AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôliste ~ICI~ Arrow




Exclamation Récompenses actuelles ~ICI~ Exclamation



Partagez | 
 

 La maison d'Emy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur
avatar
Récits 213
MessageSujet: La maison d'Emy   Mer 27 Mar - 1:16

Quand bien même la matinée débuta sur les chapeaux de roues avec l'arrivée fortuite de Sabby. L'Impure du village d'Umar passa une journée relativement tranquille. Disant elle-même ; "Aujourd'hui, ça sera journée bricolage", Emy tentait tant bien que mal de limiter ses songes. Le sombre visage de l'homme de cette nuit ne la quittait pas, ni la pauvre Soomïne agonisante sur le sol de sa demeure. Elle savait également que ses yeux émeraudes pleureraient le départ de la petite Fée à l'instant même ou elle aurait fini de tout remettre en ordre... Cependant, il fallait aller de l'avant, à commencer par lire la lettre que la prêtresse lui avait apporté, selon elle, Ellesime en personne le lui aurait demandé avant de s'en aller. Emy se doutait bien que cette missive parlerait d'Elizia, elle eut d'ailleurs une légère impression de déjà vu. Ainsi, quand le soir arriva, Emy s'installa sur le bord de son lit, lui qu'elle n'avait pas encore fait... la froissure des tissus le recouvrant lui permettait de voir une Soomïne et une Lourine dormantes en toute quiétude. Elle n'avait pourtant guère passé de temps avec ces deux personnes, mais les instants vécus furent si intenses qu'il lui était difficile de faire la passe...

Ses doigts fins frottèrent longuement la feuille duveteuse, l'hésitation prenait toujours plus de place sur son visage au fur et à mesure que les minutes filaient. Était-ce vraiment la meilleure chose à faire que d'en prendre connaissance maintenant ? Le souvenir d'Elizia l'emplissait certes de joie, mais aussi d'une tristesse innommable. Ne devrait-elle alors point attendre de se sentir moins abattue avant de raviver les souvenirs ? Après tout, plus rien n'était en mesure de faire revenir son amie...

La lumière se faisait désormais plus faible à travers la vitre, le crépuscule approchait. Glissant alors délicatement ses deux lettres toujours closes dans son journal intime, Emy alla s'accouder sur le rebord de la fenêtre donnant sur Barat... Le coucher de soleil était toujours source d'apaisement, et même si les évènements de la veille semblaient se perdre dans ce vaste calme, la jeune Impure en avait plus que jamais besoin...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 27 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Lun 8 Avr - 11:10

Ce début de soirée était si calme... S'en était presque déroutant. Surtout en rapport avec la précédente ! Il s'était passé tant de choses en un laps de temps réduit. Je voyais encore Soomïne cette si jolie petite fée qui était repartie avec Sabby. Son passage chez moi n'avait été que malheur. Elle s'était faites si méchamment agressée... Et j'étais devenue sale, une meurtrière. Je comprenais pourquoi elle n'était donc pas restée, mais c'était aussi Rita avec Sabby qui s'en était allée. Je rencontrais des amies et je les perdais les unes après les autres. Enfin ma porte était à présent rafistolée, c'était déjà ça. Et le ciel était si beau. Apaisant, me permettant de laisser couler des larmes qui, toute la journée, avaient été refoulées par mon esprit occupé. J'étais aussi inquiète. Lourine ma jeune sauveuse si particulière, à la fois sage et découvrant le monde, avait disparue. Oui littéralement. Elle se reposait, là dans mon lit, près de la petite fée, et puis... tout avait changé. Je n'avais pu trouver la jeune humaine. Pourtant j'étais allée faire un tour en forêt cet après midi pour mes besoins en bois... mais rien. Pourvu que rien ne lui soit arrivé.

Je secouais lentement la tête. Il était temps d'arrêter de se plonger dans le passé, aussi récent fut il, car me connaissant, je pouvais y passer des heures, et cela me faisait plus de mal que de bien. Soupirant, je laissais mon regard tomber, puis je retournais dans ma chambre. Un besoin de me changer les idées. Je possédais des livres bien heureusement, et ainsi je pu, l'espace de quelques temps, oublier la réalité et me plonger dans un autre univers. Dans mon tiroir la lettre me hantait. Ne pas la lire m'étais difficile mais je ne voulais pas m'effondrer, il faudrait donc attendre un peu de stabilité. Alors, lorsque je vis qu'une heure avait passée, je posais mon livre et me prépara à sortir de chez moi. Je ne souhaitais pas rester seule. Et l'ambiance de l'auberge me ferait du bien. Je verrais des passants, des habitants, ainsi qu'un de mes jeune ami, qui aiderait ses parents probablement à préparer les tables. Un sourire, je voulais voir des sourires...

*c'était trop calme, après hier... j'ai besoin de voir d'autres personnes, de sortir de chez moi, je crois que sinon... je vais perdre mon éternel sourire...et ça je ne veux pas.*

Sur cette pensée je passais la porte qui, grâce au pouvoir de la terre et à quelques bout de bois, avait plutôt fière allure. Heureusement d'ailleurs que je possédais ces pouvoirs sinon... mes mains n'auraient pas suffit à réparer mes déboires.

[OUT : à l'auberge... Arrow ]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 16 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Lun 4 Nov - 11:07

J'arrive de Ici

Le silence et les odeurs habituelles de mon petit refuge furent pour moi un grand apaisement. Décidémment cette journée avait été bien trop bizarre à mon gout. Avais je rêver depuis hier ? le problème était que cela semblait continuer ! Moi qui souhaitait aller à l'auberge afin de me changer les idées voila que des visions liées à une inconnue qui arrivait me submergeaient et elle aussi. Comme si la disparition de Lourine n'était pas suffisante ! Je voulais aller de l'avant, pourtant tout semblait me ramener au passé aujourd'hui. Et j'étais las. Oui après ce qu'il m'étais arrivée là bas, je me sentais fatiguée. Je bloquais toutes les pensées qui menaçaient d’entraîner mille et unes questions. Il me faudrait attendre demain pour en avoir une partie. Déposant mes affaires au pied de mon lit j'ouvris le tiroir renfermant mon carnet et les deux lettres quand soudain je me sentie assaillie de nouveau.

*pas encore...* Mais c'était peine perdue.

Une grande lumière se fit et une figure magnifique, ailée apparut. Elle semblait parler, mais je n'entendais rien. Le seul mot que j'entendis fut celui de... Myla qui murmura "incroyable". Et alors que l'être majestueux me tendait quelque chose la vision prit fin. Je me retrouvais accoudée à mon lit, le regard plongé vers le tiroir ouvert.

-C'est quoi ce bazar ? Qui était cette femme ? et pourquoi cette guerrière était elle là aussi ? Ce qu'elle m'a donné ça ressemble....

Oui je n'y avais pas songé avant de me remettre, mais la chose donnée à la fin de la vision était semblable... à la lettre que Sabby m'avait remise ce matin. Tout cela devenait bien trop confus. Je ne pouvais recevoir une même chose deux fois. Et il pouvait y avoir pleins de missives qui portaient ces ressemblances surement. M'appretant à éponger mon front en sueur, comme quoi ces visions étaient puissantes, je compris que mon visage entier était mouillé.... de larmes ? Oui en m'analysant je ressentis une profonde tristesse. Néanmoins je n'avais pas de réelle raison de l'être. Perdue daccord mais malheureuse ? Un nom s'associa à mes pensées comme en toute logique. Elizia... Après tout si la femme que je venais de voir était une fée... il était normal que je pense à mon amie. Mais pourquoi en pleurer ? Non c'était vraiment trop et mon pauvre cerveau ne suivait plus. Je devais tout mélanger et ce malgré une partie de moi qui pensait que je devais sécher mes larmes car Elizia voulait me voir sourire. Jamais elle ne m'avait dit cela pourtant.

Décidant que tout irait mieux une fois reposée et remise de ce qui avait été  une soirée tourmentée, je passais mon corps sous l'eau afin de me laver autant physiquement que psychologiquement. Enfin, épuisée comme jamais auparavant, je me glissais dans mon lit. J'avais pris la peine de changer rapidement les draps mais je ne souhaitais rien de plus que m'abandonner au sommeil rapidement. Et enfin laisser tout ça de coté... pour le moment. Cependant je ne savais pas si je parviendrai à dormir. Ce fut donc avec les noms de Lourine, Sabby et Rita, Soomïne, Elizia et enfin Myla, que je tentais de fermer les yeux. Impossible. Tout revenait inlassablement. Je ne connaissais qu'un moyen pour calmer cela. Soupirant je m'assis confortablement dans mon lit, et prit ce qu'il me fallait.

*La nuit va être longue.... voyons par quoi commencer. Le matin certainement.*

C'est ainsi que je commençais à coucher sur papier les événements pour le moins anormaux d'aujourd'hui.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 12 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Ven 15 Nov - 0:31

Le départ aussi précipité d'Emy ne fut pas pour plaire au jeune William. Fatiguée se disait-elle, mais il était encore très tôt... Toutefois, le regard oblique de son père le dissuada de tout insistance à la faire rester. Le patron des mille et une nuits savait son petit garçon un tantinet collant, c'était le genre d'enfant qui était incapable de demeurer seul. Or, Emy avait parfaitement le droit de partir à l'heure qu'elle voulait. Voilà une chose que William se devra vite d'apprendre si plus tard il ne voulait pas devenir un être possessif. L'homme était déjà bien content que cette charmante fille vienne lui prêter main forte à titre gratuit, et qui plus est jouer avec son fils. Se contenter de ce qu'on avait plutôt que de pleurer sur ce qu'on avait point était sa politique, et William devra s'y plier que ça lui plaisait ou non...

Deux heures plus tard...

À présent propre et sereine, Emy, la seule Impure du village, s'adonnait à l'écriture d'un nouveau chapitre afin d'épaissir son journal intime. Elle s'affligeait un besoin quasi incontrôlé de retranscrire chacun de ses ressentis éprouvés tout au long de ces dernières vingt-quatre heures. Sans oublier l'évènement survenu un peu plus tôt au sein même de l'auberge, lorsqu'elle fut en présence de la petite femme... Myla. Là encore ce prénom s'en revenait assaillir son esprit alors que celle-ci ne lui avait point confié. De quoi en perdre le sommeil...

Pendant ce temps, à l'orée du village, une étrange silhouette se dessina aux abords de la rivière. Vêtue d'une robe aussi légère et transparente que la brise, elle progressait sur la terre meuble au travers d'une démarche peu assurée. Mais lorsqu'un rayon de lune la drapa, toute notion de crainte fut à exclure ; il ne s'agissait ni d'un fantôme, ni d'une revenante. Il s'agissait tout simplement d'une Elfe, et bien que sa couleur de cheveux différait de celle de ses confrères, elle n'en demeurait pas moins. Perdue, elle cherchait quelqu'un pour la renseigner. Elle était si loin de chez elle, ajouter à cela, elle ne connaissait que peu la culture et les pratiques du monde extérieur à la forêt de Lalwende.



[Arrow ...suite de ~ICI~]

Peu après avoir fait ses adieux à Thalierya, Thrilie se jeta à l'eau. La rivière allait la mener en exil, mais aussi vers sa nouvelle Destinée. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'elle ne se sentait plus guère à sa place parmi les siens. Quant à la reine, elle avait beau être aimée et puissante, elle ne faisait pas l'unanimité. Jaloux de sa complicité avec leur monarque, le général Wusta méprisait la jeune prêtresse. L'individu faisait tout pour écraser la pauvre Thrilie ; un soir, il alla même jusqu'à la faire cerner par plusieurs de ses hommes, lesquels s'abandonnèrent à la brimade jusqu'à ce que larme s'en suive. Sous pression, l'Elfe se laissa gagner par la peur, ne sortant que pour le strict nécessaire, elle évitait autant que possible le contact avec les autres. Plus éprouvant encore, elle ne pouvait faire part des agissements malintentionnés du général à la reine, et pour cause ; Wusta se trouvait justement être son prétendant...

En des temps normaux elle aurait peut-être pu, mais plus que jamais fragile, la grande dame qu'elle fut cédait progressivement le pouvoir à son futur époux. La guerre contre les Drows balafra son coeur et son esprit, une cicatrice qui a ce jour ne s'était point refermée. En pleine force de l'âge, jamais la reine n'aurait jeté son dévolu sur Wusta, lequel n'aurait même pas été général. Thrilie savait tout ça, et lui savait qu'elle savait... mais il ne le découvrit que récemment. Huit mois pour être exact, ce fut d'ailleurs à partir de cette découverte que les insultes naquirent à l'encontre de la prêtresse. Pour Wusta, Thrilie était dangereuse ; à savoir que peu à peu, son influence sur la reine faisait qu'elle reprenait doucement confiance en elle. Or, si elle redevenait maitresse d'elle-même, le général savait pertinemment qu'il n'aurait plus aucune chance, et ce, que ce soit pour la faire sienne, ou encore conserver son titre. Enfin, il s'agissait là d'une vie passée, pour le moment en tout cas.

Pour l'heure, Thrilie était toujours en quête d'information, elle ne savait même pas où aller... Quant à la bourgade se dressant devant elle, pas une personne n'était à recenser, tout du moins dans les rues. De la lumière ça et là donnait un semblant de vie à quelques bâtisses. Cependant, Thrilie se voyait mal toquer aux portes afin de demander sa route. Trop timide, elle en était tout bonnement incapable.

-*Maintenant je sais ce que c'est que d'être seule sans aucune attache... au moins en Lalwende, j'avait encore ma maison...* Songea la prêtresse inquiète.

Quand soudain ! une branche craqua depuis la forêt. Se retournant vivement, son infravision lui permit de distinguer une silhouette relativement massive, apparemment celle d'un homme Humain. Mais son empathie lui révéla bien vite que cet individu n'avait pas que des bonnes intentions. Serait-ce un vagabond, un meurtrier, un prédateur d'enfant ? Thrilie ne voulait rien savoir, effrayée, elle recula afin que ce dernier ne la prenne pour cible. Elle recula tellement qu'elle finit par se heurter à une porte en bois. Terrorisée, l'Elfe enfonça ses ongles dans les rainures du panneau, puis se mit à gratter. Si quelqu'un se trouvait à l'intérieur, il n'aurait aucun mal à l'entendre, malgré la discrétion évidente du bruit. Par chance ou... pas, Thrilie venait de gratter la maison d'Emy.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Mer 27 Nov - 18:51

Cela faisait un bien fou que de noircir ce papier de mes pensées et des péripéties qui les accompagnaient. J'avais besoin de me confier, de m'éloigner un peu, et malheureusement je n'avais pas d'ami assez proche pour le faire. Aussi, écrire était un très bon moyen de prendre du recul face à la situation présente. Je pouvais y noter ce que je souhaitais et bientôt, l'intégralité des personnes rencontrées en cette journée s'y trouvait. Soomïne, Sabby et sa relation avec Rita, Lourine, Myla. Même Elizia. Mon amie la fée faisait son retour dans mon journal tant ces flash et la lettre non loin me perturbaient. Demain il me faudrait discuter avec cette petite femme, pour tenter de comprendre ce qui nous arrivait. Je m'en voulais d'avoir laissé William cependant je ne pouvais pas être une enfant et ce, malgré tout le mal que je pourrais me donner. Mes moments de jeux et de bonheur avec eux étaient un cadeau que j'acceptais avec joie, néanmoins j'avais finis par comprendre que ma vie était autre. Et aujourd'hui un autre cap avait été franchit. En effet j'avais tué un homme... de mes propres mains, mort pour avoir osé souiller cette petite fée. Aurais je du me contrôler ? Qu'étais je devenue à partir de ce moment ? Il était sur que dans mon moi je sentais un changement. Aurais je grandis ? Toutes ces questions, je les écrivis. Hors de question de les oublier. Ce qui me rappela mon projet avant que tout ceci ne survienne. Oui je voulais partir pour la forêt de Lalwende car la reine pleurait... Faire comprendre au peuple elfique que tous les impures n'étaient pas mauvais.

*  Partir à Lalwende... cela fait bien longtemps que je n'ai pas pris d'aussi grande décision. Mais je dois d'abord comprendre ce qui nous arrive à cette femme et à moi. *

Mes pensées furent interrompues là par un bruit sourd comme si quelque chose était rentré en collision avec un mur. C'était très certainement un animal, après tout ce ne serait pas la première fois loin de là. Ou bien les enfants ? Non il était tard pour qu'ils jouent encore dehors. Déposant mon cahier sur le lit à coté de moi, je décidais d'élargir mes sens. Jusque là renfermée sur moi même  je n'avais pas prêter attention aux alentours. Prenant un grande inspiration, calme à présent, je m'ouvris au monde. Et de suite près de là, je ressentis deux choses contradictoires. La plus grande était la peur. Une terreur même. Quant à l'autre, l'envie, la menace. De là je compris quelque chose. Soit un animal traquait sa proie étonnamment proche de chez moi, soit, c'était deux personnes. Fronçant les sourcils, je prêtais l'oreille car un grattement se fit entendre. Oui exactement contre ma porte j'en étais certaine mes sens ne se trompaient jamais ! Sur mes pieds en un temps record, je sortis de ma chambre et, me dirigeaient vers l'entrée. Il y avait quelqu'un derrière je pouvais clairement le discerner. une personne sans mauvaises intentions. Par contre une autre un peu plus lointaine, était bien plus inquiétante. Aussi, j'ouvris la porte silencieusement et rapidement. Juste derrière, les ongles abîmés d'avoir gratter le bois, je vis... une elfe. Après une ou deux secondes de stupeur, je pris soin poignet décidant que je n'étais plus à ça prêt aujourd'hui. Tirant la jeune inconnue à l'intérieur de la maison, je refermais la porte aussitôt et dirigeais l'elfe vers un siège non loin. Elle était loin d'être rassurée.

-Calmez vous, tout va bien vous ne risquez rien ici... entrepris je d'une voix douce, découvrant véritablement son visage. Elle était certainement pure, et j'espérais qu'elle n'hurle pas en me regardant à son tour. Ma main avait desserrer son étreinte mais je caressais doucement son avant bras et son poignet dans un geste apaisant. Je m'appelle Emy et vous êtes au village d'Umar.

Sentant l'elfe déroutée voire perdue, j'avais entrepris de lui donner des repères en quelque sorte. Ensuite, ne voulant pas l'effrayer de par ma couleur ou simplement à cause de ce qu'elle venait de vivre, je lâchais son bras et m'assis en face d'elle à un ou deux pas histoire de la laisser respirer et se reprendre. Je souriais. Plusieurs personnes s'étaient retrouvées à sa place depuis ce matin. Pourtant j'étais curieuse... Il m'étais rare de croiser une elfe pure si elle en était bien une et je la trouvais d'une beauté infinie. Des similitudes avec les fées mais en beaucoup plus mure et réfléchie. Un visage moins enfantin. Sans la fixer, je l'observais de temps à autre, comparant mes connaissances de la race avec cette inconnue. Après tout il me fallait attendre alors au lieu de tortiller mes vêtements, je cherchais les ressemblances ou différences entre nos deux races, ainsi que celle des drows, incluant même les demis elfes.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 36 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Sam 25 Jan - 19:12

Incapable de définir la présence avide de méchanceté rôdant tout près d'elle, Thrilie trouva refuge dans la première maison venue. Ignorant jusqu'alors chez qui elle venait de gratter, l'Elfe fut néanmoins ravie quand le secours tant attendu lui fut finalement porté. Sans même s'y attendre, la porte s'ouvrit d'une volée puis sous l'attraction d'une poigne à la fois inconnue et bienvenue, la guérisseuse se retrouva à l'intérieur. À la suite de quoi, sa bienfaitrice lui fit alors savoir que désormais plus rien n'était à même de l'atteindre. Mais ce que toutes deux ne suspectaient guère, était qu'en réalité aucune personne autre que l'Elfe n'était à recenser. Éprise d'hallucinations auxquelles Thrilie prêta foi, elle finit par se convaincre de la réalité du danger, allant même jusqu'à faire ressentir à Emy la même chose que ce qu'elle même éprouvait. La fatigue due à sa longue route en était la principale responsable, mais la nuit couplée à la découverte de cette nature froide et menaçante n'arrangèrent en rien cette lassitude...

Ca ne sera qu'un instant plus tard, une fois ses émotions stabilisées, que le regard de Thrilie se posera sur le visage de celle qui venait de lui tendre la main. Elle lui souriait, en réponse à cela, l'Elfe lui sourit à son tour. Il était certes rigide par une peur encore marquée, mais la sincérité y était ! La guérisseuse lui était reconnaissante pour son geste. Or, la couleur de sa peau ainsi que la teinte de ses cheveux n'étaient point le genre de chose auxquelles Thrilie se fiait. En grande partie incomprise par son peuple pour sa façon de voir les étrangers, la prêtresse ne put compter que sur elle-même une fois que son lien privilégié avec la reine fut sectionné par Wusta. Dans sa grande sagesse, elle se persuada de la bonté dont elle faisait preuve au travers de son comportement envers ses cousins de race.



Cette maison lui rappelait la sienne par certains attraits, ainsi se sentit-elle rapidement rassurée. Et ce fut au travers d'un léger soupire que Thrilie se libéra de sa peur. Son haleine parfum d'écume se mélangea à la senteur boisée et végétale du logis. Le bon côté que trouvait la prêtresse au ressentiment de la crainte était le bien-être éprouvé que celui-ci laissait en s'en allant. De là, elle put se rendre compte qu'elle s'était effrayée toute seule, étant donné que son empathie ne lui révélait plus rien de menaçant. Or, si un individu rôdait réellement comme elle avait pu s'en convaincre, ses mauvaises intentions se feraient toujours sentir en son sein... Désormais confuse de cette méprise, Thrilie abaissa la tête en signe de reproche à son égard, une mine triste que sa vis-à-vis ne pouvait comprendre.

- Je vous prie de me pardonner... Chuchota t-elle honteuse. Je vous ai dérangée pour rien... je me suis laissée prendre au jeu de la peur, et je me suis alors imaginée des choses informes. Puis, relevant doucement la tête arborant cette fois les traits de la reconnaissance, elle ajouta : Merci beaucoup pour votre secours. Vous m'avez également dit tantôt que je me trouvais aux collines d'Umar ? Hmm, d'après ce que je sais de la carte, je suis bien assez loin de chez moi. Oh veuillez m'excuser ! Affirma soudainement la prêtresse. Avec tout ce remous j'ai omis de me présenter... Je m'appelle Thrilie et je viens de la forêt de Lalwende. J'ai descendu la rivière jusqu'ici, c'est pourquoi je semble si... perdue.

Ne souhaitant pas forcément être dans le devoir de se montrer redevable envers chaque inconnu qu'elle allait croiser durant son exil, Thrilie se contentera de demander à... Emy si elle avait besoin d'un soin quelconque afin de s'acquitter de sa dette avant de s'en aller. La prêtresse était consciente qu'elle allait devoir se forger une âme d'aventurière si elle voulait mener cette vie inondée de solitude et de danger. Car entre la solitude d'un chez-soi et la solitude d'une marche sans fin, il y avait un monde !

- Puis-je vous prodiguer un soin qui vous serait salutaire Emy ? Si oui dites moi votre mal et je m'y emploierais. Je n'ai nulle autre moyen pour vous remercier. Après quoi je m'en irai. Débita t-elle d'une traite.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Sam 8 Fév - 12:00

La jeune femme que je venais de faire entrer chez moi venait de me sourire sincèrement. Ce à quoi je compris qu'elle était indifférente à ma couleur de peau mais pas à mes actes. A travers elle, je sentais la peur diminuer. Et chose étrange, plus aucune menace ne planait. Je compris à mon tour que la crainte de l'elfe s'était manifestée avec une telle force que j'avais ressentie menace par sa propre empathie... Et voila que mon invitée imprévue était à présent confuse, désolée et tout ce qui pouvait s'y rapporter. Je n'osais l'interrompre jusqu'à ce qu'elle finisse par se présenter. Ainsi elle venait bien de la forêt de mon enfance. Pourquoi s'en aller ? elle ne connaissait apparemment pas son chemin... et où allait elle ? Pourquoi se sentir ainsi menacée au point de provoquer ses propres craintes ? Tant de questions demeuraient sans réponse. En même temps ce n'était pas vraiment comme si je pouvais les lui poser, elle était en droit de faire ce qu'elle désirait et moi,  faire taire ma curiosité je devais. Ce qui était fort difficile.

-Ne vous excusez pas ...Thrilie. Il s'est passé bon nombre de choses ici la journée dernière et que cela continue cette nuit ne m'aurait pas étonnée.

Un silence s'installa car mes souvenirs ne pouvaient pas s'empêcher de refaire surface, et la jeune dame en profita pour prononcer des mots à une allure si rapide que je clignais des yeux, surprise de cette soudaine envie de partir. Avais je fais quelque chose de mal ? Ou tout simplement était elle pressée... Je dus réorganiser mes pensées moi qui m'étais dirigée vers une discussion, elle souhaitait me procurer un soin. Or je n'étais pas malade, ni même atteinte d'un mal quelconque. Quoique à bien y penser... Cette jeune femme pouvait elle éclaircir ces flash ? Calmer mon esprit ? hum... A vrai dire je ne voulais rien. Cependant Thrilie semblait penser me devoir quelque chose et je risquais de la vexer en refusant.

-Partir ? Vous souhaitez voyager maintenant ? J'avoue que j'aimerais vous retenir, cependant ce n'est pas ma décision. Une rumeur me revint à l'esprit à ce moment, bien sur il fallait la prévenir ! Par contre je me dois de vous avertir que dans nos bois rode une bête meurtrière semblable à un loup la nuit depuis quelques jours. Ne voulez vous pas au moins passer la nuit ici ?

Eh oui ce n'était pas dans le but d’avoir à tout prix quelqu'un près de moi mais bien afin de rendre sa route plus sure. Je ne savais pas s'il fallait ajouter foie à ces rumeurs mais je préférais prévenir que guérir en la matière. En parlant de soin, il me fallait donc lui répondre.

- Je n'ai aucun mal dont je pourrais me plaindre mais plutôt une étrangeté. Depuis quelques heures, à vrai dire depuis que j'ai croisé une jeune guerrière, j'ai des flash nous concernant alors que je suis persuadée ne pas la connaître. Pourriez vous les rendre plus clairs ou simplement savoir si c'est dû à l'imaginaire ou autre chose ?  

Voila pour ce qui était de la partie technique. Je n'avais aucune idée si elle pouvait m'aider mais je n'avais que ce problème à lui soumettre. Si toutefois malgré mes avertissement la jeune elfe était sure de vouloir s'en aller de suite, je lui proposerai un vêtement chaud ainsi qu'un plan de sa route si toutefois je connaissais l'endroit où elle désirait se rendre. Néanmoins au fond de moi, et cela devait se voir à mon regard pétillant, je souhaitais qu'elle reste. Déjà pour sa propre sécurité mais aussi pour essayer de parler et ainsi oublier quelques instants les sujets préoccupants. Car à n'en pas douter elle en avait aussi. Il n'y avait qu'à voir son empressement à repartir ou bien ses yeux tristes tout à l'heure. Nul besoin d'empathie pour comprendre cela. Et une nuit de repos ne lui ferait surement pas de mal non plus. Trop polie pour lui faire savoir mes envies je restais tranquillement à attendre avec impatience sa réponse. Tout en espérant que ce soit celle désirée.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 40 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Sam 22 Mar - 3:47


À en juger sur sa réponse, rien n'était à même de perturber la résidente de cette demeure, y compris la visite impromptue d'une étrangère descendant tout droit d'une contrée insoupçonnée aux yeux de cette bourgade. Emy, comme elle disait se nommer, avoua s'être faite à ce genre d'évènement ; évènement que les gens du commun s'évertueraient à qualifier : d'embêtement. Un sourire oblique apparut alors sur le visage de Thrilie. Elle ne put se retenir en dépit de la force qu'elle y mettait, mais elle ne pouvait ignorer l'étrangeté de la chose. À savoir que lorsque Thalierya s'était derechef matérialisée chez elle, l'Elfe se sentie comme Emy en ce même instant. Après avoir franchie mystère sur mystère, aucun tohu-bohu ne serait à même de la décontenancée. C'était comme se familiariser à un son continu, et que seul le silence pourrait s'en venir déranger. Là c'était la même chose, le calme après tout ce mouvement se commuait d'avantage en une angoisse qu'en une paix durable...

Puis c'est alors que les émotions d'Emy changèrent du tout au tout ! Dés l'instant où l'Elfe fit mention de son départ imminent, une opposition naquit dans le coeur de sa vis-à-vis ! Elle ne l'exprima guère par les mots, mais l'empathie de Thrilie s'en chargea très bien sans. De toute évidence, la demoiselle n'avait point l'habitude de côtoyer des gens investis par ce même don. Sinon quoi, elle aurait appris à se contrôler depuis son fort intérieur. Toutefois, ce qu'elle lui conta par la suite n'avait rien de rassurant ! Pour l'instant ça allait, du moins.. autant que faire se pouvait. Mais la prêtresse restait convaincue qu'une fois qu'elle mettrait le nez dehors, ses paroles ne cesseraient de la hanter... Une bête meurtrière avait-elle dit... si un rien lui suffisait à être la proie d'une terreur nocturne, alors qu'en serait-il d'un danger physiquement présent ? Mieux valait l'ignorer.

- Je... hahem... Glissa t-elle entre deux. je vois. Quant à passer la nuit ici, c'était peut-être prématurée comme proposition. Bien que rien de mal n'émanait d'Emy, Thrilie n'était pas femme à se laisser couver. Le contraire en revanche était quant à lui permis !

La prêtresse ne put donner suite à ses balbutiements, et pour cause ; la métisse finit par lui faire part d'un mal dont elle ignorait la provenance, et que cela l'inquiétait. D'après ses dires, elle souffrirait d'une amnésie sur des souvenirs qui ne seraient pas d'elle. Il fallait bien admettre que c'était confus ! Sa première impression se reporta tout naturellement sur cette rencontre, cette prétendue guerrière... Lui aurait-elle en réalité, envouté l'esprit ? Aucune hypothèse n'était à écarter, mais il fallait avant toute affirmation, qu'elle en explore les recoins.

- Étant donné le récent de ce mal, ça ne devrait pas poser de problème. Rassura t-elle avec sincérité. Veuillez s'il vous plait abaisser votre tête, puis fermer les yeux. De là, Thrilie imposa deux doigts sur les tempes d'Emy avant d'entrer dans un état second, une transe. Ne craignez rien, je ne vous ferais aucun mal... Ajouta la prêtresse sur un ton soporifique. Les secondes passèrent, avant que de l'eau ne se mette à ruisseler sur le visage de la métisse. Faisant fi de la gravité, les gouttelettes coulèrent depuis les doigts de la prêtresse, puis, atteignant presque son cou, s'en remontèrent brusquement jusque dans ses narines. Cependant, toutes n'empruntèrent pas le même chemin, à savoir que d'autres passèrent par ses yeux, ses oreilles et sa bouche. Cette eau si légère n'aura guère plus d'effet qu'une brise fraiche pour les sens d'Emy. Une sensation qui devrait la détendre pleinement.

Le cerveau était la cible à atteindre, et une fois que ce fut chose faite, Thrilie put directement se connecter aux souvenirs altérés de sa patiente. Elle vit alors cette fameuse guerrière se tenant au beau milieu d'une vaste étendue verdoyante, et... impossible d'en connaître la suite, comme si le "film" était cassé. Les parties nerveuse et chimique ne donnant rien, la prêtresse se mit alors en quête d'une éventuelle lésion ! Une déchirure qu'elle n'eut aucun mal à déceler. Mais le plus curieux ne résidait pas en sa présence, mais en sa nature ! Il s'agissait sans doute possible d'une blessure magique ! Se refusant d'y toucher au vu de son ignorance, Thrilie retira ses mains ce qui, ce faisant, fit instantanément disparaitre l'eau qu'elle avait matérialisée.

- Vous avez bien quelque chose Emy... Reprit-elle méditative. Je suis au moins sûre d'une chose, ce n'est pas à titre définitif. Votre blessure a déjà commencé à se résorber. Seulement, je peine à comprendre sa provenance. Si il ne s'agit pas d'un sortilège, ni d'un coup, alors que reste t-il ? Rassurez-vous je n'attends pas de réponse, je pense tout haut rien de plus. Puis après un court instant de silence, l'Elfe ajouta subitement : Cela me fait penser à une chose, mais pour que j'en sois sûre, il faudrait que je vois aussi cette guerrière dans les plus brefs délais, vous pensez pouvoir arranger ça ?

Au diable les civilités ! Thrilie était ainsi faite, lorsqu'elle avait voix au chapitre sur une éventuelle guérison, rien ne pouvait la freiner, pas même la Reine ! Alors que pourrait faire la pauvre Emy face à une telle détermination ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Lun 5 Mai - 11:24

Le sourire oblique de la jeune femme me  fit penser que je n'étais peut être pas la seule à passer des journées plutôt mouvementées en ce moment. D'autant plus que, incapable de cacher mes émotions, j'étais en train de donner ma propre angoisse à l'elfe devant moi. Je ressentais de la perplexité en elle également. Peut être les habitants de Silmariën n'étaient ils pas aussi directs. Je vivais au contact des humains et surtout des enfants depuis si longtemps... Il fallait que je m'adapte et ajoute un peu de sel dans mes paroles... mais c'était elle qui voulait prendre soin de moi, alors pourquoi être si sceptique quant à mes propres dires ? Elle avait choisit de se concentrer sur mon problème de mémoire. Pas compliqué ? mouais. Après avoir baissé la tête à la demande de Thrilie, celle ci imposa ses mains sur mes tempes. Je me forçais à rester sur place rassurée par ses paroles suivantes. Je n'étais cependant pas tranquille. Je vis ensuite comme de l'eau sur ses mains... mais étrangement je ne ressentis rien d'autre qu'une brise fraîche tout à fait agréable. Je n'étais pas au septième ciel mais demeurait un minimum détendue ce qui était déjà rare.

*Que trafique t'elle ? je ne connais rien à ce genre de... guérison. Si ça se trouve elle peut lire mes pensées et...*

La fin de l'intervention de l'elfe freina le court de mes pensées légèrement paranoïaque. Quoique ... Bref pas le temps de s'y attarder car j'avais bien quelque chose. Ça je l'avais compris. Pas définitif ? c'est à dire ? les souvenirs allaient s'estomper ? J'avouais sans mal ne pas comprendre grand chose à son histoire de provenance non plus. Ce qui était clair c'est qu'elle ne pouvait pas expliquer ce qui m'arrivait mais que ça se résorbait. hmm ça ne m'aidait guère néanmoins Thrilie avait une idée. Et cela impliquait de voir cette femme, Myla, rapidement.

-Quoi ? mais euh... enfin je...

La détermination de la jeune guérisseuse se heurta à mes essais d'explication. Elle tenait absolument à la voir, et apparemment, ne changerait pas d'avis. Je devrais faire la même chose en l'invitant à passer la nuit ici, peut être serais je plus convaincante ? Je ne doutais pas de sa sincérité, rien de mal ne plainait en elle. Et puis n'était elle pas de ma famille en quelque sorte ? une partie de moi, la moitié de ma race. Souriant à cette idée, je pus enfin lui parler convenablement.

-Vos... méthodes me sont inconnues mais je vous crois. Quant à aller voir cette jeune guerrière, je veux bien tenter, mais je ne vous garantis pas qu'elle sera d'accord, elle semblait éreintée. Elle est à l'auberge du village.

Fallait il mieux que je ramène Myla ici, ou bien que la jeune guérisseuse vienne avec moi ? Non la guerrière ne voudrait pas sortir à moitié endormie. Mon esprit me soufflait qu'une grande fierté émanait de la petite dame. J'invitais donc mon invitée à avancer vers la porte, annonçant ainsi mon intention d'aller aux milles et une nuits. Elle était pressée d'en découdre, et moi plutôt gênée.

=> [OUT   l'auberge ici]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 21 heures 45 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
avatar
Récits 213
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Ven 22 Déc - 3:23

[ Arrow ...suite de ~ICI~]

La nuit était calme et douce, l'odeur des sapins embaumait l'air qui planait sur le bourg. Mais en dépit de cette apparente quiétude, Myla, en guerrière avertie, restait en alerte. Et bien qu'elle ignorait où la maison d'Emy se trouvait, sa position n'en changeait guère, soit ; en tête ! Par le passé, elle servit d'escorte à diverses personnes à Nandis lorsqu'il fallait traverser des zones à risque. Là encore, elle ne savait rien de la destination finale de sa suite, alors, elle élabora une petite astuce afin de pallier à cela. Son armure étincelante n'avait pas que des intérêts esthétiques et protecteurs, mais elle entretenait également un côté pratique relativement subtil ! Pour ce faire, Myla gardait un oeil sur ce qu'il se passait derrière elle grâce aux reflets qu'elle percevait sur sa cuirasse. Ainsi, elle savait en temps réel où Emy voulait aller, si elle regardait à gauche, elle se plaçait en conséquence et cetera. Les gens avaient une manière bien spécifique d'observer l'environnement lorsqu'il s'agissait de se rendre à une destination. Il y avait donc peu de chances que la guerrière bifurque par méprise. De plus, l'heure avait beau être sombre, le miroitement et l'infravision allaient de pair.

Quant à Thrilie, la fatigue l'envahissait peu à peu, ce fut donc en silence qu'elle emboîta le pas des deux femmes. Le chemin qui séparait l'auberge du lieu où résidait l'Impure n'était guère long, mais pour l'Elfe qui avait dévalé tout un cours d'eau depuis Lalwende, prodigué des soins d'envergures sur les personnes de Emy et Myla, et pour couronner l'ensemble ; pratiqué un rituel mortuaire. Ça faisait beaucoup en l'espace de quelques heures... Une bonne nuit de repos était plus que souhaitée, ce fut donc "au radar" qu'elle suivit la guerrière jusqu'au logis d'Emy, et ce, jusqu'à ce que cette dernière finisse par prendre le relais en les invitant chaleureusement à entrer...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
avatar
Récits 3459
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Lun 30 Juil - 15:16

Evidemment le père de William n'était pas ravi de perdre sa cliente... et moi j'étais attachée à cette famille. Seulement je ne pouvais faire machine arrière et me contentais donc de m'excuser. Heureusement, Myla qui apparemment avait de sérieux moyens en plus d'avoir l'habitude des commerces tendit une bourse à l'aubergiste qui refusa avant de finalement la prendre et devenir instantanément on ne peut plus serviable. Il nous ouvrit même la porte d'entrée de son établissement. Suite à quoi, ce fut Myla qui prit la tête en direction de chez moi. Et le pire c'est qu'on aurait dit qu'elle connaissait le chemin ! Elle ne se trompa pas une seule fois, même si le chemin était court, j'étais on ne peut plus étonnée. Surtout que je fermais la marche, me plaçant derrière Thrilie qui accusait vraiment le coup après cette dure soirée. Et encore je ne savais rien de sa journée. Au vu de comment elle avait débarqué chez moi... Enfin bon. Cela ne me regardait pas et pourtant j'avais l'impression que nous nous étions rencontrées des jours voir des semaines auparavant. mais non seules quelques heures s'étaient écoulées.

Une fois en vue de ma petite maison je passais en tête, souriant à Myla pour la remercier et invitais les deux femmes à entrer. De suite, je proposais à Thrilie de s'allonger sur mon lit, elle avait besoin de repos, et elle n'allait pas tarder à dormir debout.  Je n'acceptais aucune des excuse ou autre de sa part, elle allait dormir ici point barre. Après tout j'étais chez moi donc.... je décidais. Je m'excusais auprès de Myla, lui indiquant que je n'avais qu'une chambre mais qu'elle pouvait dormir avec Thrilie, enfin dans le même lit, ou bien dans la salle de vie où je comptais moi même passer le reste de la nuit. Je sortis des couvertures et de quoi être un minimum à l'aise au sol, à savoir que dormir par terre ne me dérangeait pas. J'emmenais le tout dans ma pièce à vivre et installait un petit coin , laissant le choix à Myla de faire de même puisque j'avais amené plus d'affaires, ou bien de rester dans ma chambre. Je m'assis bientôt sur une couverture incapable de m'allonger après ce que nous venions de vivre. C'était trop frais, trop compliqué aussi.

*J'ai rencontré Myla avant, mais je ne m'en souviens pas.... quelqu'un a donc agit sur nos mémoires.... mais qui ? Et y 'a t'il d'autres personnes dans le même cas*

A présent que Slive était parti, je ne pouvais m'empêcher de repenser à ce qui nous avait amener à l'auberge en premier lieu. Et puis... Myla avait récupéré ses souvenirs non ? Alors que s'était il passé entre nous ? Je ne posais pas la question mais mourrait d'envie de le savoir. Et puis.... le collier de l'homme disparu me ramena au passé le plus proche et à la décision que nous avions prise.

* Un grand voyage... sur une promesse à cet homme. Comment allons nous pouvoir aider son peuple ? Pourquoi vivent ils avec le temps? Tout est si compliqué parfois...*

Ce qui expliquait en grande partie mon envie perpétuelle d'être avec les enfants. Avec eux je retournais à mes propres jeux d'autrefois, et plus rien ne comptais. les responsabilités, la vie d'adulte, non rien d'autre que l'innocence et le jeu. J'aimais le monde des plus jeunes bien qu'il soit lui aussi parfois dur et hostile. Et je désirais préserver ce monde. Mais il semblait toujours que le reste me rattrapait. Ces fameuses responsabilités d'adulte, les devoirs envers les uns, les autres. Les souvenirs aussi et le besoin d'agir afin qu'ils restent à leur place...  J'en étais là dans mes réflexions, les yeux nostalgiques, les larmes pas loin mais trop douloureuses à accepter. Alors, seul un long soupir m'échappa et je sortis de cette négativité ambiante pour songer à ce qu'il me faudrait préparer des demain avant le grand départ.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 37 ! ~

_________________
                     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 741
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   Dim 16 Sep - 15:33


Non pas que dormir a côté de Thrilie était une épreuve, surtout que pour une guerrière le terme "à la guerre comme à la guerre" était bien connu. Mais le choix lui était donné, et comme la magie la rendait mal à l'aise, et qu'elle faisait autant preuve de pudeur que de modestie, Myla opta pour la couche au sol non loin de celle d'Emy. Elle ne manqua d'ailleurs pas de remercier la jeune Elfe pour le confort prodigué, surtout qu'elle n'en demandait pas tant. Mais la rousse n'ajouta rien de plus, et pour cause, il n'était pas difficile de voir que son hôte était préoccupée par toute une foule de pensées plus mornes les unes que les autres. Une longue route les attendait, et se laisser aller à une discussion maintenant ne serait pas judicieux étant donné les émotions éprouvées au cours de cette dernière heure. La fatigue les tenaillait toutes trois, dormir était donc la meilleure chose à faire. Les idées seront plus claires à l'aube.

- Bonne et douce nuitée, reposez-vous bien. Formula posément Myla avant de s'allonger sur le dos.

La guerrière qu'elle était n'avait pas retiré son armure. Sans vraiment en avoir conscience, Myla mettait un point d'honneur à veiller sur les deux futures endormies avant que Sinah ne la fasse sombrer à son tour. En tant que combattante, il fallait qu'elle soit prête en cas de problème. Fixant un moment le plafond, Myla finit par jeter un oeil en direction de Thrilie qui semblait s'être déjà endormie sur le lit d'Emy. La guérisseuse s'était littéralement enroulée dans la couverture, elle ressemblait à une de ces spécialités de la terre du Phénix, du hachis de viande rouge emmitouflée par de la pâte ; le cannelloni. Cette pensée frivole ne manqua point de la faire sourire en plus de provoquer un petit grondement au niveau de son estomac. Hmm, ce n'était pas très professionnel comme comportement. Allez, un peu de sérieux, le plafond devrait l'y aider...

Pendant ce temps, à la lisière de la forêt...


La rôdeuse du village se préparait à faire sa ronde pour la seconde fois au cours de cette nuit, quand soudain, une braisette s'en vint frôler sa chevelure avant de finir sa course ardente dans la rivière qui faisait frontière entre l'épaisse forêt et la bourgade. Ayant déjà assisté à l'extinction de plusieurs incendies, Erinaë savait en reconnaître les signes. Grimpant alors en toute hâte jusqu'au sommet du plus grand arbre qu'elle avait à sa portée, la rôdeuse afficha un étonnement sans précédent sur son visage délicat, à tel point que sa peau lui tira à la commissure de ses lèvres. Les collines étaient auréolées d'un orange encore plus vif que celui du soleil en plein mois de Pyros. Puis très vite, une bourrasque brûlante lui fit rougir les joues en plus de lui roussir les pointes de ses cheveux fouettés par le vent toujours plus violent et cuisant à mesure que les secondes passaient...

Sautant avec grâce de son perchoir, Erinaë se réceptionna en roulade avant d'enchaîner par une course effrénée jusqu'au village. Se saisissant de son cor de chasse en chemin, elle souffla dans l'instrument avec tout l'air qu'elle pouvait emmagasiner. Tous les habitants connaissaient le son particulier que faisait la corne de la rôdeuse, mais afin d'être certaine de les faire réagir comme il se devait face à une catastrophe imminente, cette dernière se mit à tambouriner à un maximum de portes, dont celle de la demeure d'Emy, tout en claironnant :

- ÉVACUEZ, ÉVACUEZ ! COUREZ, COUREZ !!! Erinaë s'écriait sans cesse ces mêmes mots tout en faisant des mouvements amples avec son bras afin de démontrer à toutes ces bonnes âmes la direction qu'il fallait prendre.


Ce raffut de tous les diables fit sursauter Thrilie comme jamais auparavant ! Poussant un petit cri de surprise, elle se retrouva au sol l'instant d'après. La cause de ce vacarme ne s'était pas contentée de cogner à la porte, mais l'avait également ouverte ! Et malgré son cerveau en état de flottaison, la guérisseuse comprit rapidement qu'un feu d'importance menaçait à cause de la braise ainsi que du vent rougeoyant qui l'accompagnait. En dépit de la couverture qui l'enserrait encore, Thrilie parvint à se mettre debout avant de la retirer d'un seul geste. Ne se préoccupant ni d'Emy, ni de Myla ainsi que de l'effervescence qui prenait corps à l'extérieur. La prêtresse se concentra uniquement sur le danger qui les menaçait. Toutefois lorsqu'elle mit le nez dehors, elle dut mettre son bras devant son visage afin de ne pas trop souffrir de la chaleur. Le vent de Timur était violent et continu, chose impossible en dehors du mois d'Anemos !

Avançant à grande peine face à la rafale, Thrilie ne comptait pas laisser la contrée toute entière se faire engloutir de la sorte. N'étant désormais plus qu'à un jet de pierre de la rivière, la prêtresse se mit à prier Kirenna. Oui, même si l'occasion ne m'en laisse guère le temps, il est bon de savoir que Thrilie est polythéiste, ce qui est extrêmement rare, voir même contre-indiqué lorsque l'on oeuvre dans la prêtrise.

-***Ô Kirenna, entendez votre fidèle servante. Donnez-moi la force de pallier à ma fatigue afin de sauver tous ces gens d'un bien funeste trépas !***

L'embrasement n'était plus qu'à une vingtaine de secondes du village, alors écoute ou pas écoute de la part de la Déesse des océans, Thrilie réunit les quelques forces qui lui restaient afin de faire appel à son élément, l'eau. Depuis le dessous de ses pieds, la terre gronda, quand tout-à-coup, un geyser d'une puissance inouïe happa l'Elfe dans son intégralité. Au coeur de tout ce liquide sous pression, la prêtresse se mua en une sorte de créature hybride mi Elfe mi Sirène. Et pour cause, quand le geyser se tut, il laissa se dessiner une silhouette qu'on ne connaissait pas de Thrilie...


La flaque profonde dans laquelle la prêtresse baignait désormais, lui permit de se mouvoir sans être handicapée par sa queue de poisson. Le temps était à présent venu de mettre à profit son adoration pour Kirenna. Par des gestes à la fois vifs et gracieux, Thrilie fit enfler la rivière qui lui faisait face jusqu'à la changer en torrent ! Les flammes se rapprochant faisaient un tel vacarme que le sol en tremblait, mais l'eau était plus bruyante encore ! Si jamais la prêtresse ne parvenait pas à stopper la déferlante, l'ensemble de la population des collines d'Umar allaient trouver la mort. Grâce à cette pensée cataclysmique, Thrilie puisa dans ces dernière ressources afin de faire s'élever l'eau à plus de quinze mètres de haut pour une largeur d'au moins trente mètres. En bref, c'était à la fois effrayant et impressionnant de voir une telle force à l'oeuvre.

Quand le brasier heurta le mur d'eau au summum de sa force, l'impact fut semblable à celui d'une petite météorite s'écrasant sur terre. Une puissante onde de choc projeta les fuyards qui se trouvaient à plus de cent mètres du barrage, je vous laisse donc imaginer la torgnole que s'est pris Thrilie. En dépit de la douleur, de son assourdissement et étourdissement, l'Elfe parvint à maintenir le mur d'eau au moins dix bonnes secondes avant que ses forces ne l'abandonnent. En s'affaissant, les flots inondèrent tous les environs, allant jusqu'à s'engouffrer dans la maison d'Emy au même titre que l'auberge des mille et une nuits. Mais pour ce qui était de l'embrasement, il ne restait plus qu'une vaste étendue de flammes bien amoindries.

Mais cela ne concernait plus Thrilie qui ne pouvait absolument plus rien faire. Après avoir recouvrée sa forme originelle, elle se déplaça à l'instar d'une momie sortie de sa crypte jusque dans la demeure de l'Impure. Et quand bien même son lit flottait sur plus de cinquante centimètres d'eau, l'Elfe se laissa littéralement tomber à plat ventre sur la largeur de ce dernier. Ses jambes dépassaient mais ça n'avait plus d'importance, puisqu'elle dormait désormais d'un sommeil profond, très proche du coma.


[Arrow...suite de ~ICI~]

- Des manants qui ne sont pas sans ressources, voilà qui promet d'être intéressant ! Jubila Umar depuis les cieux.

[Annonce : Nouvel ordre RP : Emy, Mayufu et PNJ Exclamation]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 23 heures 52 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La maison d'Emy   

Revenir en haut Aller en bas
 

La maison d'Emy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ ASTRUNE ~ :: Les collines D'Umar :: Le village :: Les habitations-
Sauter vers: