AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Une zone d'ombre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Une zone d'ombre ...   Lun 5 Oct - 2:41



Isnylia trouvait cela très étrange que la garde mette autant de temps pour arriver sur les lieux, d'habitude ils étaient beaucoup plus rapide, déjà elle soupçonnait quelqu'un de très haut placé d'avoir orchestré ce scénario. Peut être que cette affaire n'était pas aussi minime que l'on voulait bien le croire, ça ne sera que vingt minutes plus tard que la calèche royale croisera celles des autorités de Nandis, il était clair que ça puait la grosse magouille pour la jeune voleuse, elle n'aimait pas du tout la tournure que prenait les évènements, et son instinct de survit ne l'avait jamais trompée. En tout état de cause elle n'en savait pas assez pour faire partager sa crainte avec sa passagère, c'était donc avec un regard des plus aiguisé qu'elle scrutait les alentours dans l'espoir d'avoir un signe sur ses doutes, mais rien, mis à part la garde qui avait tardé plus que d'habitude, tout paraissait normal. Bientôt le carrosse royal atteindra la place de L'Hybride, là où le marché commençait tout juste, la traversée se passa sans encombres et très vite il atteindra le quartier administratif, mais bon Isnylia tenait quand même à faire part de ses doutes à la gamine afin de casser l'effet de surprise si jamais on tentait soudainement de les tuer, ainsi elle commanda aux chevaux de tourner dans une ruelle désertée de toute vie avant de les faire s'arrêter puis de descendre. La jeune femme ne frappa même pas avant d'ouvrir la portière et rentra afin de s'assoir juste devant Iliyasviel.

- J'ai quelque chose à te dire avant que l'on ne pénètre dans les domaines résidentiels ! Isnylia avait dis ça sur un ton ferme tout en refermant la portière. Quelque chose ne tourne pas rond depuis notre départ, normalement la garde est beaucoup plus rapide quand il y a des morts dans les rues, tu vas sans doute me prendre pour une paranoïaque, mais j'ai le profond sentiment que c'est un plan de bien plus grande envergure, ma présence n'était qu'un plus pour se débarrasser de moi, mais en ce qui te concerne je l'ignore encore, d'ailleurs, où est ton valet ? Dans les descriptions que l'on m'avait fourni ça parlait d'un homme qui t'accompagnait partout, où est il ?

La jeune voleuse lui parlait tout en poussant le rideau avec sa main pour voir si personne ne s'approchait pour les surprendre, elle avait une réelle impression d'être prise dans un étau et qu'il était trop tard pour faire marche arrière, alors pour le moment elle se tiendrait à son rôle de femme de compagnie comme la jeune fille lui avait expliqué plus tôt, ainsi elle pourrait veiller dans l'ombre et élucider cette affaire. De toute façon elle n'avait pas vraiment le choix, elle était seule à présent, et retourner dans le bas quartier même à couvert lui vaudrait son arrêt de mort, pourtant elle se fichait de vivre ou de mourir, mais tant que le roi de la guilde vivrait, elle se battrait jusqu'à ce que sa vengeance soit accomplie.Cependant il était temps de reprendre la route, mais avant elle la conseilla sur des pièges possibles.

- Si j'ai raison sur le faite qu'il y ai bien un complot venant des hautes sphères, le faite de te voir encore vivante va poser quelques soucis et ainsi ils seront obligé de changer leur plan et d'avoir recours à des moyens encore moins honorables pour mettre un terme à ton existence, comme du poison dans la boisson ou la nourriture, ou bien sur tes vêtements, ou encore un serpent dans ton lit, tellement de moyens sont envisageables pour tuer une personne de ton rang et faire croire au suicide ou à une trahison venant de ton vassal, j'ai lu beaucoup de chose sur ce genre de pratique, alors tant que l'on est sûr de rien il va falloir faire attention sans pour autant éveiller les soupçons. Isnylia parlait vite mais de façon claire, il ne fallait pas perdre trop de temps. Bon, il va falloir y aller, donc restes sur tes gardes, c'est tout ce que je peux te dire pour le moment, et n'ais crainte je tiendrais ma parole, loin de moi l'idée de te poignarder dans le dos !

Sur cette phrase, la jeune voleuse descendit précipitamment et reprit les rênes pour se diriger droit vers la villa du gouverneur, hélas ils seront arrêté avant. Un important groupe d'hommes en armure faisaient barrage sur une des grandes routes, et pour ne pas susciter plus de problème, Isnylia continua comme si elle n'avait rien à se reprocher dans leur direction. Une fois à portée le soldat qui semblait être le capitaine l'accosta avec un air hautain.

- Descendez de là et veuillez nous suivre, pareil pour la petite princesse !

Isnylia n'était pas du genre impressionnable, mais elle du faire un effort surhumain pour rester poli envers ce rustre.

- Je ne bougerais pas de là et ma passagère non plus tant que je n'aurais pas eu une explication messire !

- Par ordre du gouverneur je vous intime de descendre et de me suivre, exécution !

- Messire je ne me répèterais pas, ma charge n'est pas n'importe laquelle, pour agir de la sorte vous devez avoir un mot d'ordre direct du gouverneur avec son sceau gravé dans la cire, alors j'attends !

L'homme en armure sembla déstabilisé, comme si il n'avait pas ce fameux mot d'ordre, alors il improvisa comme il put tout en baissant d'un ton, genre pour amadouer.

- Madame ça été une décision prise sur le vif, je vous demanderais juste de me faire confiance.

- Désolée messire mais la confiance ne fait pas partie de mon travail, je suis là pour veiller sur la princesse et la ramener à bon port, à présent ôtez vous de ma route !

Insylia n'avait pas froid aux yeux, mais de cette manière elle paraissait plus vrai que nature en ce qui concernait la protection de la jeune princesse. Alors en voyant qu'il n'arriverait pas à la convaincre le capitaine somma à ses hommes de la viser avec leur arbalète tout en ajoutant sur un ton ferme.

- Idiote, voyez l'emblème sur mon habit ! Et vous croyez que des bandits vous tendrez une embuscade dans un endroit pareil ? Alors arrêtez votre psychose et descendez ou je serais obligé de vous mettre aux arrêts !

- Emblème, lieu, arrogance, peu m'importe, je ne vous suivrais que si vous avez ce que je demande, sinon vous pourrez toujours vous l'arrondir sur une boule carrée !

A peine eut elle le temps de finir sa phrase, que l'homme d'arme leva le bras comme pour ordonner une salve contre elle, mais là une réaction inattendue de la jeune voleuse allait en surprendre plus d'un, sans attendre elle tira l'épée de son fourreau et sauta par dessus le capitaine en exécutant une jolie pirouette aérienne afin de lui atterrir juste dans le dos. Après quoi elle plaqua sa lame contre sa gorge en appuyant suffisamment pour lui faire fléchir les deux jambes, un filet de sang se montrait déjà d'ailleurs, preuve qu'elle ne plaisantait pas.

- Vous avez vos ordres messire, moi j'ai les miens, je protège, si vous n'avez pas un mot d'ordre direct je ne vous obéirez pas, je ne suis pas aux ordres des laquais du gouverneur mais de la princesse, alors soit vous nous laissez passer sans faire d'histoire, soit les enfants du quartier auront un nouveau ballon pour jouer ! Isnylia en avait marre là, ça commençait à devenir très suspicieux, et depuis quand on visait le cocher d'un carrosse royal au risque d'endommager son si précieux chargement ? Sur cela elle ajouta en hurlant dans son oreille. DITES !!!

- Oui ... oui ... Vous pouvez passer, mais vous devrez vous expliquer devant le gouverneur ...

- Ca ne sera pas un soucis, vous êtes un homme très compréhensif capitaine, merci beaucoup ! Ajouta t'elle sur un ton sarcastique.

La jeune femme finira donc par le relâcher, quant aux autres ils avaient cessé de la viser avec leur arme, puis, sans se faire prier elle reprit la route avant de ce faire à nouveau arrêter un peu plus loin par un deuxième groupe d'hommes en armure. En voyant cela Isnylia soupira de lassitude et attendit, et là contre toute attente le discours fut tout autre.

- Je vous pris de m'excuser gente dame, mais un mot du gouverneur demande à ce que vous nous suiviez.

Après ces quelque mots un parchemin avec le sceau en question lui fut remit, mais avant de le lire il fallait qu'elle sache.

- C'est quoi tout ça, un peu plus loin on avait été arrêté également prétextant à la même requête mais sans le mot du gouverneur ?

- Oui je sais et je le regrette, c'est moi même qui ai ordonné ce barrage en plus, mais on pensait pas que ça causerait tant de soucis, et il y a pas plus de deux minutes qu'un messager m'avait apporter ce mot pour vous, sinon je pense qu'on aurait insister comme ont du le faire nos confrères.

La jeune voleuse révulsa un peu les yeux en entendant ça, mais elles prit tout de même le temps de lire le mot.

Citation :
Chère Iliyasviel,

Pardonnez mon manque de courtoisie dans ce mot, mais j'ai eu des informations très inquiétantes qui me sont parvenues. Mes espions me disent que vous avez été enlevée tôt dans la matinée mais que vous vous en êtes sortie, je ne sais pas comment cela a pu se produire et je vous pris de m'en excuser. À cela j'ai ordonner à ma garde personnelle de vous escorter jusqu'à ma villa, je vous y attends.

Avec tout mes respects Iliyasviel.

Cordialement, gouverneur Vultinien.

L'authenticité de la lettre ne faisait aucun doute aux yeux de Isnylia, mais quelque chose ne tournait pas rond, en tout état de cause rien était certain pour le moment, alors mieux valait les suivre. La jeune femme descendit et frappa à la porte de la calèche avant de l'ouvrir et remit le mot à Iliyasviel tout en lui disant avec les yeux que cette situation ne mettait pas très en confiance. Néanmoins la jeune voleuse avait fait sa part, à présent tout reposait entre les mains de Iliyasviel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Lun 5 Oct - 21:02

(HJ : J’arrive de "Une tentative d’enlèvement…")

Iliyasviel était assise dans sa calèche, les mains sur ses genoux elle réfléchissait aux derniers événements. Isnylia avait l’air d’être quelqu’un de confiance. Une femme qui semblait être appréciable en dépit de son caractère bien trempé. Qu’importe, Iliya saurait la dompter. Et puis la jeune princesse s’était déjà attachée à elle, même si leur rencontre n’avait pas été des plus amicales. Mais quelque chose occupait l’esprit de la jeune Elfe. Pourquoi la garde mettait-elle autant de temps à les rejoindre ? Harian s’était-il égaré ? Ou pire… ? Cela venait renforcer sa théorie d’une personne travaillant chez le gouverneur et qui serait en faites un espion.

C’est finalement un peu plus tard que la calèche tomba finalement sur la garde de Nandis. Iliya n’aimait pas ça. D’habitude s’était toujours les mêmes gardes qui l’escortaient. En outre, elle ne reconnaissait aucun d’eux. Mais ses yeux Elfique ne relevèrent rien d’anormal. Cependant Iliyasviel trouva suspect que personne ne s’intéresse de savoir si elle était oui ou non dans la calèche et surtout savoir si elle était vivante ou morte. Non, il y avait vraiment quelque chose qui clochait…

C’est alors que la calèche vira soudainement de bord et s’arrêta dans une ruelle sombre. La porte s’ouvrit et Isnylia entra dans la calèche. La princesse Elfe avait gardé un visage charmant, comme d’habitude, n’ayant pas entendu de bruit de pas précipité il ne devait pas y avoir d’attaque ou autre. Isnylia voulait en faite la mettre au courant de quelque chose. Elle referma la portière sur elle avant de poursuivre. Elle était inquiète et elle avait raison, sa puait le traquenard à plein nez.

-Ne t’en fait pas tu n’es pas paranoïaque. J’ai remarquée qu’aucun des gardes qui m’accompagnent, habituellement, ne sont présent. De plus je soupçonnais déjà que quelqu’un dans l’entourage du gouverneur travaille dans son dos. Peut-être avec ton ancien roi, ou alors peut-être pour son propre compte. Iliya fit une courte pause avant de reprendre sur un ton las, pour ce qui est de mon majordome, Harian, je ne sais se qu’il lui ait arrivé. Il est si lâche et est si trouillard qu’il aura sans doute trouvé une façon de s’en sortir.

L’attitude d’Isnylia ne rassurait pas tellement l’Elfe. Même si elle voulait sans doute se montrer prudente et qu’Iliya avait "l’habitude" de ce genre de situation, la petite princesse restait quand même très jeune. Et elle détestait avancer à l’aveuglette. Si elle était inquiète, Iliyasviel ne laissa rien paraître, sans doute par fierté. Avant de reprendre la route, la voleuse voulu lui apprendre quelques types pièges possibles.

-Ne t’en fait pas trop pour ça, commença-t-elle d’une voix qui se voulait rassurante. Sauf si je suis épuisée, je me montre toujours prudente. J’ai été élevée par un précepteur très strict. J’ai beaucoup apprit des livres des Elfs. Et pour le poison ne t’en fait pas, tant que je ne serais pas trop fatiguée, je pourrais toujours purifier mon corps à tout instant. Mais tu as l’air d’en connaître plus que moi dans ce domaine, je te ferais donc confiance. Ta fidélité fait plaisir à entendre, j’espère que tout se passera pour le mieux, ajouta Iliya avec un beau sourire.
Sur ceux, la voleuse était redescendue rapidement pour ensuite reconduire l’attelage vers la villa du gouverneur. Mais tout ne se passa pas comme prévue. Bientôt la calèche dû s’arrêter. Une voix masculine se fit entendre et ordonna que la voleuse et elle descendent de la voiture. La petite princesse tira légèrement les rideaux et observa se qu’il se passait à l’extérieur. Un groupe d’homme en armure barrait le passage.

*Ce n’est vraiment pas mon jour…* soupira-t-elle.

C’est là qu’Isnylia entra en jeu. Iliyasviel ne regretta pas de l’avoir épargner. En quelques secondes et quelques mouvements le problème fut régler sans combat. Elle était plutôt impressionnante. Après avoir obtenu se qu’elle voulait, elle relâcha le capitaine de la garde pour reprendre sa route. Mais quelques mètres plus loin, ils furent encore arrêter. Cette fois-ci, il y avait une preuve de ce qu’ils avançaient. Ainsi donc il y avait un mot concernant la jeune princesse. Que se passait-il à la fin ? Le gouverneur avait-il décidait d’arrêter Iliya pour ses actes, qui jusque là n’avaient pas été remarqués ? Isnylia râla quelque peu à propos des gardes qui s’étaient comportaient en goujat. L’homme s’excusa et tendit une lettre à la voleuse qui la lu. Après cela, la jeune femme descendit de la calèche et frappa à la porte de la voiture avant de l’ouvrir. Iliya tendit sa petite main blanche pour lire la missive du gouverneur. La jeune Elfe parcouru rapidement le mot avant de le reposer sur ses genoux. Elle semblait authentique. La petite princesse regarda les yeux de la voleuse. Celle-ci n’était pas rassurée. Iliyasviel hocha de la tête pour lui dire qu’elle était d’accord avec elle.

-Restons sur nos gardes. Si j’entends un bruit suspect, ou si j’aperçois quelque chose lors de notre trajet, je toquerais à la paroi en bois de ton côté.

En quelque sorte, sur ce point Isnylia pouvait se détendre, ses arrières étaient couverts par des oreilles et une vue Elfique. Après, Iliya se remettait aux talents de conductrice que la femme avait ou n’avait pas.

-Nous devrions y aller, on avisera en chemin, même si je déteste ça, dit-elle à Isnylia en un chuchotement.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Mar 6 Oct - 2:32



En voyant Iliyasviel lire la lettre du gouverneur, Isnylia comprit que elle non plus n'était pas confiante quant à la suite des évènements, et ce qu'elle lui répondit à son regard ne fit que confirmer ses soupçons. Oui aviser étaient la seule chose à faire pour le moment, alors malgré son visage sérieux la jeune voleuse lui fit un clin d'oeil pour le moins rassurant avant de refermer la portière, ce clignement avait aussi un autre sens, celui qui voulait dire que l'on ne pourra faire confiance à personne d'autre qu'à nous même. C'était discret certes, mais Isnylia jugeait la petite princesse suffisamment précoce pour comprendre ce qu'elle voulait dire. Après quoi elle reprit place sur son banc et attendit que la garde lui ouvre la marche, cependant elle n'eut rien besoin de faire car deux hommes tiraient les chevaux dans la direction et à l'allure désirée, la jeune voleuse se sentait quelque peu ridicule sur son perchoir à ne rien faire, mais bon, pour le moment ni elle ni sa passagère n'était maitre de la situation, alors il fallait se montrer patient. Les minutes s'écoulaient les unes après les autres, et Isnylia avait bien envie d'amorcer le galop pour presser un peu les chose qui allaient trop lentement à son goût, ce genre de chose avait le don de la stresser à un point qu'il valait mieux ignorer. Heureusement la jeune femme se maitrisait bien, et une vingtaine de minutes plus tard ils entreront dans le domaine privé du gouverneur, immense était peu dire, mais là aussi il fallait faire attention à ne pas dévoiler sa face cachée en faisant l'étonnée, le regard dur et fixe était l'expression de Isnylia, mais au fond d'elle elle découvrait.

L'escorte touchait à son terme, et immédiatement le carrosse fut prit en charge par au moins cinq garçons d'écurie plutôt bien habillés, d'ailleurs l'un d'eux voulu se montrer courtois en l'aidant à descendre, mais une tape plutôt piquante lui sera administré sur sa main en guise de remerciement, Isnylia ne supportait pas tout ces mimics inutiles, elle était assez grande pour descendre de là toute seule, alors qu'ils ne l'asticote pas trop et tout devrait bien se passer. Quant à la garde il étaient rester au grand portail, donc elles étaient toute seule devant l'immense palais du gouverneur, mais cette solitude fut de courte durée, car la porte qui leur faisait face s'ouvrit et le gouverneur en personne accompagné de quatre hommes d'arme formant un carré autour de lui s'avançait vers la calèche. La jeune voleuse joua le jeu et toqua à la porte de la princesse puis l'ouvrit avant de lui tendre la main pour l'aider à descendre, elle avait souvent vu cela quand elle assistait à des parades, enfin assister ne convenait pas vraiment, mais plutôt pour faire quelques poches par ci par là. Puis, les garçons d'écurie repartirent avec le carrosse, à présent plus moyen de fuir au galop, il était temps d'affronter les choses en face.



Le dirigeant de Nandis se rapprochait lentement de deux femmes, de l'extérieur Isnylia semblait tout à fait correcte, elle avait même retiré son béret en signe de respect, mais en elle c'était tout autre, elle se demandait pourquoi les rois ou les gouverneurs étaient toujours aussi laid, enfin bon elle n'aurait probablement jamais la réponse à sa question. À présent ils étaient face à face, et là le vieil homme fit quelque chose qui surprit Isnylia, car il avait mis un genoux à terre pour faire la baise main à Iliyasviel, à cela la jeune voleuse révulsa furtivement des yeux, vraiment ça frisait le ridicule.

*Tiens, quand il aura le temps il en profitera pour me lécher les pieds, comment un homme de son rang peut s'abaisser à ce point ? Même si cette gamine est princesse, aucune dignité ça me rend malade !*

Après quoi il se releva et la salua d'un simple hochement de tête, néanmoins son regard se fixa sur elle, une foule de questions semblait se bousculer dans son esprit à ce moment même.

- Qui êtes vous demoiselle, il me semble pas vous avoir déjà vu auprès de la petite Iliya ?

- Messire ! Fit elle poliment. Il est bon de savoir que je ne me suis pas engager moi même, donc votre question est plutôt destinée à Iliyasviel ici présente.

Le gouverneur sembla surpris par sa façon de parler, mais très vite il retourna son intention sur la petite chouchoute du moment, à peine quelques minutes s'étaient écoulées que déjà ça lui paraissait interminable, heureusement la discussion qui s'en suivit allait apporter un peu d'épice à cette soupe d'intrigue.

- Je suis tellement navré de ce qui vous ai arrivé Iliyasviel, je me suis fait un sang d'encre pour vous, d'ailleurs je n'ai pas été le seul !

À peine eut il fini sa phrase que Harian fit son entrée en sortant la villa même du gouverneur, ce dernier accourut pour se poster immédiatement au côté de sa maitresse, cependant il ne cacha pas son air surprit en voyant la jeune voleuse, elle qui n'avait rien à faire là, d'ailleurs elle le sentait qu'elle était comme de trop, mais rien ne semblait ébranler cette femme pour le moment.

- Votre compagnon de voyage a ameuté tout le quartier administratif pour que des gardes soient envoyer rapidement et ...

Le gouverneur fut soudainement interrompu par Isnylia, quand il commença à parler de ses gardes elle ne put retenir un sourire bruyant. Elle tentait encore de le retenir mais ses lèvre tremblaient de façon plus que suspect, le dirigeant de Nandis crut alors qu'elle se fichait de lui, alors il fronça les sourcils et haussa le ton à son égard.

- On peut savoir ce qui vous fais rire ? Je crois pas qu'il y ai quoi que ce soit de risible dans cette situation !

- Et bien ... (rire étouffé) Je crois que c'est peut être du au faite que VOUS vous fichez de nous messire ! Car une fois la garde avait répliqué en moins de trois minutes pour un simple meurtre entre mendiants, et là il y a eu tout un massacre et il aura fallu plus d'une demie heure à vos hommes pour se bouger ?

- Nous sommes pas toujours au courant de ce qu'il se passe madame, alors épargnez moi votre arrogance !

- Je voudrais bien vous croire, alors vous êtes au courant pour des meurtres insignifiants, et là la "petite Iliya" comme vous la surnommez est en danger et personne ne vient ? Désolé mais il va falloir trouver autre chose !

- Non mais comment osez vous me parler comme ça ?!!!!

Et comme si ça ne suffisait pas, Harian mit son grain de sel pour défendre le gouverneur de l'indomptable Isnylia.

- Vous êtes vraiment très mal polie madame, je demande ce que vous faites auprès de Iliyasviel ?!

La jeune voleuse préféra ne pas répondre au risque de se faire arrêter, car elle aurait été très blessante pour ce coup, alors elle préféra ravaler sa fierté afin de l'intercepter au tournant.

- Vous avez raison je n'ai pas mon mot à dire, je vous pris de m'excuser ...

Ce fut vraiment très dur pour elle de faire preuve d'autant de lâcheté, mais pour ce coup elle n'eut guère le choix.

- Oui, encore un mot salissant de votre bouche et ça sera la potence ! Ajouta méchamment le gouverneur avant de refaire son grand sourire idiot lorsqu'il reposait son regard sur la petite princesse.

Alors que le gouverneur Vultinien incitait Iliyasviel à l'accompagner dans sa villa, Harian et Isnylia étaient volontairement laissé en retrait par la garde rapprochée de se dernier, alors le moment était peut être déjà venu de lui faire payer son insolence. C'est alors que sans attiré l'attention sur elle qu'elle bouscula violemment l'Elfe contre le mur empli de fleur en tout genre, chose qui les cachait relativement bien, puis, elle sortie une dague de sa manche et dirigea l'estoc de cette dernière vers le bas ventre de l'homme qui suait déjà.

- Pousses un seul petit cri, et la dernière chose que tu verras ça sera tes tripes se déverser sur tes pieds !

- Que ... que voulez vous ?...

- Tais toi, tu vois pas que c'est le cerveau que je vise ?! Rétorqua t'elle en ajoutant plus de pression sur son arme contre la chaire du valet.

Un peu plus et il tournait de l'oeil, alors elle fit attention en le giflant puis en reculant légèrement la pointe de la dague de son ventre.

- Avises toi encore de me reparler comme tu l'a fais tout à l'heure, et ton cas sera très vite réglé, est ce que tu as bien compris mes paroles monsieur l'Elfe ?

- Oui ... Fit il en hochant plusieurs fois la tête. Oui, je vous demande pardon ...

- Bien, maintenant avances, et n'essais pas de parler de notre petit échange, car en te retournant je ne serais plus là, mais à chaque seconde de ta vie restante tu seras en danger car je ne serais jamais loin, bouges de là ! Termina t'elle en le brusquant.

Et ni vu ni connu Harian et Isnylia rentrèrent dans la villa du gouverneur faisant mine de les suivre comme si de rien était, mais la terreur paraissait toujours dans le regard de l'Elfe. Heureusement nul n'y fit attention, sauf peut être Iliyasviel, mais ça ce n'était pas un soucis, après quoi tout deux prirent place à une table de petite dimension, et ça se voyait que le valet et la voleuse n'étaient pas souhaités pour cet entretien, alors ils se devaient de rester en retrait. Quant au gouverneur il engagea la conversation juste après que sa garde rapprochée ai regagné les quatre coins de la pièce.

- Bon, permettez moi d'aller droit au but Iliya, mes espions n'ont pas eut des renseignements très précis à me fournir, pouvez vous me raconter ce qu'il s'est passé ?

Au même moment un serveur hautement qualifié vint leur servir boisson et petits gâteaux pour rendre les échanges plus confortables, cependant Isnylia observait tout les fais et gestes du coin de l'oeil, si ça tenait qu'à elle, elle aurait fait la gouteuse pour voir si il n'y avait pas de poison, mais agir ainsi aurait été une insulte aux yeux du gouverneur, c'était vraiment très pénible ce genre de situation où l'on ne pouvait rien faire, alors attendre était le mieux qu'elle puisse faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Mar 6 Oct - 18:01

Iliyasviel était confortement assise dans sa voiture. Cette dernière avançait beaucoup plus lentement que tout à l’heure. Sans doute Isnylia n’était plus aux commandes. Iliya eu un petit sourire en ayant cette réflexion. La voleuse avec la tendresse et la patience d’un homme. Quoi qu’il en soit, après un moment qui parut quand même assez long à la princesse, cette dernière, en regardant dehors, pu se rendre compte qu’ils étaient arrivés. La villa du gouverneur était toujours aussi belle. Iliyasviel était déjà venu ici plusieurs fois. Elle y avait passé bon nombre de soirée mondaine où plusieurs personnalités se regroupaient pour prendre un verre ou autre. Finalement, le trajet s’était passé sans encombre. Mais une question taraudait toujours Iliya tendit qu’Isnylia lui ouvrait la porte et l’invitait à descendre en lui tendant la main. Pourquoi le gouverneur l’avait-il invitée ce matin ?

Elle y avait réfléchis pendant tout le temps où elle avait été dans la calèche mais n’avait pas trouvé de réponse. De toute façon elle allait savoir d’un instant à l’autre. Iliyasviel prit la main d’Isnylia et descendit de la voiture avec grâce. Devant Iliya, se profilait une grande demeure qu’elle avait souvent vue. C’est alors qu’en baissant les yeux sur la grande porte elle vit le gouverneur. Ce dernier était entouré de quatre gardes. La voleuse, à côté d’elle, avait retiré son béret en signe de respect. Elle semblait tout à fait présentable pour son rôle.

*Le jeu commence…* songea-t-elle en aillant un large sourire amicale lorsqu’elle vit le gouverneur tout en exécutant une révérence fort élégante.

Iliya ne pensait pas à son jeu habituel qui était de tuer. Non, là il s’agissait d’un tout autre combat. Où les joutes verbales et la comédie faciale étaient les choses qui déterminé la fin d’un combat. La jeune Elfe n’appréciait pas particulièrement le gouverneur. Elle devait juste se montrer comme une princesse "normal". Se faire oublier et graisser la patte du gouverneur si jamais elle avait des ennuis judiciaire ou autre. Le vieux gouverneur de Nandis se retrouva finalement face à Iliyasviel et exécuta la baise main. La jeune princesse remarqua du coin de l’œil qu’Isnylia n’avait pas apprécié. Normal, elle ne faisait pas partit de son monde. Dans le sien, il y avait un code à respecter, une "procédure" à suivre et des codes de langage. Le protocole était formel, et le gouverneur le savait bien. Les rois, reines, princes et princesse lui était supérieur au niveau du rang. Même s’il était le seul maître de sa ville, il devait en aucun cas être impoli avec un "sang noble". Dans le cas d’Iliya cela aurait été très fâcheux pour Nandis. Premièrement, le marché annuel de Hondia rapportait vraiment beaucoup d’argent à Nandis. C’était là que les marchands Elfs de Lindïa venaient principalement s’approvisionner. D’autre part, son pays ne serait certainement pas heureux d’apprendre que sa petite fille soit mal traitée ou autre. Même si son propre peuple avait peur d’elle, ils n’hésiteraient certainement pas à assiéger Nandis si on apprenait la mort d’Iliya. Et pour finir, Iliyasviel était presque aussi riche que le gouverneur lui-même. Majoritairement et surtout grâce à ses parents qui lui envoyait de quoi "vivre". Et ce n’était pas que le stricte nécessaire. Il arrivait souvent que la jeune Elfe soit " généreuse" dans ses dépenses. Ainsi, elle et Lindïa représentait une partie non négligeable des fonds commerciaux de Nandis. Et comme tout le monde le sait… On n’ennuis pas la vache à lait.

Le gouverneur, Vultinien, se releva et salua Isnylia d’un hochement de tête. Iliyasviel constata que son regard s’attarda sur la voleuse, la jeune Elfe allait devoir expliquer sa présence… Et la question tomba finalement. Iliya n’eu pas le temps de répondre que la jeune femme répondit d’elle-même. Même si le ton était poli, il ne fallait pas parler ainsi. La jeune princesse cacha un air contrarié. Mais finalement le vieil homme reporta son attention sur elle. Il lui dit qu’il s’était fait un sang d’encre etc… A ces mots, Iliya perdit quelques peu son sourire, resté jusque là, inchangé.

-Oui, je suis également navrée. Si j’avais dû attendre que la garde me porte secours, je ne serais déjà plus là à l’heure qu’il est. Il faudra que vous revoyiez les capacités de vos gardes à monter un cheval et à s’avoir s’orienter en ville… fit Iliya d’un ton ironique.

C’était peut-être un peu osé. Quoi qu’il en soit, le vieil homme n’était pas visé dans cette remarque, alors il n’allait certes pas s’énerver. Alors que la petite Elfe avait parlé, Harian était apparu et vint se poster juste derrière elle, aux côté d’Isnylia. Comme elle s’y attendait, son majordome n’avait aucunes blessures apparentes.
Alors que Vultinien lui parlait, il fut interrompu par Isnylia. Grave erreur, dans une conversation mondaine, on n’interrompait jamais une personne d’un rang non négligeable. Même si la conversation était d’un ennui soporifique, il ne fallait jamais montrer le moindre signe d’inattention ou autre. Vultinien haussa alors le ton visiblement offensé. Alors qu’Iliya s’apprêtait à l’excuser pour une raison X ou Y, Isnylia lui répondit elle-même d’une façon très osée. Même si elle avait raison, la jeune femme n’avait pas le rang qu’il convenait d’avoir pour parler ainsi au gouverneur lui-même. Iliyasviel feinta l’offensée. Et à mesure que la situation s’envenimait, Harian ajouta son grain de sel. Finalement Isnylia sut finalement s’arrêter à temps avant le point de non retour. Et présenta ses excuses. Iliya savait qu’elles n’avaient aucune valeur, mais cela sembla paraître potable au gouverneur. Ce dernier reposa son attention sur Iliyasviel après avoir menacé Isnylia de la potence.

-Vous deux, je vous prierais de ne pas oublier de dire « Mademoiselle Iliyasviel » lorsque vous parlez de moi ou que vous vous adressez à moi. Harian je n’ais pas demandé ta défense alors n’ouvre pas la bouche sans mon autorisation, fit-elle d’un ton dure. Quand à toi, poursuivit Iliya en regardant Isnylia, prend garde à ce que tu dis, je n’accepterais aucuns signes d’irrespect. Alors ne recommence plus si tu ne veux point subir de molestations.

A premier abord, Iliya pouvait sembler cruelle. Mais quelque chose dans son regard, que seule Isnylia voyait de face, lui incitait à jouer la comédie. Après cela, Iliyasviel retrouva son sourire sans valeur, et pourtant fort beau, en posant les yeux sur Vultinien. Ce dernier l’incita à entrer dans sa villa. Iliya s’exécuta, elle et lui entouraient par sa garde rapprochée. Isnylia et Harian un peu plus loin derrière. Alors qu’elle marchait, l’ouïe Elfique d’Iliyasviel entendit Isnylia et Harian chuchoter. Et cela n’avait rien d’amicale. La petite Elfe sourit intérieurement, cela ne pouvait que rendre plus courageux son majordome. Du moins, si l’on était optimiste. Elle allait devoir avoir une conversation sérieuse avec lui, afin qu’il ne gâche pas tout.

Iliyasviel et le vieil homme traversèrent un long couloir où de nombreux tableaux étaient accrochés. Sans doute les gouverneurs précédents. Puis ils arrivèrent finalement dans une grande pièce chaleureuse. Harian et Isnylia prirent disposition sur une petite table, un peu à l’écart. On vint hotter le manteau de la princesse et lui enlever son béret mauve. A présent la petite Elfe avait ses beaux cheveux blancs à l’air libre et sa tunique mauve, venant d’un grand couturier de Nandis, était visible de tous. Puis, Iliya et Vultinien s’assirent tout deux respectivement sur les deux canapés immaculés placés face à face. Iliyasviel croisa les jambes, comme à son habitude. Une petite table en bois était disposait là. Alors que la garde rapprochée du gouverneur s’installait aux quatre coins de la pièce, le gouverneur de Nandis engagea la discutions. Il lui demanda de lui raconter ce qu’il s’était passé. Au même moment, un serveur impeccable se présenta et proposa des boissons et des gâteaux. Iliya n’avait pas oubliée l’histoire du poison, elle fit signe au serveur de se rapprocher avec son indexe et lui intima toujours avec son sourire :

-Servez-moi un thé saveur fruit des bois je vous pris.

-Bien Mademoiselle, lui répondit-il.

Alors que ce dernier s’exécutait en s’absentant un court instant, Iliyasviel répondit d’un ton cordial tout en reprenant une expression sérieuse :

-Vous voulez s’avoir se qu’il s’est passé ? Ce matin j’ai reçu votre rendez-vous. Rendez-vous pour lequel d’ailleurs je n’ais toujours pas eu de motif. Une calèche avec vos armoiries c’est présenté devant ma résidence. Je suis donc monté à bord et me suis retrouvée sur les docks. Là, six personnes m’attendaient et en voulait à ma personne. J’ai dit qu’il y avait six personne mais il y en avait en faites sept. La septième étant Isnylia ici présente.

Iliya marqua une courte pause car on lui servait enfin son thé. Le serviteur lui proposa des gâteaux, mais Iliyasviel le congédia d’un geste de la main. La jeune Elfe ne pouvait que sonder les liquides pour s’assurer qu’il n’y avait pas de poison. Les gâteaux, elle ne pouvait rien y faire. La petite princesse laissa sa tasse refroidir un peu tout en poursuivant :

-Grâce à elle je m’en suis pas trop mal sortit. Isnylia est un de mes atouts majeurs. C’est un espion parmi les voleurs de votre ville. Elle travaille en faites pour moi, et c’est finalement trouvait là au bonne endroit au bon moment. J’ai toute confiance en elle, son aide est indéniable. C’est pour cela que je vous périrais de bien vouloir excuser son arrogance parfois irrespectueuse.

Iliya prit la tasse en porcelaine avec sa petite assiète, de très belle facture, et posa sa main droite sur les parois chaude. Elle se mit à sonder la tasse en porcelaine afin de déceler un quelconque poison. S’il y en avait un, elle le décèlerait. La jeune Elfe faisait cela tout en observant le gouverneur de la façon la plus naturel du monde. Elle poursuivit finalement son récit de la matinée :

-Grâce à mes pouvoirs d’élémentaliste de l’eau et à Isnylia j’ai pu m’en sortir indemne. La garde, qu’Harian était partit chercher, mettait un temps hallucinant à nous rejoindre. Alors Isnylia a laissait tombé momentanément sa couverture de voleuse et la mis en péril en me reconduisant à bon port. Sur le chemin nous fûmes interrompus deux fois par des groupes de gardes, le premier fort mal élevé. J’exigerais donc qu’une punition leur soit administrée. Et à la seconde interruption on nous présenta une missive venant de vous, que voici, Iliyasviel présenta le bout de parchemin, qu’elle avait reçu, au gouverneur pour vérifier son authenticité, et nous voilà.

Entre temps, Iliya avait fini de sonder sa tasse de thé. Il n’y avait pas de poison. Une douce odeur de fruit des bois en émanés. Iliyasviel souffla le nuage de vapeur qui émanait du thé et porta la tasse à ses lèvres en levant son petit doigt. La première gorgée fut délicieuse. Elle reposa la petite tasse sur son assiette aussi délicatement qu’une petite sourie. Puis elle poursuivit d’un ton qui se voulait tout aussi neutre que ses précédentes paroles :

-Je vous demanderais donc des explications. Je déteste être traitée de la sorte. D’autre part, j’aimerais savoir pourquoi vous m’aviez demandée ce matin même.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Mer 7 Oct - 2:10


Le gouverneur Vultinien avait finis par se remettre des remarques désobligeantes de Isnylia, car c'était ainsi qu'elle se nommait, alors c'était une espionne au service de la petite princesse ? Et bien, elle avait des ressources, voila l'exclamation interne qui s'était produite en lui en entendant ça. De ce faite il pourrait aussi la questionner sur cette organisation et ainsi les mettre aux arrêts. Cependant la suite n'offrait pas la meilleure des image à Nandis, et une mauvaise réputation pourrait en naitre, puis, Iliyasviel affirma que c'était grâce à Isnylia qu'elle était encore vivante, de ce faite elle lui assurait une certaine protection, en entendant cela, la jeune voleuse fut contente de voir que la gamine tenait parole, chose qui diminua quelque peu sa rage qui pouvait se révéler dévastatrice. De plus la petite princesse avait suivis ses prescriptions en ce qui concernait l'empoisonnement, cela c'était remarqué quand elle refusa les petits gâteaux, mais ce qui lui mit la puce à l'oreille c'était que le gouverneur n'en avait pas voulu non plus, était ce une forme d'impolitesse de manger quelque chose que l'autre avait précédemment refusé chez les nobles ? Le doute planait au dessus de la tête de Isnylia, puis cet Elfe non loin d'elle l'exaspérait sérieusement, sa tête ne lui revenait pas, c'était aussi simple que ça, cependant elle se doutait bien qu'elle devrait faire avec, après tout elle avait connu pire.

Iliyasviel finira par demander au gouverneur quel était le but de sa convocation si tôt dans la matinée alors qu'il était en train de relire sa propre missive que la jeune princesse venait de lui remettre. Sur ses mots l'homme prit un air neutre tout en repliant soigneusement le parchemin avant de la donner au serveur, il ne répondit pas de suite, il voulait d'abord s'assurer qu'elle n'avait rien d'autre à ajouter, avec les enfants on était jamais sûr de quand ça pourrait se terminer. Mais bon il fallait bien admettre qu'elle n'était pas n'importe qui, alors d'un claquement de doigt il fit comprendre à un des gardes de lui rapporter ce qu'il attendait, alors quand se dernier s'approcha de ses lourds pas ferrés et qui lui remit un parchemin bien roulé, le gouverneur s'en empara et s'empressa de le dérouler pour en lire le contenu de vive voix alors que l'homme d'arme repartait à sa place après avoir fait une brève révérence.

- Hum, et bien c'est assez compliqué comme situation, très tôt ce matin j'ai reçu cela d'un expéditeur inconnu, généralement je ne prête aucune intention à ce genre d'écris, des menaces j'en reçois tout les jours, mais là c'est différent, écoutez plutôt.

Citation :
Cher Vultinien,

Cette missive n'est pas comme celles que vous avez l'habitude de recevoir, alors lisez là jusqu'au bout, sinon vous risquez de le regretter amèrement. Je sais que vous entretenez de bon liens avec la jeune Princesse Iliyasviel, alors il ne vous sera pas difficile de faire ce que je vais vous demander. Récemment une importante attaque c'est produite à Lindïa, les dégâts sont pour le moment indéterminés, mais je sais que l'assaut a duré plusieurs Lunes. Alors vous n'êtes pas sans savoir que sans son point d'attache la gosse ne vaut plus grand chose car elle perd son titre de royauté et ne devient plus qu'une simple squatteuse à Nandis.

Donc ma requête est simple, je vous demanderais d'amener l'enfant en dehors de la ville jusqu'à la grande plaine. Et vous n'aurez pas d'alternative monsieur le gouverneur, car je retiens votre chère fille, et je doute qu'elle veuille faire la connaissance avec mes différents acides, vous avez jusqu'à midi, après il sera trop tard.

Bien à vous, Un tueur.

La lecture de ce mot avait également été entendue par Isnylia et Harian qui se trouvaient non loin, et la voix portante du gouverneur le leur permit de ne pas en perdre une miette. La jeune voleuse semblait réfléchir, et Harian était totalement choqué par la nouvelle, Lindïa attaquée ? Mais comment cela se pouvait ? Cependant le dirigeant de Nandis ne laissa pas le silence s'instauré qu'il fit part de ses doutes à la petite princesse.

- Franchement je n'y crois pas vraiment ... mais ... en effet ma fille a véritablement disparue ... alors je vous ai convoqué pour cela, est ce que d'après vous ce que cet homme a écris pourrait être possible ? Là je vous avoue que je suis perdu !


Perdue ne semblait pas être le cas de Isnylia, cette missive ne lui semblait pas réelle, du moins sur le point de vu sérieux, elle même avait déjà écris des menaces du genre, et en aucun cas ça ne ressemblait à se genre d'ânerie. Se fichant complètement de provoquer un courroux, la jeune femme s'avança jusqu'à la table où les deux personnalités se faisaient face, chose qui provoqua un mouvement rapide de sa garde rapprochée pour l'empêcher de continuer.

- Messire, puis je voir ce parchemin ? Fit elle en étant maintenue à bonne distance par les deux hommes en armure.

- Mais ... pourquoi faire ? Répondit il avec le regard plein de questions.

- J'ai besoin de savoir quelque chose !

Sans avoir eu à insister plus le gouverneur fit d'un signe de la main à ses hommes de la laisser passer et ainsi prendre le fameux parchemin. Isnylia laissa parcourir son pouce sur sa surface comme pour ressentir la texture, puis elle le rapprocha de son nez pour le sentir, tout ces gestes étranges ne devaient susciter que des questions qui pour le moment demeuraient sans réponse. La jeune voleuse par contre savait exactement ce qu'elle faisait, cette chose puait l'arnaque à plein nez, puis, incroyable cette dernière se mit à rire assez bruyamment avant de jeter la missive menaçante sur la table qui se trouvait entre Iliyasviel et le gouverneur, cela fit même sursauter Harian qui n'avait pas bougé d'un millimètre depuis tout à l'heure.

- Non mais qu'est ce qui vous prend, je vous avez prévenu ! À présent c'est la potence ! Fit il sur un ton rageur tout en se levant faisant ainsi comprendre à sa garde de l'empoigner.

- Ecoutez Messire, mais là je n'ai pu me retenir ! Rétorqua t'elle froidement.

- Comment pouvez vous être aussi ignoble ? EMMENEZ LA !

- Oui, pour que Iliyasviel puisse croire VOS ÂNERIES !

- QUOI ??!!!!

Sur ce haussement de ton soudain les gardes s'arrêtèrent presque instantanément et la retournèrent pour qu'ils puissent se confronter, la jeune femme ne touchait même plus le sol tellement elle était tenue solidement. Le gouverneur s'approcha ensuite d'elle à pas de géant avant de la gifler violemment.

- Qu'est ce qui vous permet de dire pareilles choses ?!!! Continuait il en hurlant tout près de son visage.

- Epargnez moi votre haleine fétide je vous prie ! Cette lettre est fausse et vous le savez parfaitement j'en suis certaine !

- Non mais vous débloquez totalement !!

- Alors si je débloque en vous disant ça, vous allez carrément me traiter de folle si je dis que c'est une femme qui a écris cette lettre !

Sur ces mots les yeux du gouverneur s'arrondirent de stupéfaction, il lui fallu même quelques secondes avant de pouvoir répondre.

- N'importe quoi, jamais une dame ne pourrait écrire se genre de chose, EMMENEZ LA !

- JE SAIS EXACTEMENT CE QUE J'AVANCE, JE CROIS MÊME AVOIR COMPRIS UNE PARTIE DE CE QU'IL SE PASSE ! Hurla t'elle tout en étant entrainée vers l'extérieure de la villa.

Le gouverneur s'interposa devant Iliyasviel comme pour l'empêcher d'intervenir et ainsi laisser sa garde embarquer la jeune voleuse qui semblait avoir touché un point sensible. Chose qui ne passerait sans doute pas inaperçu aux yeux de le jeune princesse, en tout état de cause le dirigeant de Nandis avait changé de couleur après la révélation de Isnylia sur l'auteur de la missive. Qu'est ce que cela pouvait bien cacher ? En tout cas ça ressemblait de plus en plus à une véritable toile d'araignée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Mer 7 Oct - 16:14

Iliyasviel attendit une réponse de son interlocuteur. Elle reprit la tasse de thé et en rebut une gorgée. C’est alors que le vieil homme claqua des doigts et un des gardes lui apporta ce qui semblait être une missive. Vultinien déroula le parchemin et le lu. Sur le coup Iliya devint aussi livide qu’un linge et laissa tomber sa tasse de thé par terre tant elle était étonnée. La belle tasse en porcelaine alla s’écraser au sol et se brisa en un son cristallin.

-Lindïa… attaqué ? Impossible… lâcha-t-elle en un souffle, les yeux écarquillés.

Iliya eu l’impression que tout s’effondrait soudainement autour d’elle. La jeune Elfe n’avait pas particulièrement d’attaches affectives avec son pays. Simplement… Il n’était absolument pas le moment de perdre son titre alors qu’elle était encore à Nandis. De plus elle avait encore tant de chose à faire, et la plus part nécessité un titre. Vint alors la question du gouverneur.

-Comment cela le serait-ce ? Dit Iliyasviel toujours sous le choc. Non, d’autan plus que personne n’en connaît le chemin. Et il est impossible de tomber dessus par hasard. La traversée dure pas moins d’un mois si l’on n’a pas un Passeur de Lindïa avec sois. Sans oublié tout les pièges naturel sur la route menant à ma ville natale. Aucune armée ne pourrait traverser un tel milieu sans quelqu’un d’expérimenté. Et mon peuple est beaucoup trop pacifiste pour partager son savoir, avec des personnes aux ambitions mal saines, juste par pure chantage ou intérêt personnel.

Au faire et à mesure qu’elle avait cité ces arguments, Iliya avait retrouvée la conviction que s’était totalement faux. S’était totalement impossible. C’est alors qu’Isnylia s’approcha des deux personnalités. La garde rapprochée du gouverneur se mobilisa instantanément lui barrant ainsi la route. Elle demanda à Vultinien à voir le parchemin.

-Laissez la faire je vous pris, demanda Iliya, lui faisant toute confiance.

Le gouverneur de Nandis fit un geste de la main et ses hommes la laissèrent passer pour prendre le parchemin. La voleuse semblait agir par expérience. Elle passa son pouce sur l’enveloppe puis elle en huma l’odeur. Iliyasviel se demandait bien se qu’elle pouvait sentir. C’est alors qu’elle se mit à rire bruyamment avant de jeter la lettre sur la table devant elle. Le vieillard laissa échapper sa colère et ordonna qu’on s’empare d’elle. Isnylia quant à elle ne pu s’empêcher de rire de plus belle. Les gardes qui l’avaient empoignée la retournèrent pour qu’elle puisse s’expliquer avant de l’emmener. Vultinien quant à lui se leva et la gifla précipitamment. Il lui hurla son effarement. Mais la jeune femme rétorqua que s’était une femme qui avait écrit la missive.

Iliyasviel, reprenant soudainement l’usage de ses jambes, se leva et se précipita sur l’enveloppe. « Bien à vous, Un tueur. ». Par pure intuition afin d’en avoir le cœur net, Iliya fit les mêmes gestes qu’Isnylia. Elle ne remarqua rien de particulier au touchée, sans doute parce qu’elle ne savait pas quoi chercher, mais en humant la lettre, la jeune Elfe pu très nettement distinguer une odeur de femme. Ainsi donc elle disait vrai. La lettre était fausse. Alors qu’Isnylia était emportée sans doute pour la potence, Iliya posa ses yeux couleur rubis sur le gouverneur. Elle le regarda droit dans les yeux le rendant sans doute mal à l’aise.

-Elle dit vrai, je vous ordonne sur le champ de la ramener immédiatement, fit la petite princesse d’un ton qui ne laissait pas le choix. Cette missive sent un parfum de femme à plein nez ! Et c’est signé par Un tueur. Cette lettre est totalement fausse, il s’agit d’un mensonge éhonté. Ramenez-la afin de tirer cette affaire au clair. Si vous refusez, il risque d’y avoir des problèmes diplomatique entra votre ville et mon pays.

Le ton d’Iliyasviel n’avait plus rien de cordial ni de respectueux. Non elle était furieuse. Et même si le gouverneur mesurait deux têtes de plus qu’elle, l’Elfe la fixait droit dans les yeux. Ceux-ci ne dévoilant aucunes craintes. Elle était furieuse que l’on se soit ainsi jouée d’elle. Lorsqu’elle tiendrait le commanditaire de cette lettre, il lui serait difficile de ne pas avoir de pulsion meurtrière. A présent, Vultinien n’avait plus le choix, il avait la preuve que la lettre était fausse. Par conséquent les droits d’Iliya restaient inchangés. Mais comment allait-il réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Ven 9 Oct - 18:52



Alors que la faiseuse de trouble se faisait embarquer de manière plutôt violente sous le regard choqué de Harian, le gouverneur resta devant Iliyasviel tel un piquet, il n'en revenait pas des propos direct dont la jeune femme avait fais preuve à son égard. Cependant la jeune princesse ne se laissa pas démonter par les évènements et prit tout simplement la missive que la jeune voleuse avait lancé sur la table pour la renifler à son tour vu que son touché ne lui apportait aucun renseignement supplémentaire. Et là, se fut la révélation, le papier s'était imprégné d'un parfum destiné aux femme, donc la signature "Le tueur" fut rapidement démentit avec cette preuve à l'appui. Donc Iliyasviel intima au gouverneur de faire ramener Isnylia sur le champ pour qu'elle puisse s'expliquer comme il se devait, néanmoins Vultinien n'avait pas l'air du tout d'accord, et pour le moment il était impossible de savoir pourquoi. Alors malgré le regard perçant que l'enfant royal lui lançait, le dirigeant de Nandis se rapprocha d'elle écrasant en même temps les morceaux de porcelaine qui faisait partie de la tasse qu'Iliyasviel avait fait tomber en entendant la nouvelle à propos d'un possible siège sur Lindïa.

- Vous n'avez pas d'ordre à me donner demoiselle Iliyasviel, ici c'est ma ville, et vous êtes qu'une invité, donc vous devrez vous plier à mon autorité ! Je n'ai pas le droit de vous commander, mais tout les autres si !

Harian savait le caractère très soupe au lait de la petite princesse, alors il se dut d'intervenir avant que ça ne dégénère en bain de sang.

- Messire le gouverneur ... Fit-il d'une voix toute calme pour tenter de se faire entendre sans attiser sa présente colère. Demoiselle Iliyasviel connait bien votre politique depuis le temps qu'on habite ici, par contre vous semblez oublier que ni cette femme que vous avez faite emmener, ni moi ne pouvons être dirigé par vous puisque nous sommes sous ses ordres, et non sous les vôtres ...

Puis, dés qu'il eut fini il abaissa de suite son regard par peur de se faire embarquer à son tour, cependant il avait raison, et Vultinien le savait mais il s'était laissé entrainé par sa colère, mais il voulait tout de même pas que cette femme revienne pour débiter je ne sais trop quoi, alors il changea de technique pour tenter de reprendre la main.

- Je vous présente toutes mes excuses, mes paroles ont dépassé ma pensée, ça ne se reproduira plus ... Le gouverneur marqua une courte pause affichant un certain regret sur son visage meurtri par les années. Mais comprenez moi demoiselle Iliyasviel, même si cette femme est sous votre responsabilité, je ne peux tolérer un tel manque de respect, alors elle doit être châtiée pour ça.

Harian ne portait pas la jeune Humaine dans son coeur, loin de là, mais il ne voulait surtout pas que la petite princesse s'énerve au risque d'être poursuivit par toute la garde de la ville ensuite. Non ça ferait trop de risques, et ça le terrifiait au plus haut point, donc contre son gré il s'avança lentement pour se reprocher du gouverneur.

- Pardonnez encore mon intrusion messire, mais comme nous sommes sous la responsabilité de demoiselle Iliyasviel, c'est donc uniquement à elle de se prononcer sur la sentence d'une éventuelle punition ou mise à mort, en tout état de cause vous devez obéir messire ... Le protocole l'oblige.

Vultinien sentit un gros noeud se former au niveau de sa gorge, chose qui le rendit momentanément livide, en effet il n'avait pas le choix et se devait de faire ramener la jeune voleuse devant Iliyasviel. Harian se sentait très mal à l'aise, mais au fond de lui il était satisfait, il avait sans doute réussi à contourner le pire en calmant le gouverneur, qui d'ailleurs, ne tarda pas à claquer des doigts pour interpeler le même garde qui lui avait apporté le parchemin menaçant dont la bonne senteur laisser planer des doutes sur son authenticité.

- Ramènes la ici ! Fit il sur un ton ferme.

- Bien seigneur ! Répondit le garde en tapent du point contre sa poitrine.

- Je vous pris de m'excuser mais je ne puis rester, mon vieux coeur me fait souffrir, il me faut prendre congé, on se reverra plus tard dans la journée demoiselle Iliyasviel, et j'espère que cette jeune personne sera punie comme elle le mérite !

C'est avec une main posée contre son torse que le dirigeant de Nandis s'éclipsa après avoir franchi une lourde porte dont seul lui avait le droit de passage. C'était bizarre comme comportement, mais là encore ça ne pouvait être que des doutes, aucune certitude, heureusement les gardes revenaient déjà avec Isnylia qui semblait être en lévitation vu qu'elle ne touchait toujours pas le sol, il était clair qu'elle risquait pas de leur faire faux bond. Après quoi l'homme d'arme qui était parti les rechercher sous ordre du gouverneur qui était sous ordre de Iliyasviel retourna à sa place dans le coin de la pièce.



- (soupir) ... Un peu plus et c'était la fin pour moi, ça m'apprendra à être si direct ... Désolée si je vous ai causé des ennuis Iliy .. heuu .. demoiselle Iliyasviel, ce n'était pas dans mes intentions ...

La jeune femme avait l'air de s'en vouloir, cela se voyait, mais il était vrai qu'elle avait beaucoup de mal à maitriser son caractère, elle même reconnaissait son défaut. Néanmoins quelque chose manquait, ou du moins quelqu'un, et cela n'échappa pas au regard perçant d'Isnylia.

- Où est le gouverneur Vultinien ? Demanda-t-elle à l'égard d'Iliyasviel tout en tournant la tête à droite puis à gauche, et même vers le haut pour regarder en direction du plafond, comme si il se serait envolé ...

À présent la petite princesse serait tranquille pour soumettre ses question à la jeune voleuse, pas de gouverneur, pas d'ennuie ou de conversation coupée, après restait à savoir si il était vraiment parti parce qu'il avait un soucis avec son palpitant ou si c'était parce qu'il avait quelque chose à se reprocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Sam 10 Oct - 21:47

Vultinien se rapprocha d’Iliya en écrasant les morceaux de porcelaine constituant la tasse qui lui avait été attribuée. Comme elle s’y attendait, le vieil homme répondit d’un ton énervé. Et sa réponse ne plut guère à Iliyasviel.

-Me plier à votre autorité ? Récria la princesse d’un ton offusqué.

Mais avant qu’elle ne s’emporte Harian intervint d’une voix calme. Il fit la remarque judicieuse que le gouverneur n’avait pas d’autorités sur Harian et Isnylia. Etonnamment, le vieux sénile présenta ses excuses à Iliya, comme si il n’avait rien dit de grave auparavant. Elle le regarda, il affichait un certain regret sur son visage. La princesse grimaça intérieurement, sans doute ses excuses n’étaient pas sincères. Il lui expliqua qu’il ne pouvait pas tolérer de tels affronts. Une fois encore Harian intervint. Ce que s’était agaçant d’avoir quelqu’un qui parlait en son nom. Iliyasviel aurait très bien pu être dans un autre monde que la conversation se porterait tout aussi bien sans elle. Quoi qu’il en soit, le majordome marqua une nouvelle fois un point. Même s’il était faible, cet Elf était assez doué dans l’art du langage, du moins, il l’était plus qu’Insylia. Tout deux se compensaient en faites… Vultinien devint livide.

*Il ne va pas nous faire une crise cardiaque quand même… ?* songea Iliya en détournant les yeux pour les poser sur une grande fenêtre vitrée donnant sur les jardins.

Iliyasviel entendit le gouverneur de Nandis claquer des doigts et ordonna qu’on la ramène ici. Puis il s’excusa prétextant un malaise avec son vieux cœur. Iliya ne le regarda même pas partir. Il passa une grande porte. Et une fois que les portes furent refermées elle lâcha avec un mélange de mépris et de dégoût :

-Vieux crouton.

Elle se retourna et observa Harian d’un ton sec. Même s’il s’était montré plutôt brillant, il n’avait pas le droit de parler en son nom lorsqu’elle ne l’autorisait pas. L’avait-il retenu ? C’est alors qu’Isnylia revint, toujours accompagnée de ses deux gardes l’empêchant de toucher le sol. Le garde qui avait servi de messager repris sa place dans l’un des coins de la pièce.

-Laissez-la, ordonna d’un ton sec Iliyasviel aux deux gardes qui maintenaient toujours la voleuse en lévitation.

Les deux gardes s’exécutèrent sans broncher. Isnylia soupira avant de s’excuser auprès de la princesse. Elle s’en voulait apparemment. Mais Iliyasviel ne lui en tenait pas rigueur. Ce n’était pas son monde à elle. Puis elle demanda où était le gouverneur.

-Un malaise, répondit l’Elfe à la mine visiblement boudeuse.

Elle n’aimait pas être traitée de la sorte et les commentaires du gouverneur étaient restés bloqués en travers de la gorge. Le regard de la princesse se perdit devant elle. Elle parut réfléchir pendant quelques minutes, pendant lesquelles un lourd silence s’installa.

-Harian, dit-elle alors soudainement le faisant sursauter par la même occasion, va chercher mon manteau et mon chapeau, nous partons. Ha et demande une voiture pour nous ramener chez nous.

-Heuuu, oui Mademoiselle, tout de suite.

L’Elf disparu dans le couloir, connaissant la demeure par cœur pour y être déjà venu plusieurs fois auparavant. Iliyasviel quant à elle s’approcha de la petite table. Dessus, y était exposé plusieurs petits gâteaux ayant l’air appétissant. La jeune princesse sortit un beau mouchoir où ses initiales étaient cousues. Et plaça deux gâteaux à l’intérieur avant de soigneusement refermer le mouchoir pour ensuite le fourrer dans une de ses poches.

-Allons-y Insylia, les murs ont des oreilles ici, fit Iliya d’un ton neutre.

Elle ressortit donc de la pièce avec la jeune femme sur ses talons. Elles traversèrent le même couloir sombre avec les portraits accrochés aux murs. Et arrivèrent devant la grande entrée. Harian l’attendait là, avec ses affaires. Ce dernier tint le manteau ouvert afin qu’Iliyasviel passe ses mains dans les manches. Puis elle attrapa son chapeau mauve et le plaça sur sa tête. Ils sortirent tout trois en traversant la grande porte d’entrée. Là une voiture les attendait.

-Harian, tu monte à l’avant, dit la princesse d’un ton non discutable.

Celui-ci paru surpris mais ne rechigna pas et se plaça donc à côté du cochet. Quant à Iliya et Isnylia toutes deux montèrent en passager. Un garçon d’écurie plaça un petit marchepied afin que la princesse monte sans trop de soucis. Puis on ferma la porte et la jeune Elfe demanda le départ de la voiture. Alors que la calèche partait au trot rapide, Iliyasviel pouvait enfin parler :

-Tu sais, tu n’es pas obliger de m’appeler Mademoiselle Iliyasviel. Du moins lorsque l’on n’est pas seules tout les deux. Tien, j’ai pris sa afin que tu les étudie, fit la jeune Elfe en sortant son mouchoir avec les deux gâteaux dedans avant de les lui donner. L’on ne pouvait pas trop parler dans la demeure du gouverneur même avec son absence apparente. Il a prétextait un problème de cœur, mais je n’y crois pas trop. Enfin, sans doute écoutait-il notre conversation. Quoi qu’il en soit tu avais raison, c’est une femme qui a écris la lettre. Mais tu as l’air d’en savoir plus. Dit moi tout, demanda plus sympathiquement Iliyasviel que lorsqu’elle parlait avec le gouverneur.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   Lun 12 Oct - 4:45



Isnylia était ravie de revenir dans la grande salle de la villa du gouverneur, d'ailleurs elle ne cacha pas son contentement à Iliyasviel qui elle par contre n'avais pas l'air bien du tout, une mine désappointée paraissait sur son visage d'enfant, et cela se confirma quand elle répondit à sa question, un malaise ? C'était donc ça l'excuse de la disparition du dirigeant de Nandis ? Ma foi c'était fort possible vu comment il s'était énervé après elle. La petite princesse semblait désabusée, mais elle reprit rapidement la situation en main en sommant à son Elfe de préparer ses affaires ainsi qu'une calèche prête à partir, ce n'était pas plus mal, l'air y était pesant ici, puis il serait facile à quelques espions d'écouter la conversation. La jeune voleuse n'ajoutera donc rien d'autre se contentant de suivre Iliyasviel jusqu'à l'extérieur, Harian avait fait vite, chose normal puisque les garçons d'écurie étaient toujours disponibles pour les personnalités de haut rang, cependant la petite princesse du le surprendre en l'intimant de monter avec le cocher, alors que Isnylia pouvait l'accompagner, sur le coup il sentit la confiance que lui portait sa supérieur n'est volée en éclat, mais pourquoi ? Puis pourquoi favoriser une personne qu'elle ne connaissait que depuis une heure ? Il faudra qu'il lui demande quand elle sera un peu calmer, car pour le moment il valait mieux s'exécuter sans montrer les crocs. En attendant, dans le carrosse alors que la portière se refermait, Isnylia observait la gamine sans même ouvrir la bouche, cette dernière ne tardera pas à lui expliquer qu'elle pouvait rester naturelle, enfin pas trop non plus tout en lui tendant les gâteau qu'elle avait pris un peu plus tôt. La jeune voleuse les pris avec un petit sourire aux lèvres quand elle entendit la suite, on filait en douce quoi, c'était marrant comme situation, mais ce qui travaillait Iliyasviel était de savoir ce qu'elle avait réellement découvert en observant la missive que le gouverneur avait lu à haute voix.

- Effectivement c'est bien une femme qui a écris la lettre, d'une part pour la forme particulière de certaines majuscules, l'extrême douceur du papier utilisée prouve que ça provient d'une personne très riche, voir très importante. Isnylia dépliait délicatement le mouchoir qui renfermait les petits gâteaux en même temps qu'elle parlait. Et ensuite le parfum, mais cela me paraissait trop évident, alors j'ai bien regardé le reste pour en être sûre, mais il se peut tout de même que l'on se fasse manipuler pour nous amener loin, bien loin de la vérité ...

La jeune voleuse se savait en terrain miné, et à tout moment ils risquaient de sauter. Les faux airs du gouverneur passaient en boucle dans son esprit, Isnylia avait aussi mis le doigt sur un détail qui avait échappé à tout le monde, sur le revers de sa manche, il y avait un tout petit peu de sang, à peine visible à l'oeil nu, mais pas suffisamment dissimuler pour lui échapper, de plus il était encore frais vu qu'il était rouge et non marron. La jeune femme fit alors un regroupement de détails, du moment où elle avait vu le gouverneur, en passant par l'agression sur la personne d'Harian, et ce, jusqu'à ce qu'elle se fasse embarquer de force par les gardes. Quant elle avait plaqué l'Elfe contre le mur elle avait pus constater que lui aussi avait du sang sur son vêtement, et enfin dernière chose, l'haleine pestilentielle de Vultinien qui était venue se loger dans ses narines, certes cela était dû à un pourrissement évident de ses dents, mais il y avait quelque chose d'autre, comme une plante ... Elle ne le jurerait pas mais ça lui semblait être un espèce d'antidote contre un poison extrêmement virulent. Serait il possible que le gouverneur soit impliqué dans cette histoire ? Tout porte à le croire pour elle en tout cas, néanmoins Isnylia ne se précipitait pas dans ses explications, il lui fallait d'abord examiner les biscuits secs.

Pendant ce temps ...



Le gouverneur s'en alla dans sa chambre pour aller s'assoir sur son lit, les palpitations lui faisaient très mal, mais ça il avait été prévenu, il était bien dans son intention de faire empoisonner Iliyasviel, un poison qui simule une maladie grave et foudroyante, un peu comme la méningite. Et bien sûr il ne laisse aucune trace dans le sang ou le corps, ce poison n'est connu que par la guilde de la dague ensanglantée, nombre de personnalité pour le moins importante sont mortes sous ses effet sans jamais éveiller le moindre soupçon. Seule une plante dont la préparation restait une énigme entière pouvait contrecarré cet effet, le problème c'est qu'il faut la prendre avant de d'ingérer le poison, et son effet non désirable se sont les douleurs au coeur ainsi qu'une tendance à le ralentir ou bien l'accélérer sans raison. Etant donné que le gouverneur n'était tout jeune, cela risquait de lui être fatal, et là encore il maudissait Iliyasviel ne pas avoir manger le petit biscuits qui lui avait été si soigneusement apporté.

- Bon sang, à cause de ça je dois changer tout mes plans ahh ... Fit il en se tenant la poitrine. Elle va pas y échapper !

Mais pourquoi faire cela ? En quoi la mort de la petite princesse ferait la gloire de Nandis ? Justement, peut être que les nouvelles de sa mort seraient plus rentable à la cité que si elle était vivante, de plus elle était une gêne et prenait un malin plaisir à tuer des gens lorsqu'elle sortait la nuit. Et malgré les grands sourires qu'il lui affichait, jamais il ne l'avait apprécié, et pourtant elle le croyait dur comme fer, mais il fallait croire qu'elle avait trouvé plus fourbe qu'elle. Mais ce n'était que des présomptions, cette affaire est peut être encore plus sombre que cela, et le gouverneur un simple pantin. Puis, soudainement le garde en chef toqua à la porte et entra dans un vacarme assourdissent, chose qui fit sursauter le vieil homme.

- Messire ! Demoiselle Iliyasviel à quitté votre demeure il y a quelques minutes !

- QUOI ! Rétorqua-t-il en se relevant d'un coup sec, allant même jusqu'à se faire craquer le bas de son dos.

- Oui, et personne ne m'a prévenu !

Le gouverneur n'ajouta rien d'autre et se contenta de passer devant le garde tel un courant d'air. Après avoir franchi un nombre incalculable de porte et de pièce, le vieil homme se posta juste dans le dos d'un homme tout vêtu de noir, ce dernier se tenait devant le cheminée dont les flammes étaient en train de mourir, et d'une voix grave mais calme il s'adressa au gouverneur comme si il savait que ça avait mal tourné.

- Vous avez des ennuis on dirait ! Lui demanda-t-il en se frottant les mains.

- (Essoufflé) ... Oui ... la petite est partie ... je regrette ... j'aurais dû vous écouter ... Répondit-il en baissant la tête.

- Figurez vous que je ne vous ai pas attendu pour agir vieil homme ! Rétorqua-t-il en quittant la salle à patte de velours.

- C.. comment ça ?

- Iliyasviel sera morte dans les prochaines minutes, mais vous ne faites plus partie du plan ... gouverneur.

Et juste au moment où il voulu répondre avec surprise, il reçut une fléchette dans la nuque, à cela il cria puis sentie rapidement son coeur s'accélérer jusqu'à s'arrêter d'un seul coup. La pointe du projectile était enduit de l'antidote au poison qui était destiné à la petite princesse, en plus de la dose qu'il avait pris précédemment, cette dernière lui fut fatal. Le dirigeant de Nandis tomba lourdement à plat ventre après que sa vie l'ai quitté. Mais que se passait il à la fin ? La mort du gouverneur pourrait être caché quelques jours, mais l'assassinat de Iliyasviel en plein jour serait une autre affaire. Mais là aussi l'homme en noir avait prévu le coup.

Pendant ce temps, dans la calèche qui avançait à bonne allure, Isnylia examinait toujours les biscuit, puis, en en cassant un en deux elle put constater une légère substance verte, il était évident que ça n'avait rien à voir avec la composition initiale de la friandise. La jeune voleuse les jeta donc à côté d'elle visiblement outré par un tel comportement de lâche, mais cette dernière réfléchissait plutôt bien, car en mettant tout les détails bout à bout elle allait pouvoir expliquer à la petite princesse ce qu'il se passait, tout du moins là où elle en avait la certitude.

- Il sont empoisonnés ... Un poison rare et qui ne laisse aucune trace, et le gouverneur Vultinien en avait pris l'antidote à l'avance croyant sans doute que tu allais tomber dans le piège ... Ce que je comprend pas, c'était pourquoi il s'était mit à lire se parchemin alors que ça ne concorde pas avec la tentative d'empoisonnement ... Isnylia se tut un court instant, comme si elle se remettait les idées en place. Enfin quoique, si je n'aurais pas intervenu, il aurait peut être réussi à vous en faire manger, d'une manière ou d'une autre. Ca explique aussi son malaise cardiaque, car l'antidote de ce poison est très mauvais pour le coeur, d'ailleurs un peu trop et c'est fatal, mais ça laisse des traces ... Ensuite, c'est le parfum, lui aussi pas courant, et je sais grâce au bouche à oreille que c'était la fille du gouverneur qui s'en mettait, aucune autre femme à Nandis ne pourrait se le payer, et le voler ça reste une possibilité mais je n'y crois pas trop ... De plus, le sang que j'ai relever sur la manche de Vultinien ainsi que sur Harian me porte à croire qu'il ont fait quelque chose de pas très honnête pendant que l'on était ennuyé par les gardes et ...

La jeune voleuse ne put poursuivre que soudainement le carrosse se mit à prendre de la vitesse, si l'on regardait de l'extérieur on pouvait à présent voir deux cochers ainsi que l'Elfe Harian au milieu dont un qui lui mettait le couteau sous la gorge. A cette vitesse il était trop risqué de sauter en marche au risque de se rompre le cou, mais la vassal de la petite princesse fut forcer à parler.

- On a décidé d'accélérer car on a repérer quelques personnes suspectes dans les environs, donc ne vous inquiétez pas demoiselle Iliyasviel !!

Son mensonge ne pouvait avoir d'effet que quelques minutes car les bâtisses se ressemblaient toutes oui, mais il y avait tout de même une différence notoire entre les domaines résidentiels et les quartiers plus pauvres. Cependant un évènements allait tout faire changer, car deux chiens complètement fou déboulèrent d'un seul coup d'une ruelle pour s'en prendre au chevaux, les trois hommes crièrent, mais les bêtes furent terrorisées au point de s'enfuir au galop dans la direction opposées, les deux traitres avaient beau tout tenter pour les arrêter ou encore les remettre dans le bon chemin, mais rien y faisait, les chevaux ne voulaient rien entendre, et c'est donc à toute allure qu'ils filèrent vers la sortie de Nandis. Etant donné l'importance de la calèche les garde de la grande porte ne s'en méfièrent même pas, cette dernière passa donc à toute allure sous leur nez, quant aux autres ils tiraient juste comme des dingues sur les rênes, mais en aucun cas ils allaient appeler au secours, sinon ça serait signer leur arrêt de mort en sachant ce qu'ils était en train de faire. Les secousses étaient très fortes, tellement que le couteau que l'autre tenait pour menacer Harian s'envola littéralement, alors cela le fit tout de suite réagir. D'une sur dose exemplaire de courage l'Elfe bouscula violemment le clandestin par dessus bord, et ce, juste au moment où ils traversaient le pont en pierre, l'homme eu même pas le temps de crier qu'il tomba à la renverse tout en se heurtant la tête contre la paroi en pierre avant de finir sa course dans le fleuve. Bien sûr cela l'avait tué, puis, l'autre l'ayant vu faire ça tenta de lui administrer le même sort mais Harian se défendit comme il put.

- BON SANG QUE SE PASSE T-IL ?!! Hurla Isnylia à l'intention des conducteurs.

Rapidement ils s'éloignait de Nandis arrivant non loin de la grande plaine, cette course folle dura bien dix minutes avant qu'une des roues ne heurtent durement une pierre qui dépassait du sol, plus la vitesse, la pression fut elle qu'elle se brisa en deux, et après quoi la calèche partie dans une série de tonneaux durant lesquels l'autre se fit complètement écraser par l'attelage, et l'Elfe éjecté. Hélas à l'intérieur c'était pire, toute les parois devenaient des attaques contondantes massives à l'égard de Iliyasviel et Isnylia. Heureusement elle finira par s'arrêter d'abord sur le toit, puis, pour finir en s'allongeant doucement sur le côté.

- Iliya ... Ca va aller ... ? Demanda la jeune voleuse.

À ce moment elle ignorait comment allait la petite princesse, mais elle, elle ne se sentait pas bien du tout. En effet un des morceaux de la charpente c'était détaché durant l'accident et l'avait empalé dans le dos, ses poumons plus son coeur était touchés. Sa vie raccourcirait à chaque seconde, mais avant de rendre l'âme Isnylia voulait voir cette petite fille qu'elle avait appelé d'une voix si fragile. Puis, alors que sa vue se troublait, elle put voir son visage, était ce le fruit de son imagination ou la réalité ? Peu lui importait à cet instant, cette dernière tendit une main tremblante en direction de la joue de la petite afin de lui caresser avant de lui dire ses derniers mots.

- Je .... je vais partir ... ça .. été pour moi une ... très belle aventure .. à tes côtés (larme à l'oeil), aussi courte soit elle ... s'il te plait ... tue le roi de la guilde ... tue le ... pour moi ... et ...

La jeune femme ne pouvait rien ajouter d'autre, car elle venait de mourir. Ses yeux ne s'étaient pas refermés d'eux même, la matinée avait été très dure pour Iliyasviel, mais elle pourrait peut être y voir un lot de consolation en la personne d'Harian qui était en train d'accourir à toute jambe pour la sortir de là. Il monta sur le carrosse et arracha littéralement la portière, sans doute sous le coup de l'adrénaline.

- Demoiselle Iliyasviel, vous allez bien ?!! Demanda t-il paniqué.

Tellement paniqué qu'il n'avait pas remarqué que la jeune voleuse était morte. À présent qu'allait elle faire après ce qu'il venait de se passer ? Retourner à Nandis était trop risqué pour le moment, vraiment ça n'allait pas être facile de prendre une décision ...

[OUT : La grande plaine Arrow ] (Tu y ouvres un nouveau sujet.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une zone d'ombre ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une zone d'ombre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: