AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Marche vers l'inconnu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Marche vers l'inconnu   Ven 18 Juin - 3:04

[ Arrow vient du fleuve]



Alessa avait aussitôt obéi à Miranda et, malgré ses membres endoloris par la fatigue accumulée depuis qu’elle avait laissé Salyndra à son triste sort, avait accéléré encore plus la cadence. C’était d’ailleurs plus prudent et la proximité d’une Nandis en feu et peut-être en sang inquiétait quelque peu la sirène. Qui savait ce qui se passait là-bas ? La blonde n’en avait aucune idée, il était vrai aussi qu’elle ne s'intéressait guère à ce qui se passait en dehors de ses eaux bien-aimées. Certes, elle était déjà allée sur les terres voisines de Thelxépia mais ce ne fut que de brefs séjours et, du reste, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas quitté l’océan. Une guerre s’était peut-être déclarée ? Dans l’absolu, elle n’en avait rien à faire. Les autres peuples ne la concernaient pas et peut-être que, d’une certaine manière, cela pouvait bénéficier aux Nagas... Quoi qu’il en soit, si elle pouvait éviter de s’approcher davantage de Nandis, elle s’en porterait bien mieux. Mieux ne valait pas chercher exprès les ennuis alors qu’elle aura déjà certainement son lot lors de sa quête. Aussi aventureuse qu’elle était, la jeune ondine avait rarement rencontré ce genre d’affrontement. Bien sûr, elle n’était pas étrangère aux combats. Bien qu’elle n’était qu’une prêtresse avec il fallait bien l’avouer peu d’arguments combatifs, le monde sous-marin n’était pas peuplé que de créatures pacifiques et la sirène avait donc appris à se défendre tant bien que mal. Ou du moins à réussir à dissiper des situations qui auraient été autrement catastrophiques pour elle. La fuite était aussi une bonne option qu’elle utilisait souvent quand elle se savait dépassée par les évènements. L’instinct de survie était tout de même plutôt fort chez son peuple.

Miranda ralentit alors l’allure, annonçant ainsi qu’elles étaient parvenues à leur destination. Remontant à la surface, Alessa sortit la tête de l’eau et regarda curieusement autour d’elle. La grande plaine s’étendait là devant leurs yeux, vaste étendue inconnue pour la prêtresse qui sentit alors son cœur s’emballer. C’était enfin le moment ! Si les indications de la guerrière étaient bonnes, Nalaan était passée par là et avec un peu de chance, elle pourrait trouver rapidement sa trace. Cela faisait longtemps que les sœurs Ker’Maloch n’avaient pas été réunies et la Sirène avait hâte de la revoir. Bouleversée à l’époque par son départ soudain, elle lui en avait voulu et avait ignoré ses messages, chose qu’elle regrettait à présent. Son silence était désormais inquiétant et il fallait absolument qu’elle s’assure qu’elle aille bien. Et, qui sait, peut-être même qu’elle la rejoindrait dans sa quête.

Pendant ce temps, sa compagne de route avait déjà grimpée les quelques rochers qui les séparaient de la terre ferme. A la voir cela paraissait facile mais Alessa découvrit très vite que ce n’était pas une tâche si aisée que ça. Agrippant le bord d’une roche de ses mains, la jeune ondine essaya de se soulever mais l’eau, le poids de sa queue et le trident la gênait terriblement. Elle n’était qu’une frêle prêtresse et manquait de force pure. Cependant, la blonde ne voulait pas perdre la face auprès de Miranda. Si elle ne pouvait pas franchir ce premier obstacle sans assistance, elle douterait certainement de sa capacité à réussir sa mission pour Nyullie. Serrant les dents, Alessa posa le trident sur le premier rocher et, s’en servant comme appui, se hissa de toutes ses forces. Progressivement, grâce à cette aide providentielle, la femme-poisson escalada ce barrage et tomba finalement sur la plaine, les nageoires frétillantes et le souffle un peu court. La pesanteur était toute autre en dehors de l’eau et, clairement, elle n’avait pas l’habitude de ce genre d’exercice.

A ses côtés, Miranda avait déjà pris sa forme humaine aussi Alessa se redressa sur ses avants-bras et se concentra elle aussi sur sa transformation. Même si cela faisait un moment qu’elle ne l’avait plus fait, l’instinct était toujours présent et l’exercice fut vite réalisé. Très vite, de longues jambes fines remplacèrent son imposante queue de poisson et ses vêtements d’humaine se matérialisèrent sur son corps. Agitant un instant ses nouveaux appendices pour retrouver des sensations quelque peu oubliées, la prêtresse s’appuya ensuite sur le trident pour se mettre debout. Les jambes tremblotantes, elle fit un premier pas avant de tituber et de tomber lourdement sur l’herbe fraîche. Évidemment c’était attendu, il y avait toujours un temps d’adaptation pour les Sirènes, toutefois il ne fallait pas tarder et quitter les parages au plus vite. Même si les deux femmes étaient protégées par l’obscurité de la nuit, les clameurs de Nandis n’étaient pas faites pour rassurer. Se relevant à nouveau, la blonde tenta un autre pas hésitant, tout aussi vacillant que le premier, mais elle parvint tout de même à ne pas chuter une seconde fois.

**Je sais pas ce qui se passe à Nandis mais tu as raison, il vaut mieux ne pas traîner ici. Heureusement qu’il fait si sombre, personne ne risque de nous voir** remarqua Alessa en serrant sa cape contre elle.

L’odeur prononcée de fumée et de feu qui parvenait à ses narines était plutôt déplaisante et Alessa était pressée de mettre la cité bien loin derrière elle. Après quelques pas, sa démarche se fit plus assurée et elle avança sur l’immense étendue herbeuse qui paraissait si mystérieuse à cette heure nocturne. Plissant les yeux, la curieuse prêtresse scrutait les alentours mais, hormis de vagues contours qui signalaient la présence de nombreuses collines, il n’y avait rien de bien intéressant. Tournant ensuite le dos à Nandis, elle regarda un instant droit devant elle, excitée et effrayée à la fois de ce qui l’attendait, avant de rejoindre Miranda. La forêt était encore loin et il leur faudrait un moment pour traverser toute la plaine. Elles se mirent alors en route, le silence se faisant sentir de plus en plus au fur et à mesure qu’elles s’éloignaient de la ville. L’endroit était vraiment désert à cette heure-ci et seuls les bruits de la nature se faisaient entendre.

** Miranda... Tu as dis tout à l’heure qu’il ne fallait pas sous-estimer les fées... qu’elles ont des sortilèges vraiment dangereux... J’avoue que j’ai du mal à imaginer comment des créatures pareilles puissent avoir de tels pouvoirs... Et puis, de toute façon, elles sont pacifiques, non ?**

Il allait sans dire que les dires précédents de la guerrière avaient fait naître le doute dans son esprit. Jusqu’ici, Alessa n’avait jamais voulu reconnaître qu’il était possible que sa sœur ne soit plus en vie. Pour elle, son aînée était indestructible et ne pouvait certainement pas être inquiétée par ces misérables petites fées. Mais maintenant, même si Miranda lui avait assuré que Nalaan était toujours de ce monde, elle s’inquiétait. Si la prêtresse se trompait vraiment sur ces créatures, tout était possible...

~ Il est 1 heure 10 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Mar 29 Juin - 20:41

[Hrp.: Arrive de "Aux sons des grillons ..." Ici]

Jamais, même dans sa précédente vie, elle n’avait vécu une telle montée d’adrénaline et une si intense faiblesse. Elle se sentait tout de même humiliée. Dire que c’était une bête qui la casait dans un tel état d’angoisse. À force, elle terminera avec l’estomac troué, elle ne tiendrait pas et son petit cœur lâchera rapidement en implosant dans sa poitrine. La pression de son sang devait être atroce à subir pour ce dernier. Pour dire, Rita venait de courir sans arrêt, quelques heures à la suite et, avant cela, elle était déjà si épuisée qu’elle venait presque de se donner le coup de grâce. Fuir cette bête en débarquant dans les plaines. Était-ce réellement la meilleure solution possible ? Sachant que dans cette zone ouverte, elle pourrait se faire tuer de n’importe quels côtés mais, aussi, espérer la voir arriver et riposter à sa charge. La demie-Elfe s’en sentait capable, elle ne se laissera pas mourir ! Il lui fallait retourner vers Emy … Actuellement, elle était allongée dans l’herbe humide et ses jambes n’étaient plus dans la capacité de la soutenir pour le moment. Ignorant ce que son corps lui disait, elle forcera et parviendra à ramper, s’appuyer sur une pierre et à s’asseoir dessus tout en repérant une silhouette puis, quelques secondes ensuite, une deuxième apparut, plutôt familière.

Distinguant premièrement une simple masse noire, faiblement éclairée par la lune. Plus elle approchait, mieux elle pourrait deviner de qui il s’agissait : Irael ! Surprise, ses yeux devinrent rond, elle ne lui avait pas dit de fuir ailleurs, si ?! Sentant l’angoisse monter, des tremblements dans ses bras apparaître, elle savait maintenant que Lupa allait venir par ici et ses chances de pouvoir survivre était tombée à zéro, même en dessous, à cause de cet homme ! Soudainement plongée dans une colère noire, sa fatigue s’éclipsera et la jeune fille se lèvera, partant en direction du mage, les poings serrés. Elle n’avait nullement l’intention de ménager sa haine soudaine contre ce dernier et, pour cause, toute la plaine allait pouvoir l’entendre hurler à son égard.

- ESPECES DE CRETIN ! Commencera-t-elle en empoignant son col, serrant de toutes ses forces, manquant de le gifler. JE T’AVAIS DIS D’ALLER AILLEURS, DE NE PAS ME SUIVRE ! ET LA SEULE CHOSE QUE TU TROUVES A FAIRE, C’EST CA ! T’ES PLUS CON QU’UNE LIMACE, MA PAROLE ?! AS-TU PENSE AUX CONSEQUENCES DE TA PRESENTE CONNERIE, AS-TU REFLECHIS NE SERAIT-CE QUE DEUX SECONDES !? SUREMENT PAS ! Finira-t-elle par dire en relâchant son emprise sur lui et le poussant brutalement en arrière. T’es qu’un idiot !

Oui, vous venez tout simplement d’assister à un pétage de plomb de la part de votre chère Rita qui, normalement, est toujours si calme et garde son sang-froid. Mais la situation, qui ne cessait de s’enchaîner avec d’autres, empirant à chaque fois, avait eu le don de mettre la jeune fille hors d’elle. En tout cas, toutes personnes aux alentours sauraient qu’il y avait une folle furieuse dans le coin et qu’il faudrait éviter de se diriger dans la direction de la dite voix. Dégageant son regard noir, empli d’une envie de meurtre sur le mage, la jeune fille se rappellerai facilement qu’il y avait une autre silhouette pas trop loin encore. Elle allait tout de même s’excuser pour qu’elle ait dû assister à cette scène. Se raclant la gorge, elle inspira et passera une main sur son front, se rendant compte qu’elle avait même de la boue sur la figure. En même temps, elle était tombait si souvent, ce n’était même pas étonnant.

- Excusez-moi pour cette scène mais … Qu’est-ce ?!

Un hurlement venait de percer le silence de la nuit, fraîchement installé après l’embardée que Rita avait faite en hurlant sur le magicien de la glace. Un cri venant droit de Lupa, la chasse était lancée pour elle et elle n’avait plus qu’à se ruer joyeusement sur ses proies qui, au final, se trouvaient exactement au même endroit, toutes les deux. La colère de la demie-elfe était nettement lisible sur son visage et son regard aux couleurs désordonnées était planté sur la masse noire qu’était la forêt dans la nuit. Surplombée par les collines d’Umar. Comment devrait-elle maintenant appréhender ce qu’il allait se passer ? Pourrait-elle espérer vivre ou mourir sans la moindre espérance ? Devenir un loup-garou comme elle ? Elle n’en savait rien … La colère cédera sa place à l’inquiétude alors que les secondes s’écoulaient lentement, trop lentement et le temps finira par s’arrêter, pour elle. Plus rien ne parvenait à ses oreilles, elle n’entendait que son cœur battre, sa respiration bruyante et rapide qu’elle tenait de contrôler avant de sentir des vibrations dans le sol. Était-ce son imagination ou la bête ? Difficile à dire mais en tout cas, la réponse n’allait pas trainer puisqu’un grognement finira par la faire sursauter, faisant un volte-face sur ses talons. Son regard fusillait la pénombre, se mordant la lèvre inférieure, elle serra les poings et s’attendait au prochain grognement.

*Montres-toi …*

À peine l’avait-elle pensé que Lupa jaillira dans son dos, étant la plus proche de celle-ci, elle sera la première touchée. Ayant juste le temps de se retourner, voir l’horreur bondir sur elle et se faire bousculer tout en lâchant un cri aigu, du sang jaillissant de son bras gauche, son corps tombant lourdement sur le sol. Une seconde lancée de douleur lui fera dévoiler à ses yeux qu’elle n’était pas loin d’avoir perdu un bras si la louve aurait été plus franchement. Cependant, elle avait trop mal pour pouvoir se concentrer sur la suite et tâchera de se redresser le plus rapidement possible. Elle percevait la bête proche, grognant comme si elle voulait attaquer avant d’entendre des sifflements, doucement et s’approchant d’eux, ensuivit d’un joli bruit d’impact dans une chair musclée. Intriguée de savoir ce qu’il se passait, elle tournera la tête dans la direction de la louve qui se relançait sur le mage mais d’autres flèches fendirent sur elle, enflammées. N’exprimant rien … Ni de la joie, ni de la surprise ou de la peur, elle observait la scène et soudains, une voix féminine leur hurlera de se replier sur Nandis, rapidement !

*Qui est-ce … ?!*

- Lupa … Où est-elle aussi ?! Se murmurera-t-elle en parvenant à se remettre droite, tournant dans tous les directions possibles pour tenter de repérer la louve. … Elle s’est enfuie ?

Sa main droite crispée sur son bras gauche, elle avait mal, elle serrait les dents pour ne pas laisser aller ses plaintes. Elle en voulait à mort à la louve. Se penchant en avant, elle finira par s’accroupir et, serrant sur la plaie, elle sentit son regard dérivé et devenir flou, un vertige violent la prenant d’assaut. Une forte nausée n’aura même pas prit le temps de signaler son arrivée que Rita ne put se retenir de vomir. Tout ce stress … Ce mal, ce sang perdu, la peur … Il y avait de quoi la mettre dans un état pareil. Mais elle ne devait pas être faible, elle ne devait plus l’être ! Pour Emy, pour Soomïne, il le fallait ! Pensant simplement à elles, elle arrivera à se relever, passant le dos de sa main gauche sur sa bouche et tirer une grimace de dégoût, la replaçant ensuite sur sa profonde entaille dont le sang s’y écoulait comme l’eau dans une fontaine. Pourrait-elle seulement arrêter l’hémorragie ? Il le fallait avant que ce ne soit trop tard. D’ailleurs, pour se faire, elle arrachera sa manche gauche pour mettre la blessure à l’air avant de mettre un bout du tissu entre ses dents et garder l’autre bout dans sa main droite. Rita se débrouillera comme elle le pourra pour faire un bandage en serrant le plus fort possible, sans pour autant bloquer le passage sanguin, juste de quoi cesser l’écoulement …

Ce fut seulement après cela qu’elle portera son attention sur la nouvelle venue, une jeune femme à l'apparence rassurante, tenant un arc, elle était l'auteur des tirs sur la louve et c'était aussi elle qui avait sauvé à temps le magicien de la mort … Enfin, les nouvelles venue puisqu’une jeune femme portant un arc, elle aussi, vêtue d'une cape, l’accompagnait. La première était celle qui leur avait ordonné de se rendre sur Nandis mais, maintenant, elle leur demandera de ne plus bouger … D'ailleurs, Rita remarquera la présence de la silhouette qu'elle avait repéré plus tôt. Irael et elle, involontairement, venaient de mêler ses personnes dans leurs problèmes. Parviendront-ils à s'en sortir ? Seulement ... Lupa rôdait toujours et Rita n’en pouvait plus, se voyant obligée de refouler sa rage pour le moment, ayant comme un très mauvais pressentiment, sa blessure lui faisant terriblement mal. Presque timidement, parlant pas trop fort non plus, laissant le souffle du vent glacial lui caresser le visage, elle déclarera à l’égard des deux nouvelles inconnues.

- Merci … Sans vous, on serait mort.

~ Il est 1 heure 16 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Mer 30 Juin - 0:06

J'arrive du même endroit que Rita... Arrow

Les minutes s’écoulaient comme les grains d’un sablier. De façon constante, lentement et inexorablement. Clare, toujours perchée sur son arbre, restait particulièrement attentive au moindre détail. C’est dans ces moments là qu’elle regrettait de ne pas avoir l’infravision. Même s’il s’agissait d’une Elfe, elle n’avait pas héritée de ce don. Et oui… c’était parce qu’elle avait héritée de bien mieux : l’Œil d’Argent. Même si la nuit était plutôt obscure, elle réussissait à distinguer les silhouettes. Il y eu un autre hurlement à la mort…

*Elle est vraiment excitée…* Constata l’Elfe d’Argent un peu anxieuse.

Lorsque soudain, ses yeux virent une masse noire passer en une fraction de seconde pour disparaître dans le dos de la colline juste un peu plus loin. Clare se redressa d’un coup manquant de tomber de sa branche. Elle retira rapidement sa flèche et la rangea dans son carquois. Même si elle détestait ça, elle emploierait les grands moyens ! Pour ce faire, elle ferma son œil droit un bref instant, son œil gauche continuant de fixer attentivement le petit groupe pour ne rien perdre de vue. Lorsque soudains son œil droit se rouvrit pour laisser apparaître une rétine argentée et légèrement scintillante. Clare ferma alors son œil gauche ne pouvant supporter le choc de vision entre chaque œil. Elle voyait à présent très clairement le petit groupe, distinguant même de la boue sur l’une des deux personnes… Son Œil d’Argent se déplaçait très rapidement dans son orbite. Clare analysait chaque détail qu’elle apercevait. Son cerveau peinant même à suivre le rythme. Elle banda néanmoins son arc, sans flèche, droit vers le petit groupe. Elle inspira un grand coup et se concentra, avant de murmurer comme à elle-même :

-Précision… 250%... Vitesse… maximal… Chance d’esquiver… proches de 0%…

Soudain des grains de lumière aussi gros qu’une luciole matérialisèrent une fine flèche lumineuse en se serrant les uns aux autres. Il ne manquait plus que la cible… Cette dernière ne tarda pas du tout. Lupa se jeta littéralement sur la fille qui avait de la boue au visage et lui griffa le bras avec violence. Du sang gicla de la plaie qui semblait méchamment profonde. Mais l’Œil d’Argent ne s’attarda pas sur la plaie de la victime et chercha rapidement sa proie. L’Hybride se jetait déjà sur l’homme qui accompagnait la demoiselle. Mais tout à coup, une flèche de feu pénétra la peau de la louve. Clare fut quelque peu étonnée de voir une flèche qui en plus, n’était pas la sienne. Il y avait donc un autre archer dans les environs ? En plus elle était plutôt douée pour toucher la bête. Peut-être était-ce un autre membre de l’Organisation… L’Elfe d’Argent décida d’enquêter là-dessus plus tard. Saisissant sa chance alors que Lupa était déconcertée, la chasseresse tira sa flèche. Sous la puissance de cette dernière, un sifflement aigu se faisait entendre. Mais le petit groupe ne l’entendrait que dans les dix derniers mètres de sa course. Alors que son projectile, aussi visible qu’un feu d’artifice dans la nuit, fendait l’air, Clare avisa que d’autres flèches se plantaient dans la peau de la louve.

*Sa peau n’est pas très résistante. Si ma Flèche Salvatrice la touche, elle pourrait peut-être mortellement la blesser…*

Sur ce point, elle avait peut-être raison. Après tout, ces flèches de la nuit perçaient aisément toutes armures… Alors si la peau de l’Hybride était en plus comparable à celle d’un être vivant normal… Clare bondit de sa branche et se réceptionna comme elle put sur le sol. Heureusement qu’elle était agile, elle aurait pu se tordre une cheville... Mais elle devait profiter des deux minutes de son héritage. Elle ne pourrait pas le réutiliser trop rapidement après. Et deux minutes… ça filait vite. Alors qu’elle courait à toute allure vers le groupe, l’Elfe décocha deux flèches normales alors que Lupa était dans son champ de vision. Et trois autres en essayant d’anticiper ses déplacements en fonction de la direction qu’elle avait prise. Mais rapidement elle ne la vis plus. Moins d’une minute plus tard, la chasseresse arriva essoufflée sur les lieux de l’attaque. Elle profita encore de l’activation de son Œil d’Argent pour observer les environs, mais Clare ne vit pas la louve. Alors elle désactiva d’elle-même l’utilisation de son œil afin d’éviter d’inutile pertes d’énergie. La jeune femme avisa cependant que deux des trois flèches qu’elle avait envoyée, en tentant d’anticiper les actions de Lupa, étaient plantées dans le sol. Mais la troisième restait absente.

*Je l’ais touchée !* Se dit-elle satisfaite alors qu’elle ramassait ses deux flèches.

Puis elle se tourna vers les victimes. Une nouvelle venue se tenait à ses côtés. A en juger par son arc, c’était elle qui avait touchée Lupa. Clare l’observa attentivement. S’était la première fois qu’elle la rencontrée. Elle leurs demandait de ne plus bouger et qu’il fallait rester groupé.

-Je suis d’accords, fit alors mélodieusement Clare avec voix elfique. Pardonnez-moi de ne pas avoir décochée ma flèche plus tôt… mais Lupa était dans mon angle mort. Savez-vous si je l’ais touchée avec ma Flèche Salvatrice ? Si oui, c’est jour sont peut-être comptés…

Ses yeux se posèrent sur la demoiselle qui avait subit l’attaque. Etonnamment, cette Demie-Elfe s’était déjà relevée. Pour le peu que la chasseresse avait vu lorsqu’elle avait activé la face cachée de son œil droit, elle avait plutôt l’air frêle. Cette personne avait donc un mental d’acier.

-Attendez… laissez-moi voir votre plaie. Voyageant seule, je m’y connais un peu dans ce domaine…

Sans attendre de réponse positive ou négative, l’Elfe attrapa fermement le bras de l’inconnue tout en évitant soigneusement la plaie. Puis elle se pencha sur la blessure et fit légèrement la moue avant de lâcher un bref « c’est pas beau à voir ». Elle lâcha le bras de la jeune femme et déchira promptement et avec force un lambeau de sa cape. Puis elle rattrapa le bras et enroula sa cape autour de la griffure. Cette fois-ci elle n’y allait pas de main morte. Elle serra fortement le bandage de premier secoure avant de créer un petit nœud.

-Et voilà le travail. Je ne peux rien faire de plus pour l’instant. Lupa rôde peut-être toujours. Si on est en vie après ça, je pourrais soigner ta plaie avec des herbes médicinales. Mais si je ne survie pas, trouve toi un médecin rapidement ! J’ai stoppée le saignement, mais il n’est pas dit que ça s’infecte.

Elle regarda la Demi-Elfe dans les yeux et lui lança un beau sourire réconfortant. Il n’était pas rare qu’elle aide des victimes comme celles-ci. Surtout lorsqu’elles étaient sur son chemin. Clare n’avait pas rejoint l’Organisation pour laisser crever les proies des monstres qu’elle traquait… Son attention revint sur les environs. Elle ressortit son arc de son dos, l’ayant rangée momentanément pour examiner la plaie de la demoiselle. Et encocha une autre flèche. A présent cela allait être plus dur de toucher l’Hybride en pleine nuit sans son fameux héritage… Qu’allait-il se passer ? Lupa était-elle entrain d’agoniser à causes de ses multiples blessures ? Suite au prochain épisode.

~ Il est 1 heure 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Ven 16 Juil - 12:39

(Hrp) Je viens à votre rencontre (/Hrp)

Allongé de tout son long dans l'herbe fraîche, Adenar contemplait le ciel d'un air rêveur. Une légère brise caressa son visage et fit voleter sa chevelure d'argent. Le dos de sa main caressa l'herbe qui dominait la plaine. Ce contact avec la nature, il l'appréciait au plus haut point. Le temps semblait suspendu, et il n'était pas rare que l'impur veille toute la nuit, dans l'attente de contempler la prochaine venue de l'astre du jour.

Son avancée dans les plaines avait été particulièrement timide en ce jour. Le temps n'avait en rien une quelconque influence sur lui, il errait sans véritablement connaître le but de son voyage. Ces vastes plaines étaient également un lieu très intéressant pour l'herboriste qu'il était. Comme tout endroit recouvrant ce vaste monde, chaque environnements possédaient un trésor. Une nature particulière et unique en son genre. Quelque spécimens vinrent compléter les nombreuses herbes et plantes qu'il possédait déjà, tel qu'un magnifique plant de Sadive aux feuilles charnues et de couleur brunâtre. De quoi combattre une forte fièvre. Tout comme le Dinéa aux multiples vertus reconnaissable par ces fleurs rouges et odorantes. Enfin, La Talas, l'Olit et la Sague trouvèrent respectivement leur place dans l'une des bourses de cuir qui ne quittait jamais sa fameuse ceinture.

La nuit était tombée rapidement et il avait décidé de ne plus avancer davantage. Un peu de repos ne lui ferait pas de mal. Il avait donc trouvé un endroit tout à fait propice pour l'accueillir. Un lieu quelque peu retiré tout en lui conférant une vision étendue des environs.

Adenar s'interdit un bon feu malgré la fraicheur de la nuit. Bien qu'il n'était pas particulièrement sensible au froid, il aimait noyer son regard dans les flammes. Mais un feu dans un tel endroit, à découvert de surcroît, serait bien trop visible. Il attendrait d'être davantage à couvert, à l'abri de collines afin de pouvoir profiter de la douce chaleur d'un brasier.

Il prit son sac de cuir qui l'accompagnait partout tel un fidèle compagnon, et saisit une petite boite de bois garnie d'étranges sillons sur son sommet. L'ouvrant délicatement, un effluve sucré lui parvint jusqu'au narines. De la Mélune réduite en poudre. Mélangée à de la sève d'Azelas, la mixture ainsi obtenue donnerait naissance à un puissant désinfectant. Il lui en restait suffisamment mais il faudrait en préparer à nouveau. Outre la présence de nombreuses créatures, la mort pouvait porter également le masque de la maladie, d'une terrible fièvre ou encore celui d'un poison fulgurant. L'abondance de potions et de décoctions en tout genre, n'était pas un luxe, surtout lorsque les voyages menaient dans des zones particulièrement hostiles. Il referma la petite boite contenant la précieuse poudre et jeta son regard à l'horizon. Tout semblait parfaitement calme, pourtant, il lui avait semblé durant un court instant apercevoir une quelconque lumière venant du sud. Détournant son regard de cette improbable lumière, l'impur retourna à ses songes et repris sa position initiale. A nouveau allongé, ses paupières devinrent de plus en plus lourdes. Il payait la fatigue accumulée depuis de nombreux jours à force de veiller.

Tout devint subitement flou, la fatigue l'enveloppant peu à peu. La douce étreinte des rêves fut de courte durée, un terrible hurlement déchira la nuit. Un vent glaciale le parcourra et il sursauta de plus belle. Se relevant tout en titubant, il se tourna en direction du hurlement. Son excellente ouïe confirma une étrange pensée. Le hurlement provenait du sud, non loin où il avait cru observer une vive et éphémère lumière. Il était difficile de juger précisément d'où venait ce terrible cri, mais Adenar était catégorique, la distance qui le séparait de la « chose » n'était pas aussi importante qu'il l'aurait cru.

L'Impur saisit son sac et jeta un regard vers la source probable de sa prochaine destination. Un but de voyage s'offrait à lui, une incroyable opportunité de quitter la monotonie qui le hantait depuis bien trop de temps.

- Il y a bien longtemps que je n'avais plus ressenti un tel mélange d'excitation, de peur et de curiosité. dit il d'un air amusé.

~ Il est 1 heure 17 ! ~


Dernière édition par Adenar Valador le Sam 17 Juil - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Ven 16 Juil - 23:39


Le monstre avait disparu, et seule la jeune femme aux yeux vairons était blessée... Ouf, ça aurait pu être pire ! Néanmoins, il ne fallait pas minimiser le danger qu'elle encourait, car déjà son sang permettrait à la bête de mieux la repérer, et toute cette perte n'allait faire que l'affaiblir ! Malheureusement, dans leur course pour leur survie, deux autres personnes furent interceptées, et bien sûr, ça les noyait elles aussi dans les ennuis... Erinaë était quant à elle, en train de surveiller les alentours, dés fois que ce loup gigantesque effectuerait une deuxième charge ! Pendant ce temps, l'autre archère qui avait suivi son arrivée, s'occupait de la demie-Elfe et de son bras blessé... Ne disposant d'aucune magie curative, la jeune femme fera de son mieux grâce à un bandage providentiel. Étant une rôdeuse, Erinaë possédait quelques pouvoirs qui pourraient parvenir à cette fin... Faute de temps, elle fut dans l'obligation de reporter cette attention pour d'avantage se concentrer sur ce qui les guettait ! Le monstre n'était pas loin, c'était certain, mais il était impossible de le voir... pourquoi ? Car déjà il avait un poil aussi noir qu'une nuit dénuée de Lune, mais aussi une capacité à chasser sans être vu, hors du commun !

- Calmez-vous et respirez le moins bruyamment possible... Dira t-elle doucement. Il n'y a que comme ça que l'on pourra y faire face.

Le vent soufflait toujours, et la créature avait du se positionner dans son sens contraire, de façon à ne pas perdre leurs odeurs malgré la distance ! Que c'était stressant, il n'y avait pas le moindre bruit autre que celui de ce souffle invisible... Erinaë se demandait tout de même comment un tel monstre pouvait parvenir à se faire si discret ? Après cette pensée, la rôdeuse sortira plusieurs flèches de son carquois, et les plantera dans la terre juste à côté d'elle... Par cette manoeuvre, elle s'assurait une cadence de tir bien plus élevée, dans le cas ou elle serait contrainte de canarder le loup géant ! En tout cas une chose était sûre... l'immensité de la grande plaine les rendait tout aussi fragile que des moucherons en fin de vie...


Peu après avoir pris forme Humaine, Miranda fera un petit clin d'oeil en direction de Alessa, elle qui venait tout juste de finir son escalade. La guerrière était fière de l'élue de Nyuulie, car rares étaient les prêtresse dotées d'une telle forme physique, et grâce à cela, elle put hisser ses quatre-vingt kilos sans trop de problème... Bien sûr, une fois qu'elle se sera métamorphosée, son poids diminuera pratiquement de moitié ! Les premiers pas seront laborieux, tant pour l'une que pour l'autre... Mais à force de persévérance, les deux Sirènes parviendront à leur fin. Néanmoins, Alessa se questionnait quant à cette agitation au coeur de Nandis, alors, peut être qu'elle pourrait en savoir plus en le demandant directement à Miranda...

- Ziueee... Oups... Tiu siais, tiu pieux piarlier niormialiemient à l'iair libre... S'étant rendue compte de sa déficience oral, Miranda se raclera un coup la gorge, dans l'espoir d'y remédier. Piardon... mion... mon... ar..ti..cu..la..tion est encore à rievoir... Mais sache quie la télépiathie est optionnelle désiormais. Après quoi, la Sirène se tut quelques instants, afin de pouvoir répondre à Alessa en ce qui concernait Nandis. Et bien... Je ne siais pas, miais tu sais, l'être Humain n'a guière besoin de motiviation pour fiaire ce qu'il fait ! Continuons pliutôt notre avanciée Alessia !

Sur ces mots arpentés d'un accent très prononcé, Miranda reprendra la marche, alors que l'élue de Nyuulie la suivait comme elle pouvait... Mais très vite, ses nouvelles jambes se feront moins molles, et lui permettront ainsi de mieux se tenir debout ! De ce fait, Alessa put accélérer en plus d'aborder un autre sujet, celui des Fées... Cette dernière avait beaucoup de mal à les imaginer avec des pouvoirs plus grands qu'elles, cela pouvait se comprendre...

- Oui elles siont pacifiques Aliessa... Mais pas envers nous, siurtout pas ! Notre barbarie est inscrit dians leur gêne, ce qui fiait qu'elles n'hésiteront pas à nious attaquier à vue ! Quant à lieur pouvoir, je te cionseil de ne pas les sous estimier, car je suis ciertaine que les trois quiarts en ont plus que toi !

Ceci étant dit, la guerrière poursuivra sa marche... Quand tout à coup, tout un groupe de personnes arriveront en courant dans leur direction ! Aussi vive qu'un félin, Miranda dégainera son arme qui s'avérera être un trident, mais tout de même moins imposant que celui d'Alessa. Prête à les embrocher, la Sirène s'élancera sur eux quand soudainement... un terriblement hurlement se fera entendre ! À cela, Miranda stoppera net son action, en attendant de découvrir ce qu'il se passait...

- ARRIÈRE ! Je ne le riépèterai pas ! Dira t-elle, tout en se faisant menaçante. Que vioulez-vous ?!

Voyant sa tentative d'intimidation échouer, Miranda comprendra alors qu'il devait y avoir un très gros problème... Et c'est en entendant un inquiétant grognement que la question cessera de se poser dans son esprit. D'ailleurs, peu de temps après, une énorme masse noire bondira au centre de ce groupe pour s'en prendre à un homme ! Celui-ci qui était condamné à une mort certaine, l'échappera belle grâce à une flèche tombée de nul part ! La propriétaire du projectile apparaitra ensuite, suivie de près par une autre personne... Ils s'étaient donnés rendez-vous ou quoi ? Fort heureusement, leur intervention fera fuir la bête qui n'était pas des plus menue, vraiment horrible !

- Il serait bien de giarder vos ennuis pour vous à l'avenir ! Grondera Miranda.

- Veuillez nous en excuser chères dames, mais vu la taille du monstre... Notre arrivée vous sauve la vie, car à vous deux vous n'aurez rien pu faire si jamais vous l'auriez croisé.

- Si vious le dites ! Et on fait quoi mainteniant ? On attend bien sagement qu'il revienne, afin de lui coller sa correction diu siècle ?

- On peut voir ça comme ça oui... Murmurera la rôdeuse. Maintenant chhhht s'il vous plait...

S'en retournant auprès de Alessa, Miranda n'ajoutera rien d'autre, et attendra de revoir la chose, afin de lui prouver ce qu'une Sirène savait faire !


Touchée à divers endroits, Lupa pourrait déclarer forfait, puis prendre la fuite... Mais non, il n'en sera rien ! Comme si ces quelques flèches pourraient l'arrêter ! Pourtant, l'une d'elles était en train de lui cuir la peau, mais le loup-garou qu'elle était ne semblait pas ressentir la douleur comme elle devrait être... Néanmoins, d'un simple coup de patte, elle brisera le projectile qui scintillait sur son flanc droit... Chose qui le fera se désintégrer en un millier d'étincelles. Des flèches magiques ? Quel moyen dérisoire ! Lupa avait faim désormais, et toute cette attente avait permis à sa digestion de se faire complètement... Donc, il fallait qu'elle mange ! Et comble de chance, l'occasion se présentera à elle par la présence d'un homme, tout seul, non loin du petit groupe certes, mais tout seul quand même ! Sa vision de nuit étant parfaite, lui permettait de facilement repérer sa proie, sans oublier son odorat ! Lui qui semblait si tendre, Lupa aurait aimé le garder comme gélatine pour son dessert, mais la tentation était trop forte, surtout que nul danger ne régnait autour de lui, autrement dit, aucun guet-apens !

- GRRRRRRRRR ! Émettra t-elle depuis l'ombre.

L'homme courait désormais, non pas à cause de son grognement, mais par son envie de rejoindre le groupe ! Cependant, Lupa le devancera et se positionnera entre lui, et les quelques personnes un peu plus loin... De ce fait, elle n'avait plus qu'à l'attendre pour le cueillir ! Recouverte d'une épaisse fourrure, la louve-garou devenait invisible à l'infravision, puisque la chaleur de son corps n'était pas assez forte pour en sortir... Ainsi donc, le malheureux n'allait pas tarder à lui rentrer dedans !

- BON SANG ! TIREZ AVEC MOI ! Hurlera soudainement la rôdeuse, à l'égard de l'autre archère.

Erinaë avait juste eu le temps de voir du mouvement un peu plus loin, en plus d'avoir repérer une tâche d'ombre dans les hautes herbes. Mais il était trop tard... Lupa sera plus rapide et bondira littéralement sur le pauvre l'homme, avant de saisir entre ses mâchoires, son bras droit ! La rôdeuse avait tirée entre temps... Malheureusement, l'Impur verra tout de même son membre se faire arracher dans des craquements des plus horribles, et cela comprenait os et muscles, sous la pression des crocs de Lupa ! Puis, le projectile arrivera enfin, et ira se planter en plein dans le séant de la louve ! La sensation de picotement la forcera à se retourner... La vision fut horrible malgré le peu de visibilité, mais tout ce que l'on pouvait en déduire, c'était que le monstre était en train de charger en plein sur le groupe, alors que le bras haché du solitaire glissait lentement dans son gosier !

- FEU !!! S'écriera désespérément Erinaë, alors qu'il ne restait plus qu'une dizaine de mètres entre eux, et la louve...

[Annonce : C'est à Alessa de poster, ensuite Rita, Clare, et Adenar. Quant à Cybèle et Iraël, je vous déménage, car ce genre de RP n'est pas à handicaper, donc à vous de trouver votre voie quand vous serez décidés. En ce qui te concerne Adenar, et bien tu viens de perdre ton bras droit dans son intégralité, mais ne désespère pas, car si tu survis, de hauts prêtres pourraient t'aider Exclamation]

~ Il est 1 heure 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Jeu 22 Juil - 22:17

Ses débuts sur la terre ferme avaient été hésitants, des pas peu affirmés sur des appendices étrangers, ou tout comme... Certes, c'était loin d'être la première fois qu'Alessa se transformait mais cela faisait un moment depuis sa dernière escapade en dehors des eaux. C'était un tout autre système de sensations auxquelles l'ondine devait se réhabituer peu à peu. Passer d'une queue de poisson à une paire de jambes humaines était toujours déstabilisant dans les premières minutes.

Néanmoins, le temps d'adaptation était fini et on pourrait à présent méprendre Alessa avec une simple humaine. Ses enjambées étaient plus assurées et elle avançait désormais d'un bon pas aux côtés de Miranda. La jeune prêtresse était d'ailleurs ravie par cette rassurante escorte, et d'autant plus fière d'elle-même de lui avoir caché ses faiblesses. Il ne manquerait plus que la guerrière la voit comme une incapable et fasse part de ses doutes à Nyuulie ! Et de cela, il en était hors de question et, de plus, il était important pour la suite que sa guide ait une bonne opinion d'elle. Quoi qu'il lui en coûte, la blonde était déterminée à aller jusqu'au bout de sa mission et l'aide de Miranda lui sera certainement des plus précieuses.

Tout en marchant, la Naga se mit alors à questionner un peu la fidèle de Nyullie sur ce qui se passait derrière eux, sur cette Nandis illuminée de feux inquiétants. Toutefois, il était clair que sa compagne ne savait pas tout ce qui se passait sur Astrune et Alessa ne pouvait certainement pas le lui reprocher. Les affaires des humains étaient tellement loin d'eux que cela ne comptait guère en fin de compte. Miranda émit tout de même un point important, elles n'étaient plus dans l'océan et de ce fait n'avaient plus besoin d'utiliser la télépathie pour communiquer !

- Oui tu as raison, c'est la force de l'habitude... s'excusa Alessa avec un petit sourire penaud.

C'était compréhensible après tout. Quand on s'exprimait essentiellement par télépathie, on oubliait vite qu'on pouvait également converser comme les humains. Même si la jeune femme-poisson avait souvent l'habitude de chanter à la surface de l'eau, ce n'était pas vraiment la même chose. Pourtant, l'accent de la blonde était bien moins prononcé que celui de Miranda, celle-ci ayant sans doute eu moins l'occasion qu'elle d'utiliser le langage humain.

Alessa resta ensuite silencieuse, songeant un instant sur ce que la guerrière lui avait dit sur les fées avant de secouer la tête d'un air désinvolte. Elle se souviendrait de ses recommandations si jamais elles en croisaient une sur leur route mais autrement ce n'était pas sa principale préoccupation. Non dans l'immédiat, ce qui la perturbait quelque peu c'était ce calme trompeur qui régnait dans ces plaines. Tout paraissait paisible et sans danger, pourtant la jeune Naga ne pouvait s'empêcher de sentir que chaque recoin d'ombre, chaque brin d'herbe cachait une menace. Ce bruyant silence la mettait mal à l'aise même s'il fallait bien reconnaître qu'il n'en fallait pas beaucoup de toute façon pour la sirène qui était bien démunie en dehors de son élément. La prêtresse avait toujours trouvé injuste que son peuple soit condamné à rester dans les eaux, que leur capacité à fouler le sol terrestre soit si limité dans le temps. Elle avait toujours désiré qu'ils puissent faire aussi bien l'un que l'autre, pouvoir respirer dans les deux mondes sans aucune contrainte. Pourtant, à chaque fois que la blonde retrouvait l'usage de ses jambes, elle se sentait aussi vulnérable et fragile qu'un têtard.

Néanmoins, son appréhension était quand même légitime. Il faisait nuit, la région lui était totalement inconnue et nul ne savait ce que les deux sirènes pourraient trouver sur leur route. D'ailleurs, il s'avérait qu'Alessa avait de bonnes raisons de se méfier puisque soudain surgirent au pas de course plusieurs personnes, dont deux munies d'arc et de flèches ! Qu'est-ce que tout ce petit monde faisait dans le coin tout d'un coup ? Surprise, la prêtresse s'arrêta net tandis que Miranda réagit promptement et fonça arme en avant, prête à engager le combat.

Cependant, pendant que sa compagne demandait ce que voulaient ces étrangers, les yeux gris perle d'Alessa les scrutaient avec attention. Ces nouveaux venus ne semblaient pas si dangereux que ça finalement et d'ailleurs l'un d'entre eux – une jeune fille aux cheveux roses – avait l'air blessé, un bandage de fortune ornant son bras. De toute évidence, ils n'étaient pas venus ici en agresseurs mais avaient au contraire subi une attaque. L'ondine se détendit un peu et commença à avancer vers eux lorsque le vrai danger se manifesta alors. Des hurlements, des grondements effrayants et puis une attaque éclair. Le tout en l'espace de quelques secondes.

Une horrible bête avait foncé sur le seul homme présent de l'assemblée et l'avait mordu de façon tout à fait sanguinolente, lui arrachant un de ses membres et le dévorant goulûment. Transfixée malgré elle par ce spectacle, Alessa ne bougea pas d'un centimètre, assistant à la scène sans réagir. Mais que pouvait-elle faire en fait ? Pas grand chose... Cet animal était gigantesque et très fort, il pourrait sans doute la tuer d'un simple coup de patte ! En attendant, mieux valait le bras de cet inconnu que le sien ! De toute manière, ce n'était qu'un mâle et il l'avait certainement mérité, elle n'allait pas le plaindre... Si seulement la créature pouvait se satisfaire de son butin et les laisser tranquilles... Malheureusement, la bête ne voyait pas ça du même oeil et n'avait pas du tout l'intention de se contenter de ce maigre repas. Non, au contraire, elle fonçait droit sur eux ! Reculant vivement de quelques pas, Alessa poussa un cri étranglé et s'adressa vivement aux membres armées,

- Dépêchez-vous ! Tuez-le !

Drôle de manière de faire connaissance mais la prêtresse espérait que les archers étaient efficaces et précis dans leurs tirs, autrement il ne restait plus que Miranda... Et Alessa n'avait pas du tout envie d'être dévorée, surtout maintenant qu'elle avait une tâche à accomplir ! Dans un réflexe protecteur, la sirène à la chevelure dorée brandit alors le Trident devant elle, les doigts crispés fortement sur le manche, tout en réfléchissant à toute vitesse à ce qu'elle pourrait faire si la guerrière Naga et les archers du groupe n'arrivaient pas à se débarrasser de ce monstre.

~ Il est 1 heure 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Ven 23 Juil - 19:48

Tenant fermement son bras blessé, Rita serra les dents de colère. Elle en avait marre d’avoir mal, de plus de la culpabilité qu’elle ressentait envers Emy et Soomïne. Elle n’avait pas été à la hauteur de sa promesse faite à la Reine Féerique et en prenait en sacré coup dans sa fierté qui venait de fondre presque entièrement en se retrouvant dans une situation pareille ! Mais fort heureusement, deux personnes venaient d’intervenir dans la charge de Lupa et réussirent à l’écarter suffisamment longtemps pour les rejoindre. Voulant rapidement stopper l’hémorragie de son bras, elle laissera une des deux inconnues à la longue chevelure blonde observer la plaie et renforcer le bandage par un autre bout de tissu arraché à sa cape. Celle-ci avait dit qu’il faudrait qu’elle trouve un médecin ou, avec un peu de chance, tombé sur des herbes médicales afin de soigner sa plaie … Mais dans une pénombre pareille, avec un monstre aussi effrayant que Lupa à leur trousse, il n’était pas trop l’heure à partir à la cueillette aux herbes aux effets bénéfiques. Rita pensait plus à sa survie qu’autre chose malgré la douleur lancinante que lui faisait ressentir son bras. Se mordant sa lèvre inférieure, elle suivit le conseil de l’archère qui venait de prendre la parole, leur demandant de ne pas respirer trop bruyamment et la demie-elfe fit tout son possible pour faire le moins de bruit que possible, malgré le saccadement de son souffle à cause de la douleur. Observant tout autour d’elle, elle prenait connaissance du petit groupe qui venait de se former et, apparemment, elle se fixera davantage sur Erinaë, ignorant toujours son nom. Mais quelque chose lui disait qu’elle avait senti Lupa, autour d’eux … Rôdant, toutes griffes et dents acérées dehors, prête à déchiqueter le premier frêle corps qui tomberait entre ses pattes.

La main de Rita lâchera sa plaie et se fermera en un poing démontrant une terrible force, elle était en colère, elle ne pouvait plus supporter cette impuissance d’être rangée au rang de poids, de fardeau dépourvue du moindre pouvoir pour défendre ces personnes. Elle devait s’appuyer sur eux et, ou, sur son ingéniosité à créer des failles dans la défense ennemie. Mais en saurait-elle seulement en saisir l’occasion tout en ne mettant pas plus sa vie en péril ? Quoi qu’il en soit … Elle se souvint des paroles de la louve et voir qu’elle était la seule blessée, elle se posait des questions sur sa possible mutation … Pour devenir la même chose qu’elle. Aussi, elle pouvait ne pas avoir été la cible étant donné l’acharnement qu’elle avait tenté de faire sur le mage de glace, maintenant hors de la vue de Rita qui ne perdit pas trop de temps à le localiser, préférant miser sur son ouïe et repérer Lupa, aider la chasseuse pour ne pas paraître inutile. De toute évidence, elle savait s’y faire, elle … Et en un rien de temps, Rita lui fera confiance, elle ne désirait pas mourir et la seule solution de s’en sortir, c’est faire confiance à une professionnelle qui savait ce qu’elle faisait. Ainsi, la jeune fille se concentrera sur sa respiration pour la calmer et faire abstraction de son mal, ça l’aiderait énormément …

*Calmes-toi … Inspires … Expires … Tout va bien aller, je ne vais pas mourir, je retrouverai Emy et Soomïne … Si elles ne me rejettent pas …*

Mais une autre voix, étrange et louche, venait de transpercer le silence de la nuit qu’ils avaient installée pour piéger Lupa. Elle avait un accent assez étrange et Rita se retournera vivement pour apercevoir deux nouvelles silhouettes grâce au clair de lune. D’où sortait-elle !? Une avait les cheveux foncé, l’autre clairs … Mais un geste un peut brutal fera sursauter la jeune demie-elfe qui inspirera bruyamment, ayant ravivé la douleur à son bras en le faisant se crisper. Reculant de deux pas lorsque la première sortira son arme, la demie-elfe plantera son regard dans le siens pour lui montrer qu’elle ne reculera pas si elle devait passer pour une quelconque raisons ! Enfin … Etant donné son état, elle ne pouvait pas être très crédible envers elles …

- Des soucis … Murmurera-t-elle en ne quittant pas la femme devant elle, qui se trouvait être Miranda. Votre question n'a nullement lieu d'être ! Finira-t-elle tout de même par rétorquer tout en démontrant la rage qu'elle laissait bouillir en elle. Au lieu de nous menacer, utilisez votre rage contre cette chose ! Vous vous rendrez nettement plus utile à la situation !

*Elle est louche, celle-là … D’où peut-elle venir avec un accent pareil ! Je n’ai jamais entendu cela …*

- Vueilliez excusez mon énervement ... Je ne voulais pas ...

Mais avant que les choses ne dérapent, la chasseuse s’interposera pour demander le calme et le silence ainsi que les nouvelles s’allient à eux pour tenter de mettre un terme au petit jeu de Lupa. Mais l’angoisse se faisait de plus en plus forte dans le petit cœur de la jeune fille aux yeux vairons, tournant la tête vers un son particulier et … Une silhouette s’approchait tandis qu’Erinaë se préparait à tirer. Une masse noire avait bougé non loin de la même personne qui se dirigeait vers eux … L’archère hurlera à la blonde de tirer avec elle et la scène qui suivit fera faire un haut le cœur à la demie-elfe. Un son, horrible, ponctués de divers craquement, déchirement, se fit et les yeux de Rita s’ouvrirent grand, comme des balles et ne bougeait plus. Pourtant, elle en avait tué, des gens … Elle en avait démembrés pour accomplir ses propres ambitions sur la magie. Mais pourquoi une telle attaque la terrifiait encore plus ? Probablement que … Voyant Lupa, elle n’avait jamais vu de pareille chose par le passé et était dans un état complètement différent, jamais ressentis, jusque là … Jamais son corps et son esprits avait éprouvé de peur pareil …

*J’espère qu’il n’a rien de plus …*

Voulant s’élancer dans sa direction, elle se stoppera au niveau d’Erinaë pour voir, avec horreur, Lupa revenir sur eux à toute allure. Son regard, désespéré, fixait notamment la silhouette de la personne qui venait de subir l’assaut de la louve et, espérait, de tout cœur, qu’il allait tenir le coup ! Sa seule envie était de le rejoindre et lui porter secours … Etant consciente qu’elle ne ferait qu’augmenter sa sensation d’impuissance en ne pouvant rien faire de plus qu’être là pour le soutenir moralement, elle décidera de reculer de quelques pas, s’approchant inconsciemment d’une des inconnues, Alessa, qui venait de prendre la parole, ordonnant aux archères de tuer ce monstre. La demie-elfe ne lui tiendra aucuns reproches mais elle aurait, de toutes manières, réagit de la même façon qu’elle et espérait tout de même qu’Erinaë puisse faire quelque chose pour faire fuir Lupa.

*J’espère qu’il tiendra bon …*

Pensera-t-elle en fixant toujours, de temps à autres, la personne au loin … Elle n’osait pas bouger seule et elle ne le ferait pas pour ne pas mettre sa vie en péril ! Elle avait des promesses à réparer et à tenir … C’était de l’égoïsme, oui … Mais c’était elle aussi … Maintenant figée sur place, elle observait la scène et priait de toutes ses forces pour que les deux chasseuses puissent faire quelque chose ! Cependant, on pouvait se demander s’ils, tous ensemble, parviendront-ils à atteindre un lieu suffisamment peuplé, ou protecteur, pour échapper à Lupa ? Rita allait tout mettre en œuvre … Si seulement elle avait pu avoir ses pouvoirs magiques, ça aurait pu être plus simple pour tous … Sa résurrection avait eu pour prix, son savoir magique acquis … Désormais, elle ne pouvait que compter sur une chose : Espérer sur sa bonne étoile et tout déployer pour sauver le groupe !

~ Il est 1 heure 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 26 Juil - 23:11

Une escapade nocturne qui le conduirait vers l'inconnu. Qu'importe, ce n'était pas ce genre de chose qui allait entraver l'impur. Lorsqu'il avait une idée dans la tête, rien ne pouvait l'en détourner. Il devait absolument se rendre à cet endroit pour satisfaire son incommensurable curiosité.

Quelques collines au loin ouvraient un chemin beaucoup plus sinueux. La végétation y était plus abondante. Rien d'étonnant, il quittait à présent un sentier qui devait être régulièrement emprunté. De hautes herbes se balançaient paresseusement au rythme d'un vent qui perdait de son intensité. L'impur s'accroupit subitement, le regard attiré par quelque chose. Des traces de pas. Sa main épousa l'une des mystérieuses formes et ses longs doigts effleurèrent ses contours.

*Amusant, elles doivent être assez récentes, je ne dois pas être le seul dans les environs* pensa-t-il avant de se relever.

Il n'était donc pas seul à guetter la mystérieuse créature. La prudence était de mise, ce monde avait engendré de nombreux êtres, et leurs compagnies n'étaient pas toujours des plus souhaitables. Sa curiosité pouvait s'avérer fatal. Ces traces de pas appartenaient à plusieurs entités et elles semblaient converger vers un même endroit, ce même lieu où Adenar s'enfonçait de plus en plus. Prudent, il ralentit la cadence, scrutant la pénombre. Les sens en éveil, le moindre bruit filtrait et ses yeux guettait le moindre mouvement. Soudain, il perçut un infime mouvement à l'est de sa position. Il posa un genou à terre et tentait de percevoir la cause de ce raffut. Adenar soulagé, expulsa l'air qui lui brûlait les poumons quand il vit qu'un quelconque animal était à l'origine de sa panique. Il maudit l'animal et continua son avancée. La fatigue atténuait ses sens, il était beaucoup moins réceptif et concentré. Pourtant, il allait peut-être au delà de problèmes. Il riait de la démesure de son audace, de son imprudence. Il était trop tard pour faire demi-tour, à mesure qu'il s'enfonçait, sa curiosité s'amplifiait. Il le sentait, il se rapprochait de plus en plus.

Adenar stoppa net dans son élan. Ce n'était pas son imagination, au loin, il put discerner des ombres.
*Misère, Ils sont plus nombreux que je ne l'imaginais*

Il ne voulait prendre aucun risque, impossible de connaître l'intention de ces mystérieuses personnes. La créature qui avait poussé ce terrible cri comptait-elle parmi ce petit groupe, il l'ignorait mais il en doutait. Peut-être étaient-elles tout comme lui en train de guetter la créature. Beaucoup de questions, de doutes, rien n'était moins sûr. Un seul faux pas, une mauvaise interprétation, et à tout moment, le voyage pouvait prendre fin.

Adenar saisit un fin couteau qui était accroché au flan gauche de sa ceinture de cuir. La lame était bien moins imposante que celle d'un couteau de chasseur. Elle avait pour longueur la main d'un homme adulte moyen et l'épaisseur à peine plus importante qu'une couverture d'un livre. Ces propriétés lui conféraient une aptitude à être lancé avec une grande célérité. De l'autre main, il détacha le corde d'une mystérieuse petite bourse qui pendait également à sa ceinture. Il écarta le cordage de celle-ci et il encontempla son contenu. Une matière visqueuse de couleur noir remplissait la petite bourse. Adenar esquissa un sourire avant de tremper délicatement la lame dans la mystérieuse décoction. Il répéta l'opération avec un second couteau. A présent, il était fin prêt, une fine lame dans chaque main avant de continuer son chemin. La dangerosité n'était pas l'arme en elle-même, mais plutôt le poison qui recouvrait sa lame. Le poison qu'il avait choisi était l'un de ses préférés. Un poison de démence. La pauvre personne qui se verrait atteinte perdrait toute notion de la réalité. Elle assisterait à la matérialisation de ses pires craintes et, durant un laps de temps, céderait à la folie pouvant même jusqu'à blesser son entourage. Un simple poison qui pouvait faire des ravages et faire perdre pied à tout un groupe de valeureux guerriers.

Il était de plus en plus proche et il serrait davantage ses lames à l'affut du moindre mouvement. Toute son attention était focalisée sur ce petit groupe alors que subitement une voix le brisa net dans son mouvement invitant ses comparses à tirer dans sa direction.

*Je me suis fait repéré, quel idiot !*

Il ne fallait plus en douter à présent, le groupe qui était à quelque pas de lui était hostile. Il fallait être vif. Ils étaient plus nombreux et Adenar put entendre ses bourreaux bander leurs arcs. Il prit son élan et commença à courir, il devait les surprendre. Serrant fermement le manche des ses fins couteaux, il repéra l'un des archers. Un flèche siffla à son oreille et l'avait manqué. Il fallait en profiter. Mais l'impensable se produisit. Une immense masse noir s'était abattue violemment sur lui. Cette chose était apparue du plus profond des ténèbres. Tout se passa très rapidement, surpris, Adenar ne put que subir les terribles assauts du monstre. Il sentit la gueule de ce dernier se refermer sur son bras droit. Adenar mit plusieurs secondes avant de prendre conscience qu'il avait perdu son bras dans son entièreté et enfin céda à la terrible douleur. Des lambeaux de chairs pendaient de son épaule qui déjà, saignait abondamment. Il chuta lourdement sur le sol tout en prenant conscience de sa terrible erreur.

Le monstre à présent bien visible, fonçait droit sur le groupe. Lui, était sur le ventre, assistant impuissant au terrible spectacle. Son bras gauche encore valide fouilla à tatillon le sol à la recherche d'une des lames qu'il portait avant son agression. Dans un dernier élan de courage, il visa la bête et projeta sur lui son couteau. Il avait pris sa décision. Son sac n'était pourtant pas bien loin, et aurait pu lui offrir son salut. Mais il ne pouvait rester sans rien faire et laisser ce monstre faire d'autres victimes. Adenar perdit connaissance sans savoir si sa lame avait atteint sa cible ou non, et surtout, il espérait que le groupe survivrait.

~ Il est 1 heure 19 ! ~


Dernière édition par Adenar Valador le Dim 8 Aoû - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Sam 31 Juil - 18:10

Un homme venait de se faire sauvagement mutiler, et la bête responsable de ce malheur, grondait toujours ! Lupa était complètement déchainée... tellement qu'elle chargera le groupe qui venait de lui expédier une salve, puis une autre, et encore une autre ! Les flèches pénétraient sa chair, mais rien ne semblait pouvoir être en mesure d'entraver sa course... Erinaë tirait aussi vite qu'elle le pouvait, et Clare se comportait exactement de la même façon, sauf que cette dernière utilisait des projectiles enchantés pour tenter d'abattre la louve qui continuait d'hurler à la mort ! C'était terrifiant, car sa vitesse d'approche était innommable tellement elle était rapide... Quant à l'homme devenu manchot, ça sera au travers d'un geste désespéré qu'il s'essayera d'épingler le monstre avec l'un de ses couteaux de jet, enduis de poison noirâtre ! Malheureusement, même avec toute la volonté du monde, la toucher relevait de l'impossible, surtout dans son état présent... Lupa devait courir à plus de quatre-vingt kilomètres heure, et ce, tout en faisant des bonds d'environ deux mètres de haut, pour cinq de long... Ce fut pour l'une de ces multiples raisons que la malheureuse dague de l'Impur ira se loger dans le sol, à au moins cinquante mètres derrière la bête qui courait toujours !

La rôdeuse était la plus avancée par rapport à l'arrivée de la louve-garou... Ce qui voulait dire qu'elle avait toutes les chances de se faire tuer la première lors de cette charge ! Néanmoins, ce n'était pas une raison pour abandonner, et pour cause, sa nature de femme des bois respectait un code très ancien qui était de protéger la vie des voyageurs, ou bien les guider si ils étaient perdus... Un rôle qu'elle honorerait au prix de sa vie ! Par contre, le code de Lupa devait être radicalement opposé à celui de Erinaë, car la voilà qui arrivait, avec ses crocs dégoulinant de bave teintée du sang de l'homme qu'elle venait de déchiqueter ! Une gueule béante, des griffes entièrement sorties, le tout accompagné par un dernier bond de plus de trois mètres de haut, pour huit de long... Bien sûr, cela n'en demeurait pas moins qu'une estimation, mais l'approche soudaine du monstre enverra une toute dernière information dans l'esprit de chacun "C'est fini pour nous..." ! Non, pas tout à fais, car Clare c'était fait un petit plan de dernière seconde, et qu'elle réussira à exécuter par le geste au tout dernier moment ! L'Elfe venait de décocher sa dernière flèche lunaire, en plein dans la bouche du monstre... À cela, Lupa s'écrasera parterre, car Erinaë qui était normalement sa cible, venait tout juste de s'écarter ! Effectuant quelques roulés-boulés, le monstre s'apprêtait à se remettre sur ses quatre pattes, quand tout à coup ! Miranda embrochera littéralement le cou de la créature avec son trident, par le biais d'un joli plongeon ! La rôdeuse suivra peu après en dégainant son épée longue, avant de l'enfoncer dans la cage thoracique de la louve... Quant à Rita, et bien ça sera un simple coup de pied dans la panse qu'elle lui administrera !

Malheureusement, tout cet acharnement ne sera pas suffisant pour en venir à bout... Et pour cause, Lupa venait de se redresser sur ses quatre pattes, pour ensuite détaler vers la forêt, tout en embarquant avec elle les armes de Miranda et de Erinaë ! Dans le genre increvable, on ne pouvait pas trouver mieux se disait Alessa, elle qui n'avait toujours pas bougée... et heureusement d'ailleurs, car elle aurait eu l'air de quoi si le trident de Nyuulie aurait disparu en même temps que le monstre ? Néanmoins, tout danger semblait écarté pour le moment, d'une part Lupa devait être trop blessée pour venir attaquer de nouveau, et de deux, les personnes qui formaient le groupe étaient toujours en bonne forme pour pouvoir la combattre !

Un hurlement retentira une dernière fois dans les ténèbres, mais chose étrange, Rita ressentira une soudaine brûlure à l'intérieure même de la plaie de son bras... Des picotements qui continueront leur progression au travers de ses veines, avant de disparaitre progressivement. Pensant à un simple relancement de la douleur, la jeune femme aux yeux vairons n'y prêtera guère plus d'attention, et pourtant... Lupa venait tout juste de la choisir au travers de son hurlement lugubre, autrement dit, elle l'avait infectée par la lycanthropie ! La demie-Elfe devrait en ressentir les premiers effets au cour de la prochaine nuit...

Pendant ce temps, Cybèle ainsi que Iraël avaient eu le temps de se mettre à l'écart des troubles, et s'empresseront de rejoindre le groupe, juste après avoir entendu ce dernier cri qui leur semblait suffisamment loin pour qu'ils puissent s'y oser. Les minutes s'écouleront, afin que tous s'assure que la bête ne les charge pas une nouvelle fois ! Mais rien, c'était le calme plat... De ce fait, Erinaë ainsi que Rita se dépêcheront de rejoindre l'homme qui gisait parmi les grandes herbes, avec un bras en moins... Un autre Impur ? Se dira soudainement la rôdeuse avec un air nostalgique... Oui, le souvenir de la mort accidentelle de Kylian ne la laissera pas indifférente. Alors, pour se rattraper de son erreur que jamais elle ne se pardonnera, Erinaë congédiera Rita, afin qu'elle puisse s'occuper seule de lui... La jeune femme ne comptait pas le déplacer, mais allumera un feu non loin de l'homme, puis bandera sa plaie avec attention, après avoir stoppé l'hémorragie grâce à ses quelques pouvoirs... La demie-Elfe quant à elle, reviendra auprès de Iraël afin de lui détailler tout le courage dont il avait su faire preuve face à Lupa, et qu'elle l'en remerciait ! Bien sûr, toujours avec le même sarcasme qui la caractérisait...

Enfin bon, maintenant que tout ceci était terminé, les Sirènes iront se reposer non loin de la vallée, avant de reprendre leur progression alors que les premiers rayons du soleil se dévoileront à elles. Quant à Rita, elle pouvait désormais rentrer au village afin de se faire pardonner auprès d'Emy pour son comportement insoucieux et irrespectueux, surtout après des retrouvailles... En ce qui concernait Iraël, il ne savait pas trop pour le moment, alors il attendra quelques instant au beau milieu de la grande plaine, tout en regardant les flammes dansantes que venait d'allumer la rôdeuse pour réchauffer l'Impur. Ca ne sera que une heure plus tard qu'il se décidera d'une direction à prendre... Et enfin Clare et Cybèle s'en iront chacune dans une direction opposée, sauf que l'une continuera de traquer la louve, chose qui s'avèrera bien vite vaine malheureusement... Et l'autre, c'était pour retrouver sa demie-soeur Emy...

L'horizon s'éclaircira lentement, et le doux soleil qui s'en suivra parviendra à faire oublier la nuit cauchemardesque que chacun venait de passer... Les Sirènes se réveilleront paisiblement, puis commenceront leur marche dans la vallée, et ce, jusqu'à y rencontrer un autre groupe de personnes qui se situait à une intersection, un petit garçon, ainsi qu'une jeune Humaine à l'allure bien singulière... Les rayons chaleureux du soleil se feront également ressentir sur la personne de Rita qui venait tout juste de retrouver la maison d'Emy, mais ne pourra hélas pas faire un pas de plus... La nuit était finie, alors Sabby était de retour... Et enfin l'Impur, à force d'être chouchouté par Erinaë, l'homme parviendra à revenir à lui, et la première chose qu'il verra, ça sera le charmant visage de la rôdeuse, ainsi que sa chevelure qui reflétait la lumière du jour nouveau...


[Annonce : Iraël, Clare et Cybèle sont libres de choisir où il se trouveront. Quant aux autres, vous savez où, mais je récapitule tout de même : Les Sirènes avec Mayufu et Kheelan, Rita devenue Sabby devant la maison d'Emy, Adenar avec Erinaë toujours dans la grande plaine Exclamation]

~ Il est 6 heures 40 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 2 Aoû - 22:13

La jeune fille grimaça à la vue de la nouvelle plaie apparue sur son avant bras droit. Une de plus. Pourtant, elle ne le faisait guère exprès, une excuse pourtant honnête qu'elle clamerait à sa mère. En toute réponse, elle recevrait une copieuse réprimande suivie d'une punition. Adenar, qui observait la scène, baissa la tête d'un air désespéré. Elle ne restait décidément pas en place, sans cesse en train de voguer dans l'inconnu sans la moindre crainte. Il fallait la surveiller en permanence de peur qu'elle ne se blesse voire bien plus encore. La jeunesse comportait son lot de particularités, tout comme cette insouciance qui caractérisait tant Eda. Le monde représentait pour elle un immense terrain de jeu sans la moindre limite ou le danger n'était que trop secondaire pour s'y intéresser. Mais cela ne plaisait guère à l'impur qui aurait préféré de loin s'intéresser à ses occupations plutôt qu'épier les faits et gestes de la petite elfe. Adenar se leva soudainement et, d'un geste de la main, invita la jeune elfe à s'approcher

- Donne-moi donc ta main jeune fille dit Adenar tout en scrutant la plaie béante sur l'avant bras.

- Pourquoi tu m'appelles jeune fille dit Eda visiblement irritée.

- Hum, rien de bien grave, une légère coupure qu'il faudra désinfecter.

- Je vais encore me faire gronder par maman dit la jeune fille qui cherchait un moyen de tromper la vigilance de sa mère.

- Tu es imprudente. Je t'avais pourtant prévenu que ces étendues étaient remplies de ronces en tout genre. Regrettant sa remarque quelque peu disproportionnée, il sourit. Eda vint se blottir contre l'impur, recherchant une étreinte réconfortante qu'il lui offrit de bon coeur.

***********************
La chimère d'un souvenir disparût sous les crépitements de ce qui semblait être un feu. Deux ombres entouraient l'impur qui avait encore du mal à comprendre ce qui lui arrivait. Que lui était-il arrivé, pourquoi cette terrible migraine lui lacérait-elle la tête. La bouche pâteuse, la vue trouble et surtout il était exténué. Les ombres devinrent de plus en plus précises. L'une d'entre-elles avait une particularité qui attira immédiatement l'attention de l'impur. Elle avait les yeux vairons. Adenar perdit à nouveau connaissance.

- Eda ! Hurla-t'il comme réveillé par un mauvais rêve.
Le feu n'était donc pas une hallucination. La mystérieuse personne aux yeux vairons avait néanmoins disparue. L'autre, quant à elle était toujours présente. Une jeune femme l'observait attentivement. Elle avait le regard d'une personne déterminée,un visage aux traits fins et une chevelure très soignée. Elle était affublée d'un équipement qui semblait être tout indiqué pour le voyage. Cette personne faisait peut-être partie du fameux groupe que l'impur avait pris par erreur pour une menace.

Tout devint subitement plus clair dans l'esprit de l'impur. Il se souvint de la fameuse attaque du monstre qui avait surgit de l'ombre et de la perte de son bras. L'impur avait donc survécu. Il remarqua rapidement un bandage qui lui avait été appliqué soigneusement. Cette personne lui avait-elle prodiguer les soins nécessaires, il l'ignorait.

- J'ignore depuis combien de temps je suis votre fardeau, mais je tiens à remercier la personne qui m'a sauvé la vie. Sans votre intervention, je n'aurais sans doute pas pu admirer la lueur de ses flammes. Je me serai probablement vidé de mon sang et j'aurai péri à la première fièvre.

- J'espère sincèrement que ce vil monstre n'est plus qu'un lointain souvenir et je me demande ce qu'il est advenu du petit groupe qui vous accompagnait. C'est un terrible malentendu, je vous ai pris pour une menace et j'ai été complètement pris au dépourvu par ce monstre.



Adenar ne quitta pas du regard la mystérieuse femme et se releva tout en scrutant les alentours. L'équilibre incertain, il fit quelque pas pour recouvrer ses sensations. Cette envie de porter sa main à sa ceinture l'irrita au plus au point. Il ne pouvait qu'admettre cette fatalité. Un bras manquant, il était à présent dans une posture délicate. Tout deviendrait plus compliqué.

- Mais dites-moi, puis-je connaître l'identité de cette personne qui a veillé sur moi durant tout ce temps, et cette autre personne aux mystérieux yeux vairons était-elle le fruit d'un délire ?


Un calme apparent baignait à nouveau les plaines comme si la nuit précédente n'était qu'un lointain souvenir. Cela faisait longtemps que le doute ne s'était plus immiscé dans l'esprit de l'impur. Évoluant depuis quelque temps sans but, il lui faudrait reconsidérer sa vision des choses à présent.

~ Il est 6 heures 44 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Jeu 12 Aoû - 5:03

[Annonce : Arrow ...suite de ~ICI~]

La brise était fraiche, et le soleil lumineux... Pourtant, ce n'était que le début de la journée. Erinaë appréciait tout particulièrement ce moment où la nature se réveillait, pour elle, c'était d'une beauté enchanteresse ! Le tout était presque en parfaite harmonie pour satisfaire son regard empli d'étoiles. Hélas, un pauvre garçon mutilé se trouvait là, près d'elle. Une horrible créature lui avait arraché le bras droit dans le courant de la nuit, sans que ce dernier ne puisse rien faire pour l'en empêcher ! De plus, le fait que ce jeune homme soit un Impur, déterminera la rôdeuse à l'aider pour retrouver son membre perdu... Erinaë voulait rattraper son erreur commise sur la personne de Kylian... erreur qui lui aura couté la vie ! Néanmoins, restait à voir si celui-ci voudrait de son épaule pour s'appuyer... Quoi qu'il en était, la jeune femme fera de son mieux pour le convaincre de se laisser faire, au moins jusqu'à sa rémission ! Si toute fois ils y parvenaient...

Les soins prodigués par Erinaë auront quand même eu le mérite d'être efficace ! Car voila que le jeune homme se réveillait... Il était résistant pour ne pas être tombé dans le coma ! Enfin bon, c'était plutôt une bonne nouvelle. Mais le plus étrange, sera le prénom qu'il hurlera en ouvrant les yeux ! L'Impur était donc en plein rêve... encore quelque chose de très rare pour une personne dans un état aussi critique ! Fort heureusement, Adenar recouvrira rapidement ses esprits, puis, après avoir adressé quelques phrases à Erinaë, ce dernier se lèvera... De toute évidence, il n'avait aucune notion de la gravité de sa blessure, ainsi que du sang qu'il avait pu perdre ! À cela, la rôdeuse se rapprochera aussitôt de lui, afin d'anticiper une éventuelle chute... Néanmoins, l'Impur était encore assez lucide pour lui demander de se présenter, ainsi que de savoir si la fille aux yeux vairons existait réellement, ou bien si elle avait été créée de toute pièce par son imagination... Erinaë sera alors stupéfaite ! Comment avait-il pu voir le regard particulier de cette femme, alors qu'il était dans l'inconscience quand toutes deux sont venues à son encontre ?! Sans oublier qu'il se situait entre la vie et la mort, et que en plus de cela, il n'était toujours pas tiré d'affaire, et ce, même si il avait pu voir le jour se lever !

Le jeune homme devait se ménager, et Erinaë aura tôt fait de lui faire comprendre ! Quant au fait qu'il se souvenait des yeux de Rita, peut être que cela était dû à un simple sursaut de conscience, et que l'esprit de ce dernier s'était alors raccroché à ce détail, de façon à ne pas se perdre dans les méandres de la mort... Ainsi donc, la rôdeuse dira à Adenar qu'elle s'appelait Erinaë, sa fonction, ainsi que la raison de sa présence, sans parler de Kylian bien sûr... Quant à sa seconde question, celle qui portait sur la femme aux yeux vairons, la rôdeuse répondra simplement qu'elle était bien réelle, et que la dernière vision qu'elle avait pu avoir d'elle, c'était de la voir disparaitre dans la forêt qui la mènera jusqu'au village d'Umar... Erinaë ne pouvait pas le renseigner plus, de toute façon, il était temps de s'occuper de lui désormais !

Pendant ce temps, à quelques centaines de mètres de là... Lanae venait de poser le pied sur la grande plaine... enfin un semblant de calme ! Bien que des cris résonnaient toujours dans la cité même de Nandis, l'air parfumé de cette nouvelle nature sentait bon la liberté... Néanmoins, en contre bas, Laraan entamera son ascension, alors que Allyriane le regardait faire les bras croisés... Cette dernière avait dit au guerrier qu'elle se chargerait de Belle, et que donc, il pouvait escalader la pente, en utilisant la rapidité... si cela était possible ! Car toute cette flotte commençait à la mettre foutrement mal à l'aise ! Puis, une fois que Laraan eut rejoins Lanae... La Vampire se baissera d'un seul coup pour attraper la capitaine par la taille, avant de la balancer vulgairement jusqu'au haut de l'escarpement ! Belle s'écrasera alors, juste devant la mage et le guerrier... Après quoi, cette dernière les rejoindra comme si de rien était. Faisant fit du regard pathétiquement exorbité que Lanae lui balançait, Allyriane lui dira simplement qu'il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat, et qu'il ne fallait pas qu'elle s'imagine la voir tendre un jour ! Et que même si cela la choquait, ça avait au moins le mérite d'être efficace !

Quelques minutes plus tard... Ou plutôt, bien des chamailleries après... Le groupe se mettra enfin en marche, avec chacun une fonction propre à son caractère, ou utilité ! Allyriane était en tête, bien qu'à quelques dizaines de mètres d'avance sur les deux autres... Laraan servait de sofa mobile pour Belle, et enfin Lanae qui ne savait plus trop où donner de la tête... Depuis l'escalade ou... l'éjection, plus un seul mot ne sera échangé entre ses trois personnes, comme si une déchirure c'était produite ! Bien que cela n'était en aucun cas dramatique, puisqu'ils ne se connaissaient pas encore...

De leur côté, Adenar et Erinaë venaient tout juste d'apercevoir une silhouette entièrement noire qui se rapprochait... Malheureusement, l'Impur sera pris d'un terrible vertige qui le forcera à rejoindre le sol... Cependant, la rôdeuse, toujours aux aguets pour son bien être, le rattrapera à temps... avant de l'allonger délicatement. Trop de sang avait été perdu, chose qui expliquait cet état léthargique... Néanmoins, il ne fallait pas se laisser abattre, ainsi donc, Erinaë attendra patiemment que cette mystérieuse personne arrive à leur niveau, pour l'interpeller ! Et heureusement qu'elle le fit, sinon Allyriane se serait contentée de passer sans même faire attention à leur existence... Se demandant quoi, la Vampire bousculera violemment la rôdeuse, tout en lui disant qu'elle n'avait pas de temps à perdre avec des faiblards ! Erinaë qui se trouvait à présent sur son séant, comprendra alors que ce genre d'individu ne fera rien pour leur venir en aide... C'était triste et injuste, mais le monde était comme ça ! Par contre, on ne put pas en dire autant de Lanae qui se mit immédiatement à courir pour leur prêter main forte...

Hélas, nul n'avait plus de compétences que Erinaë pour aider l'Impur, de ce fait, après encore de longues minutes... Chose qui ne plaisait pas du tout à la Vampire... Lanae s'osera à demander la direction à prendre pour se rendre jusqu'aux rocheuses. La rôdeuse lui dira alors de continuer tout droit, dans le sens où son index pointait. Quant à Laraan, il déposera Belle sur l'herbe fraiche, afin de pouvoir se dégourdir les bras... D'ailleurs, la capitaine était en train de revenir à elle. Cependant, Allyriane en avait plus que marre de poireauter à rien faire, alors que le soleil commençait à terriblement la faire souffrir ! Et pour cause, il fallait savoir que la cape noire ne protégeait pas intégralement le Vampire qui la portait, ce qui voulait dire qu'un temps trop clair et trop chaud, pourrait quand même le détruire ! Alors raison de plus pour ne pas trainer davantage ! Ca sera pour cela que Allyriane s'en ira arracher Belle au sol, avant de la mettre sur son épaule ! Oui, elle avait bien compris que Lanae ne partirait pas sans elle...

Erinaë fut sidérée par tant de violence et de méchanceté concentrées en une seule et même personne ! D'ailleurs, le seul élément qui lui permit de ne pas lui décocher une flèche, fut la détresse de Adenar... Il fallait qu'elle le conduise d'urgence jusqu'à Nandis. Néanmoins, elle ne fera rien sans son approbation... Ah.. et autre chose de curieuse, pourquoi l'homme du groupe qu'elle venait de croiser, s'en allait dans la direction opposée ? La rôdeuse eut du mal à tout saisir sur le coup, mais elle finira tout de même par déduire qu'il n'avait pas dû trouver sa place, ou bien blasé par tant de haine... Ne voulant pas abandonner son protéger, Erinaë s'essaiera au moins à appeler cette personne qui continuait de marcher... Alors que les femmes étaient désormais hors de son champ de vision...

Allait-il faire demi tour ?


[OUT : Lanae et Allyriane : Les rocheuses... Arrow]

[Annonce : L'ordre RP est redéfini, Laraan, tu peux choisir entre partir vers d'autres aventures, ou bien rejoindre Erinaë et Adenar Exclamation]

~ Il est 7 heures 08 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Mar 17 Aoû - 0:15

Nina avait de longs cheveux blond, le teint pâle et de magnifiques yeux bleus. Un sourire quelque peu modeste se dessinait sur un visage rond. Elle portait également une robe de soie de couleur bleu roi. Une bien belle poupée que la jeune Eda chérissait énormément. Le cadeau d'un père souvent absent qui avait pour seul désir le bonheur de son unique enfant. Nina lui avait été offerte le jour de ses cinq printemps, depuis lors, la poupée l'accompagnait dans la plupart de ses déplacements. La jeune elfe était assise sur un sol couvert d'un bois vieillissant, la tête reposant contre la longueur d'un lit douillet qui sentait la lavande fraîche. Elle fixait la poupée comme si elle attendait une réponse de sa part.

- Alors Nina, tu penses que nous le reverrons ?

Pour toute réponse, de fines gouttent vinrent peu à peu s'accumuler sur la fenêtre qui lui faisait face. Les premiers éclairs firent leurs apparitions attisant la curiosité de la jeune fille. Eda ne manquerait ce spectacle pour rien au monde. Le sol trembla lorsque la foudre frappa non loin de la propriété, arrachant à la jeune elfe un petit cri de surprise.

Eda se retourna lorsque le sol émit un craquement. Sa petite main serra davantage Nina, sa poupée qui lui apporterait un semblant de réconfort. L'unique bougie de la pièce n'était guère suffisante pour troubler les ténèbres qui sévissaient dans la petite pièce, de plus, le déluge au dehors n'arrangeait rien.

- Eda, tu devrais t'éloigner de cette fenêtre. Méfie-toi de la foudre.

- Maman, laisse-moi, j'aime regarder la pluie et les éclairs.

- Tu es comme ton père, curieuse et passionnée par la nature et ses mystères. J'ai l'impression de le revoir là ou tu te tiens actuellement. Il pouvait rester de longues heures à contempler le ciel tout en penchant sur parchemin de sombres pensées.

- Il me manque. Dit Eda, la voix subitement troublée.

- Moi aussi petit ange, moi aussi. Il est temps d'aller te coucher, demain nous irons rendre visite à ton oncle.

Eda avait rapidement pris place dans son lit. Elle attendrait comme chaque soir le délicat baiser de sa mère avant de succomber à l'étreinte de Morphée. La jeune elfe dormait, ignorant que ce baiser serait le dernier. Au même moment, à quelques lieux de la maison, un homme s'arrêta brusquement essoufflé par sa course effrénée. Il fut rapidement rejoint par un groupe d'hommes tout aussi exténué..

- Il n'ira pas bien loin surtout blessé. Je compte sur vous. Restez sur vos gardes. Dans votre intérêt, je veux qu'il soit capturé avant le levé du soleil, il serait fâcheux qu'il prenne à nouveau la fuite.

- Je vous trouve bien optimiste, même si il est blessé, nous ne sommes pas assez nombreux pour couvrir suffisamment de terrain. Les routes sont nombreuses, il fait nuit et de plus ce déluge n'arrange en rien notre situation. Dit l'un des gardes.

- Silence Elrick ! Contentez-vous de faire votre devoir. Il faut agir un point c'est tout. Nous perdons un temps précieux, allez-y !

A l'unissons, le groupe acquiesça et reprit sa course sous le déluge qui gagnait en intensité. Un homme était appuyé contre la roue d'une charrette qui pourrissait sous l'assaut de l'humidité. Il portait la main sur son coté droit qui lui faisait un mal de chien. La blessure suintait et le bandage était poisseux de sang. Chaque inspiration devenait insupportable le forçant à s'arrêter malgré le danger. Il n'était pas loin de la maison du vieil homme et il le savait. Quelques pas et il pourrait peut-être profiter d'un sursis, du moins, il l'espérait. La porte se dressait devant lui. Bien qu'aucune lueur n'émanait de l'unique fenêtre, il frappa à la porte sans la moindre retenue.

- Alnius, ouvrez bon sang !

La porte grinça laissant apparaître lentement la silhouette d'un homme de petit taille. Sans un mot, il s'écarta et laissa entrer son hôte. Adenar soupira de soulagement, il s'assit sur une vieille chaise et regardait le vieil homme.

- Merci Alnius, sans votre aide je ....

- Je regrette mon garçon, je crains que ce ne soit la fin.


******************************************

A peine s'était-il relevé que l'impur sentit la tête lui tourner. Curieux, il avait ignoré les plaintes de son corps meurtri préférant connaître l'identité de la personne qui se tenait face à lui. Adenar était réaliste, il connaissait ses propres limites bien qu'il n'ignorait pas la gravité de sa blessure. Peu importe, il fallait se concentrer sur le présent et trouver une solution. Il devait son salut à une jeune femme : une rôdeuse qui répondait au nom de Erinaë. Sans la moindre hésitation, elle avait répondu à ses questions. Néanmoins, Il se demandait la raison d'une telle générosité vis-à-vis de lui. Pourquoi cette jeune femme s'inquiétait elle de son sort. Le petit groupe présent au moment de l'attaque du monstre marchait déjà vers d'autres horizons. Elle, curieusement, restait là veillant sur lui. Étrange, il faudrait rester sur ses gardes.

Il sentit à nouveau poindre les prémisses de la fièvre. Il fut pris de quelques nausées et la jeune femme semblait de plus en plus inquiète. Pas de doute, Erinaë lui avait évité le pire, mais Adenar était à bout de force, bientôt, il ne pourrait plus feindre la douleur qui sommeillait en lui. Les pas suivant devinrent de plus en plus laborieux. Adenar saisit son sac et fouilla méticuleusement son contenu, mais déjà, sa vue se troublait, ses gestes devenaient de plus en plus lourd. La fiole qu'il avait saisit se brisa ainsi que le contenu du sac qui se répandit sur le sol. Ce fut à ce moment précis qu'au loin, un petit groupe de personnes s'avançaient dans leur direction. Erinaë, les yeux aux aguets, les avait déjà repérés.

Adenar sentit à nouveau ses forces l'abandonner, heureusement, Erinaë lui évita une nouvelle chute et l'aida à s'allonger. Une terrible malchance, alors qu'un possible salut se trouvait dans son sac, il était là à perdre à nouveau connaissance. Il aurait tellement aimer saisir l'elfe par son bras, mais il en était incapable. Les bruits de pas s'intensifiaient, l'impur espérait qu'il n'aurait pas à nouveau des ennuis. Lui, était juste bon à achever, Erinaë bien qu'une vaillante combattante aurait peut-être du mal à contenir l'attaque de plusieurs agresseurs. Il se sentait terriblement démuni . Il ne pouvait être que spectateur lorsque le groupe d'étrangers croiserait leurs chemins.

Bien que sa vue se troublait, Adenar put discerner une vague forme noire qui bouscula Erinaë sans la moindre retenue. Elle poursuivit son chemin sans leur prêter attention tout en alignant quelque mots qui furent inaudibles pour l'impur. Une autre personne s'arrêta à hauteur d'Erinaë. Ils échangèrent quelques mots tout en regardant l'impur avec inquiétude. Après un moment, l'étrange personne détacha son regard de l'impur et repris son chemin que lui avait sans doute indiqué Erinaë. Du moins, la rôdeuse avait pointé son bras dans une quelconque direction.

Une étrange sensation toucha Adenar. Bien qu'il s'était méfié de tant de prévenances de la part de la rôdeuse , il ne douta plus d'elle lorsqu'il put voir la détresse qui apparut sur son visage, ainsi que tous les efforts qu'elle accomplissait pour lui. Elle était sincère. L'impur se sentait si léger. Le visage de la rôdeuse fut la dernière chose qu'il vit.

~ Il est 7 heures 08 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 20 Sep - 3:53

La rencontre de ces inconnus ne fut pas des plus plaisante, mais à part ça, aucun autres malheurs n'étaient à recenser... Enfin presque... Adenar souffrait toujours, alors que Erinaë s'était mis en tête de le conduire jusqu'à Nandis, et ainsi espérer y trouver un prêtre pour pouvoir lui venir en aide. La rôdeuse ne lâchera pas, et si il le fallait, elle le porterait dans ses bras jusqu'au temple de Hithar, ou bien de Loominëi ! La détermination faisait la grande force de cette jeune femme, son charme aussi d'ailleurs... Hélas, alors que cette dernière s'essayait à réanimer l'Impur, en une fraction de seconde, elle perdit tout repère !

Les plaines avaient disparues ! Adenar aussi... Mais... que ce passait-il ?

Erinaë n'était plus auprès de l'Impur, mais dans un endroit dont elle même ignorait l'existence... Néanmoins, alors que la jeune Humaine était en droit de se faire tout les soucis du monde, on ne pouvait pas en dire autant pour Adenar qui se trouvait toujours dans la grande plaine... mais ce dernier possédait ses deux bras, et ses deux jambes, quel miracle ! Pourtant, ce n'était pas tout, car il était debout en train de laisser glisser ses lèvres sur celles d'une charmante demoiselle ! Hélas, à l'instant ou leur vie s'entrechoquait, les deux individus ne pourront que se redécouvrir suite à cet effet de surprise !

Oui... Adenar et Ethera semblaient s'aimer d'un amour interdit, enfin... dans leur autre vie ! Mais là...


[Annonce : Pardonnez ce poste relativement nul... Mais il fallait bien briser la glace pour relancer la machine. C'est pour cette raison que c'est rouillé, mais ça ira mieux ensuite... Toutes mes excuses. Cependant, vous avez la suite de votre aventure, bonne chance.]

~ Il est 7 heures 31 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 20 Sep - 19:32

Ethera ne savait strictement pas où aller, par où commencer. Elle se retrouvait, là, seule, livrée à elle-même dans cette immense plaine qui laissait apercevoir l'horizon. De temps à autres, une chaumière, un arbre... des buissons, des voyageurs et des carrefours, mais pas d'idée précise.
Pendant un court instant, elle se crut folle. L'air, le vent... elle les avait pourtant bien entendus ! La jeune fille s'en voulut d'avoir quitté le foyer, parce qu'elle le savait bien, elle n'était taillée ni pour le voyage ni pour l'aventure.

Force intérieure, foutaises ! Elle le savait, qu'elle était faible et maladive, inutile de se leurrer. Elle s'assit sur une souche au bord de la voie, appuya son menton sur ses mains et se mit à réfléchir. Voyons... tout d'abord, faire le point sur les évènement. Que s'était-il passé... Elle était née, avait grandit, et avait eu son premier am...
Ethera chassa l'image de Pelleü de sa tête. Trop douloureux. Inutile de rouvrir les plaies à peine cicatrisées.

Elle se leva, se remit paresseusement en route, le cou tendu afin de mieux ressentir la douce brise qui lui caressait la peau. La fraîcheur du léger souffle lui redonna des forces. Elle faillit en oublier son sac qu'elle se précipita d'aller récupérer.

Elle allait dépasser un cavalier faisant brouter sa monture lorsque tout devint noir, puis blanc. Puis encore noir. C'était doux et chaud, à la fois légèrement acide et sucré. Un peu humide, aussi... Lorsqu'elle prit conscience de ce qu'il était en train de se passer, elle ouvrit les yeux, plaqua ses mains devant elle et s'écarta.

- Aaah !

Elle était toujours sur la plaine, mais plus sur la même route. Face à elle se tenait un jeune homme. Elle le regarda de haut en bas, ce qu'elle ne se serait jamais permis en temps normaux. Il était plus grand qu'elle, bien portant, et même beau, à la réflexion... Ethera se surprit à regretter de s'être écartée, mais secouant la tête, reprenant ses esprits, elle s'enquit, d'une voix tremblante :

- Que... qu'est ce que je fais là ? Qui êtes-vous ?

~ Il est 7 heures 32 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 20 Sep - 21:30

Le temps semblait par moment se figer et puis subitement s’accélérer, provoquant ainsi des nausées à l’impur qui était au plus mal. Il était ainsi devenu le fardeau d’une rôdeuse au cœur généreux. Une rencontre à la saveur particulière mais qui prendrait sans doute bientôt fin. En effet, l’impur n’était plus aussi déterminé que ne l’était la rôdeuse. Elle luttait pour l’empêcher de sombrer dans la douce étreinte de la mort. Quant à lui, il ne croyait déjà plus en ses chances de survies. Adenar posa son regard sur son visage, une vision agréable à laquelle il s’accrochait encore. Mais bientôt, un voile vint obscurcir cet ultime moment de plaisir. Comme rattrapé par les regrets, il luttait contre ces ténèbres qui peu à peu s’affirmaient et l’envahissaient. Il tendit son bras valide sur le visage d’Erinaë. C’était un adieu. Adenar ne pouvait plus prononcer le moindre mot, bientôt, des larmes perlèrent sur son visage. Il était anéanti. Il aurait tant aimé prendre la rôdeuse dans ses bras et l’a remercier du fond du cœur, mais il était trop tard. La brise si agréable de la plaine n’était déjà plus qu’un lointain souvenir.

************************************
Une douce chaleur envahit peu à peu son corps. Les ténèbres se dissipaient et bientôt une lueur aveuglante troubla cette quiétude. L’impur reprenait conscience, de plus en plus sensible à un environnement qui prenait vie tout autour de lui. Il put à nouveau sentir la douce brise frôlant son visage, les délicates et riches senteurs d’une nature généreuse. Ses yeux s’ouvrirent mais refusaient de croire à cette image idyllique.

Inconsciemment, il porta ses deux mains à son visage, comme pour se rassurer de cette troublante vision. Mais l’effet de surprise ébranla rapidement l’impur. Il possédait encore ses deux bras. C’était impossible, l’accident avait bien eu lieu. Ce terrible loup lui avait ravi son bras et il avait été gravement blessé dans cette terrible attaque. Le doute luttait contre une folie naissante. Tout ceci ne pouvait être la réalité… ou alors avait-il songé à cette attaque. Erinaë était-elle une affabulation ? Il refusait de le croire, il avait vécu ce triste épisode jusqu’au plus profond de son être. Cessant cette lutte avec lui-même, il tentait de prendre conscience de cette nouvelle et improbable réalité. Il était en train d’enlacer une jeune femme et leurs lèvres s’épousaient à merveille. C’était aussi doux que la mort, mais tellement réel. Son esprit était sans doute en train de divaguer. Mais bientôt, un cri l’en dissuada. La jeune femme brisa subitement cette délicate étreinte et semblait tout aussi surprise par ces évènements.

La pâleur d’une lune naissante, des yeux bleu gris apeurés, un visage d’ange garni d’une chevelure dorée qui rappelait les doux rayons du soleil. Elle semblait si fragile. Adenar était complètement désarçonné face à cette jolie jeune femme. Qu’avait-il donc fait, qui était donc cette jeune femme et pourquoi s’étaient-ils embrassés. Il rougit avant de reprendre ses esprits. Il était complètement perdu.

La douce et mélodieuse voix de la jeune femme mis fin à une myriade de questions qui déjà envahissait l’esprit de l’impur. Marquant une longue pose, cherchant ses mots, il répondit d'une voix troublée.

- Je … suis Adenar . Je suis sincèrement désolé si je vous ai effrayé, ce n’était pas mon intention et puis… je ne comprends pas ce qui m’arrive... pardonnez-moi cette question, mais qui êtes-vous et pourquoi étions-nous …

Un lourd silence envahit la plaine. Mort, vie, songe ou la malice d’un dieu. Peu importe, une nouvelle page allait s’écrire.

~ Il est 7 heures 33 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Mar 21 Sep - 19:19

Ethera eut à peine le temps d'observer la réaction du jeune homme tellement tout était allé vite. Les questions venaient à elle mais leur réponses ne suivaient pas.
Elle mit un peu de temps à réaliser qu'il venait de lui parler.
Alors comme ça, il s'appelait Adenar... si elle avait le courage de lui demander, elle pourrait lui demander des renseignements, voire de l'accompagner jusqu'à la prochaine ville. Elle se rendit compte qu'elle avait oublié de lui répondre et murmura, d'un voix maladroite :

- Euh, eh bien... bien que les circonstances soient... particulières, je suis enchantée de vous rencontrer. En fait... on peut dire que vous êtes providentiel, parce que je cherchais de l'aide.

Voyons voir... comment aborder le sujet. En gros, comment expliquer à un inconnu dans les bras duquel on se retrouve par hasard, que l'on a entendu le vent nous dire d'aller chercher sa force intérieure, et surtout, comment lui demander poliment de l'accompagner jusqu'à la ville suivante... sans révéler que l'on a peur quand on est seule...
Et comment lui dire qu'elle regrette de s'être écartée de lui quand enfin elle retrouvait la douceur d'un corps chaud et robuste, son oreille contre son torse écoutant le moindre décibel de respiration, guettant le plus faible battement de cœur... La perspective d'être en compagnie d'un homme fort qui pourrait la protéger l'enchantait. Elle se surprit elle-même et dut faire un gros effort pour ne pas se blottir à nouveau contre lui.
Et soudain, elle se rappela qu'elle ne s'était pas encore présentée.

- Au fait, je m'appelle Ethera... peut-importe ce qu'il s'est passé, je pense que là où nous en sommes, on peut se tutoyer, non ?

Elle sourit franchement avant de plaquer sa main contre sa bouche, ouvrant grand ses yeux.

- Oh ! Pardonnez mon audace... ce... ce n'est pas habituel, je suis...

Elle recula de quelques pas, resserrant le col de son capuchon contre son cou. Elle finit sa phrase dans un souffle.

- ... désolée...

Elle s'étonnait elle même. Jamais, jamais elle n'aurait osé parler de cette façon à quelqu'un. Sa timidité s'envolait-elle, tout à coup ?

~ Il est 7 heures 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Jeu 23 Sep - 3:59

La mystérieuse jeune femme brisa enfin un silence qui devenait de plus en plus gênant. En effet, elle semblait également soucieuse de la situation qui se profilait présentement. Ses yeux se posèrent sur l’impur faisant part d’une infime politesse. Elle évoqua le besoin d’une aide quelconque. Adenar ne répondit pas immédiatement. Bien des questions s’entrechoquaient dans son esprit qui encore avait bien du mal à assimiler autant de changements dans un laps de temps aussi court. Il était inquiet. Le visage de la rôdeuse se dessinait dans son esprit : Erinaë. A sa simple pensée, l’impur devint nostalgique. Un lien très fort le liait à la rôdeuse qui l’avait tout simplement sauvé. Du plus profond de son cœur, il espérait un jour croiser à nouveau son chemin et surtout qu’elle était en bonne santé.

Adenar détourna brièvement le regard de l’humaine qui attendait une réponse qui ne venait pas. *Merci Erinaë, merci à cette noble entité qui me permet de fouler à nouveau ces terres* dit-il pour lui-même tout en fixant le ciel. Peu importe ce qu’il adviendrait, il avait l’intime conviction que sa pensée trouverait écho dans la profondeur d’un ciel bleu généreux.

Adenar posa à nouveau ses yeux sur la jeune femme. Que faisait-elle au sein même des plaines. Même si l’endroit n’était pas à proprement parlé dangereux, il était néanmoins vaste et un lieu de passage fréquenté. Les mauvaises rencontres n’étaient pas rares. Le souvenir de la louve était encore bien présent dans l’esprit de l’impur.

- Je suis moi-même enchanté de faire votre connaissance, bien que de nombreuses questions me taraudent l’esprit.

La jeune femme répondait au doux nom de Ethera. Un nom peu commun qui ne trouvait aucun écho dans la mémoire de l’impur. Mais ce fut la spontanéité inattendue de celle-ci qui le troubla. Cette familiarité dans la voix ne concordait pas avec l’image qu’elle donnait d’elle-même. Ethera semblait tout aussi surprise par son audace et rapidement elle porta sa main à sa bouche visiblement mal à l’aise et confuse. La jeune femme s’excusa. Elle respirait la sincérité, mais Adenar pouvait-il lui en tenir rigueur, non, il ne fallait guère oublier leur récente étreinte et ce sentiment d’être d’une certaine manière proche et de partager davantage qu’une simple amitié.

- Ne vous inquiétez pas. Appelez-moi comme bon vous semble. Cependant, En quoi pourrai-je vous être utile et que faites-vous ici sans la moindre arme pour vous protéger. Cet endroit n’est pas sûr. Aucun ne l’est réellement, croyez-moi.

L’impur n’était pas dupe, bien que ’Ethera incarnait la fragilité et l’innocence, cette jeune femme l’intriguait. Au fond, il aurait tout le loisir de faire plus ample connaissance et peut-être feraient-ils un bout de chemin ensemble. Adenar se sentait redevable vis-à-vis d’Ethera. L’impur avait changé et Erinaë n’était pas étrangère à cette métamorphose.

~ Il est 7 heures 35 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Sam 25 Sep - 17:34

Le caractère naturel de la jeune fille reprit le dessus. Ses lèvres tremblèrent, sa respiration s'accéléra. Il fallait, de toute évidence répondre au jeune homme et elle ne pourrait pas mentir. Elle ne saurait pas. Elle regarda derrière elle, au loin. La ville ne se dessinait plus qu'à peine. Elle avait donc fait déjà tant de chemin ?
Elle se résigna à ne plus regarder son passé et aller au delà de l'avenir. Ce qui lui était, par conséquent, très difficile.
Il fallait demander à Adenar de l'aider. De l'emmener jusqu'à la prochaine ville, et même, s'il le fallait, se mettre à son service quelque soit son métier afin de n'être plus seule.
*Fais-toi violence, Ethera ! Pauvre folle, tu n'oses même pas parler à quelqu'un d'aussi sympathique. Allez !* Elle se parlait en elle-même, se réprimandait de cette timidité si encombrante. Elle implorait les Vents de lui venir en aide, mais il n'y eut rien. Elle agrippa fermement son propre poignet pour s'empêcher de se donner une gifle. Son visage, inconsciemment, avait pris un air de souffrance. Elle prit enfin la parole après un ultime effort et se dit que, quelque soit ce que pensait d'elle Adenar, elle était toujours à même de s'enfuir en courant.

- Alors, voilà.... cela peut paraître... curieux mais en vérité, je... euh... je suis en voyage initiatique. En fait, il faut que j'apprenne à...

Sa voix hésitante trahissait son malaise. Elle ne savait pas trop quoi raconter. Ni comment lui demander sa protection. Elle prit un inspiration :

- Il faut que j'apprenne à devenir forte et à ne pas me laisser dominer par mes peurs. Me débrouiller seule, loin de chez moi. Voilà, c'est dit. Et... c'est justement parce que le coin n'est pas sûr que j'ai besoin d'aide. En fait, je ne sais pas trop où aller, et si par hasard, quelque soit votre statut, vous aviez besoin de quelqu'un à votre service...

Elle s'interrompit, attendant avec anxiété la réaction d'Adenar. Elle se dit qu'il aurait été peut-être poli de lui demander, à lui, ce qu'il faisait là afin de ne pas avoir l'air de ne s'intéresser qu'à soi, mais elle n'osa pas.

~ Il est 7 heures 36 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 27 Sep - 19:53

Le soleil gagnait en intensité, prenant de plus en plus l’avantage sur l’obscure lune de la veille. Bientôt, les rayons baigneraient de leur douce chaleur les vastes plaines à perte de vue.

Adenar remarqua l'absence soudaine de la jeune humaine, elle semblait en lutte à des démons intérieurs et le combat ne laissait de présage qu'à l'inconnu. Son visage autrefois si doux et si innocent était en proie à une souffrance indescriptible. Cet état ne dura que quelques instants et bientôt son visage retrouva peu à peu la sérénité tout en trahissant néanmoins une certaine inquiétude dans la voix.

Ethera voyageait dans un but initiatique. Etait-ce là l'exigence d'un maître qui souhaitait la confronter aux dures réalités de la vie, c'était tout à fait probable. Une méthode qui avait le mérite d'être discutable mais qui pouvait s'avérer être à double tranchant. L’impur n’avait pas été étranger à cela. Orphelin reconnu par un éminent herboriste, il avait ensuite quitté la quiétude d'un doux foyer pour être confronté à la vie sans y être vraiment préparé. La protection d'une famille s'était rapidement affaiblie et avait laissé place à une haine et à un rejet des autres. En effet, l'impur demeure une race maudite, souillée pour certain, une hérésie pour d'autres. Le fruit improbable d'une union honteuse entre les nobles et sages elfes et les fière et puissant drow aux mœurs plus que douteuses. Nandis, cette ville immense où il avait vécu la plupart de sa jeunesse n'était plus qu'un lointain souvenir. Il en était convaincu, si un jour il devait à nouveau fouler les rues de cette ville, tout lui serait étranger, comme si il avait volontairement enfuit ce traumatisant souvenir dans un coin de sa tête.

Adenar préférait de loin la tranquillité et garder ses distances avec les villes, loin de tout, il éviterait les problèmes et ne ferait des rencontres que quand cela serait nécessaire. Le marchand itinérant, c'est ainsi qu'on le surnommait : Une ombre au carrefour de deux chemins, vêtu d’une défroque discrète mais de bonne facture, gagnait ainsi son pain quotidien. Il était ainsi devenu un intermédiaire entre la nature et les êtes vivants. Potions, décoctions et quand il le fallait du poison pour son propre usage dans des situations périlleuses. Vastes connaissances héritées d’un père adoptif.

- Ethera, je suggère que nous prenions nos aises à la l'orée de ce petit bosquet et que nous profitions d'une pause bien méritée. Il ne sert à rien de nous presser, nous pourrions reprendre nos forces avant de poursuivre.

Prenant le temps de trouver ses mots, Adenar tentait de rassurer la jeune humaine par un sourire honnête.

- Je pense qu'il serait préférable que je vous accompagne, vous laisser seule serait ma foi dangereux. N'ayez crainte pour la nuit prochaine, je vous assure que je ferai le nécessaire pour que votre sommeil ne soit guère troublé. Du moins, c’est à vous qu’il revient de prendre la décision, qu’en pensez-vous et surtout, avez-vous une idée de l’endroit où vous souhaitez vous rendre ?

~ Il est 7 heures 38 ! ~


Dernière édition par Adenar Valador le Mar 28 Sep - 7:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Lun 27 Sep - 20:27

Le sourire d'Adenar apaisa la jeune fille. Elle oublia ses soucis, ferma les yeux et un léger sourire éclaira son visage. Il était d'accord pour l'accompagner. Elle se sentit soudain prête à soulever des montagnes, soulagée d'un poids qui l'étouffait depuis le début. Soudain son enthousiasme retomba : il lui posait la question tant redoutée. En effet, elle n'avait strictement aucune idée de l'endroit où se rendre. Elle entrouvrit la bouche, et sa situation la fit rire.

- Excusez-moi, je suis ridicule... je suis très timide. J'ai beaucoup de mal à parler aux gens, ne vous étonnez pas si je ne vous réponds pas de suite...

Elle connaissait rien d'autre que le quartier où elle avait vécu et le port. Elle ne savait pas le nom des villes ou, du moins, elle avait oublié. Elle se trouva dépourvue et incapable de renseigner son nouveau compagnon. Tout ce qu'il restait à faire, c'était le suivre si toutefois il était d'accord. L'aube s'était levée. La brise commença à souffler. Les cheveux d'Ethera se mirent à onduler dans l'air frais du matin. Elle s'arrêta, écarta les bras et tendit le cou pour mieux sentir l'onde aérienne sur sa peau. Les yeux fermés, un sourire radieux aux lèvres, elle avait l'impression de léviter, de s'élever jusque dans les nuages. Elle se sentait bien, et soudain, sans que personne d'autre n'aie pu entendre, les murmures des vents des quatre coins du monde caressèrent ses oreilles. .........Ethera........lui fais-tu confiance ?............ Elle pensa très fort que oui, elle faisait entièrement confiance à Adenar, et fut surprise de constater qu'ils l'avaient entendue. ..............alors, c'est bien......... n'oublie jamais que tu lui es redevable............
La douce brise se calma, Ethera rouvrit les yeux et se remit en route, sereine. Elle se rappela soudain qu'elle n'avait pas répondu à Adenar.

- Oh, euh... oui, je pense que le petit bosquet sera très bien pour faire une pause. Quant à mon sommeil, pour la nuit prochaine, je ne veux pas qu'il ait raison du votre et je ne veux pas que vous soyez fatigué par ma faute. Vous dormirez autant que vous en aurez besoin.

La soudaine fermeté de sa voix la surprit, mais elle se dit qu'après tout, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas, et que si sa réserve s'envolait, ce n'était pas plus mal.

- Quant à ma destination, je n'en ai aucune idée... m'autoriseriez vous à vous suivre ?

~ Il est 7 heures 40 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Mar 5 Oct - 20:31

Bien qu'il était relativement tôt dans la journée, Adenar avait suggéré de se poser non loin d'un bosquet, celui-ci leur offrirait un quelconque confort et un peu de repos. Non sans être une aventure désagréable, les péripéties s'étaient enchainées à un rythme qu'il n'avait plus connu depuis bien longtemps. La mort qui lui était si étrangère auparavant n'avait jamais été aussi proche de le ravir. Pourtant, être dénué d'intérêts et d'envies particulières, il voguait telle une ombre répétant inlassablement les mêmes gestes , à savoir : parcourir les plaines et d'autres régions et ainsi offrir aux passants et aventuriers diverses potions.
Depuis cette monotone existence, Adenar n'avait que des échanges très limités avec les autres, préférant éviter leur compagnie. Cette ainsi qu'Adenar s'ouvrit peu à peu à la jeune humaine. Malgré sa nature méfiante, l'impur n'eut aucune réticence à dévoiler son activité principale. Le voyage pourrait très bien durer tout un temps, il valait mieux s'entendre plutôt que d'être hanté constamment par un silence gênant.

Adenar écarta le cordage serrant son sac de voyage, c'est avec plaisir qu'il constata que son contenu était bien présent. Il restait deux petites bourses de poison, c'était largement suffisant en cas de mauvaises rencontres. Il sortit l'une d'elle sous le regard de la jeune humaine et la contempla durant un moment avant d'attacher la petite bourse à sa taille. Son regard détailla le reste du sac, il faudrait bientôt se mettre à l'ouvrage.


- Me suivre ? En êtes-vous sûr ? J'ai bien peur que mon activité ne vous déplaise. Qu'apprendriez-vous d'un marchand vendant diverses potions ? Vous devez sans doute avoir une envie particulière, un lieu qui vous attire davantage ?

L'impur marqua une brève pause avant de reprendre de plus belle.

- Soyez certaine que votre présence ne m'incommode pas, bien au contraire, je ne voudrais pas être un frein à votre initiation. Est-ce là tout ce que vous savez de vos maîtres ? Ne vous ont-ils pas dédié une tâche particulière ?

L'impur semblait soudain prompt à la discussion, comme si il regrettait depuis toujours ces longues années de silence. Cette jeune femme l'intéressait, ce qu'elle incarnait éveillait en lui une grande curiosité. Les questions se construisaient les unes après les autres mais il serait indulgent avec la jeune femme qui , par moment perdait véritablement ses moyens. Ce savant mélange de fermeté et de timidité lui allait à ravir. L'impur était impatient d'en savoir davantage sur le mystère qu'incarnait Ethera.

- Nandis ...

Adenar s'exclama sans la moindre conviction, comme si il regrettait ce qu'il venait de prononcer. Ce simple mot lui évoquait de douloureux souvenirs, mais peut-être que la jeune humaine trouverait en Nandis des réponses à ses questions. Du moins, un sens à son voyage.

~ Il est 7 heures 42 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Dim 10 Oct - 17:38

Lorsqu'ils arrivèrent dans le bosquet, les meilleurs souvenirs d'Ethera remontèrent : les arbres étaient semblables à ceux qui l'abritaient, lorsqu'elle était petite, dans le parc de la maison. Elle était très maladroite pour la plupart des choses mais lorsqu'il s'agissait de passer un moment agréable au milieu de la végétation, elle pouvait se montrer d'une grande dextérité. C'est ainsi que, pendant que son compagnon de route défaisait son bagage et lui parlait, elle s'empara de sortes de lianes qui pendaient des branches, et, les attachant d'une façon particulière que des années de fabrication de refuges pour animaux avaient mise au point aux branches basses de deux arbres proches, constitua les prémices d'une sorte de hamac.

Adenar lui parlait et elle l'écoutait d'une oreille attentive. Sa voix avait quelque chose de très particulier qui la rassurait. Tout en arrachant d'autres lianes afin de tresser la hamac, elle lui répondit :

- Comment pourrais-je savoir si votre activité me déplaît ? Il faut d'abord que je la découvre.

Elle lui adressa un sourire franc et chaleureux. Adenar ne pouvait pas savoir qu'il se voyait accorder un privilège énorme de la part de la jeune femme. Elle n'avait jamais adressé de tel sourire qu'à Pelleü, le soir de la fête qui avait marqué un tournant dans sa vie d'adolescente. Elle avait soudain envie de discuter, de se confier. Elle prenait une sorte d'assurance avec lui, et ça lui faisait une drôle de sensation.

- Une tâche particulière ? Ethera eut un petit rire qui signifiait "oui, un corbeau à lunettes m'a donné l'ordre d'aller lui chercher un kilo de carottes au beau milieu du désert, et de les cueillir avec un crayon" Je peux vous dire que l'on m'a dit de partir en quête de ma force intérieure, et je peux aussi vous dire que c'est surtout de force physique dont j'ai besoin...

Elle illustra ses paroles en repliant son bras et en appuyant sur son biceps, ou du moins à l'endroit où il aurait dû se trouver. Elle s'apprêtait à lui dire qu'elle avait depuis un petit bout de temps oublié la géographie de ce monde qui était le sien lorsqu' Adenar s'exclama "Nandis !". Ethera se figea, c'était sa ville natale. Elle faillit se mettre à pleurer en se souvenant qu'elle ne pouvait y retourner tant qu'elle n'aurait pas accompli sa tâche. Elle se remémora sa maison, ses parents, Pelleü.... Lentement elle se tourna vers l'Impur, le fixa avec un regard triste avant de baisser la tête et de murmurer :

- C'est chez moi... il faut que je m'en éloigne... si vous désirez y aller il faudra que nos routes se séparent... c'est dommage, elle venaient juste de se rejoindre....

Puis elle se remit à l'ouvrage. Elle avait presque terminé son hamac. Par chance, un souche bien plate se trouvait juste à côté, l'arbre avait été coupé parce qu'il gênait le développement d'un autre. Ce bosquet était bien entretenu... Elle tendit l'oreille et perçut un léger bruit en contrebas, un peu plus loin. Elle lâcha ce qu'elle était en train de faire, s'enfonça dans les buissons et aperçut une jolie source qui formait une petite mare d'eau claire. Un ou deux oiseaux y buvaient. Le spectacle était ravissant. Elle s'approcha, s'agenouilla et en but une gorgée. Puis elle se passa de l'eau sur le visage et enfin sur les bras. Il ne faisait pas trop frais dehors et l'eau lui fit du bien. Elle enleva ses bottes, ses chaussettes et mit ses pieds dans l'eau. Elle pataugea un peu puis s'assit sur le bord, les jambes toujours dans l'eau. Elle s'appuya sur ses bras, tendit le cou et ferma les yeux pour savourer la sensation d'air et d'eau mêlées qui la tranquillisait...

~ Il est 7 heures 45 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Jeu 21 Oct - 0:18

Ethera s'affairait à rendre le bosquet le plus confortable possible. Elle semblait maîtriser et posséder une certaine dextérité dans la confection de lianes et de branchage divers. Cet assemblage lui offrirait un paisible lieu de repos où elle pourrait probablement s'abandonner et ainsi échapper temporairement aux difficultés du quotidien. Adenar lui avait fait part de son activité dans un langage quelque peu laborieux et peu enthousiasmant. Cependant, ses explications n'avaient pas eu l'effet habituel, et la jeune femme semblait au contraire bien plus curieuse qu'il ne l'aurait pensé. C'était bien la première fois qu'une personne s'intéressait un temps soi peu à la confection de potions plutôt qu'à leurs effets et ce n'était pas pour lui déplaire.

Ethera lui offrit un joli sourire qui eut le don de le mettre mal à l'aise. En effet, peu habitué au contact avec autrui, ce sourire était un témoignage particulièrement agréable. Le souvenirs de leur étreinte ainsi que celui du fameux baisé lui revint en tête. Bien vite il chassa cette idée et mit à exécution diverses tâches.

"c'est surtout de force physique dont j'ai besoin...", Adenar était perplexe, sans vouloir douter des capacités de la jeune femme, elle ne semblait guère bâtie pour le corps à corps et il voyait mal où elle aurait pu dissimuler une quelconque épée. Mais il ne ferait pas l'erreur de la sous estimer. Près de 300 ans qu'il foulait ses terres et les créatures les plus abjectes et les plus effrayantes n'étaient pas forcément les plus dangereuses. Ethera incarnait l'humilité, la patience et une certaine maîtrise. Où alors, était-elle complètement folle de suivre un parfait inconnu, mais il en doutait. Quelque chose sommeillait probablement en elle, peut-être avait elle la maîtrise pour dissimuler ses propres forces. Les questions s'enchaînaient dans l'esprit de l'impur qui se laissait envahir peu à peu par la méfiance qui le caractérisait tant. Du moins, elle tourna sa propre affirmation en dérision et ne manqua pas d'humour en mimant la possible présence d'un biceps sur son bras qu'elle afficha l'espace d'un instant.

Le sourire qui encore embellissait le visage de la jeune femme disparût à l'évocation de Nandis. Son attitude changea du tout au tout et eu l'effet d'un bouleversement. La joie de vivre laissa place à une profonde tristesse. Quelque peu surpris, Adenar ne dit plus un mot. Décidément, cette maudite ville avait le don de faire souffrir bon nombre de personnes qui avaient eu le malheur de la croiser. Ils avaient cette peur, voire cette haine semblable pour cette fameuse ville. Ethera fit part de son souhait de prendre un autre chemin si leur route devait les conduire à Nandis. La jeune femme termina son office avant de quitter le petit bosquet. L'impur l'a suivit du regard. Elle semblait trouver un peu de réconfort auprès d'une petite source qui se situait en contre bas du bosquet.

L'impur l'observa avant de la rejoindre. Il hésita un instant avant de troubler sa quiétude.

- Ethera, je suis navré. Je peux vous assurer que rien ne pourra me forcer à voir à nouveau les portes de cette maudite ville. Tout comme vous, j'en ai beaucoup souffert. Les chemins sont nombreux, soyez en sûr. Qu'importe la raison de votre voyage, c'est un plaisir pour moi de partager votre quête.

~ Il est 7 heures 45 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Ven 22 Oct - 17:15

Ethera se surprit à savourer le moment présent. Alors que d'habitude, son esprit était encombré de pensées, de doutes et de questionnements à propos de son avenir, de son passé mais jamais elle n'avait ressenti la douceur de l'eau sur ses pieds, la tiédeur de la brise sur son front en ne pensant à rien d'autre, en ne pensant pas du tout, d'ailleurs. Elle ne faisait plus qu'un avec l'herbe fraîche et avait l'impression de flotter.
Soudain, une douce mélodie atteint ses oreilles. La jeune fille la trouva agréable et s'aperçut que s'était la voix d'Adenar. Elle ne saisit qu'un mot sur deux, le temps de reprendre ses esprits. Il disait que lui non plus n'aimait pas Nandis, et qu'il était ravi de partager sa quête. Cela rassura Ethera. Elle baissa la tête, ouvrit les yeux et observa longuement l'impur, là, devant elle. Puis, sans répondre elle attrapa sa sacoche, coupa un peu de pain qu'elle émietta dans l'eau. Aussitôt, une dizaine de petits poissons vinrent gober la pitance à la surface, chatouillant les pieds d'Ethera qui éclata de rire avant de les retirer et de les essuyer avec un pan de sa robe, faute de serviette.
Puis elle choisit ses mots, releva la tête vers l'impur avant de lui répondre :

- Je suis heureuse parce que je sais que je ne voyagerai pas seule, vous avez été providentiel ! Je vous suivrai sagement, je vous obéirai et lorsque vous serez lassé de ma présence, vous n'aurez qu'à me dire de partir pour ne plus me voir. C'est aussi simple que cela...

Elle remit ses chaussettes, ses bottes, referma sa besace et enjamba le petit ruisseau formé par la source pour retourner à l'endroit où elle avait commencé à aménager le hamac. En passant devant l'Impur, elle préféra le prévenir :

- Toutefois, sachez que, à part aménager des abris temporaires, je ne sais presque rien faire. Je suis très maladroite, je crois que c'est de naissance...

Affichant un sourire narquois, et revenant à l'endroit de leur pause, elle ajouta :

- ... évitez de me confier des choses fragiles si vous voulez les revoir entières !

Et une fois de plus elle éclata de rire. Elle se lâchait, Ethera. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas été aussi joyeuse. Le bonheur de vivre revenait grâce à son nouvel ami. Puis, fredonnant une chanson apprise sûrement chez la nourrice, dont l'air joyeux ne cadrait pas trop avec les paroles, elle s'appliqua à disposer de la mousse dans le hamac pour le rendre plus confortable.

- Laisse-toi porter, n'atterris jamais. Oublie la terre ferme qui porte en elle les germes... du malheur et d'la déception. Savoure les sans modération, les sourires que nous t'apportons... peuple des airs qui nous font vivre, entends donc nos prières. S'il te plait, emmènes nous, au confins de l'atmosphère...

~ Il est 7 heures 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   Jeu 28 Oct - 15:16

Au fil du temps, les affinités entre les deux protagonistes grandissaient. Les mots perdaient par moment leur véritable essence, dominé par les regards et les rires complices. Sans doute la magie de cet endroit confiné que deux êtres se partageaient avec plaisir. Adenar serait sans doute resté là encore bien des heures, laissant le temps dominer sa propre vie. Au fond, que cherchait il réellement ? Partir le conduirait indéniablement au devant d'ennuis. Il le savait pertinemment. Quel agréable instant, il aurait donné tout l'or du monde pour que ce grand moment de joie reste figé à jamais. Mais il fallait oublier ses propres rêves, son égoïsme et avancer.

Ethera avait également une mission et elle comptait sur lui pour l'accompagner dans sa quête de l'inconnu. Bien, il fallait donc prendre une décision et au plus vite quitter ces plaines. Il faudrait être prudent, car le chemin qui se dessinait dans l'esprit de l'impur n'avait rien d'une partie de plaisir. Du moins, la forêt n'était pas à proprement parlé hostile, mais la jeune humaine devrait surtout tenir le rythme. Il n'est jamais conseillé de s'aventurer au delà des sentiers lors des petites heures de la nuit et surtout, il est au combien aisé de se perdre dans un environnement qui semble se répéter indéfiniment. Heureusement, Adenar avait le sens de l'observation et de nombreuses années derrières lui à voyager dans l'inconnu. Mais la prudence était néanmoins de mise.

- Ethera, votre souhait va être exaucé, vous allez pouvoir voir du pays. Nous avons à présent une destination. Nous nous rendrons dans le village d'Umar. Avant tout, il nous faudra traverser bien des sentiers, dont cette fameuse forêt qui s'ouvre devant nous.

Il était à noté que le sac de l'impur avait triste mine. Il fallait absolument avancer et cueillir le nécessaire à son activité. La forêt regorgerait de richesses diverses, de nombreux plants sauvages poussant raz des arbres offraient dans leurs essences respectives des propriétés exceptionnelles. Le Marchand Itinérant se devait de surveiller en permanence les quantités restantes. Il possédait encore quelque réserve, mais il fallait absolument les renouveler et puis le poison lui faisait défaut.

Relevant délicatement la tête d'un énorme sac, l'impur sourit.

- Qu'en pensez-vous ?

~ Il est 7 heures 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Marche vers l'inconnu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marche vers l'inconnu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: