AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Perdues au milieu de la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Perdues au milieu de la plaine   Mer 16 Fév - 12:57

- Atchii !

Suivi d'un petit reniflement.

Personne, rien à l'horizon, juste de vastes étendues verdoyantes. Il n'y avait pas même un champs. Tout n'était qu'un gigantesque espace d'herbes bien vertes. Les collines qui étaient éparpillées ça et là semblaient hérissées : le vent qui soufflait envoyait des ondes au ras de ces collines en laissant des trainées plus ou moins claires sur le sol, semblables à des vagues. Au-dessus de ce paysage isolé, un ciel bleu parsemé de nuages blancs était là, en guise de plafond. Le Soleil avait déjà inondé tout ce territoire de sa chaude lumière, de même que ce petit corps aux longs cheveux rouges.

La jeune demie-elfe n'avait pas vu la réaction prudente de son amie. De toute manière, elle n'aurait peut-etre pas compris pourquoi Analya agissait de la sorte. Enfin, cette dernière avait demandé si elle savait s'il y avait une ville dans les alentours.
Un simple coup d'oeil à l'horizon aurait suffi à lui répondre, mais l'inconnue elle-même avait oublié à quoi pouvait bien ressembler une ville. Dans son esprit, une image floue et peu nette était apparue. Cependant, elle ne pouvait pas en dire plus.

- Je.. Je l'ignore...

La demoiselle avait baissé la tête comme si elle était désolée de son ignorance. Néanmoins, elle releva le menton et afficha un sourire confiant.

- Analya. Nous n'avons qu'à chercher n'est-ce pas ? Nous finirons bien par trouver ce que vous cherchez !

Elle porta alors son regard vers l'horizon, vers une direction au hasard. Là où elle semblait qu'il pourrait y avoir des choses intéressantes à découvrir.

~ Il est 8 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Dim 27 Fév - 0:07


La grande plaine était le lieu préféré des chevaliers, à savoir que dans cette vaste étendue, leur monture n'éprouvait aucune difficulté à se mouvoir ainsi qu'à se nourrir. De ce fait, il n'était pas impossible de tomber sur l'un d'entre eux en pleine mission pour le compte du gouverneur, ou autres personnages puissants siégeant à Nandis. D'ailleurs, en cet instant précis, Argaï était en route pour la grande cité afin de rapporter une importante nouvelle au haut conseil de Vultinien ! Il filait comme le vent sur les plaines et collines qu'arborait cet immense océan de verdure... Rien ne semblait pouvoir le stopper, pas même un front ennemi ! Toutefois, il ne fallait pas omettre que derrière ce casque sans expression, se trouvait un homme aux vertus inébranlables, ainsi qu'une foi en Loominëi contre laquelle la corruption ne pouvait rien...

Chevauchant son imposant cheval nommé Hir, ce qui voulait dire "Caprice", Argaï aperçut du coin de l'oeil, deux petites silhouettes qui venaient tout juste de sortir du bois. Malgré la distance qui les séparait encore, la chevelure vivement colorée de l'une d'elle, eut comme l'effet d'un phare pour le chevalier ! Une personne à l'allure aussi étrange que celle-ci, ne pouvait pas se trouver au milieu de nul part sans une bonne raison. Afin de s'en assurer, Argaï vira brutalement dans leur direction...

- Allez Hir ! YAA ! Fit-il de sa voix rauque.

Un aussi lourd destrier s'approchant à une telle vitesse n'était guère rassurant, mais cela ne fut rien comparé au violent arrêt qu'il exécuta à tout juste quelques mètres des deux jeunes femmes... Hir se cabra avec fougue tout en hennissant à pleins poumons, puis, de ses membres antérieurs il effectua quelques dangereux moulinets dans l'air... Là était le preuve irréfutable qu'il portait bien son nom !

- Tout doux, tout doux ! Intervint le chevalier en lui caressant l'encolure. Excusez mon cheval mesdames, mais il a conserver toute sa sauvagerie, c'est ce qui le rend unique ! Tenta t-il de les rassurer, alors qu'il mettait pied à terre.

Une lourde épée reposait sur son dos, et son corps entier était recouvert d'une épaisse armure que rien ne semblait pouvoir violer ! Une apparence dont seuls les plus grands chevaliers pouvaient endosser... Cependant, comme la méfiance était mère de sûreté, le guerrier saint ne révéla pas son identité aux inconnues. En revanche, il prit soin de les sonder afin de connaître leur alignement... de ce fait, il put voir l'Elfe aux cheveux d'argent se teinter de rouge, signe qu'elle était mauvaise ! Quant à celle qui l'accompagnait, le blanc qui l’illumina démontra à son inverse, qu'elle appartenait à la neutralité...

- Qu'est-ce qui peut bien vous mener en ces collines gentes dames ? Demanda simplement Argaï, bien qu'il avait remarquer l'absence évidente de vêtements chez la femme à la coiffe colorée. Avez-vous besoin d'aide ?

Le chevalier surveillait attentivement l'Elfe d'alignement mauvais, car il ne serait guère surpris si l'autre fille venait à lui sauter au cou avec l'espoir d'être sauvée ! Qu'allaient-elles bien pouvoir lui répondre ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 15 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Dim 27 Fév - 14:24

Analya était en train de se poser beaucoup de questions sur ce que les deux jeunes filles allaient faire lorsqu'un chevalier armé et cuirassé arriva au galop dans leur direction. Le jeune elfe se dit qu'il allait peut être les aider à trouver Darenk. Ou Vultinien. Malgré tout, son esprit méfiant la poussa à ne pas trop se dévoiler d'un coup. Après tout, cet homme n'avait rien de rassurant, avec son imposante épée dans le dos. Il venait de la tirer d'un bon moment qu'elle partageait avec une amie, et Analya n'aimait pas trop ça. Toujours sur la défensive, elle tira discrètement sa dague de son fourreau. Elle espéra que le chevalier ne l'avait pas remarqué. Elle ne faisait pas ça pour engager un combat, mais au contraire, pour éviter d'avoir à se battre. Le chevalier calma son cheval d'une caresse sur l'encolure, puis s'excusa auprès des deux jeunes filles. Un peu plus rassuré, Analya rangea son arme, mais laissa le bout de ses doigts dessus, au cas où. Elle regardait d'un regard méfiant leur nouvel interlocuteur. Il était grand, et il semblait invincible. Il demada alors si les deux jeunes filles avaient besoin d'aide. Oui, elles en avait besoin, mais dévoiler le but de leur mission n'était pas du gout de la jeune elfe. Elle voulait que l'homme parte, et qu'il la laisse en paix avec son amie. Mais peut être qu'il connaissait Darenk et Vultinien, qui sait ? Elles n'avait rien à perdre, elles devaient tenter le tout pour le tout. Analya pris alors la parole :

-En fait... Oui, nous avons besoin d'aide, mais...

Elle ne trouvait pas les mots exacts. Que pouvait elle lui demander. "Bonjour monsieur, un homme est mort devant nous, nous l'avons déppouillé et nous avons trouvé une lettre confidentielle, nous l'avons lu et nous avons décidéd de la remettre à son propriétaire...". Nons. Il fallait nuancer. Mais comment ? Analya réfléchissait. Mais elle ne trouvait pas. Peut être que son amie était plus forte en discours qu'elle, et qu'elle pourrait l'aider à trouver ses mots ? Analya se lança alors :

-Connaissait vous un certain... Darenk ? Et... Vultinien, vous en avez déjà entendu parler ?

Elle pesait soigneusement ses mots afin de ne pas trop en dévoiler sur leur quête. Il vallait mieux être prudent. En attendant la réponse du chevalier, Analya s'approcha prudemment de la bête. Elle posa sa main sur son cou et la caressa doucement. Aparemment, la bête était restée sauvage, et les chevaux pouvaient être dangereux...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 16 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Lun 28 Fév - 20:05

Un bruit semblable à un grondement, un grondement qui s'élevait de plus en plus, s'approchant de leur position avec rapidité. La demie-elfe avait été alertée par cet évènement et avait jeté son regard dans les environs. Là-bas, elle aperçut une silhouette menaçante, malgré que les premiers rayons du Soleil se réfléchissaient sur une... peau en métal et sur un grand animal quadrupède qui portait le premier individu sur son dos. La demoiselle sentit une peur instinctive s'insinuer en elle et, comme un petit animal, se précipita derrière l'Elfe, gardant à portée de vue cette chose qui s'approchait d'elles en regardant par-dessus l'épaule de son amie.

Le destrier s'était arrêté à quelques mètres des deux Elfes et s'était relevé sur ses pattes postérieures, mouvant ses pattes antérieures comme s'il voulait les abattre sur une cible. Quand enfin la bête fut calmée, les yeux améthyste virent alors un être étrange. Il était constitué d'un corps anthropomorphe, tout comme Analya et l'inconnue, mais tout son corps était recouvert de plaques de fer. Sa tête était d'ailleurs constituée de métal et une fente en forme de croix ne laissait rien entrevoir. Une voix sortit de ce bocal et, en ayant touché du bout de ses doigts les vêtements en tissu de sa bienfaitrice, la jeune femme aux cheveux violets comprit qu'il devait y avoir "quelqu'un" à l'intérieur de cet attirail. En tout cas, cet individu avait une apparence effrayante.

Le personnage métallique descendit du cheval et s'adressa aux deux Elfes. Bien que sa voix était pour la plupart rassurante, la demoiselle nue n'entendait pas les choses de la même manière. Ce gaillard sorti de nulle part ne l'inspirait pas confiance. Cette grosse croix qu'il portait dans son dos avait l'air lourde et dangereuse. Comment l'inconnue pouvait-elle craindre cet énorme outil alors que son amie avait elle aussi un poignard ? Ce n'était pas la même chose, pas du tout !

Elle fut un peu plus rassurée lorsqu'Analya prit l'initiative de répondre à la question de cet étrange personnage. Cependant, lorsque la belle Elfe se rapprocha du cheval, elle s'était écartée de l'inconnue qui, pour sa part, tendit doucement une main vers sa camarade, d'un air suppliant, comme si elle ne voulait pas qu'elle s'éloigne, mais elle se ravisa lorsque cette dernière fut hors de portée et ramena sa main, poing fermé, contre sa poitrine. Ses yeux se tournèrent alors vers le nouveau venu, et malgré la peur, ce fut bientôt la curiosité qui l'emporta.

La demoiselle se rapprochait furtivement de l'homme de fer, l'inspectant avec précaution, courbant son dos comme si elle cherchait un quelconque bijou qui se trouverait sur la peau de métal. Elle fixait cette fente noire d'où pouvait provenir la voix du personnage. Ses yeux se plissèrent pour chercher à repérer quoi que ce soit tandis qu'elle s'approchait petit à petit.

Tout à coup, elle tendit doucement la main vers le casque du chevalier. Celui-ci était d'ailleurs bien plus grand qu'elle mais elle n'aurait pas de mal à glisser ses doigts au-dessous de cet heaume.

Soudain, elle recula rapidement d'un pas tout en retirant sa main au moment où elle crut que cet inconnu avait tourné son regard vers elle, comme si elle venait d'être prise au dépourvu.

Elle se rappela alors du vieil homme mort, et en voyant cette peau de fer, la demoiselle ne put que prononcer ces paroles d'une voix pleine de compassion.

- Vous... Vous êtes malade ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 16 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Dim 10 Avr - 14:52


Un chevalier qui ne saluait pas pouvait être considéré comme fourvoyé, sauf que là, la raison qui poussa ce dernier à se comporter ainsi, était que la réputation des grandes plaines n'avait rien de reluisante, et qu'il n'était pas rare de tomber sur des apostats ou encore des assassins. De plus, en sondant l'alignement plutôt mauvais de la jeune fille aux cheveux argentés, le chevalier ne pouvait que davantage rester sur ses gardes. Toutefois, lorsqu'il mit pied à terre, il se rendit bien vite compte de leur égarement... D'ailleurs, l'Elfe fut la première à lui répondre, et contrairement à ce que démontrait son aura, elle le fit au travers d'une voix douce et gênée à la fois. Mais c'est ce qu'elle demanda ensuite qui le surprit. Elle ne connaissait pas le gouverneur Vultinien ? Ma foi, cela se pouvait, après tout elle était de nature Elfique et avait très bien pu vivre en recluse jusque là. Poser des questions n'était pas dans la vocation d'Argaï, ainsi, il serait prêt à les guider sans même leur demander pourquoi. Une nature bien souvent réprimandée par ses supérieurs.

- Veuillez pardonnez mon impolitesse gentes dames, mais... S'interrompit le chevalier en remarquant un doigt bien trop proche de son heaume.

La pauvre fille responsable de ce geste hésitant, semblait intriguée par son armure, d'ailleurs, son étrange demande ne fit qu'en attester. Son regard luisait d'une innocence rare, comme si elle voyait le monde pour la première fois. Pendant un instant, elle lui rappela sa fille aînée à son plus jeune âge... Ainsi, de ses deux mains il se saisit de son casque, avant de l'ôter avec douceur...


De longs cheveux argentés se délièrent alors, à la suite de quoi, un visage à l'aspect amical se révéla enfin. Voilà qui devrait rassurer nos deux infortunées. Plaçant son heaume sous son bras, Argaï esquissa un léger sourire à l'égard de la jeune fille à la coiffe pourpre. Quand soudain ! Un hennissement mécontent de la part de Hir le fit se retourner promptement. Le cheval n'avait apparemment pas du tout apprécié l'approche de l'Elfe. Le chevalier les avait pourtant prévenu qu'il avait conservé toute sa sauvagerie... La curiosité et l'amour de ces êtres Elfiques pour les animaux le surprendra toujours.

- Faites attention demoiselle ! Ajouta Argaï en haussant le ton. Il a déjà tué quelqu'un pour moins que ça vous savez, alors ayez la bonté de reculer, et sans mouvements brusques je vous prie.

Il ne voulait pas qu'elle se fasse blesser, ou voir même tuer aussi bêtement. Ce fut pour cela qu'il décida de se placer entre elles deux et sa monture. À présent il était temps qu'il réponde à leurs questions...

- Non je ne suis pas malade gente dame, je me nomme Argaï, et je vous assure être en très bonne santé. Commença t-il en rassurant l'innocente. Et pour vous répondre jeune Elfe, Darenk m'est hélas inconnu, quant à Vultinien, et bien ce n'est autre que le gouverneur de Nandis, la cité par de là cette vaste plaine. Voulez-vous que je vous conduise jusqu'aux grandes portes ?

Si ce n'était pas chevaleresque ça... Quoi qu'il en était, la décision appartenait aux inconnues.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 18 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Jeu 21 Avr - 18:43

Analya prit peur en apprenant que le cheval du chevalier prénommé Argaï était un tueur. Pourtant, tout dans les yeux de l'animal laissait penser que c'était une brave bête. La jeune elfe n'avait que très rarement vu de chevaux, mais celui ci semblait être une bête magnifique. Les yeux marrons de l'équidé n'était pas ceux d'un tueur.
Le regard d'Analya revint sur le visage du chevalier, qui avait enlevé son masque, suite aux incompréhensions de son amie. Il avait des cheveux longs, et grisonnants, et des yeux gris pale. Son visage serein inspirait la confiance. Mais Analya restait sur ces gardes. Elle avait ôté sa main de sa dague, et essayait de réfléchir. Soudain, il pris la parole, en disant que le nom de Darenk ne lui disait rien. Déçue, l'elfe fallit ne pas entendre la suite des ses paroles : 'Quant à Vultinien, et bien ce n'est autre que le gouverneur de Nandis, la cité par de là cette vaste plaine. Voulez-vous que je vous conduise jusqu'aux grandes portes ?'
Le coeur de la jeune femme manqua de sortir par sa gorge. La chance leur souriait enfin ! Mais il y avait cependant un part d'ombre dans l'affaire ; pile au moment où elles en avait le plus besoin, un chevalier leur proposait de l'aide, et apportait même des réponses à certaines de leur questions. Elle plissa les yeux, tentant de deviner les pensées de son interlocuteur . Elle finit par se tourner vers son amie, qu'elle avait totalement ignoré jusque la. Elle lui demanda :

-Qu'en pense tu, toi ?

Il n'y avait pas cinquante solutions qui s'offraient à eux ; soient elles acceptaient l'aide du chevalier, au risque que ce soit un piège, soit elles passaient leur chemin, en passant peu être à côté d'une belle occasion de porter le message à destination. Tout à coup, un autre question s'imposa dans l'esprit de l'elfe ; devait elle parler ou pas du message au mystérieux inconnu ? Sans doute trop risqué.
Les yeux gris d'Analya se perdirent encore une fois dans le vide. Beaucoup d’évènements étranges se passaient en ce moment. Etranges, mais sans doute explicables. En attendant, elle se retourna vers Argaï et lui dit, d'un ton chargé de méfiance :

-Soit...Vous connaissez Vultinien, et vous voulez nous y emmener... Mais qui nous dit que vous n'êtes pas un tueur ou autre chose du genre, qui nous dit que vous n'allez pas nous trahir, pour je ne sais quelle raison ?

La méfiance d'Analya pouvait paraître un peu gênante, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de poser des questions. C'était sa nature. Machinalement, elle posa ses doigts sur son arme, anticipant les mouvements du chevalier...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Dim 1 Mai - 15:59

Le heaume fut retiré par les mains gantées, dévoilant une longue chevelure argentée et un visage apaisé, décontracté, avec un regard qui n'exprimait aucune hostilité. La demoiselle aux cheveux rouges ne put que réaliser d'un œil curieux que, finalement, derrière ce mur de métal se trouvait un être qui lui ressemblait. Il était constitué de la même matière, avait tout pour se développer dans ce monde : un nez, des yeux, une bouche, des oreilles. Contrairement à elle, qui avait une silhouette élancée, ce nouveau venu était bien plus consistant, cela ne faisait aucun doute. Quelque chose le différenciait d'elle et d'Analya. C'était quelque chose de naturelle, quelque chose que l'on pouvait savoir par instinct, une chose que la jeune femme comprenait déjà car cela faisait partie de tout être vivant de reconnaître cette différence.

La demie-elfe fut alors surprise lorsque le cheval se mit à pousser un hennissement. Chaque son possédant son propre ton, il n'était pas difficile de deviner que l'animal était d'une certaine manière offensé. Aussitôt, l'étrange homme vêtu de fer vint se placer entre l'Elfe et sa monture. L'inconnue remarqua la similitude de la couleur de leurs cheveux, regardant les siens, elle se demanda si tout le monde, c'est-à-dire tous ceux qui étaient constitués comme elle, car il y en avait sûrement d'autres, possédait des cheveux d'un blanc éclatant. Les siens étaient d'une couleur pourpre, virant parfois au rouge vif, bref, un mélange de toutes ces couleurs qui inspiraient la vie, le sang, ces couleurs vives et flamboyantes.

Le chevalier se présenta sous le nom d'Argaï. Tout comme Analya s'était présentée sous son nom lorsqu'elles se rencontrèrent dans les bois. Argaï n'était donc pas malade. Il répondit ensuite à l'Elfe, lui annonçant que le nom de Darenk lui était inconnu mais que Vultinien n'était autre que le gouverneur de Nandis. Nandis était apparemment une cité. Il se proposa ensuite de les conduire jusqu'à cette fameuse cité.

Une cité ? Nandis ? L'inconnue avait l'impression d'être hors de portée de tous ces noms, elle ne connaissait rien de tout ça ! Pourtant, elle n'était ni angoissée ni inquiète. Un sentiment en elle l'empêchait de s'effondrer dans un abîme de doutes, de peur de l'inconnu, et le poussait plutôt, au contraire, à garder cette humeur paisible, curieuse. Elle se fiait à une sorte d'instinct, d'intuition, un sens qui lui permettait de reconnaître le danger là où il se trouvait. Elle était comme un petit animal qui aurait déjà eu assez d'expérience pour survivre dans la nature tout en ignorant une grande partie des mystères que lui réservaient cette nature même.

Discrètement, la demie-elfe se réfugia derrière Analya, qui était bien plus apte qu'elle à entamer la discussion avec cet homme. Quand elle se trouva derrière sa bienfaitrice, elle trouva une autre différence entre Analya et Argaï : leurs oreilles. La demoiselle toucha alors les siens et y sentit des oreilles semblables à celui d'Argaï. Cependant, elle se trouvait bien plus proche d'Analya que de cet inconnu vêtu de plaques de métal.

L'Elfe sembla réfléchir, puis elle se tourna vers la demoiselle aux yeux améthyste et lui demanda ce qu'elle en pensait. Que pourrait-elle bien lui répondre ? Une chose était sûre, elle voulait voir de ses yeux la cité de Nandis. Dans son esprit, une image floue et brouillée était apparue, une image qu'elle pensait reconnaître, peut-être issue de son imagination ou de son passé vécu. Analya n'attendit pas la réponse de celle qui l'accompagnait qu'elle questionna le chevalier sur la certitude de sa loyauté, de sa bonté, envers elles. Cette méfiance manifestait une incompréhension de la part de la demie-elfe. Pourquoi Analya se montrait si prudente, si peu amicale envers cet homme à l'expression tranquille ? Enfin, lorsqu'elle prit le temps à la réflexion, la demoiselle se posa la question inverse : "Pourquoi serait-il gentil ?". Ne trouvant aucune réponse qui pouvait démontrer l'affirmation certes, la demie-elfe ne trouvait pas non plus ce sentiment qui la pousserait à agir ainsi envers ce cavalier. Elle ne parvenait pas à se méfier de lui. Peut-être qu'Analya avait ses raisons d'agir de la sorte ? De toute manière, elle respecta le geste de sa bienfaitrice en choisissant de rester de son côté. Après tout, elle lui avait apportée son secours et ne l'avait pas attaquée depuis que leurs chemins s'étaient croisés.

Doucement, l'inconnue attrapa le pan de la cape d'Analya et lui chuchota à l'oreille d'une voix pleine d'innocence.

- Analya, j'aimerais bien voir Nandis.. Et je lui fais confiance. Il n'a pas l'air méchant.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 731
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Mar 17 Mai - 12:24


Le doute avait toutes ses raisons d'être, Argaï n'en voulut pas à l'Elfe pour sa méfiance, surtout qu'il avait les mêmes à priori à son sujet. Elle craignait une trahison avoua t-elle, sur ces dires ; le chevalier déposa lentement son heaume sur le sol. Son devoir lui imposait d'aider quiconque était dans le besoin, or, il était évident que ces deux jeunes femmes en attendait. Argaï se mit donc en tête de convaincre l'Elfe réticente, et ce, même si il ignorait ce que sa compagne de route venait de lui chuchoter... Déjà qu'il était désolé de n'avoir pu la renseigner sur toutes ses questions, elle n'allait pas en plus de ça l'empêcher de leur prêter main forte, si ?

- Je pense que la véritable trahison résiderait dans le fait que je vous abandonne ici... Je suis un chevalier jeune Elfe, un noble guerrier si vous préférez, il est donc normal que je veuille vous aider. Puis, sans même prévenir, Argaï empoigna l'étrange femme à la coiffe pourpre sous les aisselles. Allez en scelle, et pas de discussion ! Ajouta t-il en la soulevant de terre, avant de la déposer au devant de son cheval. Je vous laisse à la grande porte, pour le reste c'est vous qui voyez demoiselle.

Récupérant son casque tout en gardant un oeil sur l'Elfe, Argaï lui esquissa un léger sourire qui se voulait rassurant, avant de grimper à son tour pour se placer derrière la mystérieuse inconnue. La jeune récalcitrante allait peut-être se sentir forcer, mais le chevalier n'avait pas non plus le temps de la persuader de ses bonnes intentions...

- Venez ! Lui proposa t-il en tendant sa main afin qu'elle puisse s'y aider.

Si l'Elfe acceptait, elle n'aura d'autre choix que de monter derrière Argaï. Ayant constaté l’innocence flagrante de la jeune femme qui l'accompagnait, le chevalier estima qu'il était préférable de la mettre devant de façon à ce qu'il puisse la soutenir, et ainsi éviter une chute qui aurait pu lui être fatale.

- Décidez-vous demoiselle, car je ne puis attendre davantage... Insista t-il avant de remettre son heaume.

[Annonce : Si tu acceptes Analya, n'oublie pas de mettre le OUT à la fin de ton post. L'Emprisonnée fera alors un nouveau sujet aux portes de Nandis, n'ayez pas peur de décrire votre voyage au galop Exclamation]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 20 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   Dim 22 Mai - 14:27

Méfiante au début, Analya n'avait pas vraiment aimé que le chevalier Argaï fasse monter l’emprisonnée sur son cheval. Après tout, qui pourrait avoir confiance envers une personne qui disait que son animal avait déjà tué pour pas grand chose. Malgré tout, son amie rêvait d'aller voir Nandis. Et puis c'était leur seul moyen de retrouver Vultinien, pour enfin remettre le mot à Darenk ! Et puis, le chevalier s'impatientait, elle devait se décider !
La jeune elfe grimpa alors avec milles précautions, afin de ne pas exciter la bête.
Analya n'avait vu de chevaux qu'une seul fois dans sa vie : lorsqu'elle était toute petite, avec ses parents, à Crystallity. Elle n'était jamais monté dessus. Cette sensation était donc toute nouvelle pour elle. Les poils de l'animal étaient lisses, et l'elfe les caressa, comme pour la calmer. Elle s'installa tant bien que mal sur son dos. Elle était mal assise, car Argaï occupait toute la selle ; elle se retrouvait donc sur l'arrière train du cheval, en se retenant comme elle le pouvait. Elle murmura un "On peut partir", à l'oreille du chevalier, qui avait remis son casque.

Le cheval hennit, et ils démarrèrent. Monter à cheval était très difficile, la première fois. Les vertèbres de la bête rentraient dans les fesses d'Analya, et lui broyaient le dos à chaque pas. Elle se jura à elle même de ne monter sur un cheval que si c'était d'une absolue nécessité, car le galop du cheval ne faisait pas vraiment du bien... Le trajet sembla durer une éternité. La jeune elfe tenta de se concentrer sur le magnifique paysage qui défilait autour d'eux. La grande plaine dans laquelle elle était arrivée ne manquait pas de charme. L'herbe était d'un vert éclatant, et quelques fleurs de couleurs vives parsemaient le sol.
Analya se demandaient comment et pourquoi le chevalier Argaï s'était présenté, à l'instant même où elles en avaient besoin. Simple coïncidence ? La jeune elfe n'y croyait pas. Rien n'arrivait au hasard. Malgré tout, s'il pouvait les conduire à leur but, il monterait très haut dans l'estime de la jeune elfe.

Alors qu'ils galopaient, Analya eut l'étrange sentiment que sa vie était en train de basculer. En très peu de temps, elle était passée d'une vie de marginale, qui vivait dans les ruines invisibles, puis, avait rencontré un drow et une fée, et s'était finalement retrouvée dans un forêt dont elle ne connaissait rien, en compagnie d'une fille qui était devenue sa meilleure amie.

Ils galopèrent encore pendant une dizaine de minutes. Au loin, vers l'horizon, de très hautes tours blanches aux toits marrons se dessinaient. Analya se demandait si c'était cela, Nandis. Ils se rapprochaient de plus en plus. La cité était vraiment immense, et magnifique. Ils arrivèrent finalement devant la grande porte. La jeune elfe descendit du cheval, et dit, avec la plus grande sincérité :

-Merci beaucoup pour votre aide, Argaï. J'avais tort de me méfier de vous...

Elle se tourna vers la grande porte, et elle se demanda où pouvait bien se trouver Vultinien, dans toute cette immense ville...

[OUT : À la grande porte de Nandis... Arrow]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 8 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Perdues au milieu de la plaine   

Revenir en haut Aller en bas
 

Perdues au milieu de la plaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: