Je pouvais concevoir toutes choses puisque désormais le sentiment de la peur était le gouverneur de mon corps tout entier. Seul lui allait décider de ce que je ferai, j'avais vraiment trop peur de ce qui se tapissait dans la pénombre. Mais heureusement, la jeune femme malgré un cris de surprise à mon apparition, elle ne me prit pas pour une menteuse. Ni elle me repoussa mais m'intima de m'en aller loin. Sauf que moi, maintenant avec une idée en tête, je ne me défilerai pas si quelqu'un était en danger. Restant alors de dos, je détaillais le moindre mouvement droit devant moi. Mais il n'y avait que des arbres et des ronces immobiles, des cailloux jonchaient le sol et seulement quelques bruissement me parvenaient aux oreilles. Mais quoi qu'il en soit, je restais sur mes gardes. Quoi que puisse être cette chose qui approchait, il serait trop stupide pour moi de tirer à l'aveuglette. Il fallait malheureusement que j'attende sa sortie pour contre attaquer. Ma peur à son paroxysme, mon coeur battant la chamade, j'attendais là et la fille derrière moi, qui semblait si déterminée, était prête à se laisser faire par son traqueur ! Il en était hors de question ! Elle devait ignorer que je me trouvais encore là et je ne disais rien, je ne le pouvais pas. Je devais rester attentive à l'environnement. Un petit vent se glissait entre les feuillages des arbres, sifflant presque silencieuement pour cacher l'approche du monstre. Mes yeux n'avaient jamais été si attentifs... je dévisageais l'horizon, au plus loin que je pouvais distinguer les formes et les mouvements, mais je ne voyais rien, il faisait trop sombre ! Sauf qu'un à moment, un grognement s'extirpa de nulle, brisant le silence. Moi-même, faisant un volte-face, je commençais à être en proie à une panique innommable !

*Où est-elle... Où est cette créature !?*

Cette chose nous chassait... Elle était sauvage et je n'avais jamais eu affaire à ce genre de situation et n'avait aucunes idées de comment m'en sortir. Je comptais alors sur mon invisibilité pour m'en sortir bien que j'en avais pas de grandes convictions à cause du flaire que possédait ces monstres. Mon arme bien en main, je me sentais à la fois prête à l'accueillir mais aussi prête à courir sans jamais me retourner. Si seulement je savais ce que c'était. Si seulement... Non ! Je ne devais certainement pas me laisser envahir ! Je posais alors mon regard sur la jeune femme qui semblait dans ses pensées. Dans une situation pareille ?! Elle était incroyable... Sauf qu'au moment de me retourner vivement, une immense masse sombre bondit dans notre direction. En une demie seconde, je pu analyser cette dernière. Des griffes et des dents reluisant comme de l'argent à la lueur de la lune. Une masse de poils sombres. C'est pas vrai ! À l'instant, j'avais croisé des vampires, une démone et maintenant... Un loup garou !? Faux, faux, faux ! Je ne pouvais pas le croire, j'étais tombée dans les pires situations, toutes enchaînées ! C'était impossible... mais c'était bien la vérité malheureusement ! Mais ne faiblissant pas, je fis face à la bête mais elle s'en prit premièrement à la jeune femme dans mon dos. Son visage angélique soudainement déchiré par une douleur effroyable. Je pu entendre ses os craqués, la peau se déchirer. Me faisant parcourir un effroyable frisson tout du long de mon échine. Je me sentis alors tout aussi impuissante qu'un nabot arrogant de mon monde. Dire que c'était le "gourveneur" d'un pays, me mis-je alors à penser en ayant un petite sourire nerveux face à une telle monstruosité.

- Aaaaaaaaaaaaaah !! Hurlai-je soudainement.

Une des pattes du loup-garou m'avait frappée de plein fouet sur mon ventre, m'expulsant en arrière et à ma chute sur le sol dur, retombant sur mes fesses, je me mordis la langue sous la douleur ressentie. Ma main plaquée sur ma blessure, je pu sentir quelque chose de chaud. J'en déduisis qu'il s'agissait de mon sang ! La souffrance en était infâme et je releva la tête pour voir l'autre jeune fille en proie à cette créature. Je me devais d'agir et vite ! Trouvant la force de faire abstraction de mon mal, je m'empressais de reprendre mon flingue en main et me relever. Je refusais d'admettre que nous étions destinées à être de la nourriture pour le loup-garou. Et pour cause, je braquais alors le canon de l'arme dans sa direction et je me déplaçais sur le côté. Je me surpris moi-même à supporter la souffrance que mes mouvements engendraient mais je ne devais la sauver ! Et c'est alors ce fut qu'une fois sa nuque à découvert, que j'ouvris le feu ! Six violentes détonations perforèrent les grognements de la chose. Je savais bien que j'avais horreur de tuer ou blesser, mais je ne pouvais pas laisser un tel carnage continuer, je devais commettre le meurtre en première afin de sauver sa vie. Mais je devais admettre que cet univers était bien plus naturel que mon monde à moi... où c'était sans pitié, tout le monde pouvait se faire tuer pour aucunes raisons. Là, c'était la nature qui parlait.

Mais dans ma lancée, je ne fis pas attention à où je posais les pieds et je trébucha alors, tombant violemment sur le sol dur. Le choc raviva davantage ma blessure, m'arrachant des larmes qui s'écoulèrent en masse sur mes joues. Mes membres tremblaient, je m'aidais de mes bras, m'appuyant sur mes coudes et sur mes mains ensuite pour tout faire afin de me relever. C'était ignoble ce que je ressentais, j'en pouvais plus. Mais j'avais la force de faire face, encore. Oui, je le pouvais ! Me remettant sur pieds, je fis un immense effort sur ma conscience afin de mettre la douleur aigu de ma blessure de côté comme un sortilège de guérison. Mais je n'y parvins pas... Ma main se crispant sur ma plaie, les ongles se plantant dans ma chair, j'avais mal, trop mal. Et je releva alors une nouvelle fois mon arme en direction du monstre pour tirer trois nouveaux coups. Prenant évidemment le soin de viser la tête. Mais je n'entendais plus rien, mon coeur était tonitruant, ma respiration rapide et je commençais à voir légèrement flou. La masse sombre était toujours là. Mais personne pouvait nous aider. Cette situation était un amusement pour notre prédateur, nous voir aussi combatives mais aussi faibles... Il devait se faire une de ses joies. Je me sentais inutile, je me sentais à bout... J'avais peur, je fixais mes mains. Je commençais à supplier le destin de faire quelque chose, je n'osais même pas imaginer ce qu'il se passerait si j'en venais à libérer Illasera ici. J'étais sûre qu'elle en ferait de la pâtée de cette créature dont je vouais désormais tant de haine mais elle me tuerai ensuite pour l'avoir sortie à mon bon vouloir. Je désirai l'impossible. Qu'un miracle se produise et je levai rapidement les yeux aux astres qui illuminaient cette nuit pour espérer d'un regard empli de peur tout en me relevant tant bien que mal.

Beaucoup de gens de mon monde m'auraient dis de fuir. Mais je pouvais pas rester aussi impassible face à ça. J'y mettais toute mon ardeur alors que la bête blessait avec une telle aisance. Que pouvait bien faire une faible humaine comme moi ? À part m'amuser à vouer un culte satanique, je ne pouvais pas faire peur à qui que ce soit, même pas une mouche ! Alors je misais tout sur l'amour que je portais à la vie malgré la cruauté dont elle pouvait faire preuve. Et tout se passa très vite ensuite. Le son environnant devint le néant et un petit flash lumineux me frappa, me forçant à me protéger les yeux avant de me retrouver dans la noirceur la plus totale. Le son, tout, revenaient. Mon arme toujours en main, Je savais qu'il me restait neuf coups dans le magasin et dix-huit autre dans l'autre qui se trouvait dans mon sac. Sept secondes s'étaient probablement écoulées, c'était allé si vite. Le visage larmoyant, je pris mon arme de mes deux mains et je revins à braquer le monstre pour m'apprêter à le trouer comme une vulgaire bouse. J'avais la haine, une colère innommable ! Une chaleur envahissait tout mon être et de plein poumon, surpassant ma douleur.

- Je vais te faire la peau, sale monstre !!! Hurlai-je afin d'attirer son attention et me déplacer discrètement sur le côté, tentant de profiter de mon invisiblité même si son flair devait être infaillible.

Aux prochains mouvements que le loup-garou ferait, le glas de sa mort aura sonner ! Je n'hésiterai pas à le trouer ! Je savais que je pouvais mourir et dans mon dos une forme astral s'était formée mais je ne la voyais pas encore. Je voyais cependant pleins de lueur autour de moi. Des esprits ? Mais je n'y accordais pas la moindre attention aux murmures que j'entendais. Face au prédateur, je bloquais ma respiration, prête à agir. Mais contre toute attente, la forme astrale la plus massive au-dessus de moi et la louve était celle que je venais d'invoquer inconsciemment... Non, il ne s'agissait pas là d'un mirage et seule moi pouvais la voir.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 50 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 21 Avr - 17:33


Plongée dans une furie sans nom, Lupa prenait grand plaisir à se délecter de la chair tendre et fondante de sa victime, elle qui malgré ses cris déchirants, parvenait à tenir bon. Hélas, la louve n'était pas encore passée aux choses sérieuses ! Ainsi, alors que l'autre fille se relevait tout juste, le monstre se mit à secouer sa proie de droite à gauche telle une poupée de chiffon. Un spectacle cauchemardesque pour les deux jeunes femmes ! Fort heureusement pour elles, l’invisible possédait une arme unique en son genre. Une sorte de lance projectile inconnu des plaines d'Astrune ! Grâce à cela, Lupa se fit soudainement surprendre par de multiples détonations, auxquelles des douleurs aiguës vinrent s'ajouter au niveau de son crâne. Touchée en pleine tête, la louve n'eut d'autres choix que de lâcher sa victime... Le cerveau aussi aéré qu'une passoire, le monstre tomba lourdement sur le sol couvert du sang de la jeune femme qu'il venait d'attaquer.

Mais devait-on le croire mort pour autant ? Quoi qu'il en était, l'Humaine se préparait déjà à envoyer une autre salve si jamais la louve venait à se relever. Chose qui hélas, se produisit ! Lupa ouvrit les yeux, puis se mit à rugir si bruyamment que la gamine pourrait en perdre connaissance ! Il était impossible d'avoir une telle résistance ! Et pourtant... tout ce qui se passait était bien réel. Ce monstre semblait inarrêtable, les jeunes femmes étaient donc inéluctablement condamnées !


Condamnées si elles étaient seules ! Or il n'en était rien, et pour cause, Anaïs venait de convoquer un esprit sans même s'en rendre compte. Il était mal avisé pour elle d'avoir recours à pareil don, car bien souvent les conséquences outrepassaient très largement le danger initial, surtout si l'entité en question était apparentée à l'enfer ! Hélas, avait-elle le choix ?

- Aaaahhhh... encore une inconsciente... que de joie pour moi ! Chuchota une femme dont la voix glaçante ne laisserait personne indifférent. Voyons ce que Wunsrilla peut faire pour toi, mortelle !

Wunsrilla était un esprit d'une autre époque, qui par la suite est devenue Banshee ! Ce n'était autre que la Banshee noire ayant pour lieu de vie, l'île Hurlante ! Responsable de bon nombre de disparitions, ce sombre esprit avait pour vocation de soustraire quiconque qu'il jugerait digne, à son bon vouloir ! Andromën qui avait eu à faire à elle, décida même de créer un artéfact qui aurait pour but de la bannir de ce monde. Mais pour l'heure, Lupa était au centre de toutes les attentions ! À savoir qu'il était hors de question de laisser cette bête charcuter l'Humaine, elle qui pourrait servir Wunsrilla grâce à son don ! Ainsi donc, à l'instant même où la louve voulut bondir sur la gamine invisible, la Banshee hurla ! Un cri provenant tout droit du monde des morts ! À cela, Lupa commença à se décomposer... ses muscles se raidirent, l'empêchant ainsi de poursuivre son assaut. Ses yeux fondirent ne laissant que mousse dans ses orbites, puis, sa mâchoire inférieure se détacha... C'était très cruel, mais ça avait le mérite d'être efficace ! Car la louve s'effondra de tout son long, sans vie...

- Couché le chien ! Ajouta t-elle sans émettre la moindre émotion. Voilà qui est fait, maintenant tu vas me servir, Humaine !

Xiris quant à elle, avait sombré dans le coma suite à l'attaque du monstre. Ainsi, Anaïs ne pouvait rien faire d'autre que de se soumettre ! Malheureusement, même la Banshee noire avait sous-estimé Lupa ! Malgré la puissante affliction qui l'avait prise pour cible, la louve était en train de se régénérer ! Et heureusement que Wunsrilla était éthérée, sinon le coup de patte au niveau de sa taille lui aurait été fatal !

- Quoi ?! Tu n'es pas encore mort ! Constata t-elle avec stupeur. Alors si je ne peux pas te tuer, je vais me contenter de te chasser ! Enchaîna l'entité, alors que la louve s'en retournait sur l'invisible.

Il s'en fallut d'une seconde ! La Banshee noire invoqua in-extrémiste un portail au devant de la proie du monstre, afin que ce dernier s'y engouffre de lui même. Lupa se retrouva donc dans un monde d'esprits et de créatures en tout genre ! Voilà qui devrait la calmer pour un long moment.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 53 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 12 Mai - 10:44

Tout ce qui se passait en ce moment était totalement... impossible ! Mais hélas, que je le veuille ou non, ça se passait bien sous mes yeux et je ne savais pas quoi faire d'autre que tirer, encore et encore, jusqu'à que la bête s'écrase lourdement sur le sol, morte. Je restais immobile afin d'être sûre de ce que je voyais, sûre qu'elle allait pas se relever d'un seul bond pour me manger d'un coup de sa puissante mâchoire. Je fixais aussi l'autre femme en me mordant la lèvre inférieure. Je voulais courir vers elle mais je ne pouvais pas non plus prendre le risque de me faire tuer, je devais être prudente. Si seulement Illasera pouvait m'aider, ne serait-ce qu'un petit peu... Il en était rien, ce n'était même pas la peine que j'y pense à vrai dire. Alors, doucement, avançant en faisant simplement glisser mes pieds sur le sol dur et froid, je ne déviais pas la trajectoire de mon arme braquée sur le monstre toujours inerte. Ça pouvait paraître profondément débile de croire qu'elle était encore vivante après de tels coups portés à son crâne mais la prudence... était, elle, forcée dans un monde pareil. Sauf qu'au bout de quelques secondes, je lâchais prise et je me ruais vers la jeune femme pour examiner son épaule et tenter de constater les dégâts causés par la chose. Je n'avais aucunes expériences en médecine ou autre, mais je cherchais au moins à repérer désespérément la plaie la plus importante afin de tenter le tout pour stopper au mieux l'hémorragie.

- Tenez bon ! Je vais vous tirer de là, alors ne lâchez pas, je vous en prie ! Dirai-je en appuyant sur sa blessure, consciente que je pouvais lui faire mal mais elle perdait trop de sang.

Il y avait personne aux alentours, inutile que je hurle pour appeler à l'aide, ça ne ferait qu'attirer davantage de ces monstres... en admettant qu'il y en avait d'autres dans le coin. D'habitude, le sang me faisait un peu tourné de l'oeil mais là, rien du tout, j'allais pas m'en plaindre mais quelque chose d'étrange se produisit et ce n'était pas bon pour mon petit coeur qui avait déjà du mal à tenir le coup.

- Ce n'est pas possible... Lâchais-je dans un murmure soufflé et serrant les dents.

Le monstre venait de se relever tout en lâchant un hurlement qui aurait pu me tuer sur le coup tellement j'avais eu peur. Mais un autre détail vint s'interposer ! C'était une drôle de forme qui prit rapidement l'apparence d'une femme et une voix me parvint alors. J'étais devenue soudainement muette, incapable de m'exprimer ou de comprendre ce qui suivait à une vive allure devant moi. La... le monstre se fit abattre telle une vulgaire mouche et se décomposa. J'en eu un haut le coeur et en détourna le regard pour m'occuper de l'inconnue qui devait fortement s'accrocher entre la vie et la mort. Bon... elle était inconsciente. Devais-je bien le prendre en me disant qu'elle devait moins souffrir comme ça ou était-ce signe qu'elle était en train de mourir entre mes mains ? Je me sentais coupable en tout cas et un autre hurlement survint dans mon dos.

- Que...

Apparemment, le monstre était invincible ! Quoi que l'on puisse lui faire, il se relevait encore et encore et il avait tenté d'attaquer l'étrangeté venu m'aider pour ensuite se ruer sur moi, la gueule grande ouverte. La peur me paralysa et je le regardais bêtement venir sur moi, sentant les secondes prendre leur temps pour s'écouler, en faisant d'elles les plus longues de toute ma vie. J'allais donc mourir dans la gueule béante de cette chose sans comprendre ce qu'il m'arrivait depuis mon arrivée dans ce monde ? Devais-je bien le prendre ou mal ? À quoi devais-je penser à ce moment précis pour pouvoir m'en sortir, même si c'était impossible là ? Le monstre étant maintenant trop près de moi, je ne pouvais que prier et fermer les yeux tout en criant de toutes mes forces, espérant tout au fond de moi que tout ceci n'était qu'un cauchemars trop réaliste.

Sauf que soudains, pouf, plus un seul bruit. La respiration bruyante de la chose avait disparue. Le calme total... J'ouvris les yeux doucement et je m'aperçus que je n'avais pas bougé d'un centimètre et que la dame... opaque se tenait toujours en face de moi. La tête relevée, prenant mon temps pour réaliser ce qui se passait encore une fois, j'admis que le monstre avait disparu et la jeune femme était toujours mourante à mes côtés. L'inconnue, que je finis vite par assimiler comme un esprit, m'avait sauvée la vie contre cette bête féroce et je lui dis décocha, timidement mais grandement reconnaissante.

- Je... je vous remercie infiniment. Vous me sauvez la vie... Disais-je en tentant de prendre le pouls au poignet de l'autre femme dont je m'occupais comme je pouvais.

J'espérai, au fond de moi, que l'esprit allait pouvoir m'aider à faire quelque chose. Je tournais la tête dans sa direction et la regardais intensément et... je ne savais pas quoi dire, ni par quoi commencer. Qui était-elle pour être arrivée comme ça ? J'allais vite le savoir de toutes manières...

- Euh... je... pouvez-vous m'aider à la sauver ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 54 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Sam 21 Mai - 14:53


Tant de puissance cantonnée en un seul et même lieu, ce n'était pas normal... Un loup-garou inarrêtable, et maintenant un esprit aux pouvoirs démentiels ! Pourquoi Illasera avait envoyé une simple Humaine dans une forêt aussi hostile ? Il était évident qu'elle n'avait pas la moindre chance de s'en sortir vivante ! Quant à celle qui était grièvement blessée, il n'y avait plus grand espoir à se faire... elle était mourante. Mais Anaïs ne l'entendit pas de cette façon, ce fut pour cela qu'elle demanda à Wunsrilla si elle pouvait faire quelque chose pour elle... Hélas, dés l'instant où elle se retourna, l'esprit avait déjà disparu ! Étrange... il lui restait pourtant du temps... Rien ne se passait comme le fallait ici, que fallait-il faire dans ce cas ? Courir peut-être, ou bien s'ôter la vie...


Le sang de la pauvre femme coulait à flot, son épaule droite ainsi que le bras qui y était relié, étaient à moitié arrachés... Mais malgré son état critique, l'ancienne Déesse parvint peu à peu à reprendre conscience. Navigant entre la vie et la mort, Xiris ne ressentait que modérément la douleur... Or, elle savait que si elle périssait, le monde Céleste sombrerait dans le chaos. Il était donc de son devoir de survivre !

- Hmm... vous... êtes... toujours là... ? Demanda t-elle dans un murmure.

Peut-être que la fille invisible était toujours là... Mais quoi qu'il en était, même elle ne pourrait rien y faire ! Pourtant, tout n'était pas perdu, et pour cause ; Xiris avait eu le temps de se rendre compte que cette forêt était comme un miroir sur le monde d'Astrune. En ce qui la concernait, il lui aura suffi de contempler la création d'Azura. La Lune était l'espoir dans le noir, tout du moins aux yeux de la Déesse Lunaire, or là... la robe immaculée qu'elle générait, ne faisait que lui révéler des formes abjectes ! Tous ces effets, aussi terrorisants les uns que les autres, prenaient forme grâce à la création d'Azura... Une chose impossible pour Xiris, car elle connaissait bien cette divinité, qui à l'instar de Loominëi, était la bonté incarnée. Elle en conclu donc que ceci devait être en réalité, le soleil ! Un soleil noir !

- Je... je ne mourrais pas... j'ai promis... et je m'y tiendrais.. ! Ajouta t-elle en tentant de s’asseoir.

Si tout était inversé, il était alors normal que ses pouvoirs n'étaient plus, et sans eux... elle ne pouvait ni se défendre, ni même se guérir. À cela, Xiris ne vit qu'une solution pour s'en sortir...

- Éloignez-vous... vite... ! Intima t-elle à l'inconnue invisible.

L'ancienne Déesse de la nature n'avait d'autres choix que de s'adapter à ce monde infâme si elle voulait survivre, et pour ce faire ; elle devait devenir comme cette forêt : Noire, sinistre, cruelle, et immonde ! C'était certes risqué, car rien ne prouvait qu'elle pourrait recouvrer sa véritable nature... Sauf que si elle ne faisait rien, il était certain que sa vie s'arrêterait ici ! Une perte dont le monde Céleste n'avait guère besoin.

-*J'ai... déjà fait du mal... avant, et je connais les Divinités corrompues... je saurais me mettre... à leur image...*

Xiris n'avait pas peur de solliciter les extrêmes pour parvenir à ses fins, elle l'avait déjà démontré lors de la création des Hybrides, ainsi qu'Umar. C'est alors qu'elle se concentra malgré son irrésistible envie de dormir... Elle pensa à tout ce qui était mauvais, elle s'imaginait prendre du plaisir à semer la mort et la déchéance ! Et très vite, elle ressentit ce sentiment de haine l'investir intégralement... Jamais elle n'aurait cru cela aussi simple... Quand soudain ! Une douleur sans nom vint à la traverser de part en part, arrachant à ses lèvres si délicates, un cri terrorisant ! Cela ne dura que quelques secondes, à la suite de quoi le silence revint...

- Ahh... j'ai... mal... Prononça t-elle avec peine, avant de finir en boule, front contre le sol glacial.

Durant un bon moment, Xiris demeura inerte... Était-elle morte ? Ou bien avait-elle franchi des limites qui ne valait mieux pas atteindre ?


- AAAAAAAAAAHHHH ! Hurla t-elle tout en se relevant brutalement.

Un visage méconnaissable apparut alors ! Quant à la couleur des cheveux, on ne pouvait guère la différencier au vu du peu de luminosité résidant en ces lieux. Cette... femme était toujours blessée, mais étrangement... elle semblait se régénérer alors que la nature autour d'elle, même si elle était sombre, dépérissait !

- Je savais que c'était la solution ! La meilleure ! Dit-elle alors qu'une odeur âpre emplissait l'air environnant. La Déesse de la Corruption vous salue !

Heureusement, elle n'était pas véritablement une Divinité, bien que ses pouvoirs étaient tout de même suffisamment forts pour désintégrer tout ce qui l'entourait, tel que les minéraux, le bois et... la chair !

- Inutile de fuir, gamine ! Tu ne feras que tourner en rond ! Ahahahahah !

Xiris ressentait la vie qui émanait de cette dernière, il ne lui était donc pas difficile de la repérer.

- Laisse toi aller au doux sommeil de la mort ! Je vais te montrer une autre façon de vivre ! Disait-elle tout en se rapprochant, faisant ainsi succomber d'autres arbres. Viens et rejoins-moi !

Allait-elle pouvoir retrouver sa véritable nature ? Cela s'annonçait mal en tout cas... Anaïs ferait mieux de vite trouver une solution, sinon quoi ; elle allait connaître toutes les joies d'une dégénérescence !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 03 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Lun 23 Mai - 22:40

Il y avait de quoi me faire perdre la tête dans ses bouleversements incessants ! Mon coeur tambourinait contre ma poitrine et ma respiration était saccadée. J'avais terriblement chaud. La tête tournait. Une brise glaciale me caressait le visage, soulevant ma frange dans des mouvements irréguliers. J'étais pâle mais je tenais bon, en aucun cas je n'abandonnerai ! J'observais l'état de l'inconnue qui était mourante à mes côtés et je ne savais pas quoi faire d'autres que de tenter de stopper l'hémorragie. Elle perdait trop de sang et si je m'y attardais trop dessus, je tournerai rapidement de l'oeil. Chose que je devais à tout prix éviter ! Alors... Me concentrant sur son visage, je lui murmurais de tenir bon et j'avais supplié la présence fantomatique de me venir en aide pour la sauver. Mais je n'eu jamais de retour de sa part... Alors que j'avais porté mon attention sur la jeune femme à mes genoux, l'esprit s'était volatilisé sans explications... Ne comprenant plus ce qu'il se passait ici, je restais figée comme une idiote, bloquée dans le temps, laissant les derniers évènements se dérouler une nouvelle fois devant mes yeux opaques et vides, fixant un point invisible devant moi. Si j'avais eu les pouvoirs de faire ce que je voulais, cette femme serait sauvée et jamais je ne me serai trouvée dans une telle situation. Me demandant une nouvelle fois si je n'avais pas fais le mauvais choix en acceptant de venir dans ce monde censé être meilleur que le miens ? Je commençais à regretter mon monde qui n'avait pas de telle puissance libre et capable de nous désintégrer en moins de deux et totalement ingérable... Enfin, on avait tout aussi pire mais on était encore capable de négocier pour éviter le pire même si la corruption était partie intégrante des marchés conclus entre les différent gouvernements. Trop de chose encombrait ma mémoire et je me demandais quand pourrais-je enfin croiser des gens normaux ici ?! Des vampires... Une démone... Un loup-garou... Une entité et là, paumée au plein milieu d'une forêt que je maudissais, je devais trimbaler une fichue fiole dans un endroit que je connaissais pas sans en avoir eu le choix, contrainte à la mort si j'avais refusé !

Et une claque monumentale me ramena alors à la dure réalité et toutes les formes se redessinèrent à mon regard. Mes mains faisaient toujours pression sur la blessure de la femme, complètement ensanglantée jusqu'aux coudes, le visage éclaboussé par quelques giclées de sang, je sentais mon coeur partir en panique alors qu'elle me murmura alors quelques mots.

- Je... je suis là... n'ayez pas peur... je ferai tout pour vous sauver, n'abandonnez pas, je vous en prie ! Commençais-je alors à la supplier et en me répétant à trois reprises pour me donner espoir et courage de ne pas lâcher moi non plus.

Cependant, elle ne voulait pas que je continue de l'aider à s'accrocher à la vie... Me demandant de m'éloigner rapidement, elle désirait être seule ? Je ne pouvais pas faire ça, je n'étais pas ainsi... Il y a à peine quelques secondes, elle se disait qu'elle avait promit, qu'elle allait tenir et maintenant, elle me demandait de prendre mes distances avec elle. À quoi tout cela rimait ? Ca n'avait aucuns sens ! J'avais beau prendre la demande dans tous les sens, je ne trouvais pas et ce qui s'ensuivit me troubla davantage et me convaincra de ne pas bouger de ma place ! Elle s'était mise en boule, elle souffrait trop et semblait perdre connaissance. Elle ne me laissait plus la possibilité de stopper son sang, il sortait en masse et ça me faisait mal au coeur. Il fallait que je fasse quelque chose, je tournais mon regard dans tous les sens et j'étais seule. Je voulais hurler, de toutes mes forces, en espérant que quelqu'un était dans les parages. L'espoir faisait vivre, disait-on dans mon monde... La cruauté de la vie était pareille ici, sans pitié, sans état d'âme pour ceux à qui elle donnait naissance. À croire qu'elle se délectait de les voir partir dans la folie, s’entre tuer et mourir sans la moindre raison apparentes. Un second murmure de l'inconnue retint toute mon attention. Mon regard se déposant sur sa silhouette toujours immobile, le front face contre terre. Elle gémissait, elle avait mal. Posant une main sur son dos et scrutant toujours les alentours pour espérer apercevoir une présence qui ne nous voudrait pas de mal, je murmurai.

- Tenez bon, je suis là... je ne vous abandonnerai pas!

Et le pire était à venir, je n'avais pas tout vu et il fallait que le destin m'en remette une couche ! Un cri sortit de je ne sais où s'extirpa de la bouche de l'inconnue qui se releva, debout, droite comme une perche, me faisant faire un bond fulgurant en arrière, retombant sur mes fesses, le regard braqué sur la femme. Son hurlement était digne d'un être sortit des enfers. Ainsi que.... Son apparence avait complètement changé et elle n'inspirait rien de... bon! Rien du tout en plus ! Me reculant aux premiers mots qu'elle me décrocha, je tentais de prendre le maximum d'écart entre elle et moi. J'avais eu tort de ne pas l'avoir écoutée avant, on dirait... Reculant à l'aide de mes mains, prenant pas la peine de me relever jusqu'à me heurter à une racine d'un arbre sur ma droite. Elle se mit à parler de "meilleure solution" et de je ne savais pas quoi... Dèesse de la corruption ? Non mais j'étais tombé où moi ! Une énorme part d'ombre s'empara de moi et je perdis complètement espoir en cette nouvelle chance que Elfwyn m'avait offerte en faisant face à de telles horreurs et puissances de la nature. Me relevant en collant mon dos à la racine géante, je m'empressais de passer par-dessus celle-ci et garder mes yeux rivés sur l'inconnue qui perdait complètement le contrôle d'elle-même. Je ne la connaissais pas, je ne savais pas son nom, ni rien la concernant. Mais jamais je n'avais senti une aura aussi mauvaise, elle était apparue aussi vite que l'esprit qui n'avait pas eu le temps de me répondre précédemment. Mais une chose était claire : Ce n'était pas celle de tout à l'heure ! Alors reculant doucement de quelques pas, je constatais que l'environnement autour de moi se dégradait et que des énormes branches cédèrent sous leur poids pour se fracasser dans un bruit sourd sur le sol. Plusieures manquèrent de me tomber sur le coin de la figure et que je parvins à éviter de justesse.

- Aaaaaaah ! Criais-je en faisant un saut sur le côté, tombant à plat ventre en évitant une branche faisant trois fois ma taille. Calmez-vous !! Vous n'allez pas me tuer quand même, hein ?!

Elle tentait de réduire mon espoir de survie à zéro en tentant de me dissuader de fuir. Mais je savais que je pouvais fuir et trouver une solution. La mort était face à moi, elle l'avait été plusieures fois dans la journée et si je lui tournais le dos, j'y serai toujours en face. Que pouvais-je faire ? La résonner ? Ca semblait impossible vu la puissance qu'elle relâchait autour d'elle pour tuer la nature à ce point. J'avançais toujours à reculons pour maintenir une distance suffisante avec elle avant de serrer les poings et lui jeter un regard de défi et soudainement faire volte-face et fuir à tout allure afin de la distancer un maximum. Et là je plaqua mes mains autour de ma bouche pour lui crier.

- Je ne sais pas qui vous êtes, mais redevenez-vous même, je vous en prie ! Vous perdez le contrôle là, je suis sûre que l'on peut s'entraider et sortir de là. Je vous en supplie, reprenez-vous et laissez-moi vous soutenir !!! Lui hurlais-je en espérant que mes paroles l'atteindront bien que je savais qu'il y avait rien de plus maladroit que ce discours niais et emplis d'un espoir impossible.

Je posais ma main sur mon sac, là où se trouvait la fiole d'Illasera et à plusieures reprises, je fus prise de l'extrême envie de la briser devant moi et lui demander de me sauver la vie. Cette femme devant moi était peut être impossible à résonner mais je ne pouvais pas me résoudre à stopper mon existence ici. Il y avait encore trop de chose à découvrir. Ce fut là la seule motivation qui me permis de faire resurgir ma force de vivre pour combattre ce phénomène. Commençant à établir une éventuelle stratégie, reculant toujours comme je pouvais en courant d'un moment à l'autre, me cachant derrière des arbres et autres rochers, je pouvais déjà exclure mes armes. Parce que apparemment, tout ce qui se trouvait autour d'elle, dans un certain périmètre, se mourrait. Je ne savais pas si elle pouvait se déplacer plus vite que moi puisqu'elle n'avait fait que marcher pour le moment... Si elle se téléportait, j'étais fichue ! Fallait-il que je cours sans relâche en espérant tomber sur le bon chemin pour libérer la démone et m'enfuir ailleurs, loin de tout ces choses ? Peu probable... Une infime et puissante lueur d'espoir brûlait toujours en moi et je voulais toujours croire en les mots d'Elfwyn quand il était venu chez moi me chercher. Devais-je tenter de faire face ? Trouver le moyen de faire réapparaître l'esprit qui m'avait aidé ? Mon invisibilité ne devait servir à rien face à cette femme sur-puissante qui devait me sentir par mon aura.

- Aaaaaaah ! Lachais-je une nouvelle fois en reprenant ma course folle quand une branche se fracassa à mes côtés, réalisant que l'inconnue était trop proche.

Tout ce que je savais, c'était que je n'allais pas pouvoir faire durer cela éternellement et que je devais continuer à courir, jetant des coups d'oeil derrière moi et évaluant la distance qui me séparait d'elle. Cependant, dans cette folie qui s'emparait de moi malgré l'espoir que je nourrissais à un éventuel miracle, j'entendis des voix venue de nulle part. Comme si des gens tentaient de me parler... Envahie par diverses voix, je m'arrêtais nette, plaquant mes mains sur mes oreilles, perdant la tête. La déesse de la corruption s'approchait toujours et je me tournais face à elle tout en lui hurlant et la suppliant.

- Ne me tuez pas ! Je ferai tout, mais ne me tuez pas ! Je ferai tout pour vous sauver mais cessez cela, je vous en prie, encore, s'il vous plaît ! Arrêtez ! Reprenez-vous ! Je sais que vous n'êtes pas vous-même ! Continuais-je à lui crier maladroitement, sachant que mes paroles tomberont dans le vide, voulant qu'elle redevienne la douceur que je ressentais avant cette chose.

L'ambiance qui m'entourait m'étouffais et je ne savais pas quoi faire. Me retrouvant face à un immense arbre, je collais mon dos contre son tronc et attendait que quelque chose se passe. J'entendais qu'elle arrivait, les bruits des arbres se brisant se faisaient proches et la puissance qui s'échappait de son corps qui semblait si frêle était phénoménale.

- Je vous en supplie... Cessez cela, reprenez-vous, je vous supplie... Disais-je en courant encore pour m'éloigner le plus loin possible, prenant une bonne distance, posant ma main sur mon coeur. Je ne pourrai pas courir et fuir indéfiniment... Quelqu'un, s'il vous plaît, quelqu'un... aidez-moi...Elfwyn, Illasera... Sydonie, n'importe qui ! Mais aidez-moi et sauvez là ! Je vous en supplie...

L'espoir emplissait tout mon être et je voulais que tout redevienne dans l'ordre ! Je voulais que quelque chose tombe du ciel pour me sauver, comme l'esprit avait fait en faisant disparaître la louve déchaînée. Que pouvais-je faire d'autre que prier, hein, dites-moi... J'osais prier que quelqu'un pourrait m'entendre dans cette forêt maudite et qui serait probablement ma tombe si je ne parvenais à rien pour sauver cette femme ou fuir. J'osais aussi espérer que les voix que j'avais entendues pouvaient m'aider alors que je continuais de courir tout droit devant moi après avoir pris le soin de fixer ma boussole et partir dans la bonne direction comme Illasera me l'avait indiquée...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 07 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Mer 1 Juin - 0:16


L'odeur de pourriture saturait l'air, à tel point que l'oxygène se changea peu à peu en poison... Il était donc judicieux de retenir son souffle si jamais ce dernier venait à vous envelopper de son manteau nauséabonde ! En tout état de cause, Xiris était déterminée à annihiler le peu de vie qui se présentait devant elle, au grand désespoir de la gamine sans ombre... Cette dernière hurlait des supplications qui ne faisaient que ricocher sur la Déesse de la corruption comme des gouttes de pluie ! Son coeur à présent dénué de toute pitié, l'incitait à pourchasser cette larve jusqu'à sa décomposition ! Pourtant, elle ne courait pas, comme si elle était certaine de lui mettre la main dessus... Étrange... mais il était bon de savoir que son nouvel esprit connaissait désormais cette forêt qui n'en était pas vraiment une, et pour cause ; elle n'avait ni fin, ni frontière ! L'Humaine avait alors le temps de courir... Malheureusement, quoi qu'elle avait décidé de faire, sa vie arrivait à son terme.

- Tu galopes, tu galopes ! Mais où cela va te mener ? Disait-elle tout en continuant sa progression. La forêt va naturellement te conduire jusqu'à moi, et j'ai tout mon temps !

À chacun de ses pas, des dizaines de branches s'affaissaient en même temps, quant à celles qui avaient le malheur de plonger droit sur Xiris, elles finissaient en poussière avant même de l'atteindre ! Pas étonnant que la fille invisible veuille la fuir après ça... D'ailleurs, rien n'allait plus de son côté ! L'Humaine appelait à l'aide à toutes les personnes qu'elle pensait susceptibles de lui venir en aide, en vain... Ce fut même le contraire qui se produisit !


De soudaines apparitions se succédèrent peu de temps après ses appels ! Elfwyn fut le premier, il se tenait là, à seulement quelques mètres devant elle... L'expression de son visage d'ange était tel qu'elle ne l'oubliera pas de si tôt ! Un air mauvais dominait son regard et ses lèvres, rien à voir avec ses souvenirs de quand il était venu chez elle... Puis, des paroles amers s'en suivirent !

- Tu n'as pas encore compris ? Demanda Elfwyn sur un ton des plus méchants. Je t'ai fait venir en ce monde dans le seul but de te faire crever de la pire des façons ! Tu n'es qu'une débile qui se sert de la lumière des autres parce que tu n'en as pas toi même ! Les nymphomanes dans ton genre n'ont qu'un seul droit, celui de trépasser ! Crève et avec honneur, ça te changera !

Cela fut dit avec tellement de sincérité, que la jeune fille ne pouvait hélas que le croire... Après quoi, il disparut aussi simplement qu'il était venu, avant qu'une autre personne ne se présente à la jeune fille.


C'était Sydonie ! Elle aussi avait un air machiavel... mais pourquoi ? La jeune Humaine devait dés à présent se savoir condamnée, car elle avait beau penser positif, chaque fois la terreur se présentait à elle ! Comment pouvait-elle espérer survivre en pareille condition ?

- Tais-toi indigne ! Commença t-elle sèchement. Comment oses-tu prononcer mon prénom de ta bouche sale ? Laisse-moi plutôt te dépecer, vermine ! Termina t-elle en lui fonçant dessus tous crocs dehors, avant de se volatiliser.


Et enfin, sans lui laisser le moindre répit, Illasera se manifesta à son tour, juste derrière la gamine invisible ! C'était vraiment un coup dur pour le moral que de voir ses seuls alliés, désirer plus que tout votre mort... Était-ce vraiment la forêt qui était à l'origine de toutes ces infamies ?

- Tu veux quoi ? Mourir plus vite ? Interrogea la démone sur un ton hautain. Laisse le temps au temps, jouis plutôt de cet instant de paix qui s'offre à toi, tu devrais même t'allonger et te reposer ! Ainsi, tu pourras savourer en toute quiétude le doux sommeil de la terre. Allez ! Coucher la chienne ! S'écria t-elle en se dissipant.

Cruauté et folie, voilà ce qu'était ce monde ! Était-ce là son seul but ? Apparemment oui... La présence de la Déesse de la corruption ne faisait qu'encourager à cette pensée, elle était là, toute proche... Et si elle le voulait, elle pouvait désintégrer l'Humaine à l'instar d'un moucheron dans un feu de forge ! Mais étrangement, elle n'en fit rien...

- Je... Prononça Xiris avec difficulté, avant de se mettre à hurler comme la fois qui précéda sa transformation.


Il fallut moins d'une seconde pour que l'ancienne Divinité de la nature recouvre son apparence et esprit originels... Quant à l'Humaine, ce fut son invisibilité qui fut atteinte, la faisant ainsi doucement réapparaître. Rien n'était en mesure d'expliquer ce qui se produisait, mais quoi qu'il en était, les deux intruses à ce lieux pouvaient de nouveau s'appuyer l'une l'autre...

- Par... pardon... je.. je ne voulais pas tout ça... pardon... Balbutia Xiris tout en se rapprochant de la jeune fille qui lui apparaissait petit à petit. J.. je ne pensais pas que ça irait si loin...

Il était logique d'être choqué après tout ça, pourtant, jamais l'ancienne Déesse de la nature ne pourra se pardonner cet écart qui failli lui coûter toute son existence, ainsi que sa place dans le monde Céleste. Elle en frémit rien qu'à y repenser... Malheureusement, tout n'était pas encore terminé... quelque chose de très puissant se rapprochait !

[Annonce : Anaïs tu perds ton invisibilité Exclamation]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 10 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 2 Juin - 15:08

Quoi que je fasse, je n'avais pas d'autres choix que de continuer à courir droit devant moi. Cet endroit commençait à se renfermer sur moi à mesure que je me rendais compte que je ne voyais rien d'autres que des arbres. Devais-je alors me résoudre à mourir ici ? Il en était évidemment hors de question ! Alors je continuais à fuir, encore et encore, inlassablement, pour garder une certaine distance avec ma poursuivante. Sauf que c'était pas de chance pour elle, je pouvais être lâche par moment mais j'avais suffisamment de volonté pour m'accrocher à la vie. Mais je jetais toujours des coups d'oeil derrière moi et elle était toujours là, réduisant en poussière tout ce qui se trouvait autour d'elle. Et si je m'en approchais, je finirai dans le même état... Non seulement il fallait que je survive mais aussi, il fallait que je trouve un moyens de la faire revenir à elle. Chose qui ne serait pas simple puisque je ne la connaissait pas la moindre du monde. C'est alors que des murmures que j'entendais depuis quelques minutes se firent entendre plus nettement et me forcèrent à m'arrêter une fois que je me serai assurée que l'autre femme était assez loin de moi. Profitant aussi de souffler un peu, m'appuyant contre un rocher, posant mes mains sur mes genoux. Je me demandais pourquoi cette aliénation m'en voulait tant, je n'avais pourtant rien fais de mal à ce que je sache. Et le changement si soudains de personnalité, d'apparence et de puissance me forçait à croire qu'elle s'était faite possédée par un esprit malsain ou autre chose traînant dans le coin.

- Qu'a-t-il bien pu vous arrivez ? Me demandais-je en m'adressant à la jeune femme perdue de vue dans un murmure fatigué et saccadé.

Le silence régnait, je n'entendais plus le grondement de la désintégration provoquée par la femme et je m'osais à passer un coup d'oeil par-dessus le rocher où je me trouvais. Il y avait rien ni personne. J'étais seule et je m'en trouvais un peu rassurée... Peut être que pour une fois de plus, mon invisibilité aurait été utile. Quant à savoir comment sortir de ce lieu maudit, il me faudrait redoubler de courage et surtout, ne pas me laisser avoir par la fatigue et la panique engendrée par celle-ci.

*Va me falloir sortir de là je suis sûre de mourir... Si seulement quelqu'un était là...*

Alors que tout me semblait calme, mais extrêmement dangereux, d'autres choses se produisirent ! Des sons attirèrent mon attention dans mon dos et je me retournais vivement. Et c'est là que je tombais de très haut. Elfwyn était là, se tenait devant moi alors que j'avais supplié de l'aide de toutes mes forces ! Il était revenus mais... il y avait quelque chose de différent. Ces mots furent d'une telle violence que je me plaquais violemment contre le rocher, voulant reculer autant que je le pouvais, ayant une terrible peur intestine qui s'empara de tout mon être. Il était passé où son calme et l'aura de bien être qu'il dégageait la dernière ?! Même sa voix était pas la même... Pourquoi tant d'agressivité ? C'était vraiment pour me faire crever ? Mon monde me haïssait à ce point pour se débarrasser de moi de la sorte... ?

*Non non... c'est faux, ce n'est pas vrai !*

- C'EST FAUX ! TU N'ES PAS ELFWYN, TU N'ES PAS LUI ! Lui hurlais-je alors à la figure, tentant de lui coller une gifle magistrale, ce qui le fit disparaître d'un coup, laissant la place à une autre personne.

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je reconnu sans trop de mal la dite silhouette ! Sydonie avait elle aussi répondit à mon appel au secours mais, pas de chance pour moi, elle était emplie de la même agressivité envers moi. Me priant de me taire, insinuant les mêmes insultes que celle dites par Elfwyn un petit peu plus tôt, mon dos glissait le long du rocher jusqu'à que mes fesses touche le par-terre froid et dur. Le ton de sa parole était dure et je ne savais pas si elle disait vrai. Tout ces mots prononcés jusque là, plus les évènements, me transpercèrent de toutes parts et j'avais envie que l'on m'achève sur le champs ! Les gens que j'appréciait le plus commençait désormais à me dénigrer et à en vouloir à ma vie. Et c'est alors qu'elle dévoila sa denture typique des vampires pour se jeter sur moi.

- NON ! ELOIGNEZ-VOUS DE MOI, NE M'APPROCHEZ PAS ! Criais-je une nouvelle fois, posant mes mains devant mon visage pour me cacher de cette horreur que je vivais mais mon invisibilité me laissait voir la disparition de Sydonie...

*Pourquoi tout le monde veut ma mort... ? Je n'ai pas idée du mal que j'ai fais dans ce cas. Que dois-je faire ?*

Tentant de me relever tant bien que mal sur mes jambes, ces dernières tremblaient sous la peur des émotions ressenties et mon corps était accablé par le poids de la fatigue. Mais je pensais vraiment que tout cela était finis, que ce n'était qu'illusion et que je devais revenir à la réalité avant de devenir complètement folle. J'inspirai alors longuement avant de m'avancer de quelques pas et entendre un bruit étrange. Je me retournais alors et mon premier réflexe fut de poser ma main sur mon sac. La fiole était pourtant toujours là, je ne l'avais même pas brisée et Illasera se tenait pourtant devant moi, comme si elle avait réussi à sortir toute seule !

*Illasera, je t'en supplie...* Lui priais-je silencieusement, espérant qu'elle ne me ferait rien alors que je n'avais même pas atteint ma destination.

Ces mots étaient, eux aussi, d'une telle violence que je voulu m'enfuir mais à peine avais-je eu le temps de me lancer, je trébuchais sur une branche. Je tombais à plat ventre sur cette grosse racine, le fémur de ma jambe droite se heurtant durement à une caillou, une douleur aiguë me lança les nerfs. J'étais toujours face à la démone et je tendis mes bras pour m'espérer m'accroche à ses hanches mais elle disparut aussitôt, me laissant seule à mon sort une nouvelle fois. Et ce qui se montrait à mes yeux fut d'une toute autre trouille. Pendant le temps où je délirai à crier dans tout les sens, la femme aliénée avait eu le temps de me retrouver ! Elle se tenait à quelques mètres de moi, suffisamment loin pour que je ne sois pas réduite en poussière. Paralysée par la peur, je ne bougeais pas et la regardait s'approcher. Ma main tâtonnant le par-terre, je finis par trouver quelques choses d'assez gros et je l’empoignais alors. Je ne pris pas le temps de voir de quoi il était question que je le jetais en désespoir de cause sur la femme, direction le tête. Il se trouvait que je venais de faire se désintégrer un gros bulbe qui devait avoir été déraciné lors de ma chute sur la racine. Alors que je me savais perdue, je ne pensais pas que le projectile créerait un tel effet. La femme se mit alors à hurler après avoir tenté de me parler et elle redevint elle-même en l'espace de quelques courtes secondes.

*Que... Qu'est-ce qu'il se passe encore ?!*

Mais apparemment, elle n'était pas la seule à subir une nouvelle transformation puisque j'eu la surprise de voir mes cheveux qui s'étaient placés devant mes yeux et, petit à petit, retrouver la sensation d'avoir les yeux fermés. Je perdais mon invisibilité ! Je ne savais pas quoi y penser ! Je ne savais même pas si c'était un bon ou mauvais signe de la part du ciel ou de je ne sais quelle autre puissance. Mais tout ce que je savais, c'était que j'étais contente de pouvoir à nouveau me voir, me sentir et pouvoir cacher ce monde et le mettre loin de mon regard. Mais du même coup, l'autre femme, devenue elle-même, pouvait me voir et elle s'approchait de moi en me parlant. Je ne bougeais pas, mon corps réapparaissait petit à petit. Quand elle arriva à moins d'un mètre de moi, toute ma personne était visible sauf les jambes.

*Je pense que je vais cesser d'arrêter de comprendre tout ce qui m'arrive dans ce monde, c'est incompréhensible... L'essentiel est qu'elle soit redevenue elle-même*

Elle s'excusait, elle pensait pas que les choses iraient aussi loin et moi, subitement, la seule et unique chose que je trouvais à faire, s'était m'approcher d'elle et poser mes mains sur ses épaules. Elle était plus ou moins de ma taille et toujours dans le plus grand silence, ne lui répondant pas, j'examinais son épaule, là où se trouvait normalement la plaie mais je ne trouvais rien. Comment était-ce possible ?! On pouvait pas guérir d'une telle blessure aussi facilement... Il aurait fallut au pire l'emmener voir un médecin, je ne sais pas moi mais pas par magie ou claquement de doigt ! Mon regard se plantait alors dans celui de l'inconnue et je me décidais enfin à lui décocher quelques mots.

- Vous êtes vous-même désormais, c'est le plus important. Disais-je tout simplement, sans vouloir chercher à m'étaler sur le sujet. Quelque chose m'intrigue... Vous étiez blessée là, vous vous vidiez de votre sang et vous n'avez plus rien, qu'avez-vous fais ?

Je savais bien que c'était pas le moment de la cribler de questions comme ça et qu'il fallait d'abord sortir vivantes de cet endroit. Mais comment fallait-il faire ? Elle avait peut être une idée, elle ? Après tout, elle était capable de se métamorphosée et faire disparaître ses blessures comme si de rien n'était alors bon... Je m'attendais à des explications sur les lieux et si manque de chance, elle était pas plus avancée que moi... Autre chose m'interrogeais : Mon invisibilité qui avait cessé ? Comment, pourquoi ? Etait-ce dû à l'autre femme qui avait détruit mon sort lorsqu'elle s'était rapprochée de moi ?

*Raaaaaah ! Impossible de comprendre quoi que ce soit, j'espère qu'elle en sait long sur la vie ici parce que sinon, on est pas gagnée et enfermées comme des vieilles morues !*

- J'en oublie de me présenter.... Appelez-moi Anaïs et j'aimerai sortir de cet endroit.

***Si une divinité vit en ce monde, je prie pour qu'elle nous guide et nous aide à nous en sortir vivantes de là. Je lui en serai grandement reconnaissante...***

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Jeu 16 Juin - 17:46


Consciente de ce qu'elle venait de faire, Xiris décida de ne plus bouger, comme par peur de commettre une autre erreur... Elle savait pourtant qu'elle n'avait pas eu le choix que de se laisser gagner par la corruption du lieu, sinon quoi, il lui aurait été impossible de survivre à sa blessure. Mais le fait d'avoir manqué de tué une mortelle innocente, avait de quoi susciter la crainte ainsi que le dégoût... L'ancienne Déesse de la nature haïssait la mort et la destruction, surtout depuis qu'elle avait créé Umar. C'était d'ailleurs pour éradiquer cette dernière que Xiris était descendue sur Astrune ! Hélas, avant toute chose il lui fallait se sortir de cet enfer... Quand soudain, deux mains venant se poser sur ses épaules la firent sursauter ! C'était l'Humaine, elle était en train de redevenir visible... À cela, la jeune femme à la chevelure cuivrée comprit immédiatement qu'elle n'était pas originaire de ce monde. Son apparence physique n'avait rien de semblable à ce qu'elle avait pu voir chez les autres filles peuplant Astrune... Bien sûr, ce n'était pas pour autant une raison de la laisser mourir au coeur de cet endroit sinistre ! Après tout Xiris avait une dette envers elle... à savoir qu'elle venait de la traquer comme une bête. La moindre des choses était donc de tout tenter afin de la délivrer de cette prison forestière...

- Pardonnez-moi pour ce que je viens de faire... Dit-elle d'une voix penaude. Je n'étais plus moi même... mais... c'est aussi ce qui m'a sauvé la vie. Puis, dans un haussement de ton elle ajouta. Je vous avez dit de partir ! De vous éloigner de moi ! Pourquoi vous êtes-vous obstinée ?! J'ai failli provoqué votre trépas, vous le comprenez ça ?! Et si cela serait arrivé... la corruption qui m'habitait ne m'aurait jamais plus quitté !

C'était davantage la peur qui la faisait crier, plutôt que la colère... Quant à la présentation, il fallut un petit temps à Xiris pour se remettre de son choc. Car devenir brutalement le contraire de soi même n'était jamais simple à assumer...

- Excusez-moi d'avoir crié, Anaïs... Moi je me prénomme Lourine. Finit-elle par répondre quelques secondes plus tard.

Que pouvait-elle dire d'autre ? Elle s'en voulait trop pour entretenir une quelconque conversation... Et même si elle aurait su s'expliquer plus en détail, elle ne l'aurait pu ! Et pour cause ; une étrange puissance semblait se rapprocher, et bien que cela engendrait une émotion indescriptible, Xiris était certaine qu'il s'agissait de l'entité régnant sur cette forêt impie... Alors oui, il fallait se préparer au pire !


Toutes personnes amenées ici ne pouvait être attribué au hasard ! Pourtant, Anaïs n'était pas là selon la volonté de La Dame noire, pour une raison qui lui était encore inconnue, l'Humaine avait outrepassée la frontière séparant son monde de celui d'Astrune ! Un fait qu'elle devait à Illasera ! Quant à Xiris, elle aurait dû mourir face à Lupa... Un crime par intermédiaire que l'entité de cette forêt n'avait en aucun cas orchestré ! Il fallait voir plus haut pour ça. Or, comme rien ne s'était déroulé comme prévu, La Dame noire décida de reprendre les choses en main... Ce fut pour cela qu'elle fit en sorte que l'Humaine et l'ancienne Déesse se retrouvent en même temps au sein de la clairière qui faisait sa demeure. Leur avenir avait bien besoin d'un petit coup de pinceau, mais avant cela, l'entité avait dans l'intention d'expliquer deux trois choses à Xiris, histoire qu'elle cesse une bonne fois pour toute de nager dans le doute !

- Bienvenue en ces lieux ! Annonça une voix à l’intonation sage, suivie d'une apparition. Je suis La Dame noire, l'être qui veille sur le miroir du monde. Et vous vous êtes ; Xiris, et Anaïs. Les présentations étant faites, laissez-moi vous exposer la situation... Vous vous trouvez au coeur de Ednewlal, le sombre côté de Lalwende ! Ca aurait pu être n'importe quel autre lieu, mais j'ai une nette préférence pour celui-ci. Un court silence se fit. Xiris, vous auriez dû mourir face à Lupa, le loup-garou qui vous a poussé à la faute, soit ; goûter à la corruption de mon domaine ! Quant à vous, Anaïs, vous n'étiez pas invitée, mais vous remercierez Illasera pour votre venue fortuite. Elle qui vous coûtera votre Destinée !

- Pour... pourquoi n'a t-on jamais eu vent de votre existence ?

- Comment ça, vous ne me reconnaissez pas ? Alors peut-être que vous parviendrez à identifier mon autre profil ! Répondit La dame noire en posant pied à terre, avant de faire apparaître une autre personne à quelques pas derrière elle.


Non, c'était impossible ! Oracle ? Xiris ne la connaissait que de visage et de nom... Mais toujours était-il que ce n'était pas le genre d'être que l'on pouvait capturer comme ça ! Il devait forcément y avoir une explication...

- Oracle... Chuchota t-elle en baissant les yeux. Que lui avez-vous fait ? Pourquoi elle ne dit rien ?!

- Si vous voulez mon avis elle en a déjà trop dit. Par ses prédictions elle s'est avérée très utile pour le grand Dieu ! Je la fais parler, et en échange je peux la torturer à loisir. Étant donné qu'il s'agit de mon double, ma puissance s’accroît à chaque blessure que je lui inflige !

- VOUS ÊTES UN MONSTRE ! S'écria l'ancienne Déesse en imaginant les conséquences. Et qui est ce "grand Dieu" ?

- Je n'ai jamais prétexté le contraire. Et pour ce qui est de votre question, vous le découvrirez en temps et en heure, pas avant ! En attendant, vous avez un rendez-vous chère Xiris. Ravie de vous avoir rencontré ! Acheva t-elle en faisant un nouveau geste de la main.


À cela, deux yeux brillants surgirent depuis la pénombre... Ces derniers fixaient Xiris avec envie ! Il était évident que cette fois-ci, Lupa ne se loupera pas !

- Vous feriez mieux de courir. Lupa a très faim !

- Dans ce cas, qu'elle me mange ici ! Rétorqua furieusement l'ancienne Déesse.

- Je m'adresse avant tout à Anaïs, et après je vous abandonne à ses crocs, c'est promis. Répondit La Dame noire d'une voix impassible. Quel est le but qui vous amène en ces lieux, Humaine ?

Une question fort simple, mais à laquelle Anaïs aura tout intérêt de répondre sans mentir, sans quoi, La Dame noire le saurait. Et seulement après elles pourront discuter avenir ! En attendant, Lupa avait cessé ses grondements...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 14 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Lun 8 Aoû - 19:41

Le froid ambiant sciait toujours autant mon corps alors que je venais de saisir assez brutalement la femme en face de moi pour la rassurer et elle finit à son tour par s'excuser de ce qu'elle venait de faire. En même temps, si c'en était l'unique solution, je ne lui en voulais pas la moindre du monde. Mais je su me montrer un peu plus sévère lorsqu'elle me reprocha de ne pas avoir obéis à sa demande de fuir loin d'elle. Jamais je n'aurai pu faire une chose pareille. Être seule ici et d'un autre monde en plus, ça ne faisait que signer mon arrêt de mort. Fallait qu'elle me comprenne... Mais je comprenais ce qu'elle ressentait, j'aurai réagit de la même façon si les rôles avaient été inversés. Mais ce ne fut pas le cas. Alors je me contentais de la fixer du regard et laisser un léger sourire apparaître sur mes lèvres, probablement inconsciente de ce qui aurait pu se passer si j'avais fuis ou voulu être plus entreprenante sans garder mes distances. Mais je voulais la rassurer. Lui donne un peu de chaleur dans ce lieu froid et mort. Il fallait bien que je le fasse. Le moment qu'elle venait de vivre avait dû être dur à surmonter et à y résister. J'étais toujours là. De plus mon corps redevenait visible petit à petit pour me dévoiler aux yeux de Lourine qui venait tout juste de prononcer son prénom. Je pouvais à nouveau fermer les paupières et profiter pleinement de l'obscurité qui était le miens, sécurisant contrairement à celui qui hantait cette forêt. Même si c'était insignifiant, ma frange retombait devant mes yeux et le vert qu'était ma chevelure me rassura pleinement.

Mes mains toujours posées sur les épaules de Xiris, je pris la parole directement après ses dires pour ne laisser aucuns temps morts alors que l'ambiance commençait à se faire de plus en plus lourde... Que se passait-il ?

- Enchantée Lourine, ravie de vous rencontrer même si j'aurai préféré un moment plus agréable pour ça... Disais-je en retirant mes mains, les laissant parcourir ma silhouette pour me redécouvrir enfin après tant de temps. Je ne comprends pas ce qui m'arrive depuis que je suis arrivée dans cette forêt alors que...

Mon mauvais pré-sentiment s'avéra juste... Quelque chose venait, je ne savais pas quoi mais c'était mauvais, très mauvais. Etait-ce le retour du monstre ? Je ne l'espérai pas... En tout cas, elle m'avait coupé la voix cette présence soudaine et je dévisageait Lourine pour savoir si elle y comprenait quelque chose. Espérant qu'elle le ressentait aussi, au moins pour me rassurer que je ne devenais pas folle ou sujette à une autre malédiction. Fouillant du regard les alentours, il n'y avait rien mais l'air était lourd. Le froid agressait mes joues, mon regard se perdant dans la noirceur des lieux, la brise balayant ma frange qui frappait de temps à autre mon front qui transpirait très légèrement. Ma main agrippait à nouveau mon revolver et je tentais d'être la plus concentrée possible. Afin de réagir aux moindres mouvements suspects. Sauf que tout se déroula de l'unique façon que je n'avais pas imaginée... Une voix glacial retentit dans ce silence de mort et me fit sursauter. Mon coeur manquant de fuir sa cage thoracique à toute allure lorsqu'une apparition se produisit. Chaque pulsation en devint un supplice et je crispais ma main libre dessus en pensant atténuer la douleur.

*C'est quoi ce délire encore...*

Mais je ne pouvais pas dire un mot, je n'y arrivais pas, trop concentrée à reprendre mon souffle pendant que la femme, qui s'était matérialisée devant Lourine et moi, parlait froidement. Elle fit les présentation toute seule, connaissant déjà nos noms et se présentant comme étant l'entité de ces lieux : La Dame Noire. Je compris rien aux restes des noms, juste le "miroir du monde d'Astrune" que je pu retenir. Ensuite, d'une seule traite, elle évoqua ce qui aurait dû réellement se passer et je pu comprendre que je n'étais pas prévue à la fête vu à quel point je sentais les éclairs dirigés sur ma personne. Lourine aurait dû finir dévorée par le monstre et ça avait un nom ces choses en plus... Lupa, rien de très rassurant en plus. M'enfin, ce n'était pas le plus important. Même si au fond j'aurai préféré éviter de me retrouver ici, j'étais contente d'avoir sauvé la vie d'une personne comme jamais je n'avais réussis à le faire par le passé. Mais le pire n'était pas écarté... Alors que Lourine intervint dans le monologue de la Dame Noire, une autre personne fit son apparition et ce fut soudainement à ce moment que la femme à la chevelure cuivrée fut surprise. Elles se connaissaient ? Quant à moi qui ne suivait et comprenait rien, je me contentais de suivre les échanges comme en suivant une balle renvoyée d'un bout à l'autre.

- Oracle... ? Murmurai-je faiblement en déposant à nouveau mon regard sur l'entité des lieux.

Ca n'en finissait pas et Lourine finit par hurler sur la sombre femme qui ne sourcilla même pas. Restant complètement de marbre avant de faire un geste brusque à nouveau. Je n'aimais pas ça... Des yeux brillant sortir de la pénombre. Un souffle bruyant que je reconnu rapidement et une masse sombre en sortit ensuite. NON ! Lupa... Là, je fus la panique, mon coeur s'emballa et je recula de deux pas pour me mettre au même niveau que Lourine. Qu'allons nous faire face à ça encore ? Même l'esprit de tout à l'heure ne l'avait pas terrassé malgré la violence de ces coups. Mais le monstre ne fit rien, il attendit l'ordre d'attaquer alors que La Dame Noire porta son attention sur moi. Ses yeux me percèrent mais je ne baisserai certainement pas les bras ! Elle voulait que je lui explique ma présence ici et tout ça en ne mentant pas. Comment pouvait-elle le savoir si je mentais ? Devrai-je vraiment jouer la carte de la sincérité ? Parce que quoi que je fasse, Lourine était en danger et je devais faire quelque chose pour la sauver, au moins ça ! C'est pour cela que tout défila rapidement dans ma tête pour savoir quoi dire, dire la vérité et savoir comment formuler mes mots tout en devinant le genre de personne qu'elle était. Une chose était presque sûre pur moi, La Dame Noire devait être du genre à vouloir garder le contrôle de tout et n'aimait pas être en difficulté ou avoir tort, probablement. Donc en fin de compte, je devais éviter de jouer sur ses plates bandes là pour ne pas risquer ma vie et celle de Lourine plus qu'elles ne l'étaient déjà.

Eh bien, lançons-nous...

- Je n'étais peut être pas invitée ici, mais je l'ai été finalement parce que je dois traverser ce lieu et atteindre les vallées qui se situe de l'autre côté. Commençais-je à dire le plus calmement et clairement possible tout en me positionnant entre Lourine et Lupa. Je ne sais pas pourquoi je dois y aller, mais on me l'a demandé et je n'ai pas eu le choix de le faire. Mais une chose est sûre au fond de moi... Je protégerai cette femme de toutes mes forces !

Mes derniers mots avaient été lâchés avec une telle conviction et confiance en moi que je n'eu pas de peine à écarter mes bras vivement afin de protéger Lourine. Je savais bien que je ne pourrai pas tuer ce monstre, que je n'arriverai pas à la stopper si jamais elle bondissait d'un coup vu son poids. Mais même si j'avais peur, très même, je ne voulais pas être faible, je détestais ça !

- Je ne sais pas ce que vous attendez de moi précisément... Mais si il y a un moyens pour sauver mon amie, quoi que ce soit, je le ferai.

J'espérai réellement ouvrir un dialogue et faire en sorte que Lourine puisse s'échapper de là tout en priant de toutes mes forces Elfwyn ou un éventuel Dieu...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 16 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3350
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   Lun 12 Sep - 14:58

C'était le moment... la Destinée d'Anaïs allait s'accomplir dans les secondes à venir. La jeune Humaine allait enfin découvrir la raison pour laquelle elle se trouvait en ce monde. Je savais très bien que je n'étais point la cause de ce trou temporel, mais je savais aussi qu'il allait se produire. La mort de Xiris était écrite, un trépas contre lequel les Divinités ne pouvaient rien ! Selon ma vision, la Déesse de la nature aurait dû mourir lorsque Lupa lui a sauté dessus la première fois, quant à Oracle, ce n'était plus qu'une question de minutes. Jusque là, la présence d'Anaïs a contribué à la survie de Xiris, mais maintenant qu'elles se tenaient toutes face à la Dame noire, le point de non retour était atteint ! Mon entrée en scène allait sceller la discorde dans le plan machiavélique de l'entité, elle qui oeuvrait dans l'ombre depuis beaucoup trop longtemps. Oh oui elle allait faire souffrir Astrune, mais par mon action, je préservais la lueur d'espoir ! Sans quoi... nous mourrions tous, Divinités comprises.

Étant l'âme d'Astrune, soit un grand esprit pour les mortels, je possédais un lien privilégié avec Anaïs. Son talent qui lui permettait de conjurer l'au-delà, allait me permettre d'investir temporairement son corps afin de délivrer Xiris et Oracle, de cette impasse. Hélas, mon intervention allait la détruire, et non pas seulement son corps, mais son âme également ! Une bien triste fin, mais je ne pouvais reculer devant ce sacrifice... il en allait de la survie de tout un monde ! Ainsi, lorsque la jeune Humaine eut fini de s'expliquer, je ne laissai guère le temps à la Dame noire de reprendre la parole, et pour cause ; je me jetai littéralement dans le corps d'Anaïs ! Ma nature plus puissante anéantit instantanément la conscience de la demoiselle, ce qui me peinait quelque part, malheureusement... je ne pouvais faire preuve de pitié, ou encore d'état d'âme ! L'heure était venue de mettre un terme à toute cette folie !

- Votre grand Dieu n'aura point satisfaction, Dame noire ! Dis-je avec froideur de ma voix d'origine, et non celle de mon hôte. Xiris et Oracle, continueront d'exister en dépit de toutes vos machinations ! C'est Elfwyn qui vous le garantit !

J'étais vraiment furieux ! Ce fut pourquoi je ne daignai entendre sa réponse ! Enveloppé d'une intense lumière immaculée, le corps d'Anaïs disparut l'espace de quelques instants, instants pendant lesquels la Dame noire put me voir sous ma véritable forme ! À la suite de quoi, lorsque l'Humaine retrouva sa place légitime, elle explosa en un éclat plus éblouissant que le soleil lui même ! Plongeant ainsi la sinistre forêt dans une illumination qu'elle ne sera pas prête d'oublier ! La vague de lumière expédia la Dame noire hors de la frontière de son propre domaine, sans oublier que dans le même temps, celle-ci aspira Xiris, Oracle et Lupa, au sein de son manteau aveuglant.

Après quoi, lorsque l'éclat cessa d'irradier, il ne resta plus rien d'Anaïs. La jeune Humaine venait de disparaître, favorisant ainsi la libération de la Déesse de la nature, mais aussi celle de Oracle, et plus tristement... celle de Lupa. Les captives s'en étaient retournées sur Astrune, leur laissant de ce fait, la possibilité de reprendre leur Destinée en main ! À commencer par Oracle qui dés que ses pouvoirs lui seront entièrement revenus, repartira pour le monde Céleste afin de rassurer, puis expliquer à sa soeur Loominëi, tout ce qu'elle venait de traverser. Quant à Xiris, les gens ne devraient plus tarder à la voir reparaître... sa quête n'ayant point encore touché à son terme, l'ancienne Divinité n'aura d'autres choix que de la poursuivre.

[Annonce : Anaïs vient d'être sacrifiée pour la salut d'Astrune Exclamation]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 20 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une angoisse oppressante...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une angoisse oppressante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ TERRES SECRÈTES ~ :: La Dame noire-
Sauter vers: