AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôliste ~ICI~ Arrow




Exclamation Récompenses actuelles ~ICI~ Exclamation



Partagez | 
 

 Renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Renaissance   Lun 21 Mai - 12:13

Après avoir semé le chaos sur Féerune, Mayufu, une jeune fille incomprise et perdue, se retrouva malgré elle transportée dans un monde parallèle. Bien que semblable à sa terre d'origine, Astrune révélera une Umar plus terrible encore ! Oui Umar, cette sorcière de légende conçue de toutes pièces par Xiris, la Déesse de la nature. On aurait peine à croire que cette créature puisse être aimée, et pourtant... sur Féerune, Umar et Mayufu ne faisaient plus qu'une seule et même entité. La jeune fille ne fut donc point la seule à traverser le voile. Seulement, face à une Hybride vitaminée à l'essence Divine, il ne leur était guère possible de l'emporter. C'est alors qu'intervint Yloumna, la Déesse noire, afin de supprimer la Destinée de Mayufu. Mais comme celle-ci se refusait d'aller plus loin sans sa chère et tendre, la démoniaque Divinité accéda à sa demande en échangeant l'esprit des deux Umar. À la suite de quoi, la sorcière de Féerune se découvrit un nouveau corps et de puissants pouvoirs, lesquels lui permirent de détruire son ancienne carcasse ainsi que l'esprit qui l'habitait, soit celui de la Umar d'Astrune.

L'anomalie temporelle qui s'en suivit fit que Mayufu comme Umar seront incapables de se souvenir de la quête confiée par Mortimer. Une sombre mission qui consistait à éliminer sa rivale en la personne de Nyuulie. Seul un visage rencontré au cours de leur périple sera à même de faire resurgir cette épopée occultée...

Pour l'heure, au coeur de l'antre d'Umar, Mayufu et la sorcière discutaient d'avenir. Consciente de ne rien connaître de ce nouveau monde, Umar décida de s'en remettre à Mayufu. Pas question pour elle de reprendre son ancien poste en tant que grande méchante d'une bourgade paumée ! Les Humains avaient le chic pour avoir la folie des grandeurs, et Mayufu n'en n'était guère exempte. Un trait de caractère qui convenait parfaitement aux nouvelles attentes d'Umar. Nous en arrivons donc au point déterminant de leurs échanges...



- J'ignore quel dessein te réserve cette Déesse, mais quel qu'il soit, je serais mise à contribution ! Seulement je ne compte pas attendre qu'elle se manifeste pour nous dire quoi faire. Je n'ai pas d’allégeance envers cette chose. En revanche, je sais que toi tu en as pour moi, et on ne pourra pas aller bien loin sans réciprocité de ma part. Umar parlait sans discontinuer, manifestement, elle avait une idée précise quant à la teneur de son discours. C'est pourquoi je souhaiterais que tu décides de ce qu'on nous allons faire.

Selon elle, la sorcière avait fait plus que sa part sur Féerune, et il fallait bien l'admettre... c'était loin d'être une réussite. Mayufu avait payé de son sang son alliance avec Umar ; et qu'est ce que ça lui avait apporté ? Où étaient les flammes et les cris comme elles se l'imaginaient ? Umar devait se racheter, en tout cas c'était le sentiment qu'elle éprouvait. Et ça sera au travers de la décision que Mayufu prendra, qu'elle s'y emploiera.

- Prend garde cependant. Comme tu le sais ce n'est plus notre monde, qui sait si Athkatla est toujours Athkatla, que Franc-marché prospère toujours autant et que Usth-Nasha terrorise toujours les pleutres de Suldanessellar... Puis après un court arrêt, la sorcière des ténèbres ajouta sommairement. Décide en toute ignorance de cause, et je te suivrai !

Même si elle n'en avait rien dit, une idée hantait Umar plus que toutes les autres. Et si ce monde, cette parallèle, était en réalité l'originel ? Que Féerune serait en fin de compte une parallèle de cet univers là. Bien qu'il était trop tôt pour s'en convaincre, cette pensée ne la quittait plus.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 30 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mayufu Windbloom
avatar
Récits 8
MessageSujet: Re: Renaissance   Ven 25 Mai - 2:57

Survolant la cime des arbres, le vent fouettant son visage, elle était incapable de définir s'il faisait jour ou nuit. Elle ne percevait rien, ou difficilement, de ce qui se trouvait au loin. Tout était flou et rien ne semblait vouloir se dessiner correctement pour lui permettre de prendre un point de repaire. Histoire de pouvoir comprendre où elle était. Mais sa vue ne semblait pas vouloir s'améliorer pour autant... malgré les avoir fermés à maintes reprises ou se secouer la tête à coup de tapettes sur les joues. Rien n'y faisait... À vrai dire, même elle-même, elle n'arrivait pas à savoir si elle était entière. Il lui était incapable de jeter un oeil au niveau de ses pieds ou de sentir un quelconque mouvement de son corps. Rien à faire, à part subir ce vent qui lui griffait le visage et sa vue qui était décidée à être caprcieuse pour ne pas l'aider.

Lorsque soudain, elle fut lâchée dans le vide. La prise qui la maintenait disparu subitement et elle tomba. Tentant de se maintenir dans une position face au sol en espérant ralentir un peu sa chute. Elle sentit et remarqua sa faux qui était apparue dans sa main droit, d'un noir profond et dont le tranchant brillait d'un rouge de braise. Elle la serrait fortement comme si elle allait soudainement la sauver de sa chute. En vain. Son regard quant à lui se braqua sur plusieures silhouettes au sol qui ne semblaient pas l'avoir remarquée. De façon instinctive, lorsque qu'elle s'approcha du sol à toute vitesse, elle saisit sa faux à deux mains et elle pourfendît une des silhouettes qui disparu aussitôt dans une explosion d'un nuage de fumée noire.

Alors que les deux autres silhouettes, qu'elle ne parvenait pas à discerner, se jettèrent sur elle, le sol se déroba sous ses pieds. Une faille l'engloutit d'un coup et le monde l'entourant se mua en un immense nuage noir pour prendre la forme de l'Umar d'Astrune, avec la voix de la Déesse Noire qui s'adressa à elle. Ces mots résonnèrent dans sa tête mais elle ne comprenait pas un traître mot de ce qu'elle pouvait lui dire. S'ensuivit alors une terrible douleur qui traversa le corps de la jeune fille, comme si on lui arrachait tout ses membres en même temps. La faisant hurler à en perdre la voix. Cette vive sensation la fit se réveiller en sursaut, le souffle rapide, le front dégoulinant...

*Ce n'était qu'un rêve.... ?* Se demanda t'elle tout en tentant de reprendre son souffle, passant le dos de sa main droite sur son front pour l'essuyer. Son coeur tambourinait contre sa poitrine, ayant manqué de peu d'exploser. *Oui, ça ne peut être que ça...*

Le visage déconfit, peinant à revenir dans le monde réel, Mayufu se frotta les yeux et respira profondément afin de se calmer. Ses mains tatonnant son visage, ses avants-bras et ses jambes, elle se rassura quant à ce qu'elle avait ressentit dans ce qui semblait être finalement qu'un rêve. Cette douleur résonnant toujours en elle par des vagues de tremblement. Sauf qu'une d'elle était bien restée... celle que l'Umar d'Astrune lui avait infligé à la cuisse gauche, transpercée par une pique d'ombre, avant de la jeter hors de la caverne avec une telle force que son dos s'en souvenait encore... Elle tenta tant bien que mal de percevoir quelque chose de cette blessure mais n'y parvint pas. Décidant alors de poser sa main droite dessus. Tout en espérant faire partir la douleur par la magie de la pensée.

Elle soupira longuement une fois rassurée et ses idées remises en place. Sa vision s'acclimatait rapidement à la pénombre des lieux. Un courant d'air caressait son visage, il était frais et agréable, faisant remuer sa frange sur son front. Fermant les yeux pour prendre à nouveau une longue inspiration, la jeune fille était de retour à la réalité. Elle se souvint de ce qui s'était passé avant de s'évanouir d'épuissement il y a de cela trois heures environs. La bataille avec l'autre sorcière des ténèbres, son arrivée fracassante, la Déesse Noire, la presque perte de l'être aimé. Elle distingua finalement Umar dans le noir, qui semblait être éveillée depuis tout ce temps. Mayufu comprit qu'elle avait veillé sur elle pendant son sommeil, malgré tout ce qui s'était passé, elle l'avait fait. Elle fixa ses mains légèrement engourdies et courbaturées, sensations résultant des coups de poing qu'elle lui avait envoyé dans la figure avant de perdre connaissance. Tout son être recommançait à ressentir les vagues d'émotion qui l'avaient parcourues dès qu'elle avait repris conscience dans ce nouveau monde.

Se relevant doucement en prenant appui sur la paroi de la grotte derrière elle, elle tenta de ne pas trop s'appuyer sur sa jambe blessée pour éviter des relances de douleur.

- Je suis désolée... Commença t'elle par dire d'une voix timide et enrouée. Depuis combiens de temps j'ai dormis ?

Son regard de braise se posa sur la silhouette d'Umar et Mayufu s'en approcha doucement, sautillant légèrement sur sa jambe valide et s'appuya de son dos sur la paroi, à la gauche de la sorcière des ténèbres. En jetant un coup d'oeil vers l'entrée de la grotte, elle comprit que la nuit était bien avancée. La faible lumière blanche que la lune reflétait peinait à entrer plus loin que quelques mètres depuis l'entrée de l'antre d'Umar. Mais suffisamment pour permettre à Mayufu de distinguer à peu près ce qui l'entourait. Elle toucha timidement de sa main droite l'avant bras de la sorcière lorsque cette dernière se mit soudainement à parler.

Même si elle l'écoutait attentivement, elle en avait pour le moment rien à faire de ce que la Déesse Noire pouvait bien attendre d'elle. Tout ce qui comptait pour elle, à l'instant précis, c'était d'être en vie et tenter de comprendre où elles étaient. D'avoir réussi à sauver Umar, ce qui était le plus précieux pour elle, lui suffisait amplement. C'est pour cela qu'elle avait désormais saisit la main de la sorcière dans la sienne. Se rassurant que tout cela était réel mais aussi pour lui démontrer sa tendresse. Même si son amie lui parlait avec assurance, une once d'incertitude était persceptible. Nulle besoin de le lui reprocher, Mayufu elle-même sentait son coeur se serrer et une angoisse lui noueur les tripes quant à l'inconnu qui les menaçait hors de la grotte.

- Ce qu'elle me réserve m'intrigue, c'est sûr... Mais je n'en ai rien à faire pour le moment, vraiment. Dit-elle quelques secondes après qu'Umar ait terminé de parler. Le plus important pour moi, c'est que tu sois en vie, avec moi. Je te remercie d'avoir veillé sur moi quand je me suis évanouie...

Pour le moment, la jeune fille avait du mal à réaliser que son monde avait changé et Umar le lui avait rappelé, lui proposant d'être la cheffe d'équipe. De décider malgré sa non-connaissance des lieux. En soit, cela lui convenait tout à fait, c'est ce qu'elle avait toujours fait. Bon ça n'avait pas toujours été parfait mais au moins, cela lui avait permis de recontrer la sorcière, quelqu'un qui voyait qui elle était réellement malgré ce qu'elle représentait pour les vivants de Féerune. Une personne qui ressentait enfin quelque chose de vrai pour sa personne.

Elle prit quelques secondes pour réfléchir, mais ne dit rien. Elle serra délicatement la main gauche d'Umar et passa devant elle pour s'approcher de l'entrée de la grotte où le courant d'air se faisait plus fort.

- Allégeance... je n'aime pas ce mot dit comme ça. C'est un mot un peu moche après ce que je t'ai exprimé tout à l'heure, non ? Conclu t'elle d'un air taquin en fisant référence à sa fidélité de lui obéir qu'elle avait prononcé à leur rencontre. Elle termina, d'un ton qui se voulait tendre. C'était avant ça, maintenant c'est autre chose qui remplace cela, Umar.

Les yeux rivés aux cieux, elle observa la lune et quelques différences avec le monde de Féerune. Elle semblait distingué des planètes si sa vue ne lui jouait pas des tours. C'était la seule chose qu'elle serait capable de remarquer, d'ailleurs. Le ciel, elle le regardait beaucoup, mais n'en retenait rien. Ce n'était pas sa pré-occupation première sur Féerune quand elle semait la mort où elle le pouvait.

S'aventurant difficlement un peu plus à l'extérieur, elle remarqua la présence des deux tombes à sa gauche. Elle se souvint d'avoir enterré le corps de l'Umar de Féerune à côté d'une sépulture inconnue. C'était ce qu'elle avait fait avant de s'évanouir. Elle s'approcha de celle qu'elle avait creusé de ses mains et se mit à genoux, posant sa main droite sur le tas de terre fraîchement retourné de la tombe. Fermant les yeux, elle inspira longuement, pendant quelque secondes, écoutant le vent et le bruissement des arbres derrière elle. Prenant quelques instants pour savoir comment elles allaient, Umar et elle, entamer leur voyage dans ce monde.

- Umar ? L'appela t'elle soudainement en se relevant. Dirigeant à nouveau son regard dans le ciel et revenant à l'entrée de la grotte. Toi aussi tu as remarqué les trucs louches qu'il y a avec le ciel, ici ? On est vraiment ailleurs.... ce n'est plus Féerune. Je n'ai aucunes idées de par où commencer mais si je me fie à ce que j'ai toujours fait, c'est d'aller tout droit et on verra bien ce qu'on y trouvera. Ou bien.... juste inspecter les environs par les airs pour déterminer au mieux la direction à prendre...

Se ramenant auprès d'Umar, la jeune fille se pencha pour saisir sa faux au sol. Ses courbatures aux bras lui firent sentir cette dernière plus lourde qu'à l'accoutumée. Elle déclancha le mécanisme pour la replier sur elle-même tout en la replaçant dans son dos à l'aide de sangles. Celui-ci, meurtrit par la voltige que l'Umar d'Astrune lui avait fait faire, lui fit serrer les dents. Mais un petit étiremment l'aida à s'en défaire tant bien que mal. Elle se tenait désormais debout, face à Umar, plongée dans ses pensées et une inquiétude grandissante. Tout comme elle, la sorcière des ténèbres devaient ne pas être dans son assiette...

- Mais avant tout. Comment te sens-tu, toi ? Tu n'as mal nulle part ? Rien de cassé ? Tu n'es pas malade ? Elle s'approcha doucement de son amie, inspectant la silhouette de celle-ci pour s'assurer qu'il y avait aucunes traces de sang ou de blessures. Je suis heureuse que tu sois là, vivante. Je ne sais pas comment j'aurai fait... sans toi.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 5 Aoû - 11:31


Ce petit voyage parallèle avait semble t-il pas mal perturbé Mayufu si l'on voulait l'avis d'Umar. L'attention dont elle faisait preuve à l'égard de la sorcière des ténèbres était certes louable, mais également trop ostentatoire. Ce n'était certainement pas le moment qu'elle perde sa fougue, celle là même qui la poussait à faire gicler le sang, et à brûler la chair ! En bref, Umar n'avait pas besoin que l'on s'inquiète pour elle avec autant d'éducation. Un "ça va ?" suffisait amplement. Bien entendu, elle avait conscience des sentiments que la jeune fille nourrissait à son égard, mais là tout de suite, ce qui comptait pour elle, c'était d'avoir un but. Hélas... Mayufu ne lui démontra pas la plus petite ambition, car ce que cette dernière lui proposa, elle n'avait pas besoin de le lui demander pour être en mesure de le faire, soit visiter la région... À cette entente, Umar soupira avant de porter son regard vers l'extérieur de son antre. Cependant, il fallut que Mayufu aille plus loin dans son entreprise adoratrice, aussi lui balança t-elle toute une série d'interrogations qui poussa Umar dans ses retranchements.

- Si tu continues. Répondit-elle doucement. C'est toi qui aura quelque chose de casser, qui souffrira de partout, et sera malade que ce soit arrivé de ma main ! Finit-elle avec véhémence. Je n'ai que faire d'une vierge terrifiée à l'idée que sa maman ait bobo. Alors écoute-moi bien ! Menaça Umar en tapant de son doigt sur le buste de la jeune fille, allant même jusqu'à la faire reculer à chacun de ses coups. Par respect pour ce visage, je vais te laisser une chance de te refaire. En clair, soit la Mayufu que je connais me revient, soit ça voudra dire que ton esprit a été échangé avec la vraie Windbloom qui doit traîner je ne sais où à ma recherche. Dans le deuxième cas, je te tue, dans la souffrance !

Le temps s'était arrêté pour Umar, voir sa chère Mayufu aussi pathétique lui avait donné la nausée. Elle savait que si elle ajoutait ne serait-ce qu'un mot à son réquisitoire, elle passerait à l'acte sans faire preuve de la plus petite attente. Ce fut pour cette raison qu'elle se contenta de bousculer la jeune fille avec pour seule intention, sortir de cette grotte ! Son pas était lourd et sa marche frénétique. Ses ailes donnaient un son particulier au hurlement du vent qui s'engouffrait dans cette bouche rocailleuse. Puis, une fois au dehors, elle s'assit et observa le ciel...

Il émanait de cette vision un profond mysticisme, ces diverses lunes et planètes devaient être du pain béni pour les mordus d'astrologie. Alors que pour Umar, elles représentaient à la fois son échec et son inquiétude. Son nouveau corps, ses nouveaux pouvoirs... ce nouveau monde. Qu'était-elle censée faire ; répandre la mort ? se ranger ? s’ôter la vie ? et puis quoi encore ! Si une vie devait disparaître ce soir, ça serait celle de l'autre derrière elle. Et si c'était bien la vraie Mayufu, alors le problème pouvait aussi venir d'elle. Son corps n'était pas le sien, alors peut-être que son esprit ne l'avait point totalement déserté. Et bien qu'il était encore trop tôt pour spéculer là-dessus, il était tout de même important de l'évoquer.

-*Si l'autre est encore en moi, ou moi dans l'autre... je le saurais bien assez tôt, en somme, dès mon premier rêve ici !*

Umar ferait tout pour lever le voile sur son comportement si celui-ci n'était pas légitime, mais pour l'heure, c'était à Mayufu de reconditionner le sien.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 36 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mayufu Windbloom
avatar
Récits 8
MessageSujet: Re: Renaissance   Mer 29 Aoû - 20:58

Le regard perdu dans la pénombre de la grotte, la jeune fille à la chevelure noire était perdue dans ses pensées après avoir poser des multiples questions à Umar, silencieuse à ses côtés. Elle ne se doutait pas une seconde que celle-ci allait mal prendre ses dires, qui étaient pourtant sincères mais que cette dernière ne pouvait accepter pour le moment. Probablement peu habituée au fait que Mayufu pouvait porter une telle inquiétude à son sujet. C'était normal, après tout ce qui s'était passé en arrivant dans ce nouvel endroit, son esprit n'avait guère trouvé mieux comme réaction et toutes deux étaient de très grande solitaire avant de se rencontrer et haïssait le monde. Disons qu'elle-même n'aurait jamais pensé réagir ainsi, se soucier à ce point de quelqu'un un jour. Mais elle avait finit par rencontrer la Sorcière des Ténèbres et ces dites réactions sont alors apparues en elle. Autant à l'une qu'à l'autre, ces sentiments étant inconnus, ou interprêtés comme signe de faiblesse, il leur serait difficile de les comprendre correctement.

Soudains, la jeune fille fut sortie de ses pensées, interpelée par le son de la voix d'Umar qui sortit de la pénombre, en face d'elle. De son regard livide, elle la fixa la Sorcière des Ombres dans les yeux, l'écouta attentivement parler. Au fur et à mesure que les mots sortaient de sa bouche, elle comprit rien qu'au ton employé qu'elle était dégoûtée de son comportement. Elle s'était montrée trop fragile et que si cela continuait, elle souffrirait. En soit, de telles menaces ne lui faisait strictement rien, étant habituée à les subir depuis sa plus tendre enfance. Mais venant d'Umar, cela lui fit un pincement au cœur. Non pas qu'elle avait peur d'elle mais qu'elle se souvenait de la violence de leur rencontre ou même du moment où Umar avait démolit son corps quand il était à ce moment invulnérable à tout.

Mais même là, en repensant à tout cela, ce n'était même pas de la peur qui l'avait traversée à l'instant, mais de l'excitation. Un frisson la parcouru et son regard reprit vie au moment où Umar cessa de parler et sortit de la grotte. Posant sa main droite sur son buste, là où la sorcière l'avait touchée fortement à plusieurs reprises, elle ferma les yeux. Intérieurement, elle comprit qu'Umar n'était pas dégoûtée de ce que Mayufu avait fait mais plutôt inquiète de ce qu'elle pouvait devenir. Inquiète d'avoir "potentiellement" perdue la vraie tarée qu'elle était. Un sourire apparu discrètement sur ses lèvres et elle serra le poing contre son buste pendant quelques secondes avant de frapper un bon coup dessus et qu'elle ne se mette à rire, sans aucunes raisons, de plus en plus fort. Puis elle lui répondit :

- Non mais... tu t'es vue, toi aussi ?! Cria-t-elle à travers la grotte. Tu n'es pas mieux que moi, je te signale et je n'ai strictement pas peur de toi ou de ce que tu pourrais me faire !

Prenant la suite de son amie, elle sortit de la grotte, le regard vif, flamboyant, plus brillant que jamais et ses pupilles semblaient s'être transformée en flamme tellement elles brillaient dans la pénombre. Donnant un air surnaturel à son regard au clair de lune. Elle se tint dans le dos d'Umar, les poings serrés, serrant intérieurement les deux et fixant celle-ci avec détermination et envie d'en découdre violemment avec quelqu'un ou quelque chose.

- Je te préviens tout de suite aussi que je n'ai nulle besoin que tu te fasses du soucis pour moi ! Dit-elle alors avec force. Je ne suis pas une gamine à qui on dit quoi faire, je n'ai jamais eu besoin de que l'on me le dise. JAMAIS !!! Ne t'avise plus à me dire... Elle s'était stoppée nette, surprise par un drôle d'effet de vision...

En effet, son œil gauche avait pris une toute autre allure... une grande flamme vivace, d'un rouge vif tremblotait devant celui-ci. S'élevant par moment plus haut que le dessus de sa tête, laissant échapper des petites flammèches qui disparurent dans le faible vent qui soufflait sur la montagne. Une étrange chaleur se faisait sentir au niveau de son cœur et elle observa ses mains.

*Je vois mes mains comme en pleins jours....*

Observant ensuite autour d'elle rapidement, elle essayait de comprendre ce qui lui arrivait. Levant les yeux au ciel, elle constata que c'était toujours la nuit mais qu'elle parvenait à voir comme s'il faisait plein jour. Enfin, pas tout à fait comme ça. Les contours, Umar, ses propres mains qu'elle fixait, avaient une allure étrange, comme si elle observait de la chaleur ou quelque chose dans le genre. Comme si elle distinguait le vivant dans la nuit, comme les Elfes, un peu.

*C'est mon pouvoir... qui fait ca ?*

Quoi qu'il en soit, elle comprit que c'était ce nouveau pouvoir en elle qui se manifestait et en parallèle, elle sentit une rage de combattre, de tuer, de brûler, qui montait en elle rapidement. Serrant de plus en plus fort ses poings, des flammes pas plus grandes que ces derniers en jaillissaient. Elle se décida, ni une ni deux, de passer devant la Sorcière des Ténèbres pour se diriger vers la forêt, tout droit, peut importe, juste tout droit jusqu'à tomber sur quelqu'un ou quelque chose à brûler ou à détruire. Cette sensation de chaleur commençait à devenir si forte en elle qu'elle sentait qu'il fallait qu'elle la relâche avant d'être elle-même consumée ou de devenir plus folle qu'elle ne l'était.

Continuant d'avancer vers la lisière de la forêt, elle se tourna face à Umar et lui cria :

- ALORS ?! QU'EST-CE QUE TU FOUS ?! Tu voulais que je décide de ce que nous allions faire, alors JE DÉCIDES !! Annonça t'elle sur un ton déterminer et plein de force. Allons trouver de quoi nous défouler parce que j'ai sacrément besoin de me détendre parce que je suis littéralement en train de cramer à l'intérieur !

Sans attendre sa réponse, elle fit volte face et s'approcha de la lisière de la forêt pour y toucher un arbre de sa main droite. Observant attentivement, elle se concentra sur sa main et cette chaleur qui l'envahissait. Ce qui se produisit l'étonna. Mais ce fut plus du plaisir qu'elle ressentit réellement. La paume de sa main chauffa et l'écorce de l'arbre prit feu. Cependant, au vu de la force intérieure dont faisait preuve la jeune fille en ce moment, l'arbre s'embrasa violemment, lui faisant faire un bond en arrière.

Fascinée, elle observa ce dernier brûler et observa les flammes le dévorer. Elle ne se rendit pas compte que par sa simple fascination, elle laissa son pouvoir sortir et se révéler et le feu se répandit aux arbres voisins qui subissaient le même sort que le premier... par sa simple envie de les voir brûler. La chaleur qui s'en dégageait était forte.

- Ahah ! Tu as vu ça ?!?! Cria t'elle, complètement excitée, revenant en courant face à Umar. C'est dingue ! Je me sens.... bien. Vraiment bien ! Je n'ai plus mal, rien ! Mais j'ai très chaud. Parvenant à calmer quelque peu son excitation, elle reprit d'un ton plus posé, moins essoufflée. Bon...  je suis désolée d'avoir fait la boniche et que je me sois tapée la honte devant toi juste avant mais je t'expliquerai un jour en quoi c'était normal. Maintenant. Je le redis, comme tu voulais que je décide, emmène-moi, volons jusqu'à trouver un village, un campement ou je ne sais quoi, allons voir ce quoi est fait ce monde et amusons-nous. Ca te va comme ça comme directive ? Elle saisit les mains de son amie, les serrant fort et lui fit comprendre qu'elle était revenue. Son regard flamboyant, son visage brillant sous la forte lumière que dégageait la flamme de son œil gauche. Je ne faiblirai plus de la sorte, je te le promets ! Allons découvrir ce monde, ensemble. Allons nous présenter à eux et qu'ils apprennent à nous connaître dans la peur, les hurlements, la souffrance et le sang ! Allons juste raser ce monde, comme on l'aurait fait avec Féerune !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 40 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 16 Sep - 15:33


Baignée d'un magnifique clair de lune, la nuit adoptait le visage d'une amie. Lorsque tout est calme, parfumé et éclairé comme en cet instant, on ne peut se douter qu'une menace puisse surgir. C'était sans doute à cause de ce décor idyllique que Mayufu et Umar se disputèrent sans se préoccuper du reste. En qualité de sorcière des ténèbres, Umar se refusait de voir Mayufu comme étant faible et pitoyable. En revanche de son côté, Mayufu se refusait d'être piétinée comme une vulgaire déjection par celle qu'elle estimait le plus. Difficile alors de trouver un terrain d'entente lorsque les nerfs sont de sortis. Du moins, on pourrait le penser, mais étrangement, après son coup d'éclat, Umar demeurait au plus calme... En vérité, elle ne prêta guère attention aux retours piquants de sa protégée, y compris lorsqu'elle formula son ordre de guerre ! Sans réellement savoir ce qu'elle ressentait, la sorcière des ténèbres se laissa gagner par le vide de son esprit. Et pour cause, bien qu'elle se sentait galvanisée par cette aventure, une part d'elle était complètement vidée, aussi léthargique qu'un mollusque desséché.

Umar craignait par dessus tout que la sorcière de ce monde ait trouvé refuge en elle. Ce qui ne serait pas impossible étant donné la puissance dont elle était investie. Cependant, toujours assise sur son rocher, une teinte orangée vint égayer cette peinture morne. Les incessants crépitements à l'origine de ce phénomène parvinrent à tirer Umar de sa torpeur. Encore un caprice de Mayufu, se surprit-elle à penser. Un arbre flambait de tout son long au coeur de cette nature morte ! Et alors quoi ? La sorcière des ténèbres leva un sourcil devant l'insignifiance de la scène. Le géant de bois brûlait tout seul au milieu d'une immense étendue, du point de vue d'Umar, il n'était guère plus qu'une bougie trônant au centre d'une table.

Mais quand le feu se répandit aux arbres voisins, un semblant d'étoile naquit dans les yeux d'habitude si sombres d'Umar. Puis en voyant Mayufu toute guillerette devant sa folie du moment, la sorcière serait incapable de lui casser son délire, que ce soit par le verbe ou par les actes. La jeune fille s'était libérée de son fiel et était désormais prête à en découdre, et ce, même si pour le moment il fallait se contenter des manants. Après tout, il n'y avait pas besoin de discorde pour avoir une raison de commettre un génocide. La fourmi n'est pas en conflit avec la botte, il s'agit juste de Destinée. L'une écrase, l'autre se fait aplatir, ça fait partie de la sélection naturelle. Toutefois, à l'instant où Umar allait répondre à Mayufu, un long et puissant hurlement se fit entendre ! Eh bien qu'il semblait venir d'une lointaine contrée, il ne laissait planait aucun doute quant à la menace qu'il traînait avec lui.

- Une créature sauvage, c'est parfait pour faire tes armes gamine ! Se moqua Umar alors qu'un autre hurlement retentissait, cette fois-ci beaucoup plus proche !

Intriguée par la vitesse de déplacement dont la chose faisait preuve, la sorcière des ténèbres décida de scruter les alentours afin d'illustrer le monstre. Les branches craquaient, des pas lourds foulaient le sol meuble, mais à part ça, rien... La créature ne parvenait à trouver corps aux yeux d'Umar, comme si cette dernière était invisible. C'est alors qu'un troisième hurlement résonna à seulement quelques mètres derrière Mayufu. Inquiète tout en et se sachant incapable de la protéger d'une bête qu'elle ne pouvait distinguer, Umar ne fut ni une ni deux. Elle enserra de ses bras puissants la taille de la jeune fille, avant de s'envoler telle une étoile filante à plusieurs centaines de mètres de haut.

- Je crois qu'elle n'aime pas le feu, cette créature ! Ironisa Umar, même si elle n'en menait pas large. Qui sait, si elle avait réagi ne serait-ce qu'une seconde plus tard, peut-être que Mayufu ne serait plus de ce monde... même si dans la forme, elle ne l'a jamais été.

Par prudence, la sorcière des ténèbres s'enferma avec sa protégée dans une bulle d'ombre. Des fois que la bête sache voler... Et apparemment, le monstre éprouvait de la frustration, car son quatrième hurlement fut bien plus intense que les précédents, comme s'il était empli de rage. Mais il ne se termina guère comme les trois autres, car ce fut au travers d'un cri de femme qu'il s'acheva. Cela soulevait deux questions. Avait-il trouvé une autre proie, ou était-il devenu cette femme ?! À moins que tout le monde ne soit invisible dans ce monde, Umar opta pour la deuxième solution.

Bien que sa raison l'ait déserté suite à l'affliction de sa mère, Kayla commençait à prendre conscience de sa nouvelle personnalité. Elle n'était plus seulement Lupa la nuit venue, mais bien une demie-Déesse Déchue ! Et en tant que telle, les cadavres crouleront sous ses pas. Lupa, le monstre loup-garou, était là pour charcuter ses victimes, Kayla, sous sa forme humanoïde, était là pour les tourmenter ! Ce fut donc en tant que Kayla qu'elle conjura le vent de Timur...

Depuis les airs, Umar ne cessait d'observer l'endroit où le dernier cri avait fait écho. Hélas, la chose, au même titre que la femme, se dérobaient toujours à son regard. Mais alors que la brise se levait, en balayant l'horizon, la sorcière des ténèbres aperçue les quelques torches qui éclairaient avec peine les abords d'un petit village. Umar n'eut point le temps de prononcer mot que les cimes des arbres se mirent à craquer sous la force grandissante du vent. Nul besoin d'appartenir à ce monde pour comprendre que ce souffle n'avait rien de naturel. D'une part il était continu avec une force croissante, et de l'autre, les quelques nuages présents ne souffraient pas de cette bourrasque. La bulle leur épargnait un nouveau brushing, à part ça, la sorcière des ténèbres se demandait à quoi pouvait bien servir cette nigauderie !

- Peut-être que dans ce monde, les gens sont terrifiés par le vent ! S’esclaffa Umar jusqu'à finalement comprendre la raison de cette manifestation.

Rapidement, le début d'incendie qu'avait engendré Mayufu se changea en une déferlante de feu. D'abord moindre et chétive, la vague vitaminée par la tempête de la créature se mua en brasier ! L'embrasement fonçait tout droit sur la bourgade et ses alentours. Nul besoin de préciser qu'au coeur d'une telle fournaise, rien n'y survivrait, pas même une bactérie !

- J'avoue apprécier le spectacle. Commenta Umar d'un ton neutre. Mais je ne supporte pas qu'on cherche à nous spolier ! À cet instant, la sombre sorcière se jura d’éviscérer cette chose lorsqu'elle aura percé son secret.

La première "rencontre" étant bien supérieure à Mayufu en terme de puissance, Umar préféra demeurer spectatrice des événements des fois que d'autres surprises du même genre ne les assaillent. Elle-même ne sachant guère maîtriser ses nouveaux pouvoirs, ainsi que ce sentiment étrange qui l'accablait. Un excédent de témérité pourrait leur être fatal. Mayufu n'allait sans doute pas cautionner ce choix, mais en l’occurrence, ce n'était pas elle qui avait pour tâche de protéger le duo. Umar n'en fera donc qu'à sa tête et se déplacera jusqu'à survoler le hameau qui, dans quelques secondes, sera dévoré par les flammes !

[OUT : Juste au dessus de la maison d'Emy ~ICI~...Arrow]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 50 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Renaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 

Renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ ASTRUNE ~ :: Les collines D'Umar :: La montagne :: L'antre d'Umar-
Sauter vers: